Archives de catégorie : Appels

VIIIe Congrès de la SERD : L’Oeil du XIXe siècle, 26-29 mars 2018

Le VIIIe Congrès de la Société des Études Romantiques et Dix-neuviémistes aura lieu du 26 au 29 mars 2018, à la Fondation Singer-Polignac, Paris.

Les propositions de communications (d’environ 2000 signes), accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, sont à adresser à Erika Wicky (erika.wicky@gmail.com) avant le 5 septembre 2017.

Argumentaire

L’œil désigne un organe, mais aussi, par métonymie, une action (le regard) et une production (la vision). C’est donc, au sens plus large, sur la manière propre qu’a eue le XIXe siècle d’investir le champ du visuel, d’en remodeler l’action et les formes à sa mesure, que portera le VIIIe Congrès de la SERD. Il s’agira d’inviter les participants à définir les caractériques d’un autre period eye que celui dont traitait Michael Baxandall lorsqu’il se demandait quelles étaient les « dispositions visuelles vernaculaires qui relient les tableaux [du XVe siècle ita lien] à la vie sociale, religieuse et commerciale » (Painting and Experience in Fifteenth-Century Italy: A Primer in the Social History of Pictorial Style ; traduction française : L’Œil du Quattrocento, 1985).

Siècle de progrès techniques en matière d’optique, d’instruments de vision, de physiologie de la vue et de médecine ophtalmologique, le XIXe siècle est aussi, de manière plus générale, le « siècle du regard » (Ph. Hamon), le « siècle de l’observateur » (J. Crary), le siècle du « panoptique » (M. Foucault). Le privilège du visuel s’y manifeste, de manière elle-même spectaculaire, par des inventions et pratiques culturelles en série ayant trait à la vision. C’est le siècle des –scopes : kaléidoscope (Brewster, 1817), phénakistiscope (Plateau, 1832), stéréoscope (Wheatstone, 1838), ophtalmoscope (Helmholtz, 1851), télestéréoscope, bioscope ou stério-fantascope, pseudoscope, etc. C’est le siècle des –ramas (panorama, diorama, cosmorama, néorama, etc.). C’est aussi le siècle des perfectionnements des instruments d’optique, du microscope et du télescope, des lorgnettes et des longues vues. Soit donc le siècle de la médiatisation du regard au travers d’instruments de plus en plus perfectionnés, qui, censés en accroître la portée ou l’acuité, en transforment de fond en comble les conditions. Ce qui se produit selon des moments de rupture, tant épistémologiques qu’optiques, qui scandent l’histoire des modèles visuels, qu’on situe tantôt dès le début du siècle (J. Crary), tantôt en son mitan, avec l’invention de la photographie (1839) et la révolution picturale des années 1860, tandis que d’autres analystes insistent sur les révolutions qu’apportent en la matière la fin du siècle et le siècle suivant (Martin Jay, Downcast Eye. The Denigration of Vision in XXth-Century French Thought, 1993).

Ces nouvelles focales influent sur la perception mais aussi sur les modalités d’ensemble de la vie sociale. C’est ce que le suggère le vicomte de Launay lorsqu’il écrit : « La réalité parisienne est toute dans l’aspect. Nous avons des yeux de Diorama, de Panorama, de Néorama ; les effets d’optique suffisent à la légèreté de nos regards » (1837). C’est aussi le siècle où, dans les arts plastiques, la question du point de vue s’impose avec acuité, d’autant que l’invention de la photographie vient confirmer le primat du visuel et invite à un nouveau dialogue entre les arts de la vue, littérature comprise. C’est le siècle où, à propos de Courbet, Ingres s’exclame : « C’est un œil », l’accusant ainsi de n’être pas un artiste complet, mais seulement un peintre virtuose. En revanche, c’est aussi le siècle où Flaubert remarque que « pour qu’une chose devienne intéressante, il suffit de la regarder longtemps », et se donne pour mot d’ordre : « Fais-toi prunelle ! » (1845), valorisant ainsi une telle réduction au visible. C’est le siècle où en littérature, sous l’influence des arts visuels, les descriptions montent en puissance. C’est ce que remarquent les frères Goncourt : si elles manquent chez Saint-Simon, c’est que « les yeux n’étaient pas nés » (1862). Dans les arts de la scène la part du spectaculaire s’accroît. Mais on assiste alors aussi à une véritable « spectacularisation » de la vie sociale, à tous les niveaux : affiches, magasins, musées, expositions, passages, « fantasmagorisation de la marchandise » (Marx). Et Balzac d’énumérer tout le premier l’ensemble des prodigalités visuelles que « ‘lampe » l’« œil du Parisien » : feux d’artifice, palais en verres multicolores, féeries des théâtres, panoramas renaissants, continuelles expositions, caricatures, vignettes, lithographies, sans oublier le gaz qui illumine les boulevards et les « points de vue » que ménage la municipalité.

Les propositions attendues pourront s’inscrire dans les axes présentés ci-dessous, qui ne sont toutefois que des pistes offertes à la réflexion. Un intérêt particulier sera accordé aux propositions qui éviteront les monographies en déployant une perspective transversale ou qui manifesteront une approche interdisciplinaire (histoire, littérature, philosophie, histoire de l’art, histoire des sciences, histoire des techniques, etc.).

Le comité scientifique sélectionnera les propositions, et le résultat de son travail sera communiqué dès le début octobre.

Les axes d’étude sont disponibles sur le site de la Société des Études Romantiques et Dix-neuviémistes : http://serd.hypotheses.org/675

Université d’été : « (Dé)sacralisations : fortunes du sacré dans la littérature »

Cette Université d’été aura lieu à Reims du 3 au 7 juillet 2017.

Elle est ouverte à 15 jeunes chercheurs (doctorants et post-doctorants) qui seront encadrés par une dizaine d’enseignants-chercheurs confirmés (venant des universités de Padoue, Prague, Louvain et Reims). Les activités scientifiques proposées seront les suivantes : leçons magistrales, communications des jeunes chercheurs et deux ateliers collaboratifs (au choix). Des visites culturelles liées à la thématique générale seront organisées, dont la visite de la Cathédrale, de la Basilique Saint Remi, de la Chapelle Foujita et du Musée des Beaux-Arts.

Pour y participer, les jeunes chercheurs doivent proposer une intervention orale de trente minutes sur un sujet clairement lié à la thématique générale : « (Dé)sacralisations : fortunes du sacré dans la littérature ». La contribution aux frais d’organisation est de 50 €. L’hébergement et une partie de la restauration sont pris en charge par les organisateurs.

Les inscriptions se font jusqu’au 24 avril directement sur le site internet Reims 2017, à l’adresse suivante : summerschool-CRIMEL-2017@univ-reims.fr

La liste des dossiers sélectionnés sera publiée début mai.

Vous pouvez demander l’argumentaire et le formulaire de candidature par mail à : contact.doctoriales.SERD@gmail.com  

Proposer une critique de film

Le site de la SERD s’est récemment doté d’une page dédiée aux critiques de films en lien avec le dix-neuvième siècle.

Tout Doctorant ou jeune chercheur travaillant sur le dix-neuvième siècle peut proposer sa critique. Pour cela, il suffit d’envoyer une proposition par mail à l’adresse des Doctoriales (contact.doctoriales.SERD@gmail.com) à l’attention de Mathilde Labbé, avec pour objet : « proposition de critique de film ».

En attendant, rendez-vous samedi à 10h, à l’Université Paris VII, salle 678C du bâtiment Grands Moulins, pour la prochaine séance du séminaire des Doctoriales !

Accès : station Bibliothèque François Mitterrand, métro ligne 14, rer C, T3 Avenue de France, bus 89, 62, 64, 132.

Nouveaux comptes rendus d’expositions

De nouveaux comptes rendus d’expositions sont disponibles sur le site de la SERD.

Au programme :
Ludwig Van : le mythe Beethoven, Philharmonie de Paris (octobre 2016-janvier 2017) – critique de Suzanne Lay
Hodler, Monet, Munch : peindre l’impossible, Paris, Musée Marmottan-Monet (septembre 2016-janvier 2017) – critique d’Hélène Heyraud
Painting with Light. Art and Photography From the Pre-Raphaelites to the Modern Age, Londres, Tate Britain (mai-septembre 2016) – critique d’Annie Dubernard-Laurent
Moreau/Rouault. Souvenirs d’atelier (janvier-avril 2016) et Codex s’invite chez Gustave. Bestiaires croisés (mai 2016), Paris, musée Gustave-Moreau – critique de Lily Fauriac
Nemo alias Dakkar, Nantes, musée Jules-Verne (octobre 2016–juin 2017) – critique de Magalie Myoupo et Yohann Ringuedé
Turner et la couleur, Aix-en-Provence, Hôtel de Caumont Centre d’Art (mai-septembre 2016) – critique d’Annie Dubernard-Laurent

N’hésitez pas à envoyer vos propositions de comptes rendus à Mathilde Labbé & Aude Jeannerod à l’adresse suivante : expoxix@gmail.com

L’Atelier du dix-neuvième siècle

L’Atelier du XIXe siècle réunit des chercheurs confirmés et de jeunes chercheurs autour de sujets dix-neuviémistes.

Tout jeune chercheur peut faire une proposition d’Atelier sur une problématique de la recherche dix-neuviémiste. Pour cela, vous pouvez envoyer, à la Présidence de la SERD, un argumentaire développé sur environ deux pages, contenant une problématisation du sujet, les différents axes de réflexion que le sujet permet d’aborder, ainsi qu’une bibliographie.

Les programmes des séances passées peuvent être consultés ici.

Si vous avez des questions sur le fonctionnement de l’Atelier du XIXème siècle, vous pouvez nous écrire à : contact.doctoriales.SERD@gmail.com

 

« Expériences mystiques » : le séminaire doctoral du CERILAC

Le séminaire doctoral du CERILAC, (Centre d’Étude et de Recherche Interdisciplinaire de l’UFR LAC) , organisé par Fanny Arama, Riccardo Raimondo et Florian Audureau, et ayant pour sujet les « Expériences mystiques : énonciations, représentations et réécritures », aura lieu tous les deux mois à l’Université Denis Diderot, à partir du 14 octobre 2016, date de la séance de présentation du séminaire.

L’appel à communications est désormais disponible en ligne. Il est ouvert jusqu’au 15 novembre 2016.

 

Nouveaux comptes rendus d’expositions

Un peu de lecture pour l’été ! Pour patienter en attendant la rubrique culturelle du Magasin du XIXe siècle n° 6 qui paraîtra fin 2016, de nouveaux comptes rendus d’expositions sont disponibles sur le site de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes.

Au programme : retour vers le futur au Louvre, des nouvelles de Londres, actualité de la maison de Victor Hugo.
Et n’hésitez pas à envoyer vos propositions de comptes rendus à Mathilde Labbé & Aude Jeannerod : expoxix@gmail.com

Liste des comptes rendus :

Une brève histoire de l’avenir, Paris, Musée du Louvre (septembre 2015-janvier 2016) et Bruxelles, Musées Royaux des Beaux-arts de Belgique (septembre 2015-janvier 2016) — par Isabelle Safa.
 
Éros Hugo. Entre pudeur et excès, Paris, Maison de Victor Hugo (novembre 2015-février 2016) — par Jordi Brahamcha-Marin.
 
Julia Margaret Cameron (1815-1879), Londres, Victoria & Albert Museum (novembre 2015-février 2016) — par Erika Wicky.
 
Delacroix and the Rise of Modern Art, Londres, National Gallery, Sainsbury Wing (février-mai 2016) — par Elizabeth Leith & Maryse Savalle.
 
Les Hugo, une famille d’artistes, Paris, Maison de Victor Hugo (avril-septembre 2016) — par Jordi Brahamcha-Marin.

Appel à communications pour la journée d’études de la SERD

Nous avons le plaisir d’annoncer que la journée d’études des Doctoriales de la SERD, « Espaces et lieux de l’intime au XIXe siècle », aura lieu les 7 et 8 avril 2016 à l’université Paris-VII-Diderot. L’appel à communications peut être consulté en ligne.

Les propositions de communication, d’une page maximum, doivent être envoyées à Nicolas Aude, Alice de Charentenay, Romain Enriquez et Marie-Clémence Régnier à l’adresse lieux-de-lintime@googlegroups.com avant le 20 décembre 2015.

Appel à candidatures : prix de thèse sur le XIXe siècle

Prix du Comité de Liaison des Associations Dix-Neuviémistes

Désireux de récompenser et promouvoir les travaux de chercheurs portant sur le XIXe siècle, le Comité de Liaison des Associations Dix-neuviémistes (CL 19) a créé un prix annuel destiné à couronner une thèse de doctorat ou un mémoire de troisième cycle portant sur le XIXe siècle (1789-1914). Ce prix est décerné pour la première fois en 2016, dans l’esprit du CL 19, qui réunit sociétés savantes, groupes de recherche, musées, bibliothèques et institutions culturelles concernées par l’étude du XIXe siècle.

ARTICLE 1 – Modalités d’attribution
Le Prix sera attribué tous les ans par le Président du jury du Prix de recherche des associations dix-neuviémistes, sur proposition du jury réuni pour examiner les travaux soumis.
Le jury peut proposer de ne pas attribuer le Prix si aucune des thèses déposées ne lui paraît avoir les qualités requises.

ARTICLE 2  – Conditions d’attribution
Les candidats, de nationalité française ou étrangère, devront avoir soutenu avec succès, au cours des deux années précédant la date de son dépôt auprès du jury, une thèse de doctorat ou un mémoire de troisième cycle rédigé(e) en français et portant sur le XIXe siècle (1789-1914).

ARTICLE 3  – Montant
Le montant du Prix est fixé chaque année par le jury du Prix. Ce Prix est destiné à aider à la publication de la thèse et à la poursuite des travaux de recherche du lauréat. Outre le Prix de thèse, des accessits pourront être attribués à deux autres candidats au plus, afin de récompenser la qualité de leurs travaux et de favoriser par des moyens non-financiers la publication et la diffusion de leur recherche.

ARTICLE 4  – Jury
Le jury du Prix de thèse du CL 19 est présidé par M. Jérôme Farigoule, directeur du Musée de la Vie romantique. Le jury est composé, en plus du président, de douze à quinze membres issus des différentes associations représentées au sein du CL 19, sur la base du volontariat. La liste des membres du jury est publiée chaque année. Le jury se réserve le droit de faire appel à des experts indépendants pour exprimer leur avis sur les thèses proposées.

ARTICLE 5 – Modalités de candidature
Les candidats au Prix de thèse doivent fournir, en format .pdf exclusivement, la thèse de doctorat ou le mémoire de troisième cycle soumis au jury, la copie d’une pièce d’identité, une attestation de l’obtention du diplôme de troisième cycle et un C.V. sans liste de publications : ce dossier sera adressé par mail à l’adresse suivante : bureaudeliaisonxix@gmail.com avant le 31 décembre 2015.