Archives de catégorie : Appels

Prix Ary Scheffer – 2018

Désireux de récompenser et promouvoir les travaux de chercheurs portant sur le XIXe siècle, le Comité de Liaison des Associations Dix-neuviémistes (CL 19) a créé un prix annuel destiné à couronner une thèse de doctorat ou un mémoire de troisième cycle portant sur le XIXe siècle (1789-1914). Ce prix est décerné pour la seconde fois en 2017, dans l’esprit du CL 19, qui réunit sociétés savantes, groupes de recherche, musées, bibliothèques et institutions culturelles concernées par l’étude du XIXe siècle.

ARTICLE 1 – Modalités d’attribution

Le Prix sera attribué tous les ans par le Président du jury du Prix de recherche des associations dix-neuviémistes, sur proposition du jury réuni pour examiner les travaux soumis. Le jury peut proposer de ne pas attribuer le Prix si aucune des thèses déposées ne lui paraît avoir les qualités requises.

ARTICLE 2 – Conditions d’attribution

Les candidats, de nationalité française ou étrangère, devront avoir soutenu avec succès, au cours des deux années précédant la date de son dépôt auprès du jury, une thèse de doctorat ou un mémoire de troisième cycle rédigé(e) en français et portant sur le XIXe siècle (1789-1914).

ARTICLE 3 – Montant

Le montant du Prix est fixé chaque année par le jury du Prix. Ce Prix est destiné à aider à la publication de la thèse et à la poursuite des travaux de recherche du lauréat. Outre le Prix de recherche, des accessits pourront être attribués à deux autres candidats au plus, afin de récompenser la qualité de leurs travaux et de favoriser par des moyens non-financiers la publication et la diffusion de leur recherche.

ARTICLE 4 – Jury

Le jury du Prix de recherche du CL 19 est présidé par M. Jérôme Farigoule, directeur du Musée de la Vie romantique. Le jury est composé, en plus du président, de douze à quinze membres issus des différentes associations représentées au sein du CL 19, sur la base du volontariat. La liste des membres du jury est publiée chaque année. Le jury se réserve le droit de faire appel à des experts indépendants pour exprimer leur avis sur les thèses proposées.

ARTICLE 5 – Modalités de candidature

Les candidats au Prix de recherche doivent fournir, en format .pdf exclusivement, la thèse de doctorat ou le mémoire de troisième cycle soumis au jury, la copie d’une pièce d’identité, une attestation de l’obtention du diplôme de troisième cycle, le rapport de soutenance et un C.V. sans liste de publications : ce dossier sera adressé par mail à l’adresse suivante : bureaudeliaisonxix(at)gmail.com avant le 31 décembre 2017.

NB : pour l’édition 2018, on acceptera les travaux soutenus entre le 1er janvier 2016 et le 31 décembre 2017.

Il est demandé aux candidats de limiter la taille des fichiers, en particulier de la thèse et du rapport de soutenance, à 5Mo par document maximum.

Les candidats qui n’auraient pas reçu leur rapport de soutenance à la date de clôture de l’appel pourront compléter leur dossier de candidature en l’adressant par courriel dans les premiers jours de janvier, en mentionnant dans le mail de candidature que la pièce sera envoyée plus tard.

Le Prix récompense un travail de troisième cycle (thèse ou doctorat) : les travaux de Master ne sont pas admis à concourir.

 

Journée d’Étude 2018 des Doctoriales de la SERD : Les « folles croyances » du XIXe siècle

Dans son ouvrage La Fin des terroirs. La Modernisation de la France rurale, 1870–1914, l’historien américain Eugen Weber évoque les « folles croyances » (« the mad beliefs ») du monde rural, considéré par les citadins comme un monde sauvage, opposé à la civilisation. Ces « folles croyances » désignent les superstitions qui structurent la représentation du monde des paysans : croyance aux fantômes, aux sorcières, aux loups-garous, mais aussi au pouvoir des amulettes, à la protection de l’eau bénite contre la foudre, ou encore à la vertu de certaines sources pour trouver l’amour. Tous ces éléments sont dévalorisés et dépréciés par les citadins, et en particulier par les lettrés, parce qu’ils entrent en conflit avec leur mode rationnel d’appréhension des phénomènes. Et pourtant, comme l’explique Eugen Weber, ces croyances ne sont pas insensées ; elles s’inscrivent dans la réalité quotidienne du monde rural et y ont une véritable force pragmatique. Ainsi, lorsque les paysans sont impuissants devant l’orage et la grêle qui risquent de ruiner leurs récoltes, le recours au surnaturel apparaît comme la seule compensation possible à l’angoisse que provoquent les insoutenables épreuves du réel.
Engager une réflexion sur les « folles croyances » du xixe siècle consistera ainsi à prendre en compte ces deux dimensions : d’une part, l’origine des croyances, inscrites dans un certain ordre du monde ; d’autre part, le point de vue de celles et ceux qui, en les examinant de l’extérieur, les considèrent comme irrationnelles.
Il s’agira donc, en ayant soin d’éviter tout regard condescendant sur ces diverses croyances, de comprendre pourquoi elles ont été qualifiées de « folles » et dans quel contexte elles ont été soumises à la question au xixe siècle. Située au carrefour de questionnements socio-historiques et épistémocritiques, notre réflexion s’inscrira tout particulièrement dans l’espace littéraire, qui offre un reflet à la fois enthousiaste et critique des « folles croyances » de l’époque.

À titre indicatif, les communications pourront s’inscrire dans les axes suivants :

1. La science face aux « folles croyances »

Eugen Weber constate que les superstitions se réduisent lorsque la science parvient à répondre aux problèmes de la vie quotidienne (progrès de la médecine, emploi d’engrais chimiques, consultation des bulletins météorologiques, etc.). La science viendrait ainsi résorber les « folles croyances » des siècles précédents.
Or, dans le même temps, on observe l’apparition de pratiques nouvelles, se réclamant de la science, mais s’éloignant du savoir officiel et institutionnel, comme le magnétisme de Mesmer, la phrénologie de Le Gall ou encore le spiritisme d’Allan Kardec. Pierre-Georges Castex l’a bien noté : « En 1770, l’esprit scientifique et positif a gagné une grande partie du public éclairé. Or, précisément vers la même date, les recherches occultes, qu’ils ont si âprement dénoncées, bénéficient d’une faveur nouvelle ». Selon lui, la coïncidence n’est pas fortuite : « Plus s’acharne l’esprit critique et plus s’affirme le besoin de croire ». L’« Avant-propos » de La Comédie humaine en témoigne : en même temps qu’il met au jour les soubassements scientifiques de son œuvre, bâtie sur l’histoire naturelle de Cuvier et de Geoffroy Saint-Hilaire, Balzac, pétri des théories illuministes de la fin du xviiie siècle, proclame sa volonté de populariser dans ses romans « les prodiges de l’électricité qui se métamorphose chez l’homme en une puissance incalculée », « le magnétisme animal », ou encore « les belles recherches de Le Gall ».
En outre, la littérature et les arts montrent un intérêt croissant pour des phénomènes médicaux situés au cœur des recherches neurologiques et psychologiques naissantes mais dont l’existence ne cesse de faire débat (chlorose, hystérie et hypocondrie, conséquences de la masturbation, etc.). C’est dans ces maladies aux contours lâches et aux symptômes flous que puisent les écrivains réalistes et naturalistes pour composer de véritables études de cas. Ainsi dans Germinie Lacerteux des frères Goncourt.
Les communications pourront donc s’interroger sur l’articulation entre science et « folles croyances » (accréditation, rejet, anticipation, etc.). Elles pourront également étudier les modalités de représentation de cas médico-psychologiques sujets à caution ou bien de phénomènes scientifiques imaginaires.

2. Registres et genres des « folles croyances »

Le positivisme et les diverses réactions qu’il suscite ouvrent la voie à plusieurs tendances génériques dans lesquelles s’épanouissent préférentiellement les « folles croyances » à l’œuvre au xixe siècle. D’un côté, les écrivains cherchent à développer les potentialités imaginatives de la science : comptant sur la découverte future de ce que Camille Flammarion appelle des « forces surnaturelles inconnues », physiques ou psychiques, ils composent des œuvres reposant sur des présomptions qui font l’objet de folles croyances scientifiques. C’est la naissance du « merveilleux scientifique », dont l’amplitude générique peut englober aussi bien la littérature magnétique et spirite que le roman d’anticipation ou la féérie. De l’autre, l’ébranlement progressif des certitudes positivistes conduit à l’émergence du genre fantastique, qui exploite les failles de la science pour faire surgir au sein d’un monde prétendument rationnel des phénomènes mystérieux et inquiétants sur lesquels achoppent les enquêtes savantes. C’est dans ce mouvement que s’inscrivent par exemple les Histoires extraordinaires d’Edgar Allan Poe. Littérature d’imagination scientifique et récit fantastique se situent ainsi de part et d’autre du registre merveilleux, qui suscite tantôt la surprise et l’émerveillement, tantôt l’effroi et l’angoisse. Dans les deux cas, il s’agit pour l’écrivain de « faire croire », c’est-à-dire d’engager le lecteur à adhérer à l’existence de phénomènes scientifiquement indémontrables.
L’invasion de la science conduit en outre, par réaction, à la résurgence de genres littéraires anciens : contes de fées, mythes antiques, récits hagiographiques, et légendes folkloriques sont en effet utilisés par les écrivains romantiques tout autant que par la littérature fin-de-siècle comme réservoirs de croyances capables de réenchanter un monde désormais privé de poésie et de magie. C’est le cas de George Sand, qui conjugue les ressources du conte de fées et des croyances paysannes dans son roman champêtre La Petite Fadette. C’est contre toutes ces « folles croyances », qu’elles soient merveilleuses, fantastiques ou légendaires, que se forgent le réalisme puis le naturalisme, qui mobilisent à leur encontre un registre satirique et sceptique destiné à mettre fin aux superstitions nostalgiques qui appartiennent à une époque révolue.
Selon qu’ils se livrent à la défense et à l’illustration de folles croyances, légendaires ou scientifiques, ou bien qu’ils en font le procès, poètes, romanciers et dramaturges assument alternativement la mission du mage ou bien celle du savant. En fonction de ses convictions idéologiques, l’écrivain peut être considéré comme un prophète ou un censeur de la science, il se fait défenseur ou inquisiteur du surnaturel.
Les communications pourront se consacrer à l’étude d’un genre littéraire né de la mise en fiction de ces « folles croyances ». Elles pourront également étudier les ressources littéraires employées pour créer une illusion référentielle à même de « faire croire ». Les travaux pourront par ailleurs s’intéresser aux différents éthè adoptés par les écrivains de l’époque pour restituer littérairement ces « folles croyances ».

3. Encourager ou rationaliser les « folles croyances » : religion et superstitions

On le sait – des travaux comme ceux de l’historien Gérard Cholvy l’ont montré – l’Église tente elle aussi durant tout le siècle de lutter contre les « folles croyances ». Face aux superstitions se dresserait en effet le dogme catholique, croyance autorisée et officielle. À l’intérieur même de l’espace religieux s’opposent toutefois ceux qui veulent donner une vision rationnelle du catholicisme susceptible de plaire à la bourgeoisie et ceux pour qui les miracles et les mystères doivent préserver l’authenticité et la grandeur de la foi chrétienne. Barbey d’Aurevilly n’aura ainsi de cesse de répéter que « le Catholicisme, cette sublime synthèse qui peut embrasser tout, n’explique pas tout, car tout ne peut pas, et ne doit pas être expliqué ».
Par ailleurs, si les croyances religieuses semblent encore bien établies, des écrivains anticléricaux, exploitant « la zone incertaine entre magie et religion » (« the uncertain ground between religion and magic » comme l’écrit Eugen Weber), tentent de saper le pouvoir temporel de l’Église en exhibant la part d’irrationnel qui la sous-tend. C’est par exemple le cas d’Ernest Renan, qui réduit les pouvoirs thaumaturgiques du Christ à de simples miracles psychologiques dans La Vie de Jésus. Pour reprendre l’image évangélique, plus de « vierges sages » ! L’histoire de la religion chrétienne serait jalonnée de leurs consœurs, les « vierges folles » et de leurs pendants masculins.
Les propositions pourront s’interroger sur la réversibilité de la représentation des croyances démentes en lien avec le religieux. Elles pourront également s’intéresser aux modalités littéraires de représentation des « folles croyances » catholiques (miracles, extases, visions).

4. Se souvenir des « folles croyances » : le travail de l’Histoire

En inventant l’historiographie moderne, la première moitié du xixe siècle suscite un regain d’intérêt pour l’Histoire, comme en témoigne le succès des cours de Guizot et de Michelet, en même temps qu’elle encourage le goût déjà prononcé du public pour les grands récits. S’installe dès lors un engouement durable pour les romans historiques, dont Walter Scott se fait le chef de file, et qui font resurgir de grandes figures héroïques cristallisant les fantasmes d’une époque. Le xixe siècle est également propice à l’apparition d’une forte tendance médiévaliste, qui conduit à l’évocation répétée d’un « Moyen Âge de carton et de terre cuite », fustigé dès 1835 par Théophile Gautier dans sa préface à Mademoiselle de Maupin.
La « fabrique du Moyen Âge » à laquelle se livrent les écrivains de l’époque, ainsi que la résurrection d’âges d’or largement réinventés contribuent à faire des « folles croyances » des siècles passés l’objet d’une fascination ambivalente. Les écrivains de l’époque se partagent en effet entre indignation devant des convictions considérées comme contraires à la raison et nostalgie pour de belles illusions perdues. Ainsi, Ivanhoé, best-seller européen de Walter Scott, hésite entre la critique véhémente de l’obscurantisme d’un Moyen Âge pétri de violence et de superstitions, et l’admiration pour des vertus morales et guerrières disparues au xixe siècle.
Les travaux pourront s’interroger sur les différences de représentation des « folles croyances » selon qu’on se trouve dans l’historiographie ou dans la fiction historique. Ils pourront également se demander à quelles histoires de l’Histoire croient les écrivains et historiographes du xixe siècle.

Les propositions de communication, de 400 mots maximum, accompagnées d’une notice bio-bibliographique, doivent être envoyées à contact.doctoriales.serd@gmail.com avant le 31 décembre 2017. Les réponses seront communiquées courant janvier.

La Journée d’Étude aura lieu le 25 mai 2018.

Bibliographie indicative

Bénichou, Paul, Romantismes français, Paris, Gallimard, « Quarto », 2004.
Bernard-Griffiths, Simone, Glaudes, Pierre, et Vibert, Bertrand, (dir.), La Fabrique du Moyen Âge, Représentations du Moyen Âge dans la culture et la littérature françaises du xixe siècle, Paris, Honoré Champion, 2006.
Bernard-Griffiths, Simone, et Bricault, Céline (dir.), Magie et magies dans la littérature et les arts du xixe siècle, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2011.
Blondel, Christine, et Bensaude-Vincent, Bernadette (dir.), Des savants face à l’occulte, 1870 -1940, Paris, Éditions la Découverte, 2002.
Carroy, Jacqueline, Hypnose, suggestion et psychologie. L’Invention de sujets, Paris, Presses universitaires de France, 1991.
Castex, Pierre-Georges, Le Conte fantastique en France de Nodier à Maupassant, Paris, José Corti, 1951.
Charle, Christophe, Histoire sociale de la France au xixe siècle, Paris, Le Seuil, « Points Histoire », 1991.
Cholvy, Gérard, Christianisme et société en France au XIXe siècle (1790-1914), Paris, Le Seuil, « Points Histoire », 2001.
Darnton, Robert, La Fin des Lumières. Le Mesmérisme et la révolution [1968], Paris, Perrin, 1984.
Durand de Gros, Joseph-Pierre, Le Merveilleux scientifique, Paris, Alcan, 1894.
Edelman, Nicole, Les Métamorphoses de l’hystérique, Paris, La Découverte, 2003.
Edelman, Nicole, Voyantes, guérisseuses et visionnaires en France. 1785-1914, Paris, Albin
Michel, « Histoire », 1995.
Kendrick, Laura, Mora, Francine, et Reid, Martine (dir.), Le Moyen Âge au miroir du xixe siècle, Paris, L’Harmattan, 2003.
Michel, Pierre, Un mythe romantique. Les Barbares, 1789-1848, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1981.
Weber, Eugen, La Fin des terroirs. La modernisation de la France rurale, 1870-1914, Paris, Pluriel, 2011.

VIIIe Congrès de la SERD : L’Oeil du XIXe siècle, 26-29 mars 2018

Le VIIIe Congrès de la Société des Études Romantiques et Dix-neuviémistes aura lieu du 26 au 29 mars 2018, à la Fondation Singer-Polignac, Paris.

Les propositions de communications (d’environ 2000 signes), accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, sont à adresser à Erika Wicky (erika.wicky@gmail.com) avant le 5 septembre 2017.

Argumentaire

L’œil désigne un organe, mais aussi, par métonymie, une action (le regard) et une production (la vision). C’est donc, au sens plus large, sur la manière propre qu’a eue le XIXe siècle d’investir le champ du visuel, d’en remodeler l’action et les formes à sa mesure, que portera le VIIIe Congrès de la SERD. Il s’agira d’inviter les participants à définir les caractériques d’un autre period eye que celui dont traitait Michael Baxandall lorsqu’il se demandait quelles étaient les « dispositions visuelles vernaculaires qui relient les tableaux [du XVe siècle ita lien] à la vie sociale, religieuse et commerciale » (Painting and Experience in Fifteenth-Century Italy: A Primer in the Social History of Pictorial Style ; traduction française : L’Œil du Quattrocento, 1985).

Siècle de progrès techniques en matière d’optique, d’instruments de vision, de physiologie de la vue et de médecine ophtalmologique, le XIXe siècle est aussi, de manière plus générale, le « siècle du regard » (Ph. Hamon), le « siècle de l’observateur » (J. Crary), le siècle du « panoptique » (M. Foucault). Le privilège du visuel s’y manifeste, de manière elle-même spectaculaire, par des inventions et pratiques culturelles en série ayant trait à la vision. C’est le siècle des –scopes : kaléidoscope (Brewster, 1817), phénakistiscope (Plateau, 1832), stéréoscope (Wheatstone, 1838), ophtalmoscope (Helmholtz, 1851), télestéréoscope, bioscope ou stério-fantascope, pseudoscope, etc. C’est le siècle des –ramas (panorama, diorama, cosmorama, néorama, etc.). C’est aussi le siècle des perfectionnements des instruments d’optique, du microscope et du télescope, des lorgnettes et des longues vues. Soit donc le siècle de la médiatisation du regard au travers d’instruments de plus en plus perfectionnés, qui, censés en accroître la portée ou l’acuité, en transforment de fond en comble les conditions. Ce qui se produit selon des moments de rupture, tant épistémologiques qu’optiques, qui scandent l’histoire des modèles visuels, qu’on situe tantôt dès le début du siècle (J. Crary), tantôt en son mitan, avec l’invention de la photographie (1839) et la révolution picturale des années 1860, tandis que d’autres analystes insistent sur les révolutions qu’apportent en la matière la fin du siècle et le siècle suivant (Martin Jay, Downcast Eye. The Denigration of Vision in XXth-Century French Thought, 1993).

Ces nouvelles focales influent sur la perception mais aussi sur les modalités d’ensemble de la vie sociale. C’est ce que le suggère le vicomte de Launay lorsqu’il écrit : « La réalité parisienne est toute dans l’aspect. Nous avons des yeux de Diorama, de Panorama, de Néorama ; les effets d’optique suffisent à la légèreté de nos regards » (1837). C’est aussi le siècle où, dans les arts plastiques, la question du point de vue s’impose avec acuité, d’autant que l’invention de la photographie vient confirmer le primat du visuel et invite à un nouveau dialogue entre les arts de la vue, littérature comprise. C’est le siècle où, à propos de Courbet, Ingres s’exclame : « C’est un œil », l’accusant ainsi de n’être pas un artiste complet, mais seulement un peintre virtuose. En revanche, c’est aussi le siècle où Flaubert remarque que « pour qu’une chose devienne intéressante, il suffit de la regarder longtemps », et se donne pour mot d’ordre : « Fais-toi prunelle ! » (1845), valorisant ainsi une telle réduction au visible. C’est le siècle où en littérature, sous l’influence des arts visuels, les descriptions montent en puissance. C’est ce que remarquent les frères Goncourt : si elles manquent chez Saint-Simon, c’est que « les yeux n’étaient pas nés » (1862). Dans les arts de la scène la part du spectaculaire s’accroît. Mais on assiste alors aussi à une véritable « spectacularisation » de la vie sociale, à tous les niveaux : affiches, magasins, musées, expositions, passages, « fantasmagorisation de la marchandise » (Marx). Et Balzac d’énumérer tout le premier l’ensemble des prodigalités visuelles que « ‘lampe » l’« œil du Parisien » : feux d’artifice, palais en verres multicolores, féeries des théâtres, panoramas renaissants, continuelles expositions, caricatures, vignettes, lithographies, sans oublier le gaz qui illumine les boulevards et les « points de vue » que ménage la municipalité.

Les propositions attendues pourront s’inscrire dans les axes présentés ci-dessous, qui ne sont toutefois que des pistes offertes à la réflexion. Un intérêt particulier sera accordé aux propositions qui éviteront les monographies en déployant une perspective transversale ou qui manifesteront une approche interdisciplinaire (histoire, littérature, philosophie, histoire de l’art, histoire des sciences, histoire des techniques, etc.).

Le comité scientifique sélectionnera les propositions, et le résultat de son travail sera communiqué dès le début octobre.

Les axes d’étude sont disponibles sur le site de la Société des Études Romantiques et Dix-neuviémistes : http://serd.hypotheses.org/675

Université d’été : « (Dé)sacralisations : fortunes du sacré dans la littérature »

Cette Université d’été aura lieu à Reims du 3 au 7 juillet 2017.

Elle est ouverte à 15 jeunes chercheurs (doctorants et post-doctorants) qui seront encadrés par une dizaine d’enseignants-chercheurs confirmés (venant des universités de Padoue, Prague, Louvain et Reims). Les activités scientifiques proposées seront les suivantes : leçons magistrales, communications des jeunes chercheurs et deux ateliers collaboratifs (au choix). Des visites culturelles liées à la thématique générale seront organisées, dont la visite de la Cathédrale, de la Basilique Saint Remi, de la Chapelle Foujita et du Musée des Beaux-Arts.

Pour y participer, les jeunes chercheurs doivent proposer une intervention orale de trente minutes sur un sujet clairement lié à la thématique générale : « (Dé)sacralisations : fortunes du sacré dans la littérature ». La contribution aux frais d’organisation est de 50 €. L’hébergement et une partie de la restauration sont pris en charge par les organisateurs.

Les inscriptions se font jusqu’au 24 avril directement sur le site internet Reims 2017, à l’adresse suivante : summerschool-CRIMEL-2017@univ-reims.fr

La liste des dossiers sélectionnés sera publiée début mai.

Vous pouvez demander l’argumentaire et le formulaire de candidature par mail à : contact.doctoriales.SERD@gmail.com  

Proposer une critique de film

Le site de la SERD s’est récemment doté d’une page dédiée aux critiques de films en lien avec le dix-neuvième siècle.

Tout Doctorant ou jeune chercheur travaillant sur le dix-neuvième siècle peut proposer sa critique. Pour cela, il suffit d’envoyer une proposition par mail à l’adresse des Doctoriales (contact.doctoriales.SERD@gmail.com) à l’attention de Mathilde Labbé, avec pour objet : « proposition de critique de film ».

En attendant, rendez-vous samedi à 10h, à l’Université Paris VII, salle 678C du bâtiment Grands Moulins, pour la prochaine séance du séminaire des Doctoriales !

Accès : station Bibliothèque François Mitterrand, métro ligne 14, rer C, T3 Avenue de France, bus 89, 62, 64, 132.

Nouveaux comptes rendus d’expositions

De nouveaux comptes rendus d’expositions sont disponibles sur le site de la SERD.

Au programme :
Ludwig Van : le mythe Beethoven, Philharmonie de Paris (octobre 2016-janvier 2017) – critique de Suzanne Lay
Hodler, Monet, Munch : peindre l’impossible, Paris, Musée Marmottan-Monet (septembre 2016-janvier 2017) – critique d’Hélène Heyraud
Painting with Light. Art and Photography From the Pre-Raphaelites to the Modern Age, Londres, Tate Britain (mai-septembre 2016) – critique d’Annie Dubernard-Laurent
Moreau/Rouault. Souvenirs d’atelier (janvier-avril 2016) et Codex s’invite chez Gustave. Bestiaires croisés (mai 2016), Paris, musée Gustave-Moreau – critique de Lily Fauriac
Nemo alias Dakkar, Nantes, musée Jules-Verne (octobre 2016–juin 2017) – critique de Magalie Myoupo et Yohann Ringuedé
Turner et la couleur, Aix-en-Provence, Hôtel de Caumont Centre d’Art (mai-septembre 2016) – critique d’Annie Dubernard-Laurent

N’hésitez pas à envoyer vos propositions de comptes rendus à Mathilde Labbé & Aude Jeannerod à l’adresse suivante : expoxix@gmail.com

L’Atelier du dix-neuvième siècle

L’Atelier du XIXe siècle réunit des chercheurs confirmés et de jeunes chercheurs autour de sujets dix-neuviémistes.

Tout jeune chercheur peut faire une proposition d’Atelier sur une problématique de la recherche dix-neuviémiste. Pour cela, vous pouvez envoyer, à la Présidence de la SERD, un argumentaire développé sur environ deux pages, contenant une problématisation du sujet, les différents axes de réflexion que le sujet permet d’aborder, ainsi qu’une bibliographie.

Les programmes des séances passées peuvent être consultés ici.

Si vous avez des questions sur le fonctionnement de l’Atelier du XIXème siècle, vous pouvez nous écrire à : contact.doctoriales.SERD@gmail.com

 

« Expériences mystiques » : le séminaire doctoral du CERILAC

Le séminaire doctoral du CERILAC, (Centre d’Étude et de Recherche Interdisciplinaire de l’UFR LAC) , organisé par Fanny Arama, Riccardo Raimondo et Florian Audureau, et ayant pour sujet les « Expériences mystiques : énonciations, représentations et réécritures », aura lieu tous les deux mois à l’Université Denis Diderot, à partir du 14 octobre 2016, date de la séance de présentation du séminaire.

L’appel à communications est désormais disponible en ligne. Il est ouvert jusqu’au 15 novembre 2016.

 

Nouveaux comptes rendus d’expositions

Un peu de lecture pour l’été ! Pour patienter en attendant la rubrique culturelle du Magasin du XIXe siècle n° 6 qui paraîtra fin 2016, de nouveaux comptes rendus d’expositions sont disponibles sur le site de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes.

Au programme : retour vers le futur au Louvre, des nouvelles de Londres, actualité de la maison de Victor Hugo.
Et n’hésitez pas à envoyer vos propositions de comptes rendus à Mathilde Labbé & Aude Jeannerod : expoxix@gmail.com

Liste des comptes rendus :

Une brève histoire de l’avenir, Paris, Musée du Louvre (septembre 2015-janvier 2016) et Bruxelles, Musées Royaux des Beaux-arts de Belgique (septembre 2015-janvier 2016) — par Isabelle Safa.
 
Éros Hugo. Entre pudeur et excès, Paris, Maison de Victor Hugo (novembre 2015-février 2016) — par Jordi Brahamcha-Marin.
 
Julia Margaret Cameron (1815-1879), Londres, Victoria & Albert Museum (novembre 2015-février 2016) — par Erika Wicky.
 
Delacroix and the Rise of Modern Art, Londres, National Gallery, Sainsbury Wing (février-mai 2016) — par Elizabeth Leith & Maryse Savalle.
 
Les Hugo, une famille d’artistes, Paris, Maison de Victor Hugo (avril-septembre 2016) — par Jordi Brahamcha-Marin.

Appel à communications pour la journée d’études de la SERD

Nous avons le plaisir d’annoncer que la journée d’études des Doctoriales de la SERD, « Espaces et lieux de l’intime au XIXe siècle », aura lieu les 7 et 8 avril 2016 à l’université Paris-VII-Diderot. L’appel à communications peut être consulté en ligne.

Les propositions de communication, d’une page maximum, doivent être envoyées à Nicolas Aude, Alice de Charentenay, Romain Enriquez et Marie-Clémence Régnier à l’adresse lieux-de-lintime@googlegroups.com avant le 20 décembre 2015.

Appel à candidatures : prix de thèse sur le XIXe siècle

Prix du Comité de Liaison des Associations Dix-Neuviémistes

Désireux de récompenser et promouvoir les travaux de chercheurs portant sur le XIXe siècle, le Comité de Liaison des Associations Dix-neuviémistes (CL 19) a créé un prix annuel destiné à couronner une thèse de doctorat ou un mémoire de troisième cycle portant sur le XIXe siècle (1789-1914). Ce prix est décerné pour la première fois en 2016, dans l’esprit du CL 19, qui réunit sociétés savantes, groupes de recherche, musées, bibliothèques et institutions culturelles concernées par l’étude du XIXe siècle.

ARTICLE 1 – Modalités d’attribution
Le Prix sera attribué tous les ans par le Président du jury du Prix de recherche des associations dix-neuviémistes, sur proposition du jury réuni pour examiner les travaux soumis.
Le jury peut proposer de ne pas attribuer le Prix si aucune des thèses déposées ne lui paraît avoir les qualités requises.

ARTICLE 2  – Conditions d’attribution
Les candidats, de nationalité française ou étrangère, devront avoir soutenu avec succès, au cours des deux années précédant la date de son dépôt auprès du jury, une thèse de doctorat ou un mémoire de troisième cycle rédigé(e) en français et portant sur le XIXe siècle (1789-1914).

ARTICLE 3  – Montant
Le montant du Prix est fixé chaque année par le jury du Prix. Ce Prix est destiné à aider à la publication de la thèse et à la poursuite des travaux de recherche du lauréat. Outre le Prix de thèse, des accessits pourront être attribués à deux autres candidats au plus, afin de récompenser la qualité de leurs travaux et de favoriser par des moyens non-financiers la publication et la diffusion de leur recherche.

ARTICLE 4  – Jury
Le jury du Prix de thèse du CL 19 est présidé par M. Jérôme Farigoule, directeur du Musée de la Vie romantique. Le jury est composé, en plus du président, de douze à quinze membres issus des différentes associations représentées au sein du CL 19, sur la base du volontariat. La liste des membres du jury est publiée chaque année. Le jury se réserve le droit de faire appel à des experts indépendants pour exprimer leur avis sur les thèses proposées.

ARTICLE 5 – Modalités de candidature
Les candidats au Prix de thèse doivent fournir, en format .pdf exclusivement, la thèse de doctorat ou le mémoire de troisième cycle soumis au jury, la copie d’une pièce d’identité, une attestation de l’obtention du diplôme de troisième cycle et un C.V. sans liste de publications : ce dossier sera adressé par mail à l’adresse suivante : bureaudeliaisonxix@gmail.com avant le 31 décembre 2015.