Archives de l’auteur : Romain Enriquez

À propos Romain Enriquez

Ancien élève de l'ENS Ulm (2007), Agrégé de lettres modernes (2009), Lauréat du prix de la Fondation des Treilles (2016). Doctorant contractuel puis ATER en littérature française à Paris-Sorbonne (2012-2016).

Prochaine séance des Doctoriales : 27 mai 2017

La prochaine séance des Doctoriales de la SERD aura lieu le samedi 27 mai 2017 à partir de 10h, à la Maison de la Recherche, Université Paris-Sorbonne, 28 rue Serpente, 75006 Paris, métro ligne 4 et RER B et C. 

Organisée par Manon Amandio, cette séance porte sur les liens entre croyance et souffrance dans le roman du dix-neuvième siècle.

Programme

  • Manon Amandio, Université Paris-Nanterre, introduction : L’écriture de la souffrance au dix-neuvième siècle, entre ferveur et scepticisme.
  • Marie-Agathe Tilliette, Université Paris-Nanterre : Souffrance et croyance dans les Promessi sposi d’Alessandro Manzoni : la Providence à l’œuvre ?

Dans son roman historique I promessi sposi (1827-1842), Alessandro Manzoni décrit les malheurs de deux jeunes fiancés, Renzo et Lucia, que la concupiscence d’un petit seigneur local sépare et entraîne dans de longues et douloureuses aventures. La question qui se pose tout au long du roman est alors celle de la justification des souffrances de ces deux jeunes gens innocents et pieux : pourquoi Dieu semble-t-il châtier les justes et les purs ? À de nombreuses reprises, une réponse providentialiste est apportée à cette question : la souffrance serait un chemin nécessaire du dessein divin. Cependant, cette justification de la souffrance par la croyance n’est pas aussi univoque qu’elle paraît l’être à première lecture. La peinture réaliste des souffrances subies ébranle le dogme de la Providence : l’esthétique romanesque réaliste paraît entrer en conflit avec la croyance religieuse, pourtant omniprésente, interrogeant à nouveaux frais les rapports entre croyance et souffrance, tant au niveau de l’individu qu’à celui de la société.

  • Amélie de Chaisemartin, Université Paris-Sorbonne : Le modèle du martyr dans l’héroïsme des personnages romantiques

Dans les romans des années romantiques, le héros n’est pas un personnage qui, comme dans les épopées, triomphe des obstacles par la ruse ou la force, mais un héros qui subit l’hostilité du monde en souffrant. La souffrance devient un signe d’élection et de supériorité dans les romans. Nous montrerons que cette valorisation inédite de la souffrance par les romanciers romantiques peut s’expliquer par l’influence du modèle du Christ sur la construction de leurs personnages. Nous étudierons la manière dont les personnages de romans de la monarchie de Juillet sont identifiés au Christ et à la figure du martyr et ce que peut signifier cette identification dans le projet esthétique et moral des romanciers.

Durant cette séance, un point sera également fait sur la prochaine Journée d’Études des Doctoriales : sujet (en lien avec le thème « Croire »), comité d’organisation et calendrier.

Nouveaux comptes rendus d’expositions

Un peu de lecture pour l’été ! Pour patienter en attendant la rubrique culturelle du Magasin du XIXe siècle n° 6 qui paraîtra fin 2016, de nouveaux comptes rendus d’expositions sont disponibles sur le site de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes.

Au programme : retour vers le futur au Louvre, des nouvelles de Londres, actualité de la maison de Victor Hugo.
Et n’hésitez pas à envoyer vos propositions de comptes rendus à Mathilde Labbé & Aude Jeannerod : expoxix@gmail.com

Liste des comptes rendus :

Une brève histoire de l’avenir, Paris, Musée du Louvre (septembre 2015-janvier 2016) et Bruxelles, Musées Royaux des Beaux-arts de Belgique (septembre 2015-janvier 2016) — par Isabelle Safa.
 
Éros Hugo. Entre pudeur et excès, Paris, Maison de Victor Hugo (novembre 2015-février 2016) — par Jordi Brahamcha-Marin.
 
Julia Margaret Cameron (1815-1879), Londres, Victoria & Albert Museum (novembre 2015-février 2016) — par Erika Wicky.
 
Delacroix and the Rise of Modern Art, Londres, National Gallery, Sainsbury Wing (février-mai 2016) — par Elizabeth Leith & Maryse Savalle.
 
Les Hugo, une famille d’artistes, Paris, Maison de Victor Hugo (avril-septembre 2016) — par Jordi Brahamcha-Marin.

Présentation du thème « Croire »

À quoi peut-on croire au XIXè siècle ? Les réponses à cette question ne manquent pas. Alors que le catholicisme fourbit de nouvelles armes en un siècle de « recharge sacrale »[1], nombreux sont les auteurs qui dissocient religion et croyance, libérant ainsi une spiritualité protéiforme. Dans une perspective esthétique, on peut également s’interroger sur la façon dont la littérature se pense comme objet de croyance : par quels moyens fait-elle « croire » ? Ce verbe nous paraît recouvrir des enjeux idéologiques, épistémologiques et esthétiques centraux au xixe siècle et permet d’ouvrir la voie à de nombreuses pistes de réflexion :

Supports et régimes de croyances –Croire en la religion de l’art, du beau, en des idéaux politiques, utopiques, en Dieu ou en Mesmer, jusqu’aux tables tournantes, le XIXè siècle a multiplié des régimes et des supports de croyance, d’adhésion et de conviction qui dépassent largement le cadre du simple fait religieux. À quoi croit-on, à quoi est-il de bon ton de croire ou de ne pas croire au XIXè siècle ? On pourra ainsi interroger ces multiples objets de croyance (occultisme, spiritisme, mysticisme, etc.) à l’aune d’un culte croissant pour le progrès et la science ainsi que les modes d’existence de prosélytismes variés, fondateurs de communautés multiples.

Les croyances soumises à la question –Mais le siècle est aussi celui du scepticisme, de la remise en question des croyances, d’une approche parfois grinçante de la superstition, du merveilleux, un constat de désenchantement du monde relayé par le règne du positivisme. Comment s’organisent et s’incarnent ces discours critiques des croyances et de la crédulité qui n’épargnent pas la croyance en une toute puissance de la science et du progrès? On peut penser à ce titre aux satires de la croyance, quelles qu’elles soient, et aux supports artistiques multiples qu’elles investissent. L’articulation entre croire et savoir sera un élément important de la réflexion à mener et permettra d’interroger aussi la manière dont la croyance s’impose comme un objet d’analyse anthropologique et historique à l’image des travaux de Michelet ou de l’œuvre romanesque de Zola.

À l’inverse, comment se manifeste aussi la nostalgie pour les illusions perdues, le regret des croyances du passé (nostalgie de l’Ancien Régime, vogue du médiévalisme) ? Comment s’y prend-on pour réenchanter le monde ? Comment s’organise le renouveau catholique au XIXè siècle ? Si le régime de la preuve refait surface avec un renouveau de l’école bollandiste, la littérature hagiographique et apologétique fleurit également ; de même, on pourra s’intéresser à la manière dont les discours sur le progrès et la science empruntent parfois les formes de la croyance religieuse pour se dire.

Enfin, mouvements républicains et utopiques participent de cette réflexion sur les évolutions des spiritualités et le pouvoir social du religieux ; la Constitution de 1848 qui s’ouvre sur une référence à Dieu et au peuple français en étant une manifestation.

Croire et Faire croire –La  double étymologie latine du verbe credere, qui signifie à la fois croire et faire confiance pourra nous permettre de distinguer et de faire dialoguer, dans une perspective narratologique, le croire et le faire croire. Quels procédés spécifiques le xixe  siècle invente-t-il pour provoquer « l’immersion fictionnelle » de ses lecteurs ? Quelles peuvent être les dérives et les critiques professées contre l’ « illusion référentielle » (bovarysme) au siècle des grands romans-feuilletons ? Le merveilleux peut-il encore émouvoir ? Quels genres de l’imaginaire coexistent à l’ère de la rationalité positive ? Peut-on, comme Mme Du Deffand, « ne [pas croire] aux fantômes, mais [..] en a[voir] peur » ? En mettant ainsi l’accent sur le récepteur, on pourra réfléchir aux théories de la pragmatique de la littérature à l’œuvre dans le corpus dix-neuviémiste.

D’un point de vue poétique, qu’est-ce qui permet à l’auteur de susciter la croyance du lecteur ? Comment se construit le vraisemblable, l’effet de réel ? Comment la fabrique du réalisme et du naturalisme éprouve-t-elle la mimesis ? Et comment la littérature se pense-t-elle comme tribune, comme lieu privilégié de la représentation de la conviction, de l’engagement (notamment dans le cadre des romans à thèses) ?

« Croire » semble donc un des mots-clés d’un siècle qui cherche à refonder un ordre politique et esthétique après la Révolution ainsi qu’à retrouver une forme d’unité sociale.

 

[1] Nous empruntons l’expression à l’historien Philippe Boutry.

Calendrier des prochaines séances

Voici le programme des séances à venir. Nous vous rappelons que chacun est libre d’assister à n’importe quelle séance.

Séance de rentrée : 17 septembre 2016

Cette séance sera l’occasion d’introduire le nouveau sujet séminaire, notamment autour de la présentation de quelques ouvrages de la bibliographie que nous sommes en train de constituer.

Un point méthodologique sera consacré à une démonstration de l’outil bibliographique ZOTERO et à une discussion autour des normes bibliographiques et des notes de bas de page.

Séance 2 : 15 octobre 2016

Cette séance portera sur La Légende dorée au XIXe siècle, organisée par Magalie Myoupo et Amandine Lebarbier.

Un point méthodologique sera consacré à la soutenance de la thèse et à la qualification par le CNU.

Séance 3 : 26 novembre 2016

Cette séance concernera les « Religions politiques », et sera organisée par Nicolas Aude.

Un point méthodologique est prévu sur les financements et les bourses.

Le programme des séances suivantes sera déterminé ultérieurement. Vous pouvez  nous écrire pour proposer une intervention. Un résumé de la communication sera publié en ligne sur le site des Doctoriales.

Vous avez aussi la possibilité de figurer dans l’annuaire. Pour cela, n’hésitez pas à nous écrire.

Romain Enriquez et Manon Amandio pour les Doctoriales de la SERD

Du changement dans les Doctoriales

Nous vous informons que l’équipe organisatrice des Doctoriales a changé.

Voici les nouvelles personnes en charge du séminaire :
– Manon Amandio : doctorante à Paris-Ouest-Nanterre La Défense sous la direction de Karen Haddad,
– Romain Enriquez : doctorant à Paris-Sorbonne sous la direction de Bertrand Marchal,
– Amandine Lebarbier : doctorante à Paris-Ouest-Nanterre La Défense sous la direction de William Marx et d’Emmanuel Reibel,
– Magalie Myoupo : doctorante à Paris-VII Denis-Diderot sous la direction de Paule Petitier,
– Marie-Clémence Régnier : doctorante à Paris-Sorbonne, sous la direction de Florence Naugrette et Françoise Mélonio.

Nous tenons également à remercier de tout cœur l’ancienne équipe, composée de Capucine Echiffre, Victoire Feuillebois, Mathilde Labbé, Émilie Pézard et Lola Stibler, pour avoir si bien organisé et animé le séminaire pendant toutes ces années. Nous essaierons d’être à la hauteur du travail exemplaire qu’elles ont mené pour les Doctoriales de la SERD.

Programme de la journée d’études des Doctoriales de la SERD : « Espaces et lieux de l’intime »

Journée d’études des Doctoriales de la SERD « Espaces et lieux de l’intime »

Vendredi 8 avril 2016, 9h-18h.
Université Paris-VII, site Grands Moulins, salle 678 C.
Organisateurs : Nicolas Aude, Alice de Charentenay, Romain Enriquez, Marie-Clémence Régnier

8h30-9h : Accueil des participants

9h-9h20 : Introduction

Session I : Genres de l’intime
Modératrice : Marie-Bernard Bat

9h20-9h45 Brigitte Diaz : « Habiter l’intime. Scénographie de l’espace intime dans quelques écrits
autobiographiques : Stendhal, Barbey d’Aurevilly, Sand »
9h45-10h10 Jeanne Stranart : « Espaces de l’expression de l’intime dans le journal épistolaire de
Juliette Drouet »
10h10-10h35 Lisa Suarez : « L’intimité forcée dans Le Journal d’une femme de chambre d’Octave
Mirbeau »
10h35-11h : Questions
11h-11h20 : Pause-café

Session II : Poétiques de l’intrusion
Modératrice : Mathilde Labbé

11h20-11h45 Sophie-Valentine Borloz : « “Un élargissement brusque d’elle-même”. La contagion
des parfums de l’intimité dans Nana de Zola, Notre cœur de Maupassant et Monsieur Vénus de
Rachilde »
11h45-12h10 Valérie Lavigne : « La serre dans la littérature du second XIXe siècle, vitrine
privilégiée d’une intimité décadente »
12h10-12h30 : Questions

12h30-14h30 : Pause-déjeuner

Session III : L’intimisme littéraire et pictural
Modératrice : Dominique de Font-Réaulx

14h30-14h55 Brice Ameille : « La scène de toilette impressionniste : l’intimité (re)trouvée »
14h55-15h20 Charlotte Dufour : « De la scène de genre au genre de la scène. Genèse et poétique
d’un fait littéraire au XIXe siècle »
15h20-15h40 : Questions
15h40-16h : Pause-café

Session IV : L’intime entre espace physique et espace mental
Modératrice : Lola Kheyar Stibler

16h-16h25 Renzo Alvarado Ruiz de Castilla : « Une symbolique de l’intime : Bosquets et jardins
fin de siècle »
16h25-16h50 Manon Amandio : « Transgressions de l’espace intime dans Le Cœur révélateur
d’Edgar Allan Poe et Crime et châtiment de Dostoïevski »
16h50-17h10 : Questions

17h10-17h30 : Conclusion

Appel à communications pour la journée d’études de la SERD

Nous avons le plaisir d’annoncer que la journée d’études des Doctoriales de la SERD, « Espaces et lieux de l’intime au XIXe siècle », aura lieu les 7 et 8 avril 2016 à l’université Paris-VII-Diderot. L’appel à communications peut être consulté en ligne.

Les propositions de communication, d’une page maximum, doivent être envoyées à Nicolas Aude, Alice de Charentenay, Romain Enriquez et Marie-Clémence Régnier à l’adresse lieux-de-lintime@googlegroups.com avant le 20 décembre 2015.