Archives de catégorie : Billets

« Savoir voir »

Le nouveau numéro de la revue Arts et savoirs, intitulé Savoir voir, est largement consacré au XIXè siècle. Dirigé par Juliette Azoulai, il porte sur les questions de l’optique et de la perception oculaire, confirmant ainsi l’intérêt des études dix-neuviémistes pour ce sujet.

Vous y retrouverez notamment l’article de Yohann Ringuedé, « Voir Neptune au bout de sa plume : Flammarion et la constitution de l’algèbre comme nouvel instrument de vision ».

De quoi alimenter vos propositions de communication pour le prochain congrès de la SERD : L’œil du XIXe siècle !

 

 

Appel à contributions : (In)visibilité(s) du monstre

Extrait d’un appel passé par la revue pluridisciplinaire Convergences francophones sur le thème
« (in)Visibilité(s) du monstre » :

« Si le monstre pouvait à la Renaissance servir de signe, les monstres des siècles suivants sont redevables de la révolution scientifique, avec notamment l’essor de la tératologie. Au XIXème siècle, “vaste conservatoire des annales de la monstruosité” (Chauvaud 244, Ethnologie française 21.3), le monstre aux traits résolument humains pose la question de la dénaturation de l’être que les théories scientifiques de l’époque, notamment celle de l’hérédité, tentent de rationaliser en proposant une généalogie du monstrueux. Le monstre devient le miroir d’un pendant sombre de l’être humain repoussant les marges de l’ordinaire et du « normal ». Qu’il s’agisse d’avertir, d’annoncer ou de montrer, le monstre peuple durablement l’imaginaire collectif. »

Calendrier 
Date limite de soumission des articles : 15 août 2017
Date de retour des évaluations : 1er octobre 2017
Date de publication : décembre 2017

Compte-rendu de la séance du 22 avril 2017

Étaient présents : Manon Amandio, Fanny Arama, Emma Bartel, François Crampe, Marie Daouda, Mathilde Leïchlé, Magalie Myoupo, Anne Orset, Yohann Ringuedé, Marie-Agathe Tilliette.

Organisée par Marie Daouda, cette séance sur le traitement du miracle au XIXè siècle a donné lieu à deux communications :

  • Fanny Arama, Université Paris VII – Denis Diderot : « La conception du miracle dans les querelles littéraires de la fin du XIXe siècle : les cas de Renan, Barbey, Bloy et Zola ». Résumé:  Je me suis proposée dans ma communication de prendre la mesure de l’influence du penseur contre-révolutionnaire Joseph de Maistre (1753-1821) sur la conception de Jules Barbey d’Aurevilly et de Léon Bloy sur le miracle, et notamment de son rapport aux croyances et aux préjugés, qui leur permet de se réclamer d’un système de pensée réunissant une vision anti-moderne du monde et une fidélité au dogme catholique exprimée dans un style inégalé, et qu’ils ambitionnent de renouveler, à leur manière, dans leur œuvre. De Maistre indique notamment la méthode à suivre pour défendre le dogme catholique sans tomber dans l’écueil de la preuve, obsession des philologues et hommes de sciences modernes. Dans un deuxième temps, j’ai présenté les raisons de la mariophanie à l’œuvre en France dans la seconde moitié du XIXème siècle, à travers la création des pèlerinages nationaux, qui rejoignent la Salette et Lourdes grâce au chemin de fer, comme cela est puissamment mis en scène dans Lourdes d’Émile Zola. Léon Bloy a composé trois ouvrages sur la Salette pour concurrencer la conception positiviste du miracle représentée par Zola. Il envisageait la Vierge comme une nouvelle Némésis, très étrangère à la Vierge aux roses odorantes de Marie et Pierre dans Lourdes. La Vierge apparue à Mélanie et Maximin à la Salette oppose des certitudes d’ordre millénariste (attente de la fin des temps, espérance d’une régénération de la foi visant à expier les fautes et les crimes commis par la France révolutionnaire, dans le cadre d’une spiritualité du repentir) à l’incertitude des temps modernes. C’est une vierge aux épines « stigmatisée » dont la Parole, quasi-céséarienne, autoritaire et impériale dans tous les cas, est égale celle de Dieu même, et qui prétend déniaiser l’Église catholique contemporaine. Enfin, j’ai rapidement passé en revue les revendications esthétiques de Barbey et de Bloy, qui les opposent irrévocablement aux écrivains catholiques promoteurs d’une image sulpicienne de l’Église et de ses dogmes, confondant « charité » avec « bons sentiments », ou aux libres-penseurs tels Zola, éminent instigateur et représentant de « tous les lieux communs athées » exprimés sur le miracle et les mystères de la foi.
  • François Crampe, Université de Paris-III Sorbonne Nouvelle : « Révélation et témoignage : Textualité du miracle dans ‘A Death in the Desert‘ de Robert Browning »

La prochaine séance, organisée par Manon Amandio, portera sur les liens entre croyance et souffrance dans le roman du dix-neuvième siècle. Cette séance donnera aussi lieu à une discussion sur le thème de la Journée d’Étude du printemps 2018, en lien avec le sujet du séminaire, « croire ».

Nouveaux comptes rendus d’exposition, nouvelle recension de film

De nouveaux comptes rendus d’exposition et une nouvelle recension de film sont désormais disponibles sur le site de la Société des Études Romantiques et Dix-neuviémistes.

Expositions 
Albert Besnard, Petit Palais – par Annie Dubernard-Laurent
https://serd.hypotheses.org/517
Tous à la plage !, Cité de l’architecture et du patrimoine – par Elsa Devienne
https://serd.hypotheses.org/507
George Sand et Eugène Delacroix, atelier du musée Delacroix – par Claire Chagniot
https://serd.hypotheses.org/588
Le chantier de restauration de la chapelle des Saints-Anges – entretien avec Marie Montfort, par Maryse Savalle
https://serd.hypotheses.org/593
Guerres secrètes, Musée de l’Armée – par Grégoire Sastre
https://serd.hypotheses.org/600
Présumées coupables, Archives nationales – par Caroline Muller
https://serd.hypotheses.org/572
Marie Madeleine, la Passion révélée, Bourg en Bresse, Monastère de Brou – par Mathilde Leïchlé
https://serd.hypotheses.org/581

Cinéma
The Birth of a Nation de Nate Parker – par Emmanuelle Perez
https://serd.hypotheses.org/612

Pour recenser un film ou une exposition, vous pouvez envoyer votre proposition à l’adresse des Doctoriales avec pour objet « proposition de recension d’exposition/de film ». 

Séminaire du Centre de Recherche sur les Poétiques du XIXe siècle

Le programme du séminaire du Centre de Recherche sur les Poétiques du XIXe siècle, organisé à Paris III et Paris IV, est disponible sur ce lien. Les séances du second semestre auront lieu à l’Université Paris-Sorbonne, amphithéâtre Guizot, de 16h à 19h.

La prochaine séance, organisée le vendredi 24 mars, est consacrée à Charles Nodier.

La séance sur Louise Michel, prévue le 31 mars, est annulée.

Prochaine séance des Doctoriales : 25 mars 2017

Intitulée « Science et croyance dans la seconde moitié du XIXe siècle », la prochaine séance des Doctoriales de la SERD sera organisée par Yohann Ringuedé. Elle aura lieu à l’Université Paris Diderot, le samedi 25 mars 2017, de 10h à 13h, dans la salle 164E du bâtiment « Halle aux farines ».

Présentation et programme 

Au début du xixe siècle, Châteaubriand constate une dichotomie entre deux types de croyances. La foi chrétienne s’oppose à la foi scientifique puisque le savoir s’érige en crédo de substitution. Les « nuages de la science […] cachent la Divinité », là où Châteaubriand appelle de ses vœux une approche scientifique qui ne viserait qu’à « rechercher […] la beauté et la bonté de la Divinité. » Le scientisme, qui se fait omniprésent dans la seconde moitié du siècle, repose précisément sur cette attitude dont Châteaubriand s’était fait le contempteur : cette pensée fait le pari de croire en la capacité de la science à pouvoir expliquer le monde intégralement et à résoudre tous les problèmes de l’humanité. Le positivisme comtien remplace Dieu par le Progrès tandis que les reformulations multiples du transformisme,  jugées blasphématoires, lui substituent le contexte et le hasard. Cette dichotomie résonne dans le siècle d’échos multiples que la séance se propose d’envisager sous deux aspects particuliers et complémentaires :

  • Azélie Fayolle : « Renan, entre science et croyance »

Parce qu’il a quitté le séminaire de Saint-Sulpice pour se consacrer aux sciences historiques, Ernest Renan représente pour le xixe siècle le combat victorieux de la science sur la religion. Qualifié de « blasphémateur européen » par Pie ix, mis à l’Index, il est pour de nombreux croyants la nouvelle incarnation de l’Antéchrist. Si Renan est le premier philologue français à séculariser l’exégèse biblique, il n’a cependant pas fait de ses recherches un outil de propagande contre la foi catholique. Science et croyance se répondent en effet dans l’ensemble de son œuvre : historien des religions, il postule un besoin naturel de croyance pour tous les peuples. Bien plus, la science prend pour lui les formes d’une religion nouvelle, dont il professe l’avènement. Les échanges permanents entre science et croyance chez Renan l’amènent à rêver le futur d’une religion scientifique qui trouve de multiples formes non académiques, de son théâtre à ses Dialogues philosophiques.

  • Yoann Ringuedé : « Deux poèmes géologiques : la science moderne au service de la foi »

L’exemple de la géologie, science qui raconte l’histoire de la vie à partir de traces, permet, après la révolution darwinienne, de montrer comment des scientifiques de métiers, poètes amateurs, mettent au service d’une plume apologétique chrétienne les découvertes scientifiques modernes. Deux longs poèmes, Antediluviana, poème géologique [1875], de l’entomologiste Ernest Cotty et La Création, en vers [1865] de Théodore Brochin, ingénieur des mines, attestent du fait que, face au scientisme ambiant, la science la plus positive est toujours appréhendable comme la preuve de la toute-puissance de Dieu.

L’Atelier du XIXe siècle : objets iconophores

Le prochain Atelier du dix-neuvième siècle aura lieu à l’Institut National d’Histoire de l’Art (2 rue Vivienne 75002 Paris) en salle Benjamin, de 10h à 13h.

Présentation  

« L’Atelier Objets iconophores prolonge et infléchit les précédentes séances consacrées aux études visuelles. Elle propose d’aborder cette fois « l’imagerie du XIXe siècle » à partir de ses matérialités et de l’agentivité spécifique qui en découle. Les objets porteurs d’images ne sont bien évidemment pas une invention de ce siècle, mais la migration des images sur une multitude de supports et d’objets de consommation est sans doute inédite. Ces objets iconophores ont des fonctions non seulement esthétiques et symboliques, mais aussi utilitaires, et les formes que celles-ci revêtent les destinent à être manipulés, déplacés, échangés et employés ; ils ne peuvent être réduits ni à l’iconicité de leurs motifs ni à l’économie visuelle à laquelle ils participent. Nous proposons donc un changement de perspective dont les effets heuristiques sont triples : d’une part nous amener à porter notre attention sur des catégories d’objets sans pédigrée, habituellement délaissés par l’histoire de l’art et encore insuffisamment étudiés par l’histoire ; d’autre part envisager les objets relevant des beaux-arts en tant qu’objets matériels porteurs d’image ; enfin nous attacher aux mises en scène matérielles de ces objets, dans l’espace domestique ou dans l’espace public, aux gestes qui les entourent et aux regards qui sont portés sur eux, autant qu’aux actions de ces objets dans ces espaces, sur ces gestes et ces regards. Si bien sûr l’histoire de l’art n’a jamais méconnu la dimension matérielle des œuvres qu’elles étudiait, ne serait-ce qu’au travers de l’étude de leur restauration ou de leurs collections, il s’agira ici de renverser, en quelque sorte, la prééminence de la relation des objets et des images en nous attachant moins à la dimension matérielle d’oeuvres figuratives qu’aux effets de cette matérialité sur les images dont elles sont porteuses. Les interventions porteront sur un long XIXe siècle, de la Révolution à l’avènement d’une culture de masse, et seront attentives aux multiples usages sociaux, politiques, religieux de ces objets, plus qu’aux représentations dont ils sont porteurs.

Cet Atelier du XIXe siècle est organisée par la Société des études romantiques (SERD), en partenariat avec l’équipe d’accueil Histoire sociale et culturelle de l’art (HiCSA) de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et le Centre de recherche en histoire européenne comparée (CRHEC) de l’université de Paris Est Créteil Val-de-Marne. »

Coordination
Frédérique Desbuissons, Université de Reims Champagne-­‐Ardenne / HiCSA

Emmanuel Fureix, Université Paris Est Créteil Val-­‐de-­‐Marne / CRHEC

http://etudes-­‐romantiques.ish-­‐lyon.cnrs.fr

Séminaire « Éditer le XIXe siècle »

Le séminaire aura lieu les 13 et 20 mars 2017 à l’ENS (45 rue d’Ulm, Paris) de 16h à 18h.

Programme 

Lundi 13 mars : F. Cassigena , « Du ‘culte’ de l’Encyclopédie à l’émotion des cloches. Chateaubriand témoin et acteur d’une transition » (Ier étage,Dpt Lila)

Lundi 20 mars : O. Bara et son équipe: « Editer le théâtre de Nohant de George Sand. Comment fixer un corpus mouvant? » (salle Celan)

 

Conférence : « Le goût pour le XVIIIe siècle dans les arts décoratifs français du XIXe siècle : nostalgie pour le vieux Sèvres »

La conférence « Le goût pour le XVIIIe siècle dans les arts décoratifs français du XIXe siècle : Nostalgie pour le vieux Sèvres » aura lieu le 8 mars 2017 à 18h30 au 111 rue de Rivoli, 75001 Paris.

Programme

  • « Un premier néo-Louis XVI ? L’étonnant corpus des meubles à plaques de porcelaine de Louis-Francois Bellangé sous la Restauration », par Sylvain Cordier, conservateur des arts décoratifs anciens, musée des Beaux-Arts de Montréal et Marie-Laure de Rochebrune, conservateur en chef du patrimoine, château de Versailles
  •  « Sèvres dans le miroir, reproduire et réinterpréter son patrimoine », par Virginie Desrante, conservatrice du patrimoine, collections de porcelaine européenne XVIIIe-XIXe siècles, Cité de la céramique, Sèvres & Limoges
  • « Les lignes rocaille de la porcelaine dite de Paris », par Audrey Gay-Mazuel, conservateur du patrimoine, département XIXe, musée des Arts décoratifs.

Vous pouvez réserver votre billet ici.