Expériences mystiques romantiques : 16 juin 2017

La sixième et dernière séance du séminaire « Expériences mystiques », organisée par Fanny Arama, aura lieu en salle Pierre Albouy (bâtiment Grands Moulins, sixième étage) à l’Université Paris Diderot ce vendredi 16 juin de 16 à 18h.

Il s’agit d’une séance spécialement consacrée à l’écriture mystique à l’époque romantique. Nous aurons le plaisir d’écouter :

  • Rémy Arcemisbéhère (Paris-Sorbonne) – Comment « reconstruire l’édifice mystique » ? Aspiration mystique et savoirs ésotériques dans l’œuvre de Gérard de Nerval

« Chez Gérard de Nerval, expérience mystique et savoir ésotérique, loin de s’exclure, participent d’une même démarche. Nerval tente d’accomplir le geste fondamental du myste, « la négation du multiple et l’affirmation de l’Un » non à travers le « chemin de l’intérieur » mais à travers la réunion des fragments épars de la réalité. Accordant tout son prestige à la médiation, le récit de l’expérience mystique dans l’œuvre de Gérard de Nerval conserve les traces des discours ésotériques qui ont participé à son élaboration. Ce discours a inoculé le mystère et refuse de se donner entièrement en multipliant les lectures ésotériques (alchimie, Tarot, astrologie…). Ce travail d’occultation par la multiplication des références permet à Nerval de déjouer l’incommunicabilité de l’expérience mystique en choisissant comme objet de la représentation le centre obscur et secret de celle-ci. »

  • Angelo Careri (Sorbonne-Nouvelle) – Le genre du « mystère romantique » : histoire d’une forme marginale.

« On assiste en France dans les années 1830 à une vague du « mystère romantique », influencé principalement par les œuvres de Goethe (Faust I et II) et de Byron (Caïn, Manfred) qui commencent à être traduites en français, notamment par Nerval. Ces œuvres dialoguées à thème religieux, telles que La Tentation de Saint-Antoine de Flaubert ou l’Ahasvérus de Quinet, sont souvent inclassables : liées aux codes du théâtre, elles ne sont pourtant pas destinées à la scène. Elles manifestent aussi la survivance d’un genre beaucoup plus ancien et à cette époque déjà éteint : le mystère médiéval. Cette communication s’attardera donc sur quelques aspects de cette « réapparition », qui se fait principalement sur le mode de l’anomalie et de l’anachronisme.»

Tout Doctorant/jeune chercheur est le bienvenu à cette séance, qui sera suivie d’un pot de fin d’année.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *