Archives mensuelles : septembre 2015

Compte rendu de la séance du 19 septembre

Victor Hugo et l’intime

La rentrée des Doctoriales de la SERD s’est faite sous le signe de Victor Hugo, auquel deux communications ont été consacrées.

Les jeunes chercheurs présents étaient : Nicolas Aude, Yannick Balland, Marie Bat, Jordi Brahamcha, Alice de Charentenay, Romain Enriquez, Victoire Feuillebois, Lola Kheyar-Stibler, Mathilde Labbé, Amandine Lebarbier, Hermeline Pernoud, Emilie Pézard, Marie-Clémence Régnier. Ils ont pu écouter :

  • Yannick Balant: « L’intime dans les carnets de Hugo de 1870 à 1885 »
  • Jordi Brahamcha-Marin: « La réception de Victor Hugo comme poète de la famille, 1914-1944 »         La réception de Hugo en France entre 1914 et 1944 assimile volontiers le Hugo poète de l’enfance au Hugo poète de la famille. Ce Hugo-là est surtout un Hugo scolaire, de pédagogues : l’université s’y intéresse peu (du moins l’université française), comme si l’idée d’un Hugo grand poète des enfants était déjà un cliché trop éculé pour être vraiment digne d’intérêt. Cette image, en effet, est bien propre à nourrir une vision rassurante et conformiste de l’œuvre de Hugo, en phase avec les conceptions nouvelles de la famille bourgeoise telles qu’elles se développent au XIXe siècle, exaltant notamment la tendresse due aux enfants. Les textes clés qui permettent cette lecture sont quelques poèmes des recueils de la monarchie de Juillet (notamment « Lorsque l’enfant paraît… » des Feuilles d’automne), certaines des « Pauca Meae… » (Les Contemplations) ou certains poèmes de L’Art d’être grand-père. Sont écartées, au contraire, les familles lacunaires et pathologiques des romans ou des drames, ou encore les figures d’enfants sans famille ou trop politiques (comme l’enfant grec des Orientales, ou certains personnages d’enfants dans La Légende des siècles). Même le modèle familial lacunaire de L’Art d’être grand-père (où est la génération intermédiaire, entre le « Papapa » et ses petits-enfants ?) pose problème. Quant à l’insistance sur la famille, plutôt que sur l’enfance, elle témoigne souvent d’une posture réactionnaire plus directement militante.

    On peut donc définir quelques caractéristiques récurrentes de la famille hugolienne telle que la donnent à voir les textes que privilégient nos auteurs : il s’agit essentiellement de poèmes autobiographiques, concernant la famille réelle du poète ; il s’agit plutôt d’une famille complète, et heureuse parce que complète ; il s’agit d’une famille mise en scène, selon un modèle pictural ou photographique, avec souvent Hugo lui-même dans le rôle du régisseur (« Regardez : les enfants se sont assis en rond… », dans Les Voix intérieures…) ; il s’agit enfin d’une famille située dans un cadre privilégié, celui de la maison ou du foyer.