Compte-rendu de la séance du 26 janvier 2019 : « Regards sur la sexualité féminine au XIXe siècle »

Étaient présents : Manon Amandio, Fanny Arama, Vincent Berthelier, Carole Bourlé, Antonin Coduys, Hélène Dubail, Romain Enriquez, Paul Faggianelli-Brocart, Azélie Fayolle, Yeon Jeong, Loïc Le Sayec, Mathilde Leïchlé, Lucie Nizard, Anne Orset, Marie-Agathe Tilliette, Erika Wicky.

Cette séance a donné lieu à deux communications dont voici les résumés :

Lucie Nizard (Université Sorbonne Nouvelle) : « Les âges du désir féminin »
Le XIXe siècle établit une stricte distinction entre le désir des jeunes filles, le désir des mères et le désir des femmes ménopausées. C’est cette temporalité du désir inscrite dans les évolutions physiologiques d’un corps de femme qui nous intéresse : il s’agit de montrer comment le XIXe siècle a créé à travers les discours religieux, médicaux et romanesques un imaginaire du corps désirant féminin déterminé par des cycles temporels. Cette physiologie fantasmée justifie une morale très stricte relayée par tous ces récits qui imposent des âges de désir (de la puberté à la ménopause) et des âges sans désir pour les femmes.

Mathilde Leichlé (École du Louvre) : « L’assimilation des courtisanes à Marie-Madeleine »
Bien que Marie-Madeleine ne soit jamais identifiée comme une prostituée dans la Bible, elle connaît une grande fortune dans la tradition chrétienne (vies de saints…) et particulièrement au XIXe siècle comme la figure de la pécheresse rachetée, à qui il sera beaucoup pardonné parce qu’elle a beaucoup aimé. De nombreux artistes (Paul Baudry, Jean Béraud, Alfred Stevens, Jules Lefebvre…) représentent Marie-Madeleine en courtisane, et elle inspire La Dame aux camélias de Dumas fils. Des actrices et des romancières se trouvent prises à cette représentation qui exprime la fascination du XIXe siècle pour le corps (la chevelure, le parfum…).

Nous vous donnons rendez-vous le samedi 9 mars pour une séance sur la silhouette.

Si vous souhaitez intervenir lors d’une prochaine séance du séminaire des Doctoriales de la SERD, n’hésitez pas à nous envoyer une proposition de communication d’environ 400 mots à l’adresse suivante : contact.doctoriales.serd@gmail.com



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.