Compte-rendu de la séance du 22 avril 2017

Étaient présents : Manon Amandio, Fanny Arama, Emma Bartel, François Crampe, Marie Daouda, Mathilde Leïchlé, Magalie Myoupo, Anne Orset, Yohann Ringuedé, Marie-Agathe Tilliette.

Organisée par Marie Daouda, cette séance sur le traitement du miracle au XIXè siècle a donné lieu à deux communications :

  • Fanny Arama, Université Paris VII – Denis Diderot : « La conception du miracle dans les querelles littéraires de la fin du XIXe siècle : les cas de Renan, Barbey, Bloy et Zola ». Résumé:  Je me suis proposée dans ma communication de prendre la mesure de l’influence du penseur contre-révolutionnaire Joseph de Maistre (1753-1821) sur la conception de Jules Barbey d’Aurevilly et de Léon Bloy sur le miracle, et notamment de son rapport aux croyances et aux préjugés, qui leur permet de se réclamer d’un système de pensée réunissant une vision anti-moderne du monde et une fidélité au dogme catholique exprimée dans un style inégalé, et qu’ils ambitionnent de renouveler, à leur manière, dans leur œuvre. De Maistre indique notamment la méthode à suivre pour défendre le dogme catholique sans tomber dans l’écueil de la preuve, obsession des philologues et hommes de sciences modernes. Dans un deuxième temps, j’ai présenté les raisons de la mariophanie à l’œuvre en France dans la seconde moitié du XIXème siècle, à travers la création des pèlerinages nationaux, qui rejoignent la Salette et Lourdes grâce au chemin de fer, comme cela est puissamment mis en scène dans Lourdes d’Émile Zola. Léon Bloy a composé trois ouvrages sur la Salette pour concurrencer la conception positiviste du miracle représentée par Zola. Il envisageait la Vierge comme une nouvelle Némésis, très étrangère à la Vierge aux roses odorantes de Marie et Pierre dans Lourdes. La Vierge apparue à Mélanie et Maximin à la Salette oppose des certitudes d’ordre millénariste (attente de la fin des temps, espérance d’une régénération de la foi visant à expier les fautes et les crimes commis par la France révolutionnaire, dans le cadre d’une spiritualité du repentir) à l’incertitude des temps modernes. C’est une vierge aux épines « stigmatisée » dont la Parole, quasi-céséarienne, autoritaire et impériale dans tous les cas, est égale celle de Dieu même, et qui prétend déniaiser l’Église catholique contemporaine. Enfin, j’ai rapidement passé en revue les revendications esthétiques de Barbey et de Bloy, qui les opposent irrévocablement aux écrivains catholiques promoteurs d’une image sulpicienne de l’Église et de ses dogmes, confondant « charité » avec « bons sentiments », ou aux libres-penseurs tels Zola, éminent instigateur et représentant de « tous les lieux communs athées » exprimés sur le miracle et les mystères de la foi.
  • François Crampe, Université de Paris-III Sorbonne Nouvelle : « Révélation et témoignage : Textualité du miracle dans ‘A Death in the Desert‘ de Robert Browning »

La prochaine séance, organisée par Manon Amandio, portera sur les liens entre croyance et souffrance dans le roman du dix-neuvième siècle. Cette séance donnera aussi lieu à une discussion sur le thème de la Journée d’Étude du printemps 2018, en lien avec le sujet du séminaire, « croire ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *