Archives mensuelles : février 2015

Compte rendu de la séance du 7/02/15

L’intime en régime naturaliste

Étaient présents : Capucine Echiffre, Romain Enriquez, Laetitia Hanin, Hélène Heyraud, Lola Kheyar Stibler, Marine Le Bail, Amandine Lebarbier, Juan Miao, Renaud Oulié.

Communications  :
Lola Kheyar Stibler : « L’intime et l’intensif dans La Joie de vivre (1884) de Zola »
Cette communication se propose d’analyser les propriétés stylistiques d’une écriture de l’intime dans La Joie de vivre. Influencé par l’essor du roman d’analyse, Zola ambitionne d’écrire « un roman “psychologique”, c’est-à-dire l’histoire intime d’un être, de sa volonté, de sa sensibilité, de son intelligence ». L’émiettement psychique et physiologique de Lazare prend la forme d’une torpeur, à son comble au moment du deuil, qui invite à des effets pathétiques puissants. Néanmoins, la représentation du style zolien en termes d’énergie puissante, courante dans la critique de l’époque, doit être infléchie : ce n’est plus un « élan oratoire », une « ivresse » sans bornes, une outrance démesurée qui le caractérisent dans La Joie de vivre mais bien une retenue, produite par la neutralisation des marqueurs d’intensité. L’énergie se dégrade. Ainsi, le roman fait l’histoire d’une dissolution psychique par une dévitalisation du style.

Renaud Oulié : « L’intime dégradé dans L’Accident de M. Hébert, roman naturaliste de Léon Hennique »
Léon Hennique est injustement méconnu. Membre du groupe de Médan, avec Maupassant, Huysmans, Alexis et Céard autour de Zola dans les années 1877-1880, il a contribué au recueil fondateur des Soirées de Médan (1880), autour de la défaite de 1870, qui a fait grand bruit, et lancé Maupassant avec « Boule-de-suif ». Ces jeunes gens de lettres se lancent dans la « bataille naturaliste » avec autant d’enthousiasme que les gilets rouges dans la bataille d’Hernani au début du siècle. Hennique occupe une position intéressante au sein du groupe, en raison de sa production éclectique (romans et pièces historiques et naturalistes, un roman spirite), et de son rapprochement de Daudet et de Goncourt, au moment de l’affaire Dreyfus, alors qu’il s’éloigne de Zola ; à tel point qu’il devient exécuteur testamentaire de Goncourt, et à ce titre fondateur de l’Acamédie Goncourt, dont il est le second président. Il est l’auteur notamment de L’accident de M. Hébert, roman naturaliste, très audacieux dans ses expositions de l’intime. Il s’avère que le traitement spécifique du thème de l’intime permet de faire des distinctions intéressantes au sein du mouvement naturaliste, entre Zola et les « petits naturalistes », sur les plans thématique et stylistique. A cet égard, trois scènes du roman sont exemplaires, et leur étude stylistique révélatrice : la « chute » conventionnelle de Mme Hébert dans les bras de son amant, traitée sur un mode satirique corrosif et original, une scène truculente de partie de campagne de la bonne société versaillaise mise en déroute par le passage de paysannes goguenardes, et enfin les excès obscènes du récit d’un avortement.