Archives de catégorie : L’Atelier du XIXe siècle

L’Atelier du XIXe siècle se propose de réunir chercheurs confirmés et jeunes chercheurs autour des principales problématiques de la recherche dix-neuviémiste.
Il se réunit quatre à cinq fois par an, au Centre Jacques Seebacher (Université Paris –Diderot, Les Grands Moulins, Bât. A, 2e étage), le samedi de 10h à 13h.

L’Atelier du XIXe siècle : objets iconophores

Le prochain Atelier du dix-neuvième siècle aura lieu à l’Institut National d’Histoire de l’Art (2 rue Vivienne 75002 Paris) en salle Benjamin, de 10h à 13h.

Présentation  

« L’Atelier Objets iconophores prolonge et infléchit les précédentes séances consacrées aux études visuelles. Elle propose d’aborder cette fois « l’imagerie du XIXe siècle » à partir de ses matérialités et de l’agentivité spécifique qui en découle. Les objets porteurs d’images ne sont bien évidemment pas une invention de ce siècle, mais la migration des images sur une multitude de supports et d’objets de consommation est sans doute inédite. Ces objets iconophores ont des fonctions non seulement esthétiques et symboliques, mais aussi utilitaires, et les formes que celles-ci revêtent les destinent à être manipulés, déplacés, échangés et employés ; ils ne peuvent être réduits ni à l’iconicité de leurs motifs ni à l’économie visuelle à laquelle ils participent. Nous proposons donc un changement de perspective dont les effets heuristiques sont triples : d’une part nous amener à porter notre attention sur des catégories d’objets sans pédigrée, habituellement délaissés par l’histoire de l’art et encore insuffisamment étudiés par l’histoire ; d’autre part envisager les objets relevant des beaux-arts en tant qu’objets matériels porteurs d’image ; enfin nous attacher aux mises en scène matérielles de ces objets, dans l’espace domestique ou dans l’espace public, aux gestes qui les entourent et aux regards qui sont portés sur eux, autant qu’aux actions de ces objets dans ces espaces, sur ces gestes et ces regards. Si bien sûr l’histoire de l’art n’a jamais méconnu la dimension matérielle des œuvres qu’elles étudiait, ne serait-ce qu’au travers de l’étude de leur restauration ou de leurs collections, il s’agira ici de renverser, en quelque sorte, la prééminence de la relation des objets et des images en nous attachant moins à la dimension matérielle d’oeuvres figuratives qu’aux effets de cette matérialité sur les images dont elles sont porteuses. Les interventions porteront sur un long XIXe siècle, de la Révolution à l’avènement d’une culture de masse, et seront attentives aux multiples usages sociaux, politiques, religieux de ces objets, plus qu’aux représentations dont ils sont porteurs.

Cet Atelier du XIXe siècle est organisée par la Société des études romantiques (SERD), en partenariat avec l’équipe d’accueil Histoire sociale et culturelle de l’art (HiCSA) de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et le Centre de recherche en histoire européenne comparée (CRHEC) de l’université de Paris Est Créteil Val-de-Marne. »

Coordination
Frédérique Desbuissons, Université de Reims Champagne-­‐Ardenne / HiCSA

Emmanuel Fureix, Université Paris Est Créteil Val-­‐de-­‐Marne / CRHEC

http://etudes-­‐romantiques.ish-­‐lyon.cnrs.fr

L’Atelier du XIXe siècle : le personnage, un modèle à vivre

Atelier organisé par Émilie Pézard, le vendredi 9 décembre 2016, à l’Université Paris-Diderot, salle 791C.

10h      Introduction

Session 1 : Comment passer du texte à la réalité ?

Présidence de session : José-Luis Diaz

10h15  Thomas Pavel (Université de Chicago) – Le personnage : niveaux de vraisemblance

10h45  Isabelle Daunais (Université McGill) – Le personnage secondaire comme modèle : réflexions sur un déplacement

11h15  Jacques-David Ebguy (Université Paris Diderot) – “La vie réellement vécue”. “Recevoir” le personnage balzacien

Discussions                                            

12h      Déjeuner

Session 2 : Pathologies de l’identification ?

Présidence de session : Philippe Hamon

14h      José-Luis Diaz (Université Paris Diderot)  – Les victimes du livre

14h30  Judith Lyon-Caen (EHESS) – Suggestion, alcoolisation littéraire, identification. Le “crime romantique” de Lucien Morisset (1881)

Discussions

15h15  Pause

Session 3 : Le romantisme vécu

Présidence de session : Agathe Novak-Lechevalier

15h30  Victoire Feuillebois (Université Saint-Louis) – Les personnages hoffmaniaques dans la littérature française des années 1830

16h      Émilie Pézard (ENS Lyon) – Enjeux éthiques d’un modèle paradoxal : les admirables scélérats du romantisme

17h      Pot amical

Informations pratiques : Université Paris Diderot, 5 Rue Thomas Mann, 75013 Paris. Métro ligne 14, RER C, bus 62, 64, 89, 325, tram T3a.

Atelier du XIXe siècle : Écrire l’objet d’art

Atelier organisé par Cyril Barde et Audrey Gay-Mazuel

3 juin 2016 – Musée des Arts décoratifs

En 1891, pour la première fois, une section des « Objets d’art » est créée au salon de la Société nationale des beaux-arts. Cette promotion des arts décoratifs dans le cadre officiel du salon est l’aboutissement d’un long mouvement qui, depuis le milieu du XIXe siècle, contestait  la distinction arts majeurs/arts mineurs au nom de l’unité de l’art. Ces objets d’art, pièces uniques ou exemplaires d’une série, réservés à la contemplation ou destinés à l’usage quotidien, n’ont cessé d’attirer l’attention des écrivains tout au long d’un siècle marqué par l’éclectisme décoratif, la pratique de la collection, la conjugaison problématique du beau et de l’utile.

Cet Atelier réunit historiens de l’art et spécialistes de la littérature pour examiner ces mises en forme textuelles d’œuvres relevant des arts décoratifs (mobilier, bronzes, bijoux…). Il interrogera ce que la littérature fait des arts décoratifs, comment elle se les approprie, les métamorphose, les insère dans ses trames, comment elle les enrôle dans des stratégies qui lui sont propres.  Il s’agira aussi d’examiner ce que les arts décoratifs font à la littérature, comment ils l’informent, soit qu’ils l’aident à formuler un imaginaire (historique, esthétique, socio-politique…), soit qu’ils l’incitent à renouveler ses formes. C’est dans cette relation dynamique entre la matérialité des objets d’art et leurs usages littéraires qu’un dialogue fructueux entre disciplines semble possible.

Illustration Atelier

Programme

13h30 : Accueil des participants

14h : Introduction (Cyril Barde, Audrey Gay-Mazuel)

14h 15 – 15h 45

  • Marta Caraion (Université de Lausanne) : « Objets d’art, objets de série, objets narratifs au XIXe siècle »
  • Anne Dion (Musée du Louvre) : « Théophile Gautier, de la critique des expositions de l’industrie à la description de l’objet romanesque »
  • Audrey Gay-Mazuel (Musée des Arts Décoratifs) et Mathilde Buaillon (Paris-Sorbonne) : « “Un lit comme il n’en existait pas” (Nana, Zola) : Les intérieurs de courtisanes »

15h 45 : Discussion

16h : Pause

16h 15 – 17h 45

  • Élodie Voillot (Université Paris X) : « Le bronze comme alter ego : de l’usage de la petite statuaire et du bibelot dans la littérature »
  • Cyril Barde (Université Paris VIII) : « Des verres polychromes au vers libre : les arabesques critiques de Gustave Kahn »
  • Sophie Basch (Université Paris IV) : « Marcel Proust, du Salon d’automne de 1911 à la chambre de Balbec »

17h 45 – 18h : Discussion et conclusion

Atelier du XIXe siècle : Les intérieurs de l’homme de lettres en vitrine

Organisé par Marie-Clémence Régnier et Margot Favard le vendredi 9 octobre 2015 au Salon de musique de l’Arsenal (Paris IVe), cet atelier a pour sujet :

« Les intérieurs de l’homme de lettres en vitrine :
la vie littéraire sous l’angle du mobilier et de l’immobilier »

Dans son dernier ouvrage sur la célébrité moderne, Antoine Lilti fait remarquer que « la curiosité qu[e la célébrité] suscite porte avec une vivacité particulière sur la vie privée des personnes célèbres, devenue l’objet de l’attention collective ». De cela témoigne la passion des lecteurs pour le quotidien de Voltaire à Ferney et de Rousseau à Montmorency, que les deux écrivains contribuent, chacun à sa façon, à alimenter. Ainsi, dès le dernier tiers du XVIIIe siècle, puis tout au long du siècle suivant, l’intérêt que manifestent les contemporains à l’égard des gens de lettres dépasse de loin le seul auteur pour viser en eux l’homme. On les visite, on leur écrit, on cherche à avoir des autographes, on veut connaître leur apparence physique, on guette le moindre écho de leur vie de tous les jours, on surveille les anecdotes qui les concernent, on s’intéresse jusqu’aux « minuties » (abbé Trublet). On cherche à entrer dans leur intimité, à les connaître de l’intérieur, mais aussi, au sens propre, dans leur intérieur. Parmi les centres d’intérêt divers que mobilise la curiosité biographique, l’« Atelier du XIXe siècle » s’attachera à l’attention portée aux meubles et immeubles de la classe littéraire, croissante tout au long du siècle.

On assiste de ce fait, à titre de déclinaison populaire du « sacre de l’écrivain », à une sorte d’exposition médiatique des intérieurs d’écrivains tout au long du XIXe siècle, dont l’atelier cherchera à établir les procédures et à suivre les phases successives.

Programme :
– Manuel Charpy (CNRS / Université Lille III) : « Du texte au commerce. Intérieurs d’hommes de l’art et intérieurs bourgeois au xixe siècle »
– José-Luis Diaz (Université Paris-Diderot) : « Quelques gens de lettres dans leur intérieur (1835-1866) »
– Marie-Clémence Régnier (Paris-Sorbonne), « Chez Flaubert, Zola et Goncourt. Guy de Maupassant : cheval de Troie ou miroir critique de la vogue des reportages à domicile ? (1876-1890) »
– Margot Favard (Université Paris-Diderot) : « Au “salon vide” du “Prince des Poètes” : chez M. Stéphane Mallarmé »

La rencontre se terminera par un pot amical à la Brasserie Le Sully (6, bvd Henri IV, sur la place de l’Arsenal).

Atelier du 5 juin 2015 – Littérature et psychanalyse

Le prochain Atelier du XIXe siècle aura lieu le vendredi 5 juin, de 14h à 17h, à l’Université Paris (site des Grands Moulins), Escalier C, 6e étage, salle 677C.

Organisateurs : Romain Enriquez, Antonia Fonyi, Lola Kheyar Stibler (discutante, éditrice des actes en ligne)

Cet Atelier propose de remettre en lumière l’approche psychanalytique de la littérature, en purgatoire ces derniers temps dans la recherche littéraire. Les rapports entre les deux domaines seront évoqués dans diverses perspectives, historique, thématique, méthodologique, avec recours aussi bien à la réflexion théorique qu’à l’examen de textes du XIXe siècle. Reformuler une interrogation, c’est rouvrir une voie.

14h – Antonia Fonyi, Introduction
14h10 – Paul-Laurent Assoun, « L’inconscient romantique : Freud et le romantisme »
14h50 – Discussion
15h10 – Romain Enriquez, « L’invention de la “séance” de psychanalyse par le récit de fiction (1830-1895) »
15h5 – Discussion
16h10 – Antonia Fonyi, « De la lecture psychanalytique des textes littéraires. Quelques amorces méthodologiques »
16h40 – Discussion et conclusion de l’Atelier
L’Atelier sera suivi d’un apéritif amical.

Atelier du 4 avril 2015 – La photographie au XIXe siècle : le rituel du portrait

Le prochain Atelier du XIXe siècle aura lieu le samedi 4 avril 2015, au Musée de la vie romantique (Paris IX), de 9h à 13h.

Présentation

Les publications récentes consacrées au portrait photographique élargissent considérablement son approche : moins souvent considérée pour elle seule, l’image s’y révèle médiatisée par des instances collectives multiples. Empreinte lumineuse du réel, la photo semble n’avoir été au contact que d’un seul élément : l’individu célèbre ou inconnu qui figure sur l’épreuve ; en réalité, à travers tel client photographié par Disdéri, Nadar ou Nadar-fils, de multiples scènes s’ouvrent : discussion préalable entre l’opérateur et le sujet photographié ; rituel de la prise de vue, qui inspire maint caricaturiste du Charivari ; scène sociale dont l’inconnu, « artiste » ou « bourgeois », présente un échantillon, a fortiori quand on ignore tout de son identité ; environnement médiatique de l’image enfin, quand elle est publiée dans la presse (ainsi de l’interview de Chevreul par Nadar, père et fils, pour Le Journal illustré en 1886). Comme l’a récemment montré Adeline Wrona (Face au portrait. De Sainte-Beuve à Facebook), le portrait est un art relationnel : le visage ne tire pas son sens ou sa valeur de sa seule présence sur le cliché mais des liens « métonymiques » qu’il noue avec son environnement. C’est donc en mouvement que cet atelier tentera de saisir le portrait photographique, qu’il s’agisse du moment ritualisé de sa production, de sa migration dans les médias ou de sa métamorphose en motif littéraire.

Programme

Marta Caraion (Lausanne), « Le portrait carte-de-visite de Disdéri »
Martine Lavaud (Paris IV), « Esprit, es-tu là ? Portrait photographique et spiritisme au XIXe siècle »
Adeline Wrona (Paris IV), « Quand le portrait photographique devient médiatique : autour des “Contemporains célèbres” »
Basile Pallas (Bordeaux III), « Soupçons sur les procédures : la ressemblance trompeuse du portrait photographique »
Philippe Ortel (Bordeaux III), « Le rituel de la pose dans la caricature »

Atelier du 15/11/14 – L’imagerie du XIXe siècle

La prochaine séance de « L’atelier du XIXe siècle », sur l’imagerie, aura lieu le samedi 15 novembre 2014 à l’INHA.
Accueil par Philippe Hamon, Ségolène Le Men (Paris Ouest/IUF) et Frédérique Desbuissons (INHA)
Dominique de Font-Réaulx (directrice du musée Eugène Delacroix à Paris) : La reproduction photographique des œuvres d’art, l’entrée de la photographie dans les ateliers des artistes.
Shun Iguchi (Université de Tokyo / Paris Ouest) : Le Portrait d’Emile Zola d’Édouard Manet et le triangle entre les critiques, les caricatures et le modèle.
Sandrine Doré (Université  Paris Ouest) : Albert Robida, un imagier dans la fin de siècle
Laurence Madeline (musée d’Art et d’Histoire de Genève) : sur la future exposition « J’aime les panoramas. » S’approprier le monde (2015-2016).
Amélie de Chaisemartin (Paris Sorbonne) : L’imagerie caricaturale dans les romans de Balzac: citation et allusion.

Atelier du 10/06/14 – Le modèle musical dans la littérature du XIXe siècle

10 juin 2014 : le modèle musical dans la littérature du XIXe siècle (dir. Capucine Echiffre et Gaëlle Loisel)

Dès la fin du XVIIIe siècle, à la faveur du tournant esthétique qui s’amorce en Angleterre et en Allemagne, le règne de l’ut pictura poesis décline au profit d’un intérêt nouveau pour la musique. Alors que l’on aspire à un dépassement de la mimesis, l’art des sons offre le paradigme d’un langage intransitif. Il est conçu comme le moyen d’exprimer tout ce qui se situe hors de la sphère empirique, c’est-à-dire la subjectivité de l’individu ou encore un univers idéal, les deux étant du reste souvent associés au XIXe siècle.

La présence de la musique se manifeste aussi bien dans les œuvres de fiction que dans les textes théoriques et critiques, et revêt des formes très diverses. La musique peut en effet être convoquée en tant que thème, amenant alors avec elle tout un imaginaire tourné vers les affects et le mystère, comme c’est le cas dans le roman, en général. La poésie, quant à elle, s’intéresse à l’art des sons également pour sa dimension formelle, son rapport au temps, comme en témoignent l’importance accordée au rythme dans les Lieder allemands ou les poèmes symbolistes. Enfin, les essais s’emploient à théoriser ces pratiques et à mettre au jour leur fondement commun, en révélant la musique comme modèle sémiotique, ainsi que le montre l’œuvre en prose de Mallarmé.

14h00-14h20 : Laurence Tibi (Paris-Diderot, CERILAC), Introduction

14h20-14h50 : Vincent Vives (Valenciennes, CALHISTE), « L’absolu musical. Poétique du romantisme »

15h00-15h30 : Gaëlle Loisel (Clermont-Ferrand, CELIS), « Le bouleversement de la hiérarchie des arts au XIXe siècle : enjeux philosophiques et esthétiques »

15h40-16h10 : Capucine Echiffre (Nantes, L’AMo), « Le rôle du lied dans l’évolution du modèle musical dans la France littéraire du XIXe siècle »

16h20-16h50 : Violaine Anger (Evry, CERCC), « Le modèle musical chez Baudelaire, Verlaine et Mallarmé : comparaison des ″Préfaces″, de l’Art poétique et de Divagations »

Atelier du 15 février 2014 – Portrait et expression en France à l’époque romantique

Argumentaire

• Thierry Laugée (Paris-Sorbonne), « L’éloquence du visage inexpressif »

• Fabienne Bercegol (Toulouse II), « De Germaine de Staël à George Sand : le portrait romanesque au féminin »

• Amélie de Chaisemartin (doctorante, Paris-Sorbonne), « Le feu du regard dans Notre-Dame de Paris et Les Misérables de Victor Hugo »

Table ronde présidée par Françoise Gaillard (Paris-Diderot), avec la participation de Régine Borderie (Reims) et Ségolène Le Men (Paris X).

Atelier du 7 décembre 2013 – L’histoire littéraire vue de la presse

• José-Luis Diaz (Paris-Diderot), « La presse comme atelier de l’histoire littéraire au XIXe siècle »
• Émilie Pezard (Paris IV, docteur ès-lettres), « Le romantisme frénétique sous l’œil de la presse»
Table-ronde avec la participation de Fabienne Bercegol (Toulouse II), Jean-Luc Chappey (Paris I), Marie-Françoise Melmoux-Montaubin (Amiens), Denis Pernot (Paris XIII), Jean-Didier Wagneur (BnF).

Atelier du 9 novembre 2013 – Le XIXe siècle vu par le XXe siècle

Présidence : Bertrand Marchal (Paris IV)
Introduction : Émilie Pezard (Paris IV)
• Mathilde Labbé (Paris IV) : Héritages baudelairiens, de Pierre Reverdy à Michel Houellebecq
Discutante : Aurélie Loiseleur (Paris III)