Archives mensuelles : juin 2017

Compte-rendu de la séance du 17 juin 2017

Étaient présents : Manon Amandio, Brice Ameille, Nicolas Aude, Jordi Brahamcha-Marin, Romain Enriquez, Yeon Jeong, Amandine Lebarbier, Mathilde Leïchlé, Magalie Myoupo, Anne Orset, Hermeline Pernoud, Marie-Clémence Régnier, Yohann Ringuedé, Marie-Agathe Tilliette.

Au programme de cette dernière séance de l’année 2016-2017 : le sujet de la Journée d’Études du printemps 2018 et le calendrier des séances de l’année prochaine.

Le sujet de la Journée d’Études organisée par les Doctoriales a été voté : il s’agit des «  »Folles croyances » (Eugen Weber, La fin des terroirs) du dix-neuvième siècle ». Pris dans un sens assez général, cette expression recouvre des thèmes qui n’ont pas encore été abordés dans le séminaire, comme les liens entre croyance et folie, ainsi que tout ce qui relève de la représentation du fantasme et de l’illusion au dix-neuvième siècle. Un appel à communications sera diffusé au mois de septembre.

La Journée d’Études aura lieu le vendredi 25 mai 2018.

Le comité organisateur pour cette Journée d’Études est le suivant : Manon Amandio, Amandine Lebarbier, Magalie Myoupo, Anne Orset et Marie-Agathe Tilliette.

Concernant le calendrier 2017-2018, voici les dates qui ont été retenues :

  • 23 septembre 2017 : séance de rentrée des Doctoriales
  •  21 octobre 2017 : séance organisée par Marine Le Bail, intitulée « Quand les non-croyants pensent le religieux ».
  • 18 novembre 2017 : séance de Romain Enriquez consacrée aux rapports entre pathologie et croyance.
  • 2 décembre 2017 : atelier de Marie-Clémence Régnier, qui aura lieu à l’Arsenal, sur les commémorations au dix-neuvième siècle.
  • Janvier 2018 : séance sur les la différence du rapport à la religion entre les deux générations impressionnistes, organisée par Brice Ameille.
  • 6 avril 2018 : atelier « Les chefs-d’oeuvre inconnus » organisé par Amandine Lebarbier.

Il est possible de proposer une intervention dans les séances présentées ci-dessus, ou l’organisation d’une séance autour du thème du séminaire, « Croire » pour le second semestre de l’année 2017-2018, en particulier pour les mois de février, mars et mai.

Très bon été à tous !

 

Soutenance de thèse : « L’invention littéraire de l’inconscient dans le récit de fiction »

La soutenance de Romain Enriquez aura lieu le 23 juin 2017, à l’Université Paris-Sorbonne, amphi Quinet, entrée par le 46 rue Saint Jacques, à partir de 14h.

Sa thèse porte sur « L’invention littéraire de l’inconscient dans le récit de fiction (contes, nouvelles, romans) entre 1850 et 1895, » sous la direction de Bertrand Marchal.

Une carte d’identité sera demandée à l’entrée.

Expériences mystiques romantiques : 16 juin 2017

La sixième et dernière séance du séminaire « Expériences mystiques », organisée par Fanny Arama, aura lieu en salle Pierre Albouy (bâtiment Grands Moulins, sixième étage) à l’Université Paris Diderot ce vendredi 16 juin de 16 à 18h.

Il s’agit d’une séance spécialement consacrée à l’écriture mystique à l’époque romantique. Nous aurons le plaisir d’écouter :

  • Rémy Arcemisbéhère (Paris-Sorbonne) – Comment « reconstruire l’édifice mystique » ? Aspiration mystique et savoirs ésotériques dans l’œuvre de Gérard de Nerval

« Chez Gérard de Nerval, expérience mystique et savoir ésotérique, loin de s’exclure, participent d’une même démarche. Nerval tente d’accomplir le geste fondamental du myste, « la négation du multiple et l’affirmation de l’Un » non à travers le « chemin de l’intérieur » mais à travers la réunion des fragments épars de la réalité. Accordant tout son prestige à la médiation, le récit de l’expérience mystique dans l’œuvre de Gérard de Nerval conserve les traces des discours ésotériques qui ont participé à son élaboration. Ce discours a inoculé le mystère et refuse de se donner entièrement en multipliant les lectures ésotériques (alchimie, Tarot, astrologie…). Ce travail d’occultation par la multiplication des références permet à Nerval de déjouer l’incommunicabilité de l’expérience mystique en choisissant comme objet de la représentation le centre obscur et secret de celle-ci. »

  • Angelo Careri (Sorbonne-Nouvelle) – Le genre du « mystère romantique » : histoire d’une forme marginale.

« On assiste en France dans les années 1830 à une vague du « mystère romantique », influencé principalement par les œuvres de Goethe (Faust I et II) et de Byron (Caïn, Manfred) qui commencent à être traduites en français, notamment par Nerval. Ces œuvres dialoguées à thème religieux, telles que La Tentation de Saint-Antoine de Flaubert ou l’Ahasvérus de Quinet, sont souvent inclassables : liées aux codes du théâtre, elles ne sont pourtant pas destinées à la scène. Elles manifestent aussi la survivance d’un genre beaucoup plus ancien et à cette époque déjà éteint : le mystère médiéval. Cette communication s’attardera donc sur quelques aspects de cette « réapparition », qui se fait principalement sur le mode de l’anomalie et de l’anachronisme.»

Tout Doctorant/jeune chercheur est le bienvenu à cette séance, qui sera suivie d’un pot de fin d’année.

Prochaine séance des Doctoriales : 17 juin 2017

La prochaine séance du séminaire des Doctoriales de la SERD aura lieu le samedi 17 juin, de 10h à 13h, à l’Université Paris Diderot dans la halle aux farines, aile E, salle 164E. Cette séance aura un format un peu différent de celui des précédentes puisque nous y débattrons du thème de la journée d’études qui sera organisée au printemps 2018 en rapport avec le thème 2016-2018 de notre séminaire (« Croire »). Trois sujets ont émergé pour l’instant, et seront discutés lors de la prochaine séance :

– « Faire croire au XIXe siècle »
– « Il était une fois… l’Histoire au XIXe siècle »
– « Désir amoureux, sexualité et croyance au XIXe siècle »

Tout membre des doctoriales peut proposer un sujet. Tout membre peut également demander à faire partie du Comité Organisateur de cette Journée d’Études.

Nous vous invitons à venir nombreux afin que le choix final reflète au maximum la dynamique des Doctoriales.

Cette rencontre sera aussi l’occasion de préciser le calendrier de l’an prochain et de proposer des communications pour les prochaines séances du séminaire.

Compte-rendu de la séance du 27 mai 2017

Étaient présents : Manon Amandio, Nicolas Aude, Fanny Arama, Jordi Brahamcha-Marin, Amélie de Chaisemartin, Clélia Chanéac, Marie Daouda, Amandine Lebarbier-Bessières, Magalie Myoupo, Anne Orset, Hermeline Pernaud, Yohann Ringuedé, Marie-Agathe Tilliette.

Cette séance intitulée « Croyance et souffrance dans le roman du dix-neuvième siècle » s’est tenue à la Maison de la Recherche de l’Université Paris-Sorbonne. Elle a donné lieu à deux communications :

Marie-Agathe Tilliette (Université Paris-Nanterre) : Souffrance et croyance dans les Promessi sposi d’Alessandro Manzoni : la Providence à l’œuvre ?

Dans son roman historique I promessi sposi (1827-1842), Alessandro Manzoni décrit les malheurs de deux jeunes fiancés, Renzo et Lucia, que la concupiscence d’un petit seigneur local sépare et entraîne dans de longues et douloureuses aventures. Le monde décrit par le romancier est sombre, dominé par la souffrance et par l’injustice. À la description des fléaux qui ravagent le duché de Milan dans les années 1628-1630 (disette, peste) s’ajoute une vision noire du gouvernement humain, corrompu par l’argent et le pouvoir. Comment Manzoni réussit-il à concilier sa foi affirmée en la justice divine et sa peinture sombre d’un monde humain de souffrances et d’injustices ? Fait-il appel à l’action de la Providence, qui est effectivement évoquée de nombreuses fois dans le roman ?

Si une certaine tradition critique fait du roman une « épopée de la Providence » (Attilio Momigliano), l’étude précise de sa représentation va dans le sens d’une affirmation plus nuancée. Par exemple, il est intéressant de relever les occurrences du mot « Provvidenza » et de constater qu’il ne peut jamais être attribué au narrateur : que ce soit au discours direct ou au discours indirect, il est toujours le fait d’un personnage et à chacun est réservée une vision spécifique de la Providence. Il semble donc qu’il faille considérer le rapport entre croyance et souffrance au-delà de l’action supposée de la Providence. On peut alors relever l’insistance de Manzoni à chercher et à dénoncer, comme il fait dans son opuscule historique Storia della colonna infame, un responsable humain aux maux qui touchent le duché de Milan d’une part, et les deux fiancés d’autre part. Le roman historique fonctionne alors comme le tribunal objectif de la postérité, la souffrance des temps passés n’est pas présentée comme inéluctable, mais comme le résultat de fautes et d’erreurs humaines, dont certaines sont excusables et d’autres méritent blâme et opprobre.

Ainsi, on peut dire que le rapport entre croyance et souffrance dans les Promessi sposi, plutôt que d’être résolu par l’action de la Providence qui justifierait la souffrance des coupables comme celle des innocents, est médié par la question de la responsabilité éthique. La croyance implique à la fois la compensation de la souffrance terrestre dans l’optique d’une « vie meilleure » et la nécessité de poser la question de la responsabilité de chacun dans la souffrance d’autrui. Plutôt qu’à un rapport binaire entre croyance et souffrance, on a donc affaire un rapport ternaire : la religion des Promessi sposi est espérance et miséricorde, mais aussi impératif éthique.

Amélie de Chaisemartin (Université Paris IV) : Le modèle du martyr dans l’héroïsme des personnages romantiques

Dans les romans des années romantiques, le héros n’est pas un personnage qui, comme dans les épopées, triomphe des obstacles par la ruse ou la force, mais un héros qui subit l’hostilité du monde en souffrant. La souffrance devient un signe d’élection et de supériorité dans les romans.

Nous montrerons que cette valorisation inédite de la souffrance par les romanciers romantiques peut s’expliquer par l’influence du modèle du Christ sur la construction de leurs personnages. Nous étudierons la manière dont les personnages de romans de la monarchie de Juillet sont identifiés au Christ et à la figure du martyr et ce que peut signifier cette identification dans le projet esthétique et moral des romanciers.

Rendez-vous le samedi 17 juin 2017 à l’Université Paris Diderot à partir de 10h pour la dernière séance de l’année. Au programme : le calendrier de l’année 2017-2018 et la préparation de la Journée d’Études du printemps 2018 : le sujet de la Journée sera voté (tout le monde peut en proposer un), un calendrier sera établi, et un Comité Organisateur sera désigné. Tout Doctorant/jeune chercheur dix-neuviémiste, ou travaillant partiellement sur le dix-neuvième siècle, est le bienvenu au séminaire des Doctoriales de la SERD, et aura la possibilité de participer au vote du sujet de la prochaine Journée d’Études ainsi qu’à son organisation.