Séance du 16 novembre 2013 – Figures de l’idéal : le saint et le poète

Membres présents : Marie Bat, Florence Beillacou, Stéphanie Bertrand, Amélie de Chaisemartin, Capucine Echiffre, Aude Jeannerod, Lola Kheyar Stibler, Mathilde Labbé, Magalie Myoupo, Emilie Pezard, Marie-Clémence Régnier.

    • Capucine Echiffre : Le poète chez Novalis : un intermédiaire entre les hommes et l’idéal

La figure du poète se situe au cœur des réflexions esthétiques de Novalis. De fait, elle interroge la définition de l’Être, des phénomènes, ainsi que celle du sujet humain dans son rapport à soi et au monde. À une époque où l’homme ne sait plus déceler l’essence qui se loge pourtant dans la nature, d’après l’écrivain, il revient au poète de rappeler cette vérité originelle. L’Être, ou l’idéal, est en effet force de création perpétuelle, et se manifeste dans les phénomènes particuliers, y compris les hommes. Il entretient d’ailleurs des relations privilégiées avec ces derniers, dans la mesure où son caractère double, à la fois spirituel et empirique, se retrouve chez eux. Bien plus, selon Schelling, repris en cela par Novalis, le fonctionnement de l’Être structure l’esprit humain. L’idéalisme novalisien récuse donc toute transcendance inaccessible : rien ne se soustrait aux hommes, mais ils ont oublié leur proximité ontologique avec la nature. Au cours de leur histoire, en prenant conscience d’eux-mêmes, ils ont pris conscience de leur individualité, de leurs limites empiriques qui semblent les détacher radicalement des autres individus et phénomènes. Dès lors, il revient au poète de mettre de nouveau en lumière l’idéal méconnu mais commun à toutes les créatures. La désignation du poète pour remplir ce rôle, loin d’être opportuniste, s’inscrit directement dans la logique de la pensée esthétique de Novalis. De fait, l’art s’élève au-dessus des autres activités humaines par ses similitudes avec l’Être, puisqu’il est principe de production humaine, et qu’il s’incarne simultanément dans des œuvres singulières. En tant qu’art du langage, la poésie en particulier est emblématique de ce double statut dans la mesure où elle réinvestit les conventions figées d’une langue dans un discours qui ouvre le sens, fidèle en cela à la dynamique permanente de l’essence, dont il émane. Le poète chez Novalis est celui qui parvient encore à saisir ces forces et qui se donne alors pour mission, à travers son écriture poétique, de les rendre de nouveau lisibles aux hommes.

  • Magalie Myoupo : La figure du saint laïc
  • Aude Jeannerod : Méthodologie de la thèse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.