Archives mensuelles : décembre 2016

Compte-rendu de la séance du 26 novembre 2016

Étaient présents : Manon Amandio, Fanny Arama, Nicolas Aude, Jordy Brahamcha-Marin, Marie Daouda, Amandine Lebarbier, Mathilde Leïchlé, Magalie Myoupo, Anne Orset, Guillaume Peynet, Marie-Clémence Régnier, Marie-Agathe Tilliette.

Cette séance, intitulée « les énonciations prophétiques dans le roman », a donné lieu à deux interventions :

  • Guillaume Peynet, « Les Misérables, roman transfiguré » : cette communication posait une double question : comment le grand roman social et philosophique de Hugo devient-il, centralement, une affirmation de foi ? Et comment cette profession de foi travaille-t-elle le genre romanesque ? La notion de transfiguration nous a paru pouvoir fédérer différents niveaux de réponse. Hugo lui-même utilise cette image pour décrire le parcours de son personnage (« Ce fut plus qu’une transformation, ce fut une transfiguration ») ; mais plus généralement, le rêve de la transfiguration est au cœur de la foi hugolienne, qui est une foi dans le Progrès : Dieu, comme un aimant, attire dans sa lumière l’histoire en marche ; pénétrer les âmes de cette lumière, tel est l’apostolat social du penseur. L’image de la transfiguration a aussi une triple validité génétique, générique et poétique. Génétique : elle rend compte des ajouts à teneur religieuse apportés par Hugo dans la phase d’achèvement de son roman (« j’ai passé sept mois à pénétrer de méditation et de lumière l’œuvre entière présente à mon esprit »). Générique : sous l’effet de ces ajouts, la logique romanesque (logique de prose narrative fictionnelle) est parfois débordée par une logique autre, celle de la prose philosophique, qui triomphera dans William Shakespeare. Poétique, enfin : la pensée religieuse engendre un tissu de métaphores et de mythes, qui revêt de splendeur (splendeur du sacré ?) la réalité visible.
  • Nicolas Aude, « Confessions et professions de foi en régime médiatique: le cas de George Sand romancier » : En consacrant ses recherches à l’essor d’une nouvelle culture de la célébrité dans le contexte de la première ère médiatique, l’historien Antoine Lilti a su dévoiler l’envers du fameux « sacre de l’écrivain » célébré par Paul Bénichou. À la faveur du déclin des autorités traditionnelles, les écrivains occupent certes durant la première moitié du xixe siècle une place de tout premier plan au sein de l’espace public mais ils doivent aussi répondre à une nouvelle demande d’intimité qui émane désormais du public. Chez George Sand, dès lors, il convient d’étudier la confession non pas comme un genre littéraire autonome mais plutôt comme une scénographie évolutive. Celle-ci permet en effet de mettre en lumière l’ambivalence inscrite au coeur du romantisme prophétique. D’abord envisagée comme une scène d’aveu intime puis comme un espace agonistique d’où l’écrivaine tente de professer les idées nouvelles, la scène de confession accompagne l’écriture de cette œuvre-fleuve sur plusieurs décennies. Au fil de ses romans, George Sand ne cesse d’ajuster son image auctoriale pour mieux contourner les écueils de la position problématique de « femme-auteur ». C’est donc à une sociopoétique de la publication de soi que nous invite cette étude de cas.
  • En dernière partie de séance, un point méthodologique a été fait par Lola Stibler, sur la question de la soutenance de thèse. Ont été abordés le calendrier (l’idéal étant de soutenir avant le 12 décembre de chaque année, pour pouvoir candidater à la qualification CNU la même année) les critères du choix du jury, les modalités et conseils pour la période qui précède la soutenance (envoi des thèses et pré-rapports), ainsi que les différentes étapes de la soutenance. Nous remercions vivement Lola Stibler pour son intervention très enrichissante et ses excellents conseils !

Rendez-vous le 9 décembre 2016 pour L’Atelier du XIXème siècle, organisé par Émilie Pézard, « le personnage, un modèle à vivre ».

La prochaine séance des Doctoriales, intitulée « croire et faire croire au dogme catholique », aura lieu le 21 janvier, et sera organisée par Fanny Arama.