Archives mensuelles : mai 2017

Prochaine séance des Doctoriales : 27 mai 2017

La prochaine séance des Doctoriales de la SERD aura lieu le samedi 27 mai 2017 à partir de 10h, à la Maison de la Recherche, Université Paris-Sorbonne, 28 rue Serpente, 75006 Paris, métro ligne 4 et RER B et C. 

Organisée par Manon Amandio, cette séance porte sur les liens entre croyance et souffrance dans le roman du dix-neuvième siècle.

Programme

  • Manon Amandio, Université Paris-Nanterre, introduction : L’écriture de la souffrance au dix-neuvième siècle, entre ferveur et scepticisme.
  • Marie-Agathe Tilliette, Université Paris-Nanterre : Souffrance et croyance dans les Promessi sposi d’Alessandro Manzoni : la Providence à l’œuvre ?

Dans son roman historique I promessi sposi (1827-1842), Alessandro Manzoni décrit les malheurs de deux jeunes fiancés, Renzo et Lucia, que la concupiscence d’un petit seigneur local sépare et entraîne dans de longues et douloureuses aventures. La question qui se pose tout au long du roman est alors celle de la justification des souffrances de ces deux jeunes gens innocents et pieux : pourquoi Dieu semble-t-il châtier les justes et les purs ? À de nombreuses reprises, une réponse providentialiste est apportée à cette question : la souffrance serait un chemin nécessaire du dessein divin. Cependant, cette justification de la souffrance par la croyance n’est pas aussi univoque qu’elle paraît l’être à première lecture. La peinture réaliste des souffrances subies ébranle le dogme de la Providence : l’esthétique romanesque réaliste paraît entrer en conflit avec la croyance religieuse, pourtant omniprésente, interrogeant à nouveaux frais les rapports entre croyance et souffrance, tant au niveau de l’individu qu’à celui de la société.

  • Amélie de Chaisemartin, Université Paris-Sorbonne : Le modèle du martyr dans l’héroïsme des personnages romantiques

Dans les romans des années romantiques, le héros n’est pas un personnage qui, comme dans les épopées, triomphe des obstacles par la ruse ou la force, mais un héros qui subit l’hostilité du monde en souffrant. La souffrance devient un signe d’élection et de supériorité dans les romans. Nous montrerons que cette valorisation inédite de la souffrance par les romanciers romantiques peut s’expliquer par l’influence du modèle du Christ sur la construction de leurs personnages. Nous étudierons la manière dont les personnages de romans de la monarchie de Juillet sont identifiés au Christ et à la figure du martyr et ce que peut signifier cette identification dans le projet esthétique et moral des romanciers.

Durant cette séance, un point sera également fait sur la prochaine Journée d’Études des Doctoriales : sujet (en lien avec le thème « Croire »), comité d’organisation et calendrier.

Colloque : « Les formes poétiques de la vie : performativité, réflexivité, modernité dans le romantisme »

Le colloque « Les Formes poétiques de la vie : performativité, réflexivité, modernité dans le romantisme » se tiendra à l’Université Saint-Louis de Bruxelles les 1 et 2 juin 2017.

Présentation 

Il existe une tension commune propre aux différentes actualisations du romantisme européen dans les lettres, les arts et la pensée des différents espaces et temporalités où il s’est manifesté : il s’agit de la volonté de transformer radicalement les rapports entre la sphère de la création et ce qui lui est extérieur en poétisant la vie. Le romantisme voit non seulement l’apparition de nouvelles formes, mais il marque la naissance d’une nouvelle ambition pour la forme, qui l’inscrit dans un rapport différent avec ce qui l’excède et la conditionne, ce qui fait ressortir trois enjeux qui s’impliquent réciproquement. D’abord celui de la performativité : les formes du romantisme ne peuvent se penser sans prendre en considération leur capacité à « trans-former » notre expérience du monde par leur singularité même. Le projet romantique part de la vie, à travers la recherche de modèles organiques ou dans l’attention aux formes de l’existence les plus prosaïques et diverses, mais en retour, les formes artistiques qu’il déploie ont aussi pour vocation de « poétiser » le monde. Ensuite celui de la réflexivité : l’ambition de changer la vie par l’art s’accompagne souvent d’une réflexion métacritique, dans la mesure où les formes en régime romantique s’indiquent elles-mêmes comme actes, processus vivants, et pensent leur propre capacité de poétisation. Cette réflexivité est internalisée dans l’œuvre autant qu’elle est affaire d’interprétation ou de retour sur l’œuvre par qui la reçoit. Enfin celui de la modernité : la problématique de la forme apparaît comme un lieu fondamental pour interroger la manière dont le romantisme s’interprète lui-même, ainsi que les appropriations et les lectures dont il a fait l’objet de la part des critiques contemporains et ultérieurs. C’est tout l’héritage du courant qui est mis en tension par la réflexion sur le caractère performatif, réflexif et, par là sans doute, intimement moderne de la forme dans les arts, les lettres et la pensée de l’époque romantique.

Programme

Jeudi 1er juin 2017

Président de séance, matinée : Isabelle Ost (Université Saint-Louis – Bruxelles)

10h-10h15 : Accueil des participants

10h15-10h30 : Ouverture du colloque par Laurent Van Eynde, directeur du Centre Prospéro

Introduction, par Laure Cahen-Maurel (Université Saint-Louis – Bruxelles), Victoire Feuillebois (Université Saint-Louis – Bruxelles) et Martin Mees (Université Saint-Louis – Bruxelles)

10h30-11h25 : André Stanguennec (Université de Nantes) « Form », « Gestalt », « eidos », « Sinnbild ». Quelques aspects de la « forme » dans le romantisme allemand

11h25-12h20 : Laure Cahen-Maurel (Université Saint-Louis – Bruxelles) « Sans forme pas de matière, sans matière pas de forme » : les lettres de Schiller Sur l’éducation esthétique de l’homme, une pierre d’angle du romantisme allemand

12h20-13h45 : déjeuner

Président de séance, après-midi : Pierre Piret (Université Catholique de Louvain)

13h45-14h40 : Dagmar Wieser (Universität Zürich) « Faust, héros performatif »

14h40-15h35 : Martin Mees (Université Saint-Louis – Bruxelles) « L’alchimie des formes chez Nerval : une poétisation romantique »

15h35-16h05 : Pause-café

16h05-17h : Giovanna Pinna (Universita degli Studi del Molise) « Tragédie et ironie. De Schlegel à Solger »

17h-17h55 : Victoire Feuillebois (Université Saint-Louis – Bruxelles) « Le poète est le médecin transcendantal » (Novalis) : l’ambition romantique de guérir les vies par l’art »

19h30 : Dîner

Vendredi 2 juin 2017

Président de séance, matinée : Laurent Van Eynde (Université Saint-Louis)

9h30-10h25 : Olivier Schefer (Université Paris I – Panthéon-Sorbonne) « Nature créatrice et nature destructrice : l’art romantique à l’épreuve de la mort »

10h25-11h20 : José-Luis Diaz (Université Paris VII Paris Diderot, Président de la Société des Études Romantiques et Dix-neuviémiste) « Vivre en poète (1800-1850) »

11h20-11h50 : Pause-café

11h50-12h45 : Serge Zenkine (Université d’État des Sciences Humaines, Moscou) « Mimésis et sémiosis dans le comportement romantique »

12h45-14h : déjeuner

Président de séance, après-midi : Damien Zanone (Université Catholique de Louvain)

14h-14h55 : Éric Dayre (ENS de Lyon) « Vie poétique et anthropologie : dialogues et tensions post-romantiques en Europe »

14h55-15h50 : Dominique Peyrache-Leborgne (Université de Nantes) « L’arabesque des traditions populaires et le livre-monde, du Romantisme à l’Art Nouveau »

15h50-16h05 : Pause-café

16h05-17h : Émilie Pézard (ENS de Lyon, ANR Anticipation) « Différentes incarnations du romantisme dans Madame Bovary »

« Savoir voir »

Le nouveau numéro de la revue Arts et savoirs, intitulé Savoir voir, est largement consacré au XIXè siècle. Dirigé par Juliette Azoulai, il porte sur les questions de l’optique et de la perception oculaire, confirmant ainsi l’intérêt des études dix-neuviémistes pour ce sujet.

Vous y retrouverez notamment l’article de Yohann Ringuedé, « Voir Neptune au bout de sa plume : Flammarion et la constitution de l’algèbre comme nouvel instrument de vision ».

De quoi alimenter vos propositions de communication pour le prochain congrès de la SERD : L’œil du XIXe siècle !

 

 

Appel à contributions : (In)visibilité(s) du monstre

Extrait d’un appel passé par la revue pluridisciplinaire Convergences francophones sur le thème
« (in)Visibilité(s) du monstre » :

« Si le monstre pouvait à la Renaissance servir de signe, les monstres des siècles suivants sont redevables de la révolution scientifique, avec notamment l’essor de la tératologie. Au XIXème siècle, “vaste conservatoire des annales de la monstruosité” (Chauvaud 244, Ethnologie française 21.3), le monstre aux traits résolument humains pose la question de la dénaturation de l’être que les théories scientifiques de l’époque, notamment celle de l’hérédité, tentent de rationaliser en proposant une généalogie du monstrueux. Le monstre devient le miroir d’un pendant sombre de l’être humain repoussant les marges de l’ordinaire et du « normal ». Qu’il s’agisse d’avertir, d’annoncer ou de montrer, le monstre peuple durablement l’imaginaire collectif. »

Calendrier 
Date limite de soumission des articles : 15 août 2017
Date de retour des évaluations : 1er octobre 2017
Date de publication : décembre 2017