Archives de catégorie : Projets antérieurs

Journée d’études 2011 : Usages du littéraire / Valeurs littéraires du singulier

Les travaux sur les deux thèmes de recherche de l’année ont donné lieu à une journée d’études, organisée le 23 septembre 2011 à l’Université Paris-7 Paris-Diderot.

Actes de la journée d’études des Doctoriales de la SERD – 23 septembre 2011

Direction : Lucie Lagardère et Virginie Tellier.

  • Marian BALASTRE : Le messianisme dans Louis Lambert d’Honoré de Balzac
  • Jessica DESCLAUX : L’Influence de Bourget sur la réception de l’égotisme barrèsien (1888-1892)
  • Élise SOREL : Être un écrivain de race chez Barbey d’Aurevilly
  • Caroline CRÉPIAT : Le Sujet lyrique chez les poètes du Chat noir, ou la revendication d’une singularité paradoxale
  • Lucie LAGARDÈRE : « Valeurs de la singularité » : bilan et perspectives
  • Stéphanie Mc CARTHY : La Poésie ouvrière au XIXe siècle en France
  • Mathilde LABBÉ et Landry LIÉBART : « Usages du littéraire » : bilan et perspectives

Séminaire Usages du littéraire – 2010-2011

Bilan des séances de séminaire consacrées à l’un des deux thèmes de recherche de l’année 2010-2011 :

Usages du littéraire

Doctorants : Carole Carcillo, Romain Jalabert, Mathilde Labbé, Landry Liébart, Stéphanie McCarthy, Marion Moreau, Angélique Mottet, Caroline Raulet-Marcel, Matthieu Vernet. Responsable : Mathilde Labbé.

Le groupe « Usages du littéraire » a animé cette année trois séances de séminaire au cours desquelles ont été proposés chaque fois une synthèse générale et des exposés thématiques ou monographiques ainsi que des présentations d’ouvrages.

La séance du 15 janvier 2011, modérée par Landry Liébart, a réuni Angélique Mottet, Caroline Raulet-Marcel, Romain Jalabert et Carole Carcillo autour de la question de l’instrumentalisation morale du littéraire. A partir du fantasme populaire émergeant au XIXe siècle à propos des effets possibles de la littérature sur son public, les quatre communications ont permis d’explorer le phénomène de moralisation de la littérature et en particulier de la littérature lue par la jeunesse. Angélique Mottet a ainsi proposé une analyse du projet éditorial de Pierre-Jules Hetzel. Caroline Raulet-Marcel a abordé la question du jeune lecteur à travers un compte rendu de l’ouvrage de Daniel Gestin Les scènes de lecture. Le jeune lecteur en France dans la première moitié du xixe siècle (PUR, 1998). Romain Jalabert a apporté un éclairage sur l’instrumentalisation scolaire de la littérature en s’intéressant aux auteurs latins dans l’enseignement au XIXe siècle. Carole Carcillo, enfin, a proposé un compte rendu de l’ouvrage de Daniel Sangsue intitulé Le récit excentrique (José Corti, 1987). La discussion a permis d’aborder la question de l’adaptation d’une œuvre à un public spécifique mais aussi celle de la hiérarchie des genres en fonction des publics auxquels ils sont destinés et celle du rapport entre littérature, enseignement et religion au xixe siècle.

La deuxième séance animée par le groupe « Usages du littéraire », intitulée « Réappropriations du littéraire », a eu lieu le 26 février 2011 et a été modérée par Mathilde Labbé. Nous avons voulu y réfléchir sur les usages du littéraire sous l’angle de la circulation, c’est-à-dire en considérant la littérature comme sujet d’un parcours à travers d’autres pratiques d’écriture, afin d’interroger l’hybridation qu’elle entraîne dans le discours au moment où elle atteint un large lectorat. Nous avons eu la chance, pour cette séance, de bénéficier de la présence de Marie-Eve Thérenty, dont les suggestions et les remarques ont permis de lancer un débat fécond. Landry Liébart a proposé une intervention sur la transposition des modèles littéraires dans la presse française et américaine. Carole Carcillo s’est intéressée à l’usage de la citation littéraire en épigraphe des romans français publiés entre 1820-1830. Stéphanie McCarthy, enfin, a abordé la question de la poésie ouvrière comme mode d’appropriation des codes littéraires légitimes à travers l’exemple d’Agricol Perdiguier et de son rapport avec George Sand. La discussion a permis de poser la question de l’intention contenue par cette réappropriation, que ce soit dans le cas des écrivains-journalistes – qui ont contrairement à notre vision moderne, une conception très nette de la différence entre ces deux activités –, ou dans le cas des auteurs citant d’autres romans de manière parfois ironique et pour les détourner, ou dans le cas des poètes ouvriers contraints de tenir ce rôle alors qu’ils aimeraient s’affranchir d’un tel statut.

La dernière séance du groupe, animée par Marion Moreau et Matthieu Vernet le 28 mai 2011 était intitulée « Usages du livre et effets de la littérature ». Cette séance, à laquelle José-Luis Diaz nous a fait l’amitié de participer, a permis de poser la question de la lecture et de sa représentation. Mathilde Labbé a présenté une synthèse sur l’histoire de la lecture à partir des travaux de Roger Chartier, de Pratiques de la lecture (Rivages, 1985) au Livre en Révolution (Textuel, 1997). Romain Jalabert, qui ne pouvait nous rejoindre, nous a fait part de ses réflexions sur l’histoire de la constitution des bibliothèques municipales dans la perspective des querelles de la lecture animant le xixe siècle. Matthieu Vernet s’est intéressé au bovarysme à travers une réflexion intitulée « De l’esthétisme au bovarysme, ou l’écrivain en puissance ». Angélique Mottet a livré une analyse du Commun des lecteurs de Virginia Woolf. Marion Moreau a présenté pour conclure une réflexion sur l’actualisation selon Yves Citton en proposant un compte rendu de son ouvrage Lire, interpréter, actualiser. Pourquoi les études littéraires ? (Amsterdam, 2007). La réunion de ces interventions a permis de mettre en évidence la nécessité de multiplier les approches (historiques, sociologiques, éthiques, étiologiques) pour prendre en compte la diversité des lecteurs et des modes de lecture.

Mathilde Labbé

Séminaire Valeurs littéraires de la singularité – 2010-2011

Les travaux de l’année 2010-2011 ont été consacrés à deux thèmes de recherche : Usages du littéraire et Valeurs littéraires de la singularité.

Plusieurs communications sur ce dernier thème ont fait l’objet d’une publication en ligne, sous la direction de Lucie Lagardère, Emilie Pezard et Virginie Tellier.

Compte rendu du séminaire « Valeurs littéraires de la singularité »

Doctorants : Marian Balastre, Muriel Bassou, Caroline Crépiat, Jessica Desclaux, Gheorghe Derbac, Filip Kekus, Lucie Lagardère, Emilie Pezard, Elise Sorel, Valérie Stiénon, Lola Stibler, Virginie Tellier. Responsable : Emilie Pezard.

De janvier à juin 2011, dans le cadre du groupe de travail sur «Valeurs littéraires du singulier», nous nous sommes attachés à l’étude de la singularité en tant qu’elle est constituée en valeur. Plusieurs thèmes ont été abordés autour de trois séances de séminaire.

En mars, lors de l’atelier « groupes et singularités », auquel Bertrand Marchal nous a fait l’amitié d’assister, trois intervenantes ont proposé un panorama sur la notion de fantaisie, en se demandant à chaque fois comment la revendication d’une individualité dans le style permettait en même temps une inscription dans un groupe plus ou moins large qui partageait cette valeur et une stratégie de légitimation littéraire. Après une introduction d’Émilie Pezard, nous avons entendu Lucie Lagardère qui a étudié la fantaisie chez Ugo Foscolo et Friedrich Schlegel, puis Valérie Stiénon qui a présenté une étude sur les Physiologies, enfin Caroline Crépiat nous a parlé des artistes du Chat Noir, regroupés autour de leur revue.

En avril, l’atelier « Figures de la singularité » introduit par Virginie Tellier en présence de Pascale Auraix-Jonchière, Éric Bordas et José-Luis Diaz, nous a fait passer de l’aristocratie à l’égotisme autour de Barbey, Sand, Stendhal et Barrès. Élise Sorel s’est d’abord interrogée sur la possibilité de définir la langue aristocratique comme « anti-langue » (Michael Halliday) en étudiant le discours de l’aristocrate dans l’œuvre ; Gheorghe Derbac a présenté la position ambiguë de Sand vis-à-vis de cette même valeur de la singularité aristocratique. Muriel Bassou et Jessica Desclaux ont ensuite abordé la question de l’égotisme, la première en en étudiant l’aspect esthétique chez Stendhal, la seconde l’aspect polémique dont témoigne la réception immédiate du Culte du Moi.

Enfin, en juin, nous avons continué à creuser les rapports entre valeur, singularité et littérature autour d’une séance consacrée aux « singularités pathologiques » : le fou, le nerveux, le frénétique et le chercheur d’absolu nous ont parfois rappelé certains personnages fantaisistes que nous avons rencontrés lors de la première séance ; mais ces figures ont surtout permis d’interroger la manière dont s’illustre, dans les thèmes, et dont s’écrit, dans le style, l’extrême singularité. Pierre Jourde et José-Luis Diaz nous ont fait l’amitié de participer aux discussions nourries qui ont suivi les présentations. Après une introduction de Lucie Lagardère, Virginie Tellier a interrogé la problématique de la valeur esthétique et ontologique de l’écrit d’un fou, Mikhaïl Platonovitch, inséré dans La Sylphide d’Odoïevski. Lola Kheyar Stibler a ensuite étudié les caractéristiques stylistiques du «nervosisme» dans Chérie (1884) d’Edmond de Goncourt. Dans le deuxième temps de l’atelier, Émilie Pezard a confronté la critique du frénétisme qui considère les œuvres comme le reflet d’écrivains malades à celle qui fait de ces œuvres des exemples d’affectation cynique à visée mercantile par des auteurs par ailleurs sains d’esprit. Enfin, Marian Balastre a décrypté Louis Lambert en chercheur d’absolu, être marginalisé parce que trop singulier qui vise finalement à la dissolution de son individualité dans une forme d’existence idéale.

Lucie Lagardère

Séminaire Norme(s) et littérature – 2009-2010

Voici quelques unes des communications proposées lors des séances de travail de l’année consacrée au rapport entre norme(s) et littérature.

  • Marion Mas a présenté la relation entre paternité et poétique du réseau pour montrer l’esquisse de l’établissement d’une norme foucaldienne chez Balzac.
  • Lucie Lagardère s’est appuyée sur l’Itinéraire de Paris à Jérusalem de Chateaubriand pour montrer comment, dans une écriture de l’essai hybride, la mise en scène de soi comme être sociable construit un discours politique et social contre-normatif, qui vise à instaurer un nouveau type de vivre-ensemble

Norme(s) et littérature au XIXe siècle

Mené pendant l’année 2009-2010, ce projet a donné lieu à une journée d’études.

Norme(s) et littérature au XIXe siècle – Actes des journées d’étude 2010

Direction : Mathilde Labbé et Landry Liébart. Sommaire :

Norme(s) et langage
    • Landry LIÉBART : Introduction
    • Muriel BASSOU et Marie PERRIN : L’anormalité linguistique chez Stendhal et Hugo
Norme(s) et genres littéraires
    • Émilie PEZARD : Les genres à l’époque romantique : d’une norme prescriptive à une norme descriptive
    • Sébastien BAUDOUIN : Les jeux de la norme et du renouveau générique : Chateaubriand face à ses oeuvres
    • Isabelle HAUTBOUT : Quête générique et quête de sens chez Alfred de Vigny
    • Christelle GIRARD : La Comédie humaine : un laboratoire générique comme arsenal stratégique
Norme(s) et société
    • Marion MAS : Introduction
    • Lucie LAGARDÈRE : Norme, éthique, sociabilité : l’union différenciée des premières proses romantiques
    • Marion MOREAU : Révolution, primitivisme et mondes possibles : le modèle illyrien dans Jean Sbogar de Charles Nodier
Norme(s) et morale
  • Mathilde LABBÉ : Introduction : Littératures et morales alternatives
  • Romain JALABERT : Norme et morale négative
  • Caroline RAULET-MARCEL : Hugo vu par Barbey d’Aurevilly : une « morale évangélico-niaise »?