Prochaine séance des Doctoriales : 27 mai 2017

La prochaine séance des Doctoriales de la SERD aura lieu le samedi 27 mai 2017 à partir de 10h, à la Maison de la Recherche, Université Paris-Sorbonne, 28 rue Serpente, 75006 Paris, métro ligne 4 et RER B et C. 

Organisée par Manon Amandio, cette séance porte sur les liens entre croyance et souffrance dans le roman du dix-neuvième siècle.

Programme

  • Manon Amandio, Université Paris-Nanterre, introduction : L’écriture de la souffrance au dix-neuvième siècle, entre ferveur et scepticisme.
  • Marie-Agathe Tilliette, Université Paris-Nanterre : Souffrance et croyance dans les Promessi sposi d’Alessandro Manzoni : la Providence à l’œuvre ?

Dans son roman historique I promessi sposi (1827-1842), Alessandro Manzoni décrit les malheurs de deux jeunes fiancés, Renzo et Lucia, que la concupiscence d’un petit seigneur local sépare et entraîne dans de longues et douloureuses aventures. La question qui se pose tout au long du roman est alors celle de la justification des souffrances de ces deux jeunes gens innocents et pieux : pourquoi Dieu semble-t-il châtier les justes et les purs ? À de nombreuses reprises, une réponse providentialiste est apportée à cette question : la souffrance serait un chemin nécessaire du dessein divin. Cependant, cette justification de la souffrance par la croyance n’est pas aussi univoque qu’elle paraît l’être à première lecture. La peinture réaliste des souffrances subies ébranle le dogme de la Providence : l’esthétique romanesque réaliste paraît entrer en conflit avec la croyance religieuse, pourtant omniprésente, interrogeant à nouveaux frais les rapports entre croyance et souffrance, tant au niveau de l’individu qu’à celui de la société.

  • Amélie de Chaisemartin, Université Paris-Sorbonne : Le modèle du martyr dans l’héroïsme des personnages romantiques

Dans les romans des années romantiques, le héros n’est pas un personnage qui, comme dans les épopées, triomphe des obstacles par la ruse ou la force, mais un héros qui subit l’hostilité du monde en souffrant. La souffrance devient un signe d’élection et de supériorité dans les romans. Nous montrerons que cette valorisation inédite de la souffrance par les romanciers romantiques peut s’expliquer par l’influence du modèle du Christ sur la construction de leurs personnages. Nous étudierons la manière dont les personnages de romans de la monarchie de Juillet sont identifiés au Christ et à la figure du martyr et ce que peut signifier cette identification dans le projet esthétique et moral des romanciers.

Durant cette séance, un point sera également fait sur la prochaine Journée d’Études des Doctoriales : sujet (en lien avec le thème « Croire »), comité d’organisation et calendrier.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *