Compte rendu de la séance du 13 avril 2019 : « Le corps dansant » au XIXe siècle

Etaient présents : Fanny Arama, Romain Enriquez, Bénédicte Jarrasse, Yeon Jeong, Loïc Le Sayec, Vannina Olivesi, Grégoire Tavernier.

Nous avons eu le plaisir d’entendre, dans le cadre du séminaire sur Les Révolutions du corps, deux très belles communications dont voici les résumés :

Bénédicte Jarrasse : « Donner à voir le corps de la danse au XIXe siècle : du corps idéal de l’élue à la fétichisation du corps de ballet »

Le succès du ballet romantique sur les scènes européennes est indissociable d’un phénomène de médiatisation des spectacles et des artistes chorégraphiques, lui-même propice à la représentation des corps. Cette médiatisation s’exprime à travers des supports écrits, mais aussi, et surtout peutêtre, à travers des supports visuels, tels que la lithographie, la gravure, ou, peu plus tard, la photographie. Nous nous proposons de réfléchir aux représentations du corps dansant à partir des productions photographiques du premier portraitiste officiel des artistes du ballet de l’Opéra de Paris sous le Second Empire, Eugène Disdéri, inventeur bien connu du procédé de la photo-carte. Nous reviendrons d’abord sur la tradition lithographique du portrait d’artiste en ce qu’il nous paraît fonder un imaginaire proprement romantique du corps dansant, dont on trouve un écho dans les discours contemporains sur le spectacle chorégraphique. Le médium photographique offre, à sa suite, une image inédite du corps dansant : il ne donne pas seulement à voir le corps idéal de « l’étoile », entre terre et ciel, attaché au ballet romantique, mais bien la réalité d’un corps de ballet, ressaisi dans son ensemble – sa ressemblance comme sa dissemblance. Les usages, mémoriel ou commercial, de la photo-carte contribuent ainsi à mettre à jour, voire à exacerber, les tensions inhérentes à l’art chorégraphique – entre quête de légitimité et fétichisation du corps des interprètes.

Vannina Olivesi : « Une révolution radicale dans la danse classique : féminisation et construction de l’être artiste dans les galeries de célébrités contemporaines (1812-1862) »

À l’égal du théâtre chanté et récité, la danse théâtrale parisienne est l’objet, au fil du premier dixneuvième siècle, d’une intense médiatisation qui participe à construire les imaginaires sociaux définissant le corps professionnel des « artistes de la danse » de l’Opéra. Les galeries de célébrités et leur sous-genre, les galeries théâtrales que nous proposons ici d’étudier, sont des
« panthéons de papier » qui donnent à voir et à lire des séries de portraits gravés ou lithographiés, chacun faisant face à une notice biographique. L’artiste dramatique est ainsi représenté en pied, dans une pose remarquable, interprétant un rôle marquant de sa carrière tandis que la notice reconstitue sa trajectoire professionnelle en une sorte d’hagiographie. Il s’agira d’analyser images et textes, corps et carrières individuelles en ce que leur dialogue révèle certaines des mutations qui affectent le groupe des danseurs au sein de l’entreprise de spectacle. La féminisation des emplois hautement qualifiés, l’émergence d’un vedettariat spécifiquement féminin – et leur corollaire, l’affirmation de femmes chorégraphes – sont autant de facteurs qui « révolutionnent » le ballet dans un contexte où son statut d’art de la scène demeure sujet à débats. Notre communication, qui s’appuie sur un corpus de quinze galeries publiées entre 1812 et 1862, propose enfin d’articuler cette médiatisation de la célébrité féminine avec la fabrication, par les hommes de lettres, de représentations légitimantes de « l’être artiste » en danse – moralisation des moeurs, exaltation de la singularité et inscription dans le modèle vocationnel.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.