Archives mensuelles : juin 2016

Thèse soutenue, soutenance de thèse et publication

Vous avez désormais la possibilité de faire connaître votre thèse sur le carnet des Doctoriales.

Pour cela, n’hésitez pas à nous envoyer, avec le titre de la thèse et la composition du jury, la date de soutenance de votre thèse. Dans le cas d’une thèse déjà soutenue, il est aussi possible d’en faire paraître le résumé sur ce carnet, ainsi que la date de publication.

Le romantisme « frénétique » : histoire d’une appellation générique et d’un genre dans la critique de 1821 à 2010

Thèse de littérature française soutenue le 27 juin 2012 par Émilie Pezard, sous la direction de Bertrand Marchal, Professeur à l’Université Paris IV.

Composition du jury :

  1. José-Luis DIAZ Professeur, Université Paris VII
  2. Anthony GLINOER Professeur, Université de Sherbrooke
  3. Mme Françoise MÉLONIO   Professeur, Université Paris IV
  4. Daniel SANGSUE Professeur, Université de Neuchâtel

Position de thèse : 

L’appellation « genre frénétique » a pu être utilisée pour désigner des œuvres sensiblement différentes. Généralement convoquée pour caractériser les œuvres de quelques romantiques mineurs parues au début des années 1830, elle a été inventée par Charles Nodier en 1821, pour qualifier des œuvres qui ne pouvaient être ni Champavert, de Pétrus Borel, ni Les Roueries de Trialph, de Charles Lassailly, parus en 1833. Une telle contradiction explique qu’il soit impossible, dans une étude qui vise à répondre à la question « qu’est-ce que le genre frénétique ? », de traiter directement du genre, c’est-à-dire des textes littéraires qui le constituent, sans se demander d’abord : quel est le genre qu’on a appelé frénétique ? L’étude des emplois de l’appellation générique est un préalable nécessaire à l’étude du genre lui-même, en ce qu’elle seule permet de ne pas construire une notion générique purement théorique, indépendamment de l’histoire littéraire.

Le discours portant explicitement sur le « genre frénétique » peut théoriquement avoir deux sources : d’une part, l’auteur peut choisir d’inscrire son œuvre dans un genre et le revendiquer ; d’autre part, le lecteur peut classer l’œuvre qu’il lit dans un genre. Dans l’approche nominaliste qui est la nôtre, seule est possible l’étude de ce second type de généricité — la « généricité lectoriale » selon les termes de Jean-Marie Schaeffer —, le terme « frénétique » n’ayant jamais été utilisé par un auteur pour qualifier directement son œuvre. Cette originalité de l’histoire du genre frénétique trouve sa source dans la forte connotation péjorative liée à l’appellation « frénétique », qui explique que celle-ci n’apparaisse sous la plume des auteurs que sous la forme d’une dénégation.

Cette étude de l’appellation générique « frénétique » est donc d’abord une étude des usages du terme par les critiques, de 1821, date de l’invention du mot dans son sens générique par Charles Nodier, à 2010 : à partir de près de 630 discours critiques faisant emploi du mot « frénétique » dans son sens générique, cette thèse vise à retracer l’histoire des diverses définitions du genre « frénétique », définitions considérées sous le triple aspect du corpus désigné par cette étiquette (définition extensionnelle), des caractéristiques justifiant la constitution de ce corpus (définition intensionnelle) et de la valeur littéraire attribuée au genre ainsi défini.

Dès lors que l’étude du nom a permis d’aboutir à une description du genre, fondée sur les constantes dans les définitions données au terme générique, il est possible d’étudier la présence du genre dans la critique indépendamment de son nom. L’utilisation de la catégorie « frénétique » résulte d’un geste herméneutique qui, sans pour autant être arbitraire, n’a rien de nécessaire. L’histoire du nom et celle du genre ne font qu’une quand le nom a été fortement institutionnalisé dès la parution des œuvres qu’il qualifie. Dans le cas du « frénétique », où l’appellation a connu une histoire mouvementée, ces deux histoires sont souvent distinctes. La critique peut donc faire usage d’une catégorie générique qui correspond aux définitions intensionnelle et extensionnelle que d’autres donnent au terme « frénétique », sans utiliser cette appellation : le genre, alors, soit reste anonyme, soit revêt d’autres noms.

La première partie de la thèse, consacrée au genre frénétique dans la critique à l’époque romantique, commence par une étude de l’invention par Nodier de l’appellation : les quelques articles dans lesquels Nodier définit le genre, entre 1821 et 1825, sont situés dans le cadre plus large de son analyse du romantisme, entamée une dizaine d’années avant l’invention du genre frénétique. Une fois analysées la définition que Nodier donne du genre et la valeur ambiguë qu’il lui attribue, il reste à s’interroger sur la postérité immédiate de la notion et ses usages dans la critique entre 1820 et 1840. La faible utilisation du terme générique dans ces années s’explique, non par le fait que le genre identifié comme frénétique serait peu représenté dans la production littéraire, mais au contraire par le fait qu’il est assimilé au romantisme : ce que Nodier et d’autres appellent « genre frénétique », nombreux sont ceux qui l’appellent « romantisme ». De fait, Nodier lui-même, avant d’inventer ce terme générique pour distinguer deux sortes de romantisme, définissait le romantisme tout entier comme il définirait à partir de 1821 le frénétique. Qu’un nom générique soit disponible à partir de cette date pour désigner un certain type de romantisme n’empêche pas nombre de critiques d’assimiler frénétique et romantisme, et le non-usage du terme générique ne signale pas l’absence du genre dans la compréhension de la littérature. Le genre porte donc différents noms selon qu’on l’assimile au romantisme ou qu’on cherche au contraire à l’en distinguer ; dans ce dernier cas, il peut encore être désigné par d’autres appellations génériques : le « genre horrible », « l’école satanique » et la « littérature galvanique » désignent un genre très similaire à celui qu’on appelle « frénétique ».

À partir des années 1840, et jusqu’en 1917, le genre frénétique, comme catégorie interprétative et comme institution, connaît une éclipse, à l’étude de laquelle est consacrée une deuxième partie. La quasi disparition des usages du terme générique dans la critique va de pair avec une disparition du genre, qui trouve trois explications : certaines œuvres jugées « frénétiques » dans la période précédente sont oubliées, d’autres font l’objet d’une nouvelle interprétation ; les caractéristiques qui définissaient en intension le frénétique définissent dorénavant d’autres genres dotés de leurs noms propres, comme le roman-feuilleton. Le frénétique n’est donc plus une catégorie pertinente pour penser la production littéraire. À partir de la fin des années 1870, le terme générique est redécouvert et fait l’objet d’un usage croissant tandis que les recherches sur le romantisme aboutissent à la constitution d’un corpus singulier résultant de l’influence du roman noir anglais : cette réapparition du nom et la définition d’un genre encore anonyme restent parallèles jusqu’en 1917, date à laquelle Edmond Estève applique le terme « frénétique » à un genre désignant à la fois le romantisme de 1820 influencé par le roman noir et le romantisme de 1830 exemplifié par Pétrus Borel.

L’appellation générique ne cesse plus dès lors d’être utilisée, et son usage croissant s’accompagne d’une complexification des définitions, qui s’ajoutent et se mêlent les unes aux autres plus qu’elles ne se succèdent. L’usage croissant du terme dans la critique ainsi que les variations qui apparaissent dans la forme de l’appellation attestent que le frénétique est désormais une catégorie active, quoique mineure, de la critique. L’étude de la définition extensionnelle donnée au genre montre que la notion, en même temps qu’elle gagne en importance, perd en précision. Le frénétique apparaît comme un genre qui dépasse les clivages roman /drame /poésie ; il désigne aussi bien le roman noir anglais que les œuvres du romantisme français qui s’en inspirent. S’il reste fréquemment lié au romantisme, apparaissent des usages transhistoriques de l’appellation qui étendent l’extension du genre au-delà des bornes de ce mouvement. L’étude des définitions intensionnelles montre la même variété des usages du terme : le frénétique peut être défini par une esthétique horrifique — qu’on caractérise comme fantastique ou réaliste —, par la manifestation d’un èthos frénétique, ou par une révolte métaphysique. La multiplicité de ces définitions explique que le frénétique se voie affecté de valeurs radicalement différentes. Si le genre que Nodier avait inventé pour le condamner peut, par une ironie de l’histoire, être convoqué pour servir la réhabilitation des petits romantiques, il fait souvent l’objet de jugements de valeur négatifs qui attestent la permanence des critères esthétiques qui motivaient la condamnation du genre par les critiques du xixe siècle.

Au-delà de ces variations qui reflètent l’évolution de la critique elle-même et l’institutionnalisation fluctuante du « frénétique », quelques constantes apparaissent : le frénétique est un genre fondé sur l’horreur et l’exagération, cultivé par des écrivains romantiques qui reprennent les codes génériques institués par Ann Radcliffe, Lewis et Maturin. C’est parce que ces trois écrivains anglo-saxons sont considérés comme les représentants exemplaires du genre fortement institutionnalisé qu’on appelle, depuis le début du xxe siècle, « roman gothique » ou « roman noir », que ces deux dernières appellations sont aujourd’hui souvent utilisées comme des synonymes du genre « frénétique ». Les œuvres de ces trois auteurs présentent cependant autant de points communs que de différences : si la prise en compte des premiers justifie la cohérence du genre « noir » ou « gothique », les secondes font des romans de Radcliffe, Lewis et Maturin un corpus hétérogène, apte dès lors à déterminer des lignées génériques distinctes.

La vogue, à l’époque romantique, de l’horreur s’inscrit dans la lignée de Lewis et Maturin davantage que dans celle d’Ann Radcliffe. Tandis que les romans noirs de cette dernière présentent une héroïne innocente persécutée par un scélérat dans un décor gothique, et finalement sauvée, l’époque romantique voit se multiplier des récits sensiblement différents : visant à dévoiler le mal à l’œuvre dans le monde, ceux-ci multiplient les scènes horrifiques qui n’ont rien de surnaturel, et montrent le mal triomphant sur l’innocence pourtant affectée d’une valeur positive. C’est dans cette tension entre éloge de l’innocence et séduction du mal que s’éprouve sans doute l’originalité de la représentation romantique du mal que Nodier qualifiait de « frénétique ».

Présentation du thème « Croire »

À quoi peut-on croire au XIXè siècle ? Les réponses à cette question ne manquent pas. Alors que le catholicisme fourbit de nouvelles armes en un siècle de « recharge sacrale »[1], nombreux sont les auteurs qui dissocient religion et croyance, libérant ainsi une spiritualité protéiforme. Dans une perspective esthétique, on peut également s’interroger sur la façon dont la littérature se pense comme objet de croyance : par quels moyens fait-elle « croire » ? Ce verbe nous paraît recouvrir des enjeux idéologiques, épistémologiques et esthétiques centraux au xixe siècle et permet d’ouvrir la voie à de nombreuses pistes de réflexion :

Supports et régimes de croyances –Croire en la religion de l’art, du beau, en des idéaux politiques, utopiques, en Dieu ou en Mesmer, jusqu’aux tables tournantes, le XIXè siècle a multiplié des régimes et des supports de croyance, d’adhésion et de conviction qui dépassent largement le cadre du simple fait religieux. À quoi croit-on, à quoi est-il de bon ton de croire ou de ne pas croire au XIXè siècle ? On pourra ainsi interroger ces multiples objets de croyance (occultisme, spiritisme, mysticisme, etc.) à l’aune d’un culte croissant pour le progrès et la science ainsi que les modes d’existence de prosélytismes variés, fondateurs de communautés multiples.

Les croyances soumises à la question –Mais le siècle est aussi celui du scepticisme, de la remise en question des croyances, d’une approche parfois grinçante de la superstition, du merveilleux, un constat de désenchantement du monde relayé par le règne du positivisme. Comment s’organisent et s’incarnent ces discours critiques des croyances et de la crédulité qui n’épargnent pas la croyance en une toute puissance de la science et du progrès? On peut penser à ce titre aux satires de la croyance, quelles qu’elles soient, et aux supports artistiques multiples qu’elles investissent. L’articulation entre croire et savoir sera un élément important de la réflexion à mener et permettra d’interroger aussi la manière dont la croyance s’impose comme un objet d’analyse anthropologique et historique à l’image des travaux de Michelet ou de l’œuvre romanesque de Zola.

À l’inverse, comment se manifeste aussi la nostalgie pour les illusions perdues, le regret des croyances du passé (nostalgie de l’Ancien Régime, vogue du médiévalisme) ? Comment s’y prend-on pour réenchanter le monde ? Comment s’organise le renouveau catholique au XIXè siècle ? Si le régime de la preuve refait surface avec un renouveau de l’école bollandiste, la littérature hagiographique et apologétique fleurit également ; de même, on pourra s’intéresser à la manière dont les discours sur le progrès et la science empruntent parfois les formes de la croyance religieuse pour se dire.

Enfin, mouvements républicains et utopiques participent de cette réflexion sur les évolutions des spiritualités et le pouvoir social du religieux ; la Constitution de 1848 qui s’ouvre sur une référence à Dieu et au peuple français en étant une manifestation.

Croire et Faire croire –La  double étymologie latine du verbe credere, qui signifie à la fois croire et faire confiance pourra nous permettre de distinguer et de faire dialoguer, dans une perspective narratologique, le croire et le faire croire. Quels procédés spécifiques le xixe  siècle invente-t-il pour provoquer « l’immersion fictionnelle » de ses lecteurs ? Quelles peuvent être les dérives et les critiques professées contre l’ « illusion référentielle » (bovarysme) au siècle des grands romans-feuilletons ? Le merveilleux peut-il encore émouvoir ? Quels genres de l’imaginaire coexistent à l’ère de la rationalité positive ? Peut-on, comme Mme Du Deffand, « ne [pas croire] aux fantômes, mais [..] en a[voir] peur » ? En mettant ainsi l’accent sur le récepteur, on pourra réfléchir aux théories de la pragmatique de la littérature à l’œuvre dans le corpus dix-neuviémiste.

D’un point de vue poétique, qu’est-ce qui permet à l’auteur de susciter la croyance du lecteur ? Comment se construit le vraisemblable, l’effet de réel ? Comment la fabrique du réalisme et du naturalisme éprouve-t-elle la mimesis ? Et comment la littérature se pense-t-elle comme tribune, comme lieu privilégié de la représentation de la conviction, de l’engagement (notamment dans le cadre des romans à thèses) ?

« Croire » semble donc un des mots-clés d’un siècle qui cherche à refonder un ordre politique et esthétique après la Révolution ainsi qu’à retrouver une forme d’unité sociale.

 

[1] Nous empruntons l’expression à l’historien Philippe Boutry.

Calendrier des prochaines séances

Voici le programme des séances à venir. Nous vous rappelons que chacun est libre d’assister à n’importe quelle séance.

Séance de rentrée : 17 septembre 2016

Cette séance sera l’occasion d’introduire le nouveau sujet séminaire, notamment autour de la présentation de quelques ouvrages de la bibliographie que nous sommes en train de constituer.

Un point méthodologique sera consacré à une démonstration de l’outil bibliographique ZOTERO et à une discussion autour des normes bibliographiques et des notes de bas de page.

Séance 2 : 15 octobre 2016

Cette séance portera sur La Légende dorée au XIXe siècle, organisée par Magalie Myoupo et Amandine Lebarbier.

Un point méthodologique sera consacré à la soutenance de la thèse et à la qualification par le CNU.

Séance 3 : 26 novembre 2016

Cette séance concernera les « Religions politiques », et sera organisée par Nicolas Aude.

Un point méthodologique est prévu sur les financements et les bourses.

Le programme des séances suivantes sera déterminé ultérieurement. Vous pouvez  nous écrire pour proposer une intervention. Un résumé de la communication sera publié en ligne sur le site des Doctoriales.

Vous avez aussi la possibilité de figurer dans l’annuaire. Pour cela, n’hésitez pas à nous écrire.

Romain Enriquez et Manon Amandio pour les Doctoriales de la SERD

Du changement dans les Doctoriales

Nous vous informons que l’équipe organisatrice des Doctoriales a changé.

Voici les nouvelles personnes en charge du séminaire :
– Manon Amandio : doctorante à Paris-Ouest-Nanterre La Défense sous la direction de Karen Haddad,
– Romain Enriquez : doctorant à Paris-Sorbonne sous la direction de Bertrand Marchal,
– Amandine Lebarbier : doctorante à Paris-Ouest-Nanterre La Défense sous la direction de William Marx et d’Emmanuel Reibel,
– Magalie Myoupo : doctorante à Paris-VII Denis-Diderot sous la direction de Paule Petitier,
– Marie-Clémence Régnier : doctorante à Paris-Sorbonne, sous la direction de Florence Naugrette et Françoise Mélonio.

Nous tenons également à remercier de tout cœur l’ancienne équipe, composée de Capucine Echiffre, Victoire Feuillebois, Mathilde Labbé, Émilie Pézard et Lola Stibler, pour avoir si bien organisé et animé le séminaire pendant toutes ces années. Nous essaierons d’être à la hauteur du travail exemplaire qu’elles ont mené pour les Doctoriales de la SERD.

Compte rendu de la séance du 28 mai 2016

Étaient présents : Manon Amandio, Boris Ameille, Nicolas Aude, Capucine Échiffre, Romain Enriquez, Victoire Feuillebois, Hélène Heyraud, Mathilde Labbé, Marine Le Bail, Amandine Lebarbier, Violeta Lemus, Renaud Oulié, Émilie Pezard, Marie-Clémence Régnier, Solène Sazio.

Cette séance a donné lieu à un bilan de la Journée d’Études « Espaces et lieux de l’intime », qui a clôturé le séminaire des doctoriales sur les représentations de l’intime, le 8 avril 2016, et fera l’objet d’une publication en ligne.

La séance a aussi été l’occasion de voter pour le nouveau sujet du séminaire des doctoriales : c’est le thème « croire » qui a été choisi. Cette notion fera donc l’objet d’un cycle de deux ans qui sera clôturé par une Journée d’Études. Nous étudierons à la fois les différents objets de croyance et la critique qu’a suscité cette notion au dix-neuvième siècle, et nous réfléchirons également sur le lien entre lecture et croyance.

Un premier calendrier pour l’année 2016-2017 a été fixé.

Voici les dates des prochaines séances, toujours de 10h à 13h :

17 septembre 2016
15 octobre 2016
26 novembre 2016
21 janvier 2017

Les séances de février à juin 2017 seront déterminées ultérieurement.

En plus de donner lieu à différentes communications, les prochaines séances de séminaire seront aussi l’occasion de discuter d’un point de méthodologie de la thèse, discussion que chacun pourra alimenter selon l’avancée de ses recherches.

Rendez-vous donc le 17 septembre 2016 à l’Université Paris VII, pour la première séance sur le thème « croire ». D’ici là, un très bon été à tous.