Archives mensuelles : février 2017

Barbey d’Aurevilly et le romantisme

Cette séance de séminaire est organisée par Mathilde Bertrand, Pierre Glaudes et Élise Sorel. Elle aura lieu le Vendredi 3 mars 2017, de 16h à 19h à l’Université Paris Sorbonne, amphithéâtre Guizot.

Programme 
Alain Vaillant : « L’ironie selon Barbey : grandeur et décadence du rire romantique »
Florence Naugrette : « Barbey admirateur de l’acteur romantique Frédérick Lemaître »
Pierre Glaudes : « Barbey dans la postérité du magnétisme romantique ?
Le somnambulisme dans « Une histoire sans nom » »

Rencontre autour d’Auguste Comte et Georges Clemenceau

Une rencontre autour d’Auguste Comte et Georges Clemenceau aura lieu le jeudi 16 mars 2017, à 18h30, à la Chapelle de l’Humanité (5, rue Payenne 75003 Paris).

Annonce 

« Georges Clemenceau n’a pas été un disciple « orthodoxe » du positivisme mais son chemin a croisé à plusieurs reprises la doctrine et l’œuvre d’Auguste Comte. Le « Tigre » découvre le philosophe positiviste dans sa jeunesse et c’est notamment par l’intermédiaire de Charles Robin, lui-même positiviste, que se sont établis les liens les plus forts avec Comte. Médecin, Robin a été le directeur de thèse de Clemenceau et a grandement influencé sa pensée biologique. C’est cette pensée que tentera d’interroger Laurent Loison dans son intervention. Traducteur en français de l’ouvrage de John Stuart Mill, Auguste Comte et le positivisme, Clemenceau s’éloigne progressivement du positivisme qui continue néanmoins à l’influencer tout au long de sa vie. Opposé à Ferry, lui-aussi positiviste, sur la question du colonialisme, Clemenceau garde de ses idées comtiennes de jeunesse la promotion d’une morale laïque et son aversion pour le théologisme. Très attentif aux questions sociales, il écrit pour le journal La Justice une série d’articles sur des sujets économiques et sociaux divers, rassemblés en 1895 dans La Mêlée sociale. Il y critique fermement la hausse des prix, la répression des grèves, fait l’éloge de Louise Michel et critique l’évolution du christianisme. Dans ce recueil d’articles, il oppose avec férocité et humour la charité chrétienne à l’altruisme comtien à l’occasion du débat qui agite l’Académie Française sur l’entrée du mot « altruisme » dans le Dictionnaire. Cette réflexion sur le « vivre pour autrui » sera au cœur de l’intervention de Sylvie Brodziak. C’est la diversité des liens, peu connus, qui existent entre Clemenceau et le positivisme d’Auguste Comte que cette rencontre tentera d’approcher. »

Intervenants

  • Sylvie Brodzniak (Université de Cergy-Pontoise) : « Clemenceau et l’altruisme »
  • Laurent Loison (CNRS, IHPST) : « Clemenceau biologiste ? »

 

Université d’été : « (Dé)sacralisations : fortunes du sacré dans la littérature »

Cette Université d’été aura lieu à Reims du 3 au 7 juillet 2017.

Elle est ouverte à 15 jeunes chercheurs (doctorants et post-doctorants) qui seront encadrés par une dizaine d’enseignants-chercheurs confirmés (venant des universités de Padoue, Prague, Louvain et Reims). Les activités scientifiques proposées seront les suivantes : leçons magistrales, communications des jeunes chercheurs et deux ateliers collaboratifs (au choix). Des visites culturelles liées à la thématique générale seront organisées, dont la visite de la Cathédrale, de la Basilique Saint Remi, de la Chapelle Foujita et du Musée des Beaux-Arts.

Pour y participer, les jeunes chercheurs doivent proposer une intervention orale de trente minutes sur un sujet clairement lié à la thématique générale : « (Dé)sacralisations : fortunes du sacré dans la littérature ». La contribution aux frais d’organisation est de 50 €. L’hébergement et une partie de la restauration sont pris en charge par les organisateurs.

Les inscriptions se font jusqu’au 24 avril directement sur le site internet Reims 2017, à l’adresse suivante : summerschool-CRIMEL-2017@univ-reims.fr

La liste des dossiers sélectionnés sera publiée début mai.

Vous pouvez demander l’argumentaire et le formulaire de candidature par mail à : contact.doctoriales.SERD@gmail.com  

Calendrier des prochaines séances : février-juin 2017

Les prochaines séances des Doctoriales auront lieu en salle 164E, dans le bâtiment la Halle aux farines, à L’Université Paris Diderot.

  • 25 février 2017 : séance organisée par Émilie Pezard : « Croire au merveilleux scientifique ? »
  • 25 mars 2017 : séance organisée par Yohan Ringuedé, consacrée aux liens entre science et croyance.
  • 22 avril 2017 : séance organisée par Maria Daouda : « Le traitement du miracle au XIXème siècle »
  • 27 mai 2017 : séance organisée par Manon Amandio : « Mythification et démystification de la souffrance dans le roman du dix-neuvième siècle »
  • 17 juin 2017 : la dernière séance sera consacrée à la préparation de la Journée d’Études organisée par les Doctoriales. Celle-ci aura lieu en 2018 et clôturera notre cycle de réflexion sur le thème « croire ». Différents sujets seront proposés et un vote sera organisé. Tout membre des Doctoriales peut proposer un sujet pour la Journée d’Étude.
  • Un point sera également fait sur le calendrier et l’organisation des séances du séminaire de septembre 2017 à juin 2018. Tout doctorant ou jeune chercheur dix-neuviémiste peut proposer une séance ou une communication sur le thème « croire » en envoyant un titre provisoire et quelques lignes de présentation à : contact.doctoriales.serd@gmail.com

Prochaine séance des Doctoriales : 25 février 2017

Intitulée « Croire au merveilleux scientifique ? », la prochaine séance des Doctoriales de la SERD, organisée par Émilie Pézard, aura lieu le 25 février 2017, de 10h à 13h, à l’Université Paris Diderot (5 Rue Thomas Mann, 75013 Paris. Métro ligne 14, RER C, bus 62, 64, 89, 325, tram T3a). La séance sera centrée sur les rapports entre science, croyance et merveilleux. Elle se déroulera comme suit :

Manon Amandio (Université Paris-Nanterre) : Représenter l’irreprésentable : la question du magnétisme dans les Histoires extraordinaires d’Edgar Allan Poe

Parfois qualifiées de « fictions scientifiques[1] », certaines nouvelles d’Edgar Allan Poe représentent des événements extraordinaires rendus compréhensibles par une explication rationnelle. C’est notamment le cas de trois des nouvelles des Histoires extraordinaires, « La vérité sur le cas de M. Valdemar », « Révélation magnétique » et « Les souvenirs de M. Auguste Bedloe », dont le magnétisme est le sujet principal.

Pratique controversée reposant sur la croyance en des fluides universels invisibles, le magnétisme mis en fiction, représenté tant par les réflexions du narrateur-personnage sur le sujet que par la scène magnétique, pose la question de la croyance du lecteur face à une fiction qui exprime un savoir lié à des phénomènes extraordinaires. Cette communication interrogera donc la capacité de la représentation du magnétisme à articuler, par le biais du rapport à la croyance, les notions de merveilleux et de scientifique dans les nouvelles d’Edgar Allan Poe.

Anne Orset (Université Paris-Sorbonne) : La profession de foi des Rougon-Macquart : du « merveilleux physiologique » à l’œuvre dans le naturalisme de Zola

La série des Rougon-Macquart contient quelques faits extraordinaires (delirium tremens de Coupeau, combustion spontanée de Macquart, innéité du docteur Pascal) qui font surgir le merveilleux au cœur du roman naturaliste, pourtant conçu par Zola comme une stricte observation du réel. En examinant les différents régimes de croyances (superstition du profane, dogmatisme du savant, convictions du romancier) auxquels sont soumises ces scènes qu’on pourrait qualifier de « merveilleux physiologique » on se propose de réinterpréter le naturalisme zolien comme le credo en un pouvoir merveilleux des forces vitales à l’œuvre dans la nature, à la lumière du Traité d’hérédité naturelle dans lequel Lucas, l’inspirateur de Zola, confesse une « foi profonde » en « la magie de la nature ». C’est aux interférences entre les partis-pris esthétiques du romancier et ses convictions épistémiques qu’on voudrait ici s’intéresser.

Clément Hummel (Université de Caen) : Au-delà des légendes et des superstitions : le rationalisme scientifique de Rosny aîné

« J.-H. Rosny ne dit pas “Dieu”, mais « la nature » », écrivait Maurice-Verne en 1917. Encore faudrait-il ajouter avec Dominique Warfa qu’à ses yeux « seule compte la Nature (avec une majuscule !), et corollairement la science qui peut la décrire ». Si l’auteur de La Mort de la Terre et des Navigateurs de l’Infini se caractérise par une imagination débridée et l’invention de « créatures faites d’une autre matière que notre matière » qui ont fait de lui la figure tutélaire du merveilleux-scientifique, il est nécessaire de rappeler que Rosny aîné est avant tout le « poète du cosmos », des sciences et du rationalisme. Se conjuguent chez Rosny une « passion poétique [pour les sciences] » et la recherche du vrai, de l’authentique, du factuel. En effet, l’individu n’a pas besoin de croire en la potentialité d’éléments extraordinaires, mais en un « océan de probabilités » (« La Goule », 1900) offert par la Nature : c’est la seule merveille qui pourra produire une épiphanie. La majorité des récits estampillés « merveilleux-scientifique » de Rosny aîné illustrent l’hésitation propre au fantastique : ainsi cette infirmière sur un champ de bataille en 1914 qui, voyant deux soldats absolument identiques, se croit « dans une réalité supérieure » (L’Enigme de Givreuse, 1917) ou la rationalisation à l’excès du vampirisme, traité comme le symptôme à soigner d’une maladie liée au magnétisme (La Jeune Vampire, 1911). Nous proposerons une lecture des récits fantastiques de Rosny aîné en analysant la façon dont le romancier du merveilleux-scientifique soulève le voile du spiritisme à l’aide de la science et du rationalisme pour faire apparaître la vérité.

Cette séance de séminaire bénéficie du soutien de l’ANR Anticipation :  http://anranticip.hypotheses.org/

[1] Jean-François Chassay, « Revenir d’entre les morts : Poe et le magnétisme animal », Edgar Allan Poe, une pensée de la fin, sous la direction de Jean-François Chassay, Jean-François Côté, Berrtand Gervais, Montréal, Liber, 2001, p. 91.