Archives mensuelles : avril 2017

Compte-rendu de la séance du 22 avril 2017

Étaient présents : Manon Amandio, Fanny Arama, Emma Bartel, François Crampe, Marie Daouda, Mathilde Leïchlé, Magalie Myoupo, Anne Orset, Yohann Ringuedé, Marie-Agathe Tilliette.

Organisée par Marie Daouda, cette séance sur le traitement du miracle au XIXè siècle a donné lieu à deux communications :

  • Fanny Arama, Université Paris VII – Denis Diderot : « La conception du miracle dans les querelles littéraires de la fin du XIXe siècle : les cas de Renan, Barbey, Bloy et Zola ». Résumé:  Je me suis proposée dans ma communication de prendre la mesure de l’influence du penseur contre-révolutionnaire Joseph de Maistre (1753-1821) sur la conception de Jules Barbey d’Aurevilly et de Léon Bloy sur le miracle, et notamment de son rapport aux croyances et aux préjugés, qui leur permet de se réclamer d’un système de pensée réunissant une vision anti-moderne du monde et une fidélité au dogme catholique exprimée dans un style inégalé, et qu’ils ambitionnent de renouveler, à leur manière, dans leur œuvre. De Maistre indique notamment la méthode à suivre pour défendre le dogme catholique sans tomber dans l’écueil de la preuve, obsession des philologues et hommes de sciences modernes. Dans un deuxième temps, j’ai présenté les raisons de la mariophanie à l’œuvre en France dans la seconde moitié du XIXème siècle, à travers la création des pèlerinages nationaux, qui rejoignent la Salette et Lourdes grâce au chemin de fer, comme cela est puissamment mis en scène dans Lourdes d’Émile Zola. Léon Bloy a composé trois ouvrages sur la Salette pour concurrencer la conception positiviste du miracle représentée par Zola. Il envisageait la Vierge comme une nouvelle Némésis, très étrangère à la Vierge aux roses odorantes de Marie et Pierre dans Lourdes. La Vierge apparue à Mélanie et Maximin à la Salette oppose des certitudes d’ordre millénariste (attente de la fin des temps, espérance d’une régénération de la foi visant à expier les fautes et les crimes commis par la France révolutionnaire, dans le cadre d’une spiritualité du repentir) à l’incertitude des temps modernes. C’est une vierge aux épines « stigmatisée » dont la Parole, quasi-céséarienne, autoritaire et impériale dans tous les cas, est égale celle de Dieu même, et qui prétend déniaiser l’Église catholique contemporaine. Enfin, j’ai rapidement passé en revue les revendications esthétiques de Barbey et de Bloy, qui les opposent irrévocablement aux écrivains catholiques promoteurs d’une image sulpicienne de l’Église et de ses dogmes, confondant « charité » avec « bons sentiments », ou aux libres-penseurs tels Zola, éminent instigateur et représentant de « tous les lieux communs athées » exprimés sur le miracle et les mystères de la foi.
  • François Crampe, Université de Paris-III Sorbonne Nouvelle : « Révélation et témoignage : Textualité du miracle dans ‘A Death in the Desert‘ de Robert Browning »

La prochaine séance, organisée par Manon Amandio, portera sur les liens entre croyance et souffrance dans le roman du dix-neuvième siècle. Cette séance donnera aussi lieu à une discussion sur le thème de la Journée d’Étude du printemps 2018, en lien avec le sujet du séminaire, « croire ».

Prochaine séance des Doctoriales : 22 avril 2017

La prochaine séance des Doctoriales de la SERD aura lieu le 22 avril 2017, de 10h à 13h, à l’Université Paris VII, salle 164 E, dans le bâtiment Halle aux Farines.

Présentation et programme 

La Pierre d’achoppement du miracle

     Dans l’Ancien comme dans le Nouveau Testament, le miracle  se lit comme un signe, manifestant la proximité de Dieu comme puissance agissante, intervenant directement dans le monde par des phénomènes visibles. Les prodiges de Moïse, de la métamorphose du bâton en serpent à la Manne miraculeuse et a fortiori la traversée de la Mer Rouge, prouvent l’alliance passée entre l’Éternel et le peuple hébreu. Les miracles de Jésus sont aussi des signes de sa mission. Lorsque Jésus ressuscite le fils de la veuve de Naïm devant une foule nombreuse, l’Évangile selon saint Luc rapporte : « Tous furent saisis de crainte, et ils glorifiaient Dieu, disant : Un grand prophète a paru parmi nous, et Dieu a visité son peuple. » (Luc 7 : 16) Cette pédagogie du miracle s’avère pourtant d’une inefficacité redoutable. Les pharisiens accusent Jésus de faire des miracles par l’intercession du prince des Démons. Des milliers de personnes assistent aux miracles de Jésus, trois demeurent au pied de la croix. L’Ancien Testament peut ainsi se lire comme l’échec de Dieu à garder fidèle le peuple qu’il s’est choisi, et le Nouveau Testament comme la mise à mort de Dieu par un peuple qui ne le reconnaît plus. Pourtant, dès la première génération d’apôtres, le miracle légitime l’autorité des saints et demeure un élément essentiel de l’hagiographie. Actuellement, un procès en béatification ou en sanctification peut rester en suspens de longues années, en attendant que le serviteur ou la servante de Dieu prouve sa sainteté par un miracle.

            Les signes miraculeux, déjà inopérants dans le texte sacré, sont soumis à la question par l’approche de la critique radicale, ou higher criticism. À la suite de David Friedrich Strauss, Renan applique la méthode de Buffon aux Évangiles pour dégager ce qu’a pu être la vie de Jésus de Nazareth, le Jésus de l’Histoire, qui se distingue de plus en plus du Christ de la foi. En expurgeant le miracle, Renan souligne sa part scandaleuse : Il n’y a de miracle que quand on y croit ; ce qui fait le surnaturel, c’est la foi. « […] Aucun miracle ne s’est produit devant ceux qui auraient pu le discuter et le critiquer[1] ». C’est ce que Matthew Arnold, poète et philosophe victorien, synthétise dans une formule lapidaire : « Miracles do not happen[2] ». Parallèlement, les apparitions mariales en France sont vues comme des miracles modernes, aptes à convertir un peuple infidèle. Le pèlerinage de Lourdes, avec son cortège de guérisons miraculeuses, suscite des foudres similaires chez Léon Bloy et chez Zola. Signe devant engendrer la croyance, le miracle devient signe de division. Comment croire à une religion qui, fondée sur le miracle, ne tiendrait que par lui ? Que subsiste-t-il du message de Jésus si le christianisme est émondé du surnaturel ? Nous étudierons le rôle du miracle dans la foi chrétienne, pour voir quel rôle la critique radicale a pu infléchir les liens entre littérature et religion tant dans la France majoritairement catholique que dans l’Angleterre à dominante protestante.

  • Marie Kawthar Daouda, Université de Bretagne Occidentale, Université de Paris IV – Sorbonne : « Introduction : Croire sans avoir vu, voir sans avoir cru : Le miracle dans l’apologétique chrétienne et la critique radicale »
  • Fanny Arama, Université Paris VII – Denis Diderot : « La conception du miracle dans les querelles littéraires de la fin du XIXe siècle : les cas de Renan, Barbey, Bloy et Zola »

       En littérature, Jules Barbey d’Aurevilly et Léon Bloy défendent un surnaturel chrétien qui doit prouver, sur le plan métaphysique et moral, l’existence de Dieu. Ce surnaturel a été classé par l’histoire littéraire du côté du genre fantastique. Or, le surnaturel qu’ils promeuvent dans leur œuvre de fiction ainsi que dans leur œuvre critique a partie liée avec la transcription de leur expérience du réel et une défense de la conception catholique du miracle. Comment, dans ces conditions, parviennent-ils à concurrencer les conceptions positivistes du miracle (Renan, Zola) qui tentent de rallier à elles une opinion publique toujours plus convaincue par les thèses cartésiennes et scientifiques de la fin du siècle ?

  • François Crampe, Université de Paris-III Sorbonne Nouvelle : « Révélation et témoignage : Textualité du miracle dans ‘A Death in the Desert‘ de Robert Browning »

            La question critique de l’intelligibilité du miracle se trouve au cœur des réflexions de Robert Browning (1812-1889) sur sa pratique poétique. Poète victorien fortement influencé par les conceptions de ses devanciers romantiques, Browning conçoit la puissance du verbe poétique comme une action surnaturelle sur le monde. Mais il est également un membre actif des cercles non-conformistes libéraux dans lesquels l’influence du Higher Criticism inauguré par David Friedrich Strauss reçoit le plus grand écho. Dans plusieurs de ses poèmes, Browning a marqué son refus de l’approche mythologique qui renvoie le texte biblique au statut de pure fiction, mais c’est dans « A Death in the Desert » (pub. 1864) que cette mise en cause de l’excès de surnaturel dans l’apologétique chrétienne reçoit la réponse à la fois la plus complète et la plus ambiguë. Notre lecture de ce texte comme expérience de pensée doit nous permettre de mettre en lumière la façon dont le poète retourne les arguments de Strauss en apologétique nouvelle tout en plaçant le lecteur dans la position d’un philologue cherchant à retrouver la trace de l’incarnation dans un texte rendu illisible par la saturation critique dont il a fait l’objet.

[1]   Ernest Renan, Les Apôtres, Paris, Michel Lévy,1866, p. XLIV-XLV.

[2]   Matthew Arnold, Literature and Dogma, [1873], Londres, Smith, Elder, &Co, 1888, p. XII.

VIIIe Congrès de la SERD : L’Oeil du XIXe siècle, 26-29 mars 2018

Le VIIIe Congrès de la Société des Études Romantiques et Dix-neuviémistes aura lieu du 26 au 29 mars 2018, à la Fondation Singer-Polignac, Paris.

Les propositions de communications (d’environ 2000 signes), accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, sont à adresser à Erika Wicky (erika.wicky@gmail.com) avant le 5 septembre 2017.

Argumentaire

L’œil désigne un organe, mais aussi, par métonymie, une action (le regard) et une production (la vision). C’est donc, au sens plus large, sur la manière propre qu’a eue le XIXe siècle d’investir le champ du visuel, d’en remodeler l’action et les formes à sa mesure, que portera le VIIIe Congrès de la SERD. Il s’agira d’inviter les participants à définir les caractériques d’un autre period eye que celui dont traitait Michael Baxandall lorsqu’il se demandait quelles étaient les « dispositions visuelles vernaculaires qui relient les tableaux [du XVe siècle ita lien] à la vie sociale, religieuse et commerciale » (Painting and Experience in Fifteenth-Century Italy: A Primer in the Social History of Pictorial Style ; traduction française : L’Œil du Quattrocento, 1985).

Siècle de progrès techniques en matière d’optique, d’instruments de vision, de physiologie de la vue et de médecine ophtalmologique, le XIXe siècle est aussi, de manière plus générale, le « siècle du regard » (Ph. Hamon), le « siècle de l’observateur » (J. Crary), le siècle du « panoptique » (M. Foucault). Le privilège du visuel s’y manifeste, de manière elle-même spectaculaire, par des inventions et pratiques culturelles en série ayant trait à la vision. C’est le siècle des –scopes : kaléidoscope (Brewster, 1817), phénakistiscope (Plateau, 1832), stéréoscope (Wheatstone, 1838), ophtalmoscope (Helmholtz, 1851), télestéréoscope, bioscope ou stério-fantascope, pseudoscope, etc. C’est le siècle des –ramas (panorama, diorama, cosmorama, néorama, etc.). C’est aussi le siècle des perfectionnements des instruments d’optique, du microscope et du télescope, des lorgnettes et des longues vues. Soit donc le siècle de la médiatisation du regard au travers d’instruments de plus en plus perfectionnés, qui, censés en accroître la portée ou l’acuité, en transforment de fond en comble les conditions. Ce qui se produit selon des moments de rupture, tant épistémologiques qu’optiques, qui scandent l’histoire des modèles visuels, qu’on situe tantôt dès le début du siècle (J. Crary), tantôt en son mitan, avec l’invention de la photographie (1839) et la révolution picturale des années 1860, tandis que d’autres analystes insistent sur les révolutions qu’apportent en la matière la fin du siècle et le siècle suivant (Martin Jay, Downcast Eye. The Denigration of Vision in XXth-Century French Thought, 1993).

Ces nouvelles focales influent sur la perception mais aussi sur les modalités d’ensemble de la vie sociale. C’est ce que le suggère le vicomte de Launay lorsqu’il écrit : « La réalité parisienne est toute dans l’aspect. Nous avons des yeux de Diorama, de Panorama, de Néorama ; les effets d’optique suffisent à la légèreté de nos regards » (1837). C’est aussi le siècle où, dans les arts plastiques, la question du point de vue s’impose avec acuité, d’autant que l’invention de la photographie vient confirmer le primat du visuel et invite à un nouveau dialogue entre les arts de la vue, littérature comprise. C’est le siècle où, à propos de Courbet, Ingres s’exclame : « C’est un œil », l’accusant ainsi de n’être pas un artiste complet, mais seulement un peintre virtuose. En revanche, c’est aussi le siècle où Flaubert remarque que « pour qu’une chose devienne intéressante, il suffit de la regarder longtemps », et se donne pour mot d’ordre : « Fais-toi prunelle ! » (1845), valorisant ainsi une telle réduction au visible. C’est le siècle où en littérature, sous l’influence des arts visuels, les descriptions montent en puissance. C’est ce que remarquent les frères Goncourt : si elles manquent chez Saint-Simon, c’est que « les yeux n’étaient pas nés » (1862). Dans les arts de la scène la part du spectaculaire s’accroît. Mais on assiste alors aussi à une véritable « spectacularisation » de la vie sociale, à tous les niveaux : affiches, magasins, musées, expositions, passages, « fantasmagorisation de la marchandise » (Marx). Et Balzac d’énumérer tout le premier l’ensemble des prodigalités visuelles que « ‘lampe » l’« œil du Parisien » : feux d’artifice, palais en verres multicolores, féeries des théâtres, panoramas renaissants, continuelles expositions, caricatures, vignettes, lithographies, sans oublier le gaz qui illumine les boulevards et les « points de vue » que ménage la municipalité.

Les propositions attendues pourront s’inscrire dans les axes présentés ci-dessous, qui ne sont toutefois que des pistes offertes à la réflexion. Un intérêt particulier sera accordé aux propositions qui éviteront les monographies en déployant une perspective transversale ou qui manifesteront une approche interdisciplinaire (histoire, littérature, philosophie, histoire de l’art, histoire des sciences, histoire des techniques, etc.).

Le comité scientifique sélectionnera les propositions, et le résultat de son travail sera communiqué dès le début octobre.

Les axes d’étude sont disponibles sur le site de la Société des Études Romantiques et Dix-neuviémistes : http://serd.hypotheses.org/675