Compte-rendu de la séance du 25 mars 2017

Étaient présents : Manon Amandio, Fanny Arama, Charlotte Berkery, Amandine Bessières, Azélie Fayolle, Magalie Myoupo, Anne Orset, Hermeline Pernoud, Yohann Ringuedé, Marie-Clémence Régnier, Marie-Agathe Tilliette.

Cette séance, organisée par Yohann Ringuedé et intitulée « science et croyance dans la seconde moitié du dix-neuvième siècle » a donné lieu à deux communications :

  • Azélie Fayolle : « Renan, entre science et croyance »
    Parce qu’il a quitté le séminaire de Saint-Sulpice pour se consacrer aux sciences historiques, Ernest Renan représente pour le xixe siècle le combat victorieux de la science sur la religion. Qualifié de « blasphémateur européen » par Pie ix, mis à l’Index, il est pour de nombreux croyants la nouvelle incarnation de l’Antéchrist. Si Renan est le premier philologue français à séculariser l’exégèse biblique, il n’a cependant pas fait de ses recherches un outil de propagande contre la foi catholique. Science et croyance se répondent en effet dans l’ensemble de son œuvre : historien des religions, il postule un besoin naturel de croyance pour tous les peuples. Bien plus, la science prend pour lui les formes d’une religion nouvelle, dont il professe l’avènement. Les échanges permanents entre science et croyance chez Renan l’amènent à rêver le futur d’une religion scientifique qui trouve de multiples formes non académiques, de son théâtre à ses Dialogues philosophiques.
  • Yoann Ringuedé : « Deux poèmes géologiques : la science moderne au service de la foi »
    L’exemple de la géologie, science qui raconte l’histoire de la vie à partir de traces, permet, après la révolution darwinienne, de montrer comment des scientifiques de métiers, poètes amateurs, mettent au service d’une plume apologétique chrétienne les découvertes scientifiques modernes. Deux longs poèmes, Antediluviana, poème géologique [1875], de l’entomologiste Ernest Cotty et La Création, en vers [1865] de Théodore Brochin, ingénieur des mines, attestent du fait que, face au scientisme ambiant, la science la plus positive est toujours appréhendable comme la preuve de la toute-puissance de Dieu.

Rendez-vous le 22 avril pour une séance sur le traitement du miracle au XIXe siècle, organisée par Marie Daouda !

Par ailleurs, il est toujours possible, pour tout Doctorant ou jeune chercheur travaillant sur le dix-neuvième siècle, d’envoyer une proposition de séance ou de communication pour l’année 2017-2018, portant sur un thème en lien avec notre sujet, « croire », à l’adresse suivante : contact.doctoriales.serd@gmail.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *