Archives de catégorie : Billets

Compte-rendu de la séance du 17 juin 2017

Étaient présents : Manon Amandio, Brice Ameille, Nicolas Aude, Jordi Brahamcha-Marin, Romain Enriquez, Yeon Jeong, Amandine Lebarbier, Mathilde Leïchlé, Magalie Myoupo, Anne Orset, Hermeline Pernoud, Marie-Clémence Régnier, Yohann Ringuedé, Marie-Agathe Tilliette.

Au programme de cette dernière séance de l’année 2016-2017 : le sujet de la Journée d’Études du printemps 2018 et le calendrier des séances de l’année prochaine.

Le sujet de la Journée d’Études organisée par les Doctoriales a été voté : il s’agit des «  »Folles croyances » (Eugen Weber, La fin des terroirs) du dix-neuvième siècle ». Pris dans un sens assez général, cette expression recouvre des thèmes qui n’ont pas encore été abordés dans le séminaire, comme les liens entre croyance et folie, ainsi que tout ce qui relève de la représentation du fantasme et de l’illusion au dix-neuvième siècle. Un appel à communications sera diffusé au mois de septembre.

La Journée d’Études aura lieu le vendredi 25 mai 2018.

Le comité organisateur pour cette Journée d’Études est le suivant : Manon Amandio, Amandine Lebarbier, Magalie Myoupo, Anne Orset et Marie-Agathe Tilliette.

Concernant le calendrier 2017-2018, voici les dates qui ont été retenues :

  • 23 septembre 2017 : séance de rentrée des Doctoriales
  •  21 octobre 2017 : séance organisée par Marine Le Bail, intitulée « Quand les non-croyants pensent le religieux ».
  • 18 novembre 2017 : séance de Romain Enriquez consacrée aux rapports entre pathologie et croyance.
  • 2 décembre 2017 : atelier de Marie-Clémence Régnier, qui aura lieu à l’Arsenal, sur les commémorations au dix-neuvième siècle.
  • Janvier 2018 : séance sur les la différence du rapport à la religion entre les deux générations impressionnistes, organisée par Brice Ameille.
  • 6 avril 2018 : atelier « Les chefs-d’oeuvre inconnus » organisé par Amandine Lebarbier.

Il est possible de proposer une intervention dans les séances présentées ci-dessus, ou l’organisation d’une séance autour du thème du séminaire, « Croire » pour le second semestre de l’année 2017-2018, en particulier pour les mois de février, mars et mai.

Très bon été à tous !

 

Expériences mystiques romantiques : 16 juin 2017

La sixième et dernière séance du séminaire « Expériences mystiques », organisée par Fanny Arama, aura lieu en salle Pierre Albouy (bâtiment Grands Moulins, sixième étage) à l’Université Paris Diderot ce vendredi 16 juin de 16 à 18h.

Il s’agit d’une séance spécialement consacrée à l’écriture mystique à l’époque romantique. Nous aurons le plaisir d’écouter :

  • Rémy Arcemisbéhère (Paris-Sorbonne) – Comment « reconstruire l’édifice mystique » ? Aspiration mystique et savoirs ésotériques dans l’œuvre de Gérard de Nerval

« Chez Gérard de Nerval, expérience mystique et savoir ésotérique, loin de s’exclure, participent d’une même démarche. Nerval tente d’accomplir le geste fondamental du myste, « la négation du multiple et l’affirmation de l’Un » non à travers le « chemin de l’intérieur » mais à travers la réunion des fragments épars de la réalité. Accordant tout son prestige à la médiation, le récit de l’expérience mystique dans l’œuvre de Gérard de Nerval conserve les traces des discours ésotériques qui ont participé à son élaboration. Ce discours a inoculé le mystère et refuse de se donner entièrement en multipliant les lectures ésotériques (alchimie, Tarot, astrologie…). Ce travail d’occultation par la multiplication des références permet à Nerval de déjouer l’incommunicabilité de l’expérience mystique en choisissant comme objet de la représentation le centre obscur et secret de celle-ci. »

  • Angelo Careri (Sorbonne-Nouvelle) – Le genre du « mystère romantique » : histoire d’une forme marginale.

« On assiste en France dans les années 1830 à une vague du « mystère romantique », influencé principalement par les œuvres de Goethe (Faust I et II) et de Byron (Caïn, Manfred) qui commencent à être traduites en français, notamment par Nerval. Ces œuvres dialoguées à thème religieux, telles que La Tentation de Saint-Antoine de Flaubert ou l’Ahasvérus de Quinet, sont souvent inclassables : liées aux codes du théâtre, elles ne sont pourtant pas destinées à la scène. Elles manifestent aussi la survivance d’un genre beaucoup plus ancien et à cette époque déjà éteint : le mystère médiéval. Cette communication s’attardera donc sur quelques aspects de cette « réapparition », qui se fait principalement sur le mode de l’anomalie et de l’anachronisme.»

Tout Doctorant/jeune chercheur est le bienvenu à cette séance, qui sera suivie d’un pot de fin d’année.

Prochaine séance des Doctoriales : 17 juin 2017

La prochaine séance du séminaire des Doctoriales de la SERD aura lieu le samedi 17 juin, de 10h à 13h, à l’Université Paris Diderot dans la halle aux farines, aile E, salle 164E. Cette séance aura un format un peu différent de celui des précédentes puisque nous y débattrons du thème de la journée d’études qui sera organisée au printemps 2018 en rapport avec le thème 2016-2018 de notre séminaire (« Croire »). Trois sujets ont émergé pour l’instant, et seront discutés lors de la prochaine séance :

– « Faire croire au XIXe siècle »
– « Il était une fois… l’Histoire au XIXe siècle »
– « Désir amoureux, sexualité et croyance au XIXe siècle »

Tout membre des doctoriales peut proposer un sujet. Tout membre peut également demander à faire partie du Comité Organisateur de cette Journée d’Études.

Nous vous invitons à venir nombreux afin que le choix final reflète au maximum la dynamique des Doctoriales.

Cette rencontre sera aussi l’occasion de préciser le calendrier de l’an prochain et de proposer des communications pour les prochaines séances du séminaire.

Compte-rendu de la séance du 27 mai 2017

Étaient présents : Manon Amandio, Nicolas Aude, Fanny Arama, Jordi Brahamcha-Marin, Amélie de Chaisemartin, Clélia Chanéac, Marie Daouda, Amandine Lebarbier-Bessières, Magalie Myoupo, Anne Orset, Hermeline Pernaud, Yohann Ringuedé, Marie-Agathe Tilliette.

Cette séance intitulée « Croyance et souffrance dans le roman du dix-neuvième siècle » s’est tenue à la Maison de la Recherche de l’Université Paris-Sorbonne. Elle a donné lieu à deux communications :

Marie-Agathe Tilliette (Université Paris-Nanterre) : Souffrance et croyance dans les Promessi sposi d’Alessandro Manzoni : la Providence à l’œuvre ?

Dans son roman historique I promessi sposi (1827-1842), Alessandro Manzoni décrit les malheurs de deux jeunes fiancés, Renzo et Lucia, que la concupiscence d’un petit seigneur local sépare et entraîne dans de longues et douloureuses aventures. Le monde décrit par le romancier est sombre, dominé par la souffrance et par l’injustice. À la description des fléaux qui ravagent le duché de Milan dans les années 1628-1630 (disette, peste) s’ajoute une vision noire du gouvernement humain, corrompu par l’argent et le pouvoir. Comment Manzoni réussit-il à concilier sa foi affirmée en la justice divine et sa peinture sombre d’un monde humain de souffrances et d’injustices ? Fait-il appel à l’action de la Providence, qui est effectivement évoquée de nombreuses fois dans le roman ?

Si une certaine tradition critique fait du roman une « épopée de la Providence » (Attilio Momigliano), l’étude précise de sa représentation va dans le sens d’une affirmation plus nuancée. Par exemple, il est intéressant de relever les occurrences du mot « Provvidenza » et de constater qu’il ne peut jamais être attribué au narrateur : que ce soit au discours direct ou au discours indirect, il est toujours le fait d’un personnage et à chacun est réservée une vision spécifique de la Providence. Il semble donc qu’il faille considérer le rapport entre croyance et souffrance au-delà de l’action supposée de la Providence. On peut alors relever l’insistance de Manzoni à chercher et à dénoncer, comme il fait dans son opuscule historique Storia della colonna infame, un responsable humain aux maux qui touchent le duché de Milan d’une part, et les deux fiancés d’autre part. Le roman historique fonctionne alors comme le tribunal objectif de la postérité, la souffrance des temps passés n’est pas présentée comme inéluctable, mais comme le résultat de fautes et d’erreurs humaines, dont certaines sont excusables et d’autres méritent blâme et opprobre.

Ainsi, on peut dire que le rapport entre croyance et souffrance dans les Promessi sposi, plutôt que d’être résolu par l’action de la Providence qui justifierait la souffrance des coupables comme celle des innocents, est médié par la question de la responsabilité éthique. La croyance implique à la fois la compensation de la souffrance terrestre dans l’optique d’une « vie meilleure » et la nécessité de poser la question de la responsabilité de chacun dans la souffrance d’autrui. Plutôt qu’à un rapport binaire entre croyance et souffrance, on a donc affaire un rapport ternaire : la religion des Promessi sposi est espérance et miséricorde, mais aussi impératif éthique.

Amélie de Chaisemartin (Université Paris IV) : Le modèle du martyr dans l’héroïsme des personnages romantiques

Dans les romans des années romantiques, le héros n’est pas un personnage qui, comme dans les épopées, triomphe des obstacles par la ruse ou la force, mais un héros qui subit l’hostilité du monde en souffrant. La souffrance devient un signe d’élection et de supériorité dans les romans.

Nous montrerons que cette valorisation inédite de la souffrance par les romanciers romantiques peut s’expliquer par l’influence du modèle du Christ sur la construction de leurs personnages. Nous étudierons la manière dont les personnages de romans de la monarchie de Juillet sont identifiés au Christ et à la figure du martyr et ce que peut signifier cette identification dans le projet esthétique et moral des romanciers.

Rendez-vous le samedi 17 juin 2017 à l’Université Paris Diderot à partir de 10h pour la dernière séance de l’année. Au programme : le calendrier de l’année 2017-2018 et la préparation de la Journée d’Études du printemps 2018 : le sujet de la Journée sera voté (tout le monde peut en proposer un), un calendrier sera établi, et un Comité Organisateur sera désigné. Tout Doctorant/jeune chercheur dix-neuviémiste, ou travaillant partiellement sur le dix-neuvième siècle, est le bienvenu au séminaire des Doctoriales de la SERD, et aura la possibilité de participer au vote du sujet de la prochaine Journée d’Études ainsi qu’à son organisation.

Prochaine séance des Doctoriales : 27 mai 2017

La prochaine séance des Doctoriales de la SERD aura lieu le samedi 27 mai 2017 à partir de 10h, à la Maison de la Recherche, Université Paris-Sorbonne, 28 rue Serpente, 75006 Paris, métro ligne 4 et RER B et C. 

Organisée par Manon Amandio, cette séance porte sur les liens entre croyance et souffrance dans le roman du dix-neuvième siècle.

Programme

  • Manon Amandio, Université Paris-Nanterre, introduction : L’écriture de la souffrance au dix-neuvième siècle, entre ferveur et scepticisme.
  • Marie-Agathe Tilliette, Université Paris-Nanterre : Souffrance et croyance dans les Promessi sposi d’Alessandro Manzoni : la Providence à l’œuvre ?

Dans son roman historique I promessi sposi (1827-1842), Alessandro Manzoni décrit les malheurs de deux jeunes fiancés, Renzo et Lucia, que la concupiscence d’un petit seigneur local sépare et entraîne dans de longues et douloureuses aventures. La question qui se pose tout au long du roman est alors celle de la justification des souffrances de ces deux jeunes gens innocents et pieux : pourquoi Dieu semble-t-il châtier les justes et les purs ? À de nombreuses reprises, une réponse providentialiste est apportée à cette question : la souffrance serait un chemin nécessaire du dessein divin. Cependant, cette justification de la souffrance par la croyance n’est pas aussi univoque qu’elle paraît l’être à première lecture. La peinture réaliste des souffrances subies ébranle le dogme de la Providence : l’esthétique romanesque réaliste paraît entrer en conflit avec la croyance religieuse, pourtant omniprésente, interrogeant à nouveaux frais les rapports entre croyance et souffrance, tant au niveau de l’individu qu’à celui de la société.

  • Amélie de Chaisemartin, Université Paris-Sorbonne : Le modèle du martyr dans l’héroïsme des personnages romantiques

Dans les romans des années romantiques, le héros n’est pas un personnage qui, comme dans les épopées, triomphe des obstacles par la ruse ou la force, mais un héros qui subit l’hostilité du monde en souffrant. La souffrance devient un signe d’élection et de supériorité dans les romans. Nous montrerons que cette valorisation inédite de la souffrance par les romanciers romantiques peut s’expliquer par l’influence du modèle du Christ sur la construction de leurs personnages. Nous étudierons la manière dont les personnages de romans de la monarchie de Juillet sont identifiés au Christ et à la figure du martyr et ce que peut signifier cette identification dans le projet esthétique et moral des romanciers.

Durant cette séance, un point sera également fait sur la prochaine Journée d’Études des Doctoriales : sujet (en lien avec le thème « Croire »), comité d’organisation et calendrier.

Colloque : « Les formes poétiques de la vie : performativité, réflexivité, modernité dans le romantisme »

Le colloque « Les Formes poétiques de la vie : performativité, réflexivité, modernité dans le romantisme » se tiendra à l’Université Saint-Louis de Bruxelles les 1 et 2 juin 2017.

Présentation 

Il existe une tension commune propre aux différentes actualisations du romantisme européen dans les lettres, les arts et la pensée des différents espaces et temporalités où il s’est manifesté : il s’agit de la volonté de transformer radicalement les rapports entre la sphère de la création et ce qui lui est extérieur en poétisant la vie. Le romantisme voit non seulement l’apparition de nouvelles formes, mais il marque la naissance d’une nouvelle ambition pour la forme, qui l’inscrit dans un rapport différent avec ce qui l’excède et la conditionne, ce qui fait ressortir trois enjeux qui s’impliquent réciproquement. D’abord celui de la performativité : les formes du romantisme ne peuvent se penser sans prendre en considération leur capacité à « trans-former » notre expérience du monde par leur singularité même. Le projet romantique part de la vie, à travers la recherche de modèles organiques ou dans l’attention aux formes de l’existence les plus prosaïques et diverses, mais en retour, les formes artistiques qu’il déploie ont aussi pour vocation de « poétiser » le monde. Ensuite celui de la réflexivité : l’ambition de changer la vie par l’art s’accompagne souvent d’une réflexion métacritique, dans la mesure où les formes en régime romantique s’indiquent elles-mêmes comme actes, processus vivants, et pensent leur propre capacité de poétisation. Cette réflexivité est internalisée dans l’œuvre autant qu’elle est affaire d’interprétation ou de retour sur l’œuvre par qui la reçoit. Enfin celui de la modernité : la problématique de la forme apparaît comme un lieu fondamental pour interroger la manière dont le romantisme s’interprète lui-même, ainsi que les appropriations et les lectures dont il a fait l’objet de la part des critiques contemporains et ultérieurs. C’est tout l’héritage du courant qui est mis en tension par la réflexion sur le caractère performatif, réflexif et, par là sans doute, intimement moderne de la forme dans les arts, les lettres et la pensée de l’époque romantique.

Programme

Jeudi 1er juin 2017

Président de séance, matinée : Isabelle Ost (Université Saint-Louis – Bruxelles)

10h-10h15 : Accueil des participants

10h15-10h30 : Ouverture du colloque par Laurent Van Eynde, directeur du Centre Prospéro

Introduction, par Laure Cahen-Maurel (Université Saint-Louis – Bruxelles), Victoire Feuillebois (Université Saint-Louis – Bruxelles) et Martin Mees (Université Saint-Louis – Bruxelles)

10h30-11h25 : André Stanguennec (Université de Nantes) « Form », « Gestalt », « eidos », « Sinnbild ». Quelques aspects de la « forme » dans le romantisme allemand

11h25-12h20 : Laure Cahen-Maurel (Université Saint-Louis – Bruxelles) « Sans forme pas de matière, sans matière pas de forme » : les lettres de Schiller Sur l’éducation esthétique de l’homme, une pierre d’angle du romantisme allemand

12h20-13h45 : déjeuner

Président de séance, après-midi : Pierre Piret (Université Catholique de Louvain)

13h45-14h40 : Dagmar Wieser (Universität Zürich) « Faust, héros performatif »

14h40-15h35 : Martin Mees (Université Saint-Louis – Bruxelles) « L’alchimie des formes chez Nerval : une poétisation romantique »

15h35-16h05 : Pause-café

16h05-17h : Giovanna Pinna (Universita degli Studi del Molise) « Tragédie et ironie. De Schlegel à Solger »

17h-17h55 : Victoire Feuillebois (Université Saint-Louis – Bruxelles) « Le poète est le médecin transcendantal » (Novalis) : l’ambition romantique de guérir les vies par l’art »

19h30 : Dîner

Vendredi 2 juin 2017

Président de séance, matinée : Laurent Van Eynde (Université Saint-Louis)

9h30-10h25 : Olivier Schefer (Université Paris I – Panthéon-Sorbonne) « Nature créatrice et nature destructrice : l’art romantique à l’épreuve de la mort »

10h25-11h20 : José-Luis Diaz (Université Paris VII Paris Diderot, Président de la Société des Études Romantiques et Dix-neuviémiste) « Vivre en poète (1800-1850) »

11h20-11h50 : Pause-café

11h50-12h45 : Serge Zenkine (Université d’État des Sciences Humaines, Moscou) « Mimésis et sémiosis dans le comportement romantique »

12h45-14h : déjeuner

Président de séance, après-midi : Damien Zanone (Université Catholique de Louvain)

14h-14h55 : Éric Dayre (ENS de Lyon) « Vie poétique et anthropologie : dialogues et tensions post-romantiques en Europe »

14h55-15h50 : Dominique Peyrache-Leborgne (Université de Nantes) « L’arabesque des traditions populaires et le livre-monde, du Romantisme à l’Art Nouveau »

15h50-16h05 : Pause-café

16h05-17h : Émilie Pézard (ENS de Lyon, ANR Anticipation) « Différentes incarnations du romantisme dans Madame Bovary »

« Savoir voir »

Le nouveau numéro de la revue Arts et savoirs, intitulé Savoir voir, est largement consacré au XIXè siècle. Dirigé par Juliette Azoulai, il porte sur les questions de l’optique et de la perception oculaire, confirmant ainsi l’intérêt des études dix-neuviémistes pour ce sujet.

Vous y retrouverez notamment l’article de Yohann Ringuedé, « Voir Neptune au bout de sa plume : Flammarion et la constitution de l’algèbre comme nouvel instrument de vision ».

De quoi alimenter vos propositions de communication pour le prochain congrès de la SERD : L’œil du XIXe siècle !

 

 

Appel à contributions : (In)visibilité(s) du monstre

Extrait d’un appel passé par la revue pluridisciplinaire Convergences francophones sur le thème
« (in)Visibilité(s) du monstre » :

« Si le monstre pouvait à la Renaissance servir de signe, les monstres des siècles suivants sont redevables de la révolution scientifique, avec notamment l’essor de la tératologie. Au XIXème siècle, “vaste conservatoire des annales de la monstruosité” (Chauvaud 244, Ethnologie française 21.3), le monstre aux traits résolument humains pose la question de la dénaturation de l’être que les théories scientifiques de l’époque, notamment celle de l’hérédité, tentent de rationaliser en proposant une généalogie du monstrueux. Le monstre devient le miroir d’un pendant sombre de l’être humain repoussant les marges de l’ordinaire et du « normal ». Qu’il s’agisse d’avertir, d’annoncer ou de montrer, le monstre peuple durablement l’imaginaire collectif. »

Calendrier 
Date limite de soumission des articles : 15 août 2017
Date de retour des évaluations : 1er octobre 2017
Date de publication : décembre 2017

Compte-rendu de la séance du 22 avril 2017

Étaient présents : Manon Amandio, Fanny Arama, Emma Bartel, François Crampe, Marie Daouda, Mathilde Leïchlé, Magalie Myoupo, Anne Orset, Yohann Ringuedé, Marie-Agathe Tilliette.

Organisée par Marie Daouda, cette séance sur le traitement du miracle au XIXè siècle a donné lieu à deux communications :

  • Fanny Arama, Université Paris VII – Denis Diderot : « La conception du miracle dans les querelles littéraires de la fin du XIXe siècle : les cas de Renan, Barbey, Bloy et Zola ». Résumé:  Je me suis proposée dans ma communication de prendre la mesure de l’influence du penseur contre-révolutionnaire Joseph de Maistre (1753-1821) sur la conception de Jules Barbey d’Aurevilly et de Léon Bloy sur le miracle, et notamment de son rapport aux croyances et aux préjugés, qui leur permet de se réclamer d’un système de pensée réunissant une vision anti-moderne du monde et une fidélité au dogme catholique exprimée dans un style inégalé, et qu’ils ambitionnent de renouveler, à leur manière, dans leur œuvre. De Maistre indique notamment la méthode à suivre pour défendre le dogme catholique sans tomber dans l’écueil de la preuve, obsession des philologues et hommes de sciences modernes. Dans un deuxième temps, j’ai présenté les raisons de la mariophanie à l’œuvre en France dans la seconde moitié du XIXème siècle, à travers la création des pèlerinages nationaux, qui rejoignent la Salette et Lourdes grâce au chemin de fer, comme cela est puissamment mis en scène dans Lourdes d’Émile Zola. Léon Bloy a composé trois ouvrages sur la Salette pour concurrencer la conception positiviste du miracle représentée par Zola. Il envisageait la Vierge comme une nouvelle Némésis, très étrangère à la Vierge aux roses odorantes de Marie et Pierre dans Lourdes. La Vierge apparue à Mélanie et Maximin à la Salette oppose des certitudes d’ordre millénariste (attente de la fin des temps, espérance d’une régénération de la foi visant à expier les fautes et les crimes commis par la France révolutionnaire, dans le cadre d’une spiritualité du repentir) à l’incertitude des temps modernes. C’est une vierge aux épines « stigmatisée » dont la Parole, quasi-céséarienne, autoritaire et impériale dans tous les cas, est égale celle de Dieu même, et qui prétend déniaiser l’Église catholique contemporaine. Enfin, j’ai rapidement passé en revue les revendications esthétiques de Barbey et de Bloy, qui les opposent irrévocablement aux écrivains catholiques promoteurs d’une image sulpicienne de l’Église et de ses dogmes, confondant « charité » avec « bons sentiments », ou aux libres-penseurs tels Zola, éminent instigateur et représentant de « tous les lieux communs athées » exprimés sur le miracle et les mystères de la foi.
  • François Crampe, Université de Paris-III Sorbonne Nouvelle : « Révélation et témoignage : Textualité du miracle dans ‘A Death in the Desert‘ de Robert Browning »

La prochaine séance, organisée par Manon Amandio, portera sur les liens entre croyance et souffrance dans le roman du dix-neuvième siècle. Cette séance donnera aussi lieu à une discussion sur le thème de la Journée d’Étude du printemps 2018, en lien avec le sujet du séminaire, « croire ».

Nouveaux comptes rendus d’exposition, nouvelle recension de film

De nouveaux comptes rendus d’exposition et une nouvelle recension de film sont désormais disponibles sur le site de la Société des Études Romantiques et Dix-neuviémistes.

Expositions 
Albert Besnard, Petit Palais – par Annie Dubernard-Laurent
https://serd.hypotheses.org/517
Tous à la plage !, Cité de l’architecture et du patrimoine – par Elsa Devienne
https://serd.hypotheses.org/507
George Sand et Eugène Delacroix, atelier du musée Delacroix – par Claire Chagniot
https://serd.hypotheses.org/588
Le chantier de restauration de la chapelle des Saints-Anges – entretien avec Marie Montfort, par Maryse Savalle
https://serd.hypotheses.org/593
Guerres secrètes, Musée de l’Armée – par Grégoire Sastre
https://serd.hypotheses.org/600
Présumées coupables, Archives nationales – par Caroline Muller
https://serd.hypotheses.org/572
Marie Madeleine, la Passion révélée, Bourg en Bresse, Monastère de Brou – par Mathilde Leïchlé
https://serd.hypotheses.org/581

Cinéma
The Birth of a Nation de Nate Parker – par Emmanuelle Perez
https://serd.hypotheses.org/612

Pour recenser un film ou une exposition, vous pouvez envoyer votre proposition à l’adresse des Doctoriales avec pour objet « proposition de recension d’exposition/de film ».