Prochaine séance des Doctoriales : 22 avril 2017

La prochaine séance des Doctoriales de la SERD aura lieu le 22 avril 2017, de 10h à 13h, à l’Université Paris VII, salle 164 E, dans le bâtiment Halle aux Farines.

Présentation et programme 

La Pierre d’achoppement du miracle

     Dans l’Ancien comme dans le Nouveau Testament, le miracle  se lit comme un signe, manifestant la proximité de Dieu comme puissance agissante, intervenant directement dans le monde par des phénomènes visibles. Les prodiges de Moïse, de la métamorphose du bâton en serpent à la Manne miraculeuse et a fortiori la traversée de la Mer Rouge, prouvent l’alliance passée entre l’Éternel et le peuple hébreu. Les miracles de Jésus sont aussi des signes de sa mission. Lorsque Jésus ressuscite le fils de la veuve de Naïm devant une foule nombreuse, l’Évangile selon saint Luc rapporte : « Tous furent saisis de crainte, et ils glorifiaient Dieu, disant : Un grand prophète a paru parmi nous, et Dieu a visité son peuple. » (Luc 7 : 16) Cette pédagogie du miracle s’avère pourtant d’une inefficacité redoutable. Les pharisiens accusent Jésus de faire des miracles par l’intercession du prince des Démons. Des milliers de personnes assistent aux miracles de Jésus, trois demeurent au pied de la croix. L’Ancien Testament peut ainsi se lire comme l’échec de Dieu à garder fidèle le peuple qu’il s’est choisi, et le Nouveau Testament comme la mise à mort de Dieu par un peuple qui ne le reconnaît plus. Pourtant, dès la première génération d’apôtres, le miracle légitime l’autorité des saints et demeure un élément essentiel de l’hagiographie. Actuellement, un procès en béatification ou en sanctification peut rester en suspens de longues années, en attendant que le serviteur ou la servante de Dieu prouve sa sainteté par un miracle.

            Les signes miraculeux, déjà inopérants dans le texte sacré, sont soumis à la question par l’approche de la critique radicale, ou higher criticism. À la suite de David Friedrich Strauss, Renan applique la méthode de Buffon aux Évangiles pour dégager ce qu’a pu être la vie de Jésus de Nazareth, le Jésus de l’Histoire, qui se distingue de plus en plus du Christ de la foi. En expurgeant le miracle, Renan souligne sa part scandaleuse : Il n’y a de miracle que quand on y croit ; ce qui fait le surnaturel, c’est la foi. « […] Aucun miracle ne s’est produit devant ceux qui auraient pu le discuter et le critiquer[1] ». C’est ce que Matthew Arnold, poète et philosophe victorien, synthétise dans une formule lapidaire : « Miracles do not happen[2] ». Parallèlement, les apparitions mariales en France sont vues comme des miracles modernes, aptes à convertir un peuple infidèle. Le pèlerinage de Lourdes, avec son cortège de guérisons miraculeuses, suscite des foudres similaires chez Léon Bloy et chez Zola. Signe devant engendrer la croyance, le miracle devient signe de division. Comment croire à une religion qui, fondée sur le miracle, ne tiendrait que par lui ? Que subsiste-t-il du message de Jésus si le christianisme est émondé du surnaturel ? Nous étudierons le rôle du miracle dans la foi chrétienne, pour voir quel rôle la critique radicale a pu infléchir les liens entre littérature et religion tant dans la France majoritairement catholique que dans l’Angleterre à dominante protestante.

  • Marie Kawthar Daouda, Université de Bretagne Occidentale, Université de Paris IV – Sorbonne : « Introduction : Croire sans avoir vu, voir sans avoir cru : Le miracle dans l’apologétique chrétienne et la critique radicale »
  • Fanny Arama, Université Paris VII – Denis Diderot : « La conception du miracle dans les querelles littéraires de la fin du XIXe siècle : les cas de Renan, Barbey, Bloy et Zola »

       En littérature, Jules Barbey d’Aurevilly et Léon Bloy défendent un surnaturel chrétien qui doit prouver, sur le plan métaphysique et moral, l’existence de Dieu. Ce surnaturel a été classé par l’histoire littéraire du côté du genre fantastique. Or, le surnaturel qu’ils promeuvent dans leur œuvre de fiction ainsi que dans leur œuvre critique a partie liée avec la transcription de leur expérience du réel et une défense de la conception catholique du miracle. Comment, dans ces conditions, parviennent-ils à concurrencer les conceptions positivistes du miracle (Renan, Zola) qui tentent de rallier à elles une opinion publique toujours plus convaincue par les thèses cartésiennes et scientifiques de la fin du siècle ?

  • François Crampe, Université de Paris-III Sorbonne Nouvelle : « Révélation et témoignage : Textualité du miracle dans ‘A Death in the Desert‘ de Robert Browning »

            La question critique de l’intelligibilité du miracle se trouve au cœur des réflexions de Robert Browning (1812-1889) sur sa pratique poétique. Poète victorien fortement influencé par les conceptions de ses devanciers romantiques, Browning conçoit la puissance du verbe poétique comme une action surnaturelle sur le monde. Mais il est également un membre actif des cercles non-conformistes libéraux dans lesquels l’influence du Higher Criticism inauguré par David Friedrich Strauss reçoit le plus grand écho. Dans plusieurs de ses poèmes, Browning a marqué son refus de l’approche mythologique qui renvoie le texte biblique au statut de pure fiction, mais c’est dans « A Death in the Desert » (pub. 1864) que cette mise en cause de l’excès de surnaturel dans l’apologétique chrétienne reçoit la réponse à la fois la plus complète et la plus ambiguë. Notre lecture de ce texte comme expérience de pensée doit nous permettre de mettre en lumière la façon dont le poète retourne les arguments de Strauss en apologétique nouvelle tout en plaçant le lecteur dans la position d’un philologue cherchant à retrouver la trace de l’incarnation dans un texte rendu illisible par la saturation critique dont il a fait l’objet.

[1]   Ernest Renan, Les Apôtres, Paris, Michel Lévy,1866, p. XLIV-XLV.

[2]   Matthew Arnold, Literature and Dogma, [1873], Londres, Smith, Elder, &Co, 1888, p. XII.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *