Séance du 17 mai 2013 – Idéalisation et réalité. Problèmes de représentation

Membres présents : Alice de Charentenay, Amélie de Chaisemartin, Capucine Echiffre, Victoire Feuillebois, Christelle Girard, Laetitia Hanin, Lola Kheyar Stibler, Mathilde Labbé, Stéphane Partiot, Émilie Pezard, Rebecca Powers, Elise Sorel.

Excusés : Aude Jeannerod

    • Émilie Pezard : Le personnage romantique contre l’idéalisation classique : individualité ou exception ?

La lecture des textes critiques alimentant le débat entre classiques et romantiques, dans les années 1820 et 1830, laisse apparaître un large consensus dans la construction du personnage romantique : les romantiques abandonnent l’idéalisation classique, qui, à partir d’une double opération de sélection et d’embellissement, faisaient des personnages des « généralités ». L’apparition, à l’opposé, des « individualités » romantiques, peut faire l’objet d’un éloge : ces personnages imparfaits sont en effet plus « vrais », et traduisent une vision de l’homme héritée du christianisme. Cependant, si les classiques prônent également ces valeurs, ils accusent les romantiques de pousser trop loin ce refus de l’idéalisation. Le refus de l’embellissement prend la forme d’un acharnement à lever les « voiles » qui peut virer à l’horreur, quand la métaphore de la nudité est relayée par celle de l’écrivain anatomiste : la réalité n’est plus seulement présentée nue, mais écorchée. Quant à la sélection, elle est moins refusée qu’inversée : la prédilection des romantiques pour la laideur est constamment notée pour être condamnée. Les personnages romantiques ne sont plus ainsi que des « exceptions » — dans l’ordre naturel, moral ou social —, aussi invraisemblables que les « généralités » classiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.