Archives mensuelles : octobre 2014

Atelier du 15/11/14 – L’imagerie du XIXe siècle

La prochaine séance de « L’atelier du XIXe siècle », sur l’imagerie, aura lieu le samedi 15 novembre 2014 à l’INHA.
Accueil par Philippe Hamon, Ségolène Le Men (Paris Ouest/IUF) et Frédérique Desbuissons (INHA)
Dominique de Font-Réaulx (directrice du musée Eugène Delacroix à Paris) : La reproduction photographique des œuvres d’art, l’entrée de la photographie dans les ateliers des artistes.
Shun Iguchi (Université de Tokyo / Paris Ouest) : Le Portrait d’Emile Zola d’Édouard Manet et le triangle entre les critiques, les caricatures et le modèle.
Sandrine Doré (Université  Paris Ouest) : Albert Robida, un imagier dans la fin de siècle
Laurence Madeline (musée d’Art et d’Histoire de Genève) : sur la future exposition « J’aime les panoramas. » S’approprier le monde (2015-2016).
Amélie de Chaisemartin (Paris Sorbonne) : L’imagerie caricaturale dans les romans de Balzac: citation et allusion.

Compte rendu de la séance du 18 octobre 2015

Style et genres de l’intime I :
transparence intérieure et pratiques confessionnelles

Étaient présents : Concetta Angelone, Nicolas Aude, Marie Bat, Stéphanie Bertrand, Jordi Brahamcha, Marie Busson, Claire Deslauriers, Capucine Echiffre, Veronica Estay-Stange, Margot Favard, Ksenia Fesenko, Victoire Feuillebois, Anne-Caroline Floch, Nathalie Gonçalves de Souza Santos, Hélène Heyraud, Florelle Isal, Sang In Yl, Malek Khbou, Mathilde Labbé, Magalie Myoupo, Renaud Oulié, Marie-Clémence Régnier, Yohann Ringuedé, Hyojeong Wi

  • Méthodologie de la recherche : la soutenance de thèse ; la préparation d’une communication pour un colloque
  • Communication de Nicolas Aude :

La transgression du rituel :
publier l’intime dans la scène romanesque de confession au XIXe

Villette de Charlotte Brontë, Mademoiselle La Quintinie de George Sand et Les Démons de Fédor Dostoïevski participent d’une même généalogie romanesque européenne qui, allant d’Ann Radcliffe jusqu’à Bernanos, a fait de la scène sacramentelle de confession, figurée dans une narration fictionnelle, le lieu d’une intense réflexivité générique. La communication littéraire telle qu’elle s’affirme dans le roman se légitime en effet par la figuration et la distorsion d’un rituel qui place la communication des secrets de la vie intime au cœur de sa procédure et de son efficace sacramentelle. La transgression du rituel que constitue la publication de ces secrets dans le livre s’accompagne toutefois chez de tels auteurs de la mise en exergue d’une transgressivité latente, propre à la confession dans sa forme moderne. Cette transgressivité intrinsèque au rite constitue celui-ci en objet de hantise au sein de la nouvelle culture de l’information qui s’impose avec le siècle et dès lors en véritable motif romanesque.