Archives de catégorie : Comptes rendus du séminaire

Compte rendu de la séance du 28 novembre 2015

Tyrannies de l’intérieur

Présents : Manon Amandio, Cyril Barde, Jordi Brahamcha-Marin, Alice de Charentenau, Capucine Echiffre, Marion Glaumaud-Carbonnier, Mathilde Labbé, Amandine Lebarbier, Magali Myoupo, Hermeline Pernoud, Emilie Pézard, Yohann Ringuedé.

Entre littérature, sociologie et esthétique, les « tyrannies de l’intérieur » ont donné lieu à deux communications :

  • Alice de Charentenay : « Tyrannie domestique et tyrannie des domestiques »
  • Cyril Barde : « De l’harmonie d’ensemble à l’emprise totalitaire. Intérieurs Art Nouveau dans quelques récits et chroniques autour de 1900 »

Le résumé de la communication de Cyril Barde est accessible ici.

BARDE Assiette au beurre 1

Compte rendu de la séance du 19 septembre

Victor Hugo et l’intime

La rentrée des Doctoriales de la SERD s’est faite sous le signe de Victor Hugo, auquel deux communications ont été consacrées.

Les jeunes chercheurs présents étaient : Nicolas Aude, Yannick Balland, Marie Bat, Jordi Brahamcha, Alice de Charentenay, Romain Enriquez, Victoire Feuillebois, Lola Kheyar-Stibler, Mathilde Labbé, Amandine Lebarbier, Hermeline Pernoud, Emilie Pézard, Marie-Clémence Régnier. Ils ont pu écouter :

  • Yannick Balant: « L’intime dans les carnets de Hugo de 1870 à 1885 »
  • Jordi Brahamcha-Marin: « La réception de Victor Hugo comme poète de la famille, 1914-1944 »         La réception de Hugo en France entre 1914 et 1944 assimile volontiers le Hugo poète de l’enfance au Hugo poète de la famille. Ce Hugo-là est surtout un Hugo scolaire, de pédagogues : l’université s’y intéresse peu (du moins l’université française), comme si l’idée d’un Hugo grand poète des enfants était déjà un cliché trop éculé pour être vraiment digne d’intérêt. Cette image, en effet, est bien propre à nourrir une vision rassurante et conformiste de l’œuvre de Hugo, en phase avec les conceptions nouvelles de la famille bourgeoise telles qu’elles se développent au XIXe siècle, exaltant notamment la tendresse due aux enfants. Les textes clés qui permettent cette lecture sont quelques poèmes des recueils de la monarchie de Juillet (notamment « Lorsque l’enfant paraît… » des Feuilles d’automne), certaines des « Pauca Meae… » (Les Contemplations) ou certains poèmes de L’Art d’être grand-père. Sont écartées, au contraire, les familles lacunaires et pathologiques des romans ou des drames, ou encore les figures d’enfants sans famille ou trop politiques (comme l’enfant grec des Orientales, ou certains personnages d’enfants dans La Légende des siècles). Même le modèle familial lacunaire de L’Art d’être grand-père (où est la génération intermédiaire, entre le « Papapa » et ses petits-enfants ?) pose problème. Quant à l’insistance sur la famille, plutôt que sur l’enfance, elle témoigne souvent d’une posture réactionnaire plus directement militante.

    On peut donc définir quelques caractéristiques récurrentes de la famille hugolienne telle que la donnent à voir les textes que privilégient nos auteurs : il s’agit essentiellement de poèmes autobiographiques, concernant la famille réelle du poète ; il s’agit plutôt d’une famille complète, et heureuse parce que complète ; il s’agit d’une famille mise en scène, selon un modèle pictural ou photographique, avec souvent Hugo lui-même dans le rôle du régisseur (« Regardez : les enfants se sont assis en rond… », dans Les Voix intérieures…) ; il s’agit enfin d’une famille située dans un cadre privilégié, celui de la maison ou du foyer.

Compte rendu de la séance du 21/03/15

Les lieux de l’intime

Etaient présents : Cyril Barde, Alice de Charentenay, Capucine Echiffre, Romain Enriquez, Margot Favard, Victoire Feuillebois, Hélène Heyraud, Lola Kheyar Stibler, Mathilde Labbé,  Emilie Pezard, Marie-Clémence Régnier, Natalia G. S. Santos.

Communications :

  • Hélène Heyraud : Des portraits d’intérieur aux maisons d’artistes : panorama non exhaustif des lieux de l’intime en art
    Le XIXe siècle marque l’essor des espaces privés. Avec celui-ci une attention particulière est portée aux intérieurs : l’architecture et la décoration d’intérieur se développent au cours du siècle de façon exponentielle, tandis que les artistes s’intéressent de plus près à ce que l’on pourrait qualifier de « lieux de l’intime ». Des espaces passant du public au privé comme la chambre, ou du privé au public comme la cuisine, sont explorés à travers des médiums artistiques divers (aquarelle, peinture à l’huile, gravure, etc.). Quelques artistes, tels les Nabis, s’adonnent même à la décoration d’intérieur avec la confection de grands panneaux décoratifs pour la chambre ou le séjour. Des genres picturaux spécifiques apparaissent, tel le portrait d’intérieur (connu sous d’autres formes dès la fin du XVIIe siècle), les vues architecturales. Les impressionnistes en particulier s’attachent à dépeindre leurs espaces domestiques et intimes (chambre, boudoir, jardin, toilette). D’autres, tels Henri de Toulouse-Lautrec ou Edgar Degas, représentent les maisons closes parisiennes et le quotidien des prostitués (attente, scènes érotiques, toilette). L’apogée des lieux de l’intime en art peut se trouver incarner par la maison ou l’atelier d’artiste dont les exemples se multiplient au XIXe siècle (Fernand Khnopff, Gustave Moreau, etc.).
    Le diaporama qui a accompagné la communication est en ligne, ainsi qu’une bibliographie.
  • Marie-Clémence Régnier : La maison de l’écrivain sous l’angle des intérieurs et de la presse 1870-1890
    Les années 1870-1910 voient fleurir sur le marché éditorial les témoignages et souvenirs des hommes de lettres consacrés à la vie littéraire et artistique sous la forme de récits mêlant (auto-)biographie, essai et confidences. Ces textes abordent de façon privilégiée l’intimité de l’écrivain dans son cadre domestique. En cela, ils s’inscrivent dans le plein essor des récits des initiés au sanctuaire de l’écrivain mais aussi des reportages de presse qui se plaisent à dévoiler les mœurs domestiques et les intérieurs des célébrités littéraires d’hier et d’aujourd’hui.
    La communication propose de remettre en perspective cette tendance générale avec l’étude d’un cas particulier : celui d’Émile Zola, « l’homme le plus interviewé de France », au prisme de quatre témoignages :
    – Paul Alexis  Émile Zola : notes d’un ami. Avec des vers inédits de Émile Zola, Paris, Charpentier, 1882.
    – Guy de Maupassant, «  Émile Zola », La Revue politique et littéraire, 10 mars 1883, repris dans « Émile Zola », Paris, A. Quantin, Célébrités contemporaines, 1883.
    – Henry Céard, « Zola intime », La Revue Illustrée, volume 3, n° 29, 15 février 1887
    – G. Lenotre, « M. Emile Zola », Le Monde Illustré, article tiré de la série « Nos contemporains chez eux », 1890.
    Ainsi, on s’interrogera sur la nature des représentations de l’intimité en jeu dans la constitution d’un imaginaire et d’une imagerie plurielle de l’ « ermite de Médan ».
    L’exemplier est en ligne ici.

Compte rendu de la séance du 7/02/15

L’intime en régime naturaliste

Étaient présents : Capucine Echiffre, Romain Enriquez, Laetitia Hanin, Hélène Heyraud, Lola Kheyar Stibler, Marine Le Bail, Amandine Lebarbier, Juan Miao, Renaud Oulié.

Communications  :
Lola Kheyar Stibler : « L’intime et l’intensif dans La Joie de vivre (1884) de Zola »
Cette communication se propose d’analyser les propriétés stylistiques d’une écriture de l’intime dans La Joie de vivre. Influencé par l’essor du roman d’analyse, Zola ambitionne d’écrire « un roman “psychologique”, c’est-à-dire l’histoire intime d’un être, de sa volonté, de sa sensibilité, de son intelligence ». L’émiettement psychique et physiologique de Lazare prend la forme d’une torpeur, à son comble au moment du deuil, qui invite à des effets pathétiques puissants. Néanmoins, la représentation du style zolien en termes d’énergie puissante, courante dans la critique de l’époque, doit être infléchie : ce n’est plus un « élan oratoire », une « ivresse » sans bornes, une outrance démesurée qui le caractérisent dans La Joie de vivre mais bien une retenue, produite par la neutralisation des marqueurs d’intensité. L’énergie se dégrade. Ainsi, le roman fait l’histoire d’une dissolution psychique par une dévitalisation du style.

Renaud Oulié : « L’intime dégradé dans L’Accident de M. Hébert, roman naturaliste de Léon Hennique »
Léon Hennique est injustement méconnu. Membre du groupe de Médan, avec Maupassant, Huysmans, Alexis et Céard autour de Zola dans les années 1877-1880, il a contribué au recueil fondateur des Soirées de Médan (1880), autour de la défaite de 1870, qui a fait grand bruit, et lancé Maupassant avec « Boule-de-suif ». Ces jeunes gens de lettres se lancent dans la « bataille naturaliste » avec autant d’enthousiasme que les gilets rouges dans la bataille d’Hernani au début du siècle. Hennique occupe une position intéressante au sein du groupe, en raison de sa production éclectique (romans et pièces historiques et naturalistes, un roman spirite), et de son rapprochement de Daudet et de Goncourt, au moment de l’affaire Dreyfus, alors qu’il s’éloigne de Zola ; à tel point qu’il devient exécuteur testamentaire de Goncourt, et à ce titre fondateur de l’Acamédie Goncourt, dont il est le second président. Il est l’auteur notamment de L’accident de M. Hébert, roman naturaliste, très audacieux dans ses expositions de l’intime. Il s’avère que le traitement spécifique du thème de l’intime permet de faire des distinctions intéressantes au sein du mouvement naturaliste, entre Zola et les « petits naturalistes », sur les plans thématique et stylistique. A cet égard, trois scènes du roman sont exemplaires, et leur étude stylistique révélatrice : la « chute » conventionnelle de Mme Hébert dans les bras de son amant, traitée sur un mode satirique corrosif et original, une scène truculente de partie de campagne de la bonne société versaillaise mise en déroute par le passage de paysannes goguenardes, et enfin les excès obscènes du récit d’un avortement.

Compte rendu de la séance du 24 janvier 2015

Sociologies de l’intime

Étaient présents : Nicolas Aude, Jordi Brahamcha, Alice de Charentenay, Capucine Echiffre, Romain Enriquez, Victoire Feuillebois, Hélène Heyraud, Florelle Isal, Marine Le Bail, Amandine Lebarbier, Renaud Oulié, Marie-Clémence Régnier, Liu Ruojing, Natalia Santos.

Communications :

  • Alice de Charentenay : Qui écrit son journal intime ?
    Né avec le XIXe siècle en plein triomphe des valeurs libérales, le journal intime joue de fait un rôle idéologique fort, puisqu’il change l’accès au loisir et à la solitude, privilège de classe, en besoin naturel. Mais l’évolution du genre le mène vers d’autres effets, notamment grâce aux premières publications de journaux et à l’éclosion d’une parole féminine, qui l’ont aussi changé en instrument d’émancipation. Au XXe siècle, la financiarisation de l’économie et l’éclosion de la condition néolibérale (au sens de Michel Feher) délaissent de plus en plus le journal intime, secret et privé, au profit de l’autoportrait public et de l’affirmation de soi.
  • Nicolas Aude : Généalogie des études sur la sociologie de l’intime : Simmel – Goffman –  Sennett
    La Sociologie de Georg Simmel, The Presentation of the Self d’Irwing Goffman et The Fall of Public Man de Richard Sennett constituent trois jalons importants dans le développement de la microsociologie, une discipline qui semble s’être donné pour objet l’étude de phénomènes sociaux microscopiques, de cet infime qui compose l’expérience du sujet social sans jamais tout à fait se confondre avec l’intime. L’étude de cette généalogie de penseurs montre néanmoins que le discours sociologique s’est également construit contre la proclamation de l’intimité en tant que valeur-clé de la modernité.

 

 

Compte rendu de la séance du 13/12/14

Style et genres de l’intime II : les écritures du moi

Etaient présents : Concetta Angelone, Marie Bat, Stéphanie Bertrand, Marie Busson, Alice de Charentenay, Gheorghe Derbac, Capucine Echiffre, Romain Enriquez, Victoire Feuillebois, Laetitia Hanin, Malek Khbou, Mathilde Labbé, Stéphanie Mc Carthy, Renaud Oulié, Marie-Clémence Régnier

Communications :

Laetitia Hanin : « L’inconscience des sentiments dans les romans de G. Sand »

Concetta Angelone : « Corinne ou Mme de Staël. Le roman de la vie et de la pensée de la baronne »

Stéphanie Bertrand : « L’aphorisme dans le journal intime : repenser l’écriture (im)personnelle »

Compte rendu de la séance du 20/09/14

Étaient présents : Renzo Alvarado, Concetta Angelone, Nicolas Aude, Marie Bat, Isaure de Benque, Stéphanie Bertrand, Jordi Brahamcha, Amélie de Chaisemartin, Alice de Charentenay, Thomas Conrad, Guillaume Cousin, Capucine Echiffre, Romain Enriquez, Victoire Feuillebois, Anne-Caroline Floch, Laetitia Hanin, Hélène Heyraud, Lola Kheyar Stibler, Mathilde Labbé, Marine Le Bail, Renaud Oulié, Michaël Peyraché, Emilie Pezard, Catherine Rapenne, Marie-Clémence Régnier, Véronique Samson, Hyojeong Wi.

En guise d’introduction, Romain Enriquez et Marie-Clémence Régnier ont souhaité poser quelques éléments généraux de problématisation, de lexicographie et apporter quelques compléments bibliographiques à la première sélection opérée en juin dernier.

En s’appuyant sur l’étude cursive que Romain Enriquez a réalisée des différentes acceptions des mots « intime » et « intimité » d’une part, « intériorité », « intérieur » et inconscient » d’autre part, Marie-Clémence Régnier a retracé les étapes successives de la réflexion à laquelle Véronique Montémont s’est livrée dans un article intitulé « Dans la jungle de l’intime : étude lexicographique et lexicométrique (1606-1608) » (in : Pour une histoire de l’intime et de ses variations, 2009). Un des aspects de cette étude, la mise en forme des résultats sous forme de graphiques et de tableaux synoptiques, a fait l’objet d’une explication plus détaillée des emplois du mot « intime ». Marie-Clémence Régnier a également présenté quelques pistes de problématisation relatives à l’étude historique et chronologique du phénomène de l’intime au XIXe siècle qui se caractériserait par ce que Brigitte et José-Luis Diaz ont appelé « le sacre de l’intime » dans un article consacré précisément au « siècle de l’intime » (Pour une histoire de l’intime et de ses variations, 2009). Enfin, elle a proposé un parcours global des différentes pistes d’étude possibles sur le rapport intime / intérieurs / lieux littéraires en évoquant notamment les travaux de Michèle Perrot (Michelle Perrot, in : Philippe Ariès et Georges Duby, Histoire de la vie privée, 1987) et de Mario Praz (Histoire de la décoration d’intérieur. La philosophie de l’ameublement, 1994), avant de clore la présentation sur la remise en perspective de la notion d’ « intime » dont le « sacre » au XIXe siècle ne doit pas masquer les limites.

Romain Enriquez a proposé, au cours du parcours retracé par Marie-Clémence Régnier, une analyse lexicologique de trois mots et de leurs dérivés. Premièrement, l’intime, dans ses acceptions à la fois anciennes et propres au XIXe siècle, comme adjectif puis comme substantif, avec des mises au point sur le verbe « intimer » et le concept d’intimisme. Deuxièmement, l’intérieur : en partant du sens latin, puis en retraçant son évolution sémantique dans un contexte religieux puis scientifique, l’intérieur est apparu d’une grande richesse sur le plan diachronique. En synchronie, on a pu distinguer entre un sens physique et un sens symbolique, entre un intérieur enfermé par l’extérieur et un intérieur placé sous l’extérieur. Les termes « intériorité » et « intérioriser » ont également été mis en perspective. L’intérieur a enfin été ressaisi dans son approche relationnelle avec l’extérieur, tantôt en opposition, tantôt en compensation, tantôt dans une relation dialectique. Troisièmement, Romain Enriquez a interrogé la notion d’inconscient en la distinguant de l’intime et de l’intérieur, dans la mesure où « inconscient » est un mot tardif et dérivé de « conscient ». Bien plus que pour l’intime, l’enjeu était de déterminer à quel moment l’adjectif se change en substantif, car on peut penser alors que l’inconscient est considéré comme un principe actif, dynamique et autonome, au sein du sujet et en même temps extérieur à lui. L’inconscient marquerait ainsi le point extrême des recherches sur l’intime, mais au prix d’une révolution copernicienne par laquelle ce qu’il y a de plus intime au sujet lui deviendrait le plus étranger.

Le point méthodologique sur la soutenance n’a pas pu avoir lieu, faute de temps, et est repoussé à la prochaine séance, le 18 octobre.