Compte rendu de la séance du 25 mai 2019 : « Les révolutions épistémologiques du corps au XIXe siècle »

Étaient présents : Manon Amandio, Paul Brocart, Fanny Drouot, Hélène Dubail, Romain Enriquez, Edouard Garancher, Yeon Jeong, Hélène Köll, Mathilde Leichlé, Lucie Nizard, Anne Orset.

La séance s’est ouverte sur une introduction d’Anne Orset et Romain Enriquez : elle portait sur la manière dont la littérature du XIXe siècle contribue à une révolution épistémologique sur le corps, de façon à la fois concurrentielle et alternative aux discours scientifiques.

A l’appui de cette idée, se sont ensuite succédé trois communications dont voici les résumés :

Fanny Drouot (Université Bourgogne Franche-Comté), « Zola et l’anthropologie : le corps du “sauvage” »

Au cours du XIXe siècle, le processus de naturalisation de l’homme amorcé par Buffon trouve une forme de conclusion avec les publications de Darwin, L’Origine des espèces en 1859 puis La Filiation de l’homme en 1871. Dès lors est actée l’origine simienne de l’homme qui remet radicalement en cause le dogme biblique et la vision d’un homme créé par Dieu. Ce bouleversement, perçu par Darwin lui-même comme un « meurtre », engendre des résistances fortes et son onde de choc se répercute aussi bien dans la vulgarisation scientifique que dans la littérature. C’est à cette révolution épistémologique que nous nous intéressons, à l’occasion d’un parcours pluridisciplinaire reliant l’anthropologie préhistorique et l’œuvre d’Émile Zola. Il s’agira de montrer comment la naturalisation de l’homme et l’affirmation de son animalité orientent les préoccupations de l’anthropologie préhistorique et trouvent une expression littéraire dans la description des corps des « sauvages » zoliens.

Romain Enriquez (Université d’Artois), « Une révolution épistémologique du corps : l’hystérie traitée par la littérature »

Pendant une grande partie du XIXe siècle, l’hystérie est presque unanimement regardée comme un mal féminin et organique, d’origine utérine, suivant son étymologie. Nous cherchons cependant comment le roman du second XIXe siècle (Flaubert, Zola, Mirbeau, Daudet et Villiers de l’Isle-Adam) dialogue avec les sciences (médecine, anatomie, physiologie, psychologie) sur la représentation, voire sur le « traitement » de l’hystérie et des hystériques. Non content d’attaquer les discours sociaux, médicaux, moraux en vogue, le récit de fiction parvient en effet à formuler des contre-théories ou des contre-pratiques de l’hystérie, des traitements concurrents et alternatifs qui contribuent à infléchir la façon dont on considère l’hystérique. Il s’agit ainsi de mettre à l’épreuve la capacité de la littérature à formuler une nouvelle épistémologie. 

Anne Orset (Paris Sorbonne Université), « Le Lavater des savants romanesques, ou l’art de connaître les scientifiques de la seconde moitié du xixe siècle d’après les traits de leur physionomie »

« Science du rapport qui lie l’intérieur et l’extérieur, la surface visible à ce qu’elle couvre d’invisible », la physiognomonie, théorisée dès la fin du XVIIIe siècle par Johann Kaspar Lavater, produit « un ensemble de figures-types, reconnaissables et facilement identifiables[ », dont l’étude des particularités physiques garantit le parfait déchiffrement des qualités morales. Nous souhaitons montrer que ce pseudo-savoir, introduit dans la fiction par Balzac dès l’Avant-propos de La Comédie humaine, est à la fois mobilisé et remodelé dans les portraits romanesques de savants de la seconde moitié du XIXe siècle, et qu’il contribue, malgré son apparente obsolescence épistémologique, à l’élaboration d’un personnage moderne, reflétant à sa manière la « crise des élites] » qui éclate au lendemain de la Révolution. En étudiant successivement le modèle physiognomonique archétypal du savant, sa dégradation en type « physiologiste », ainsi que sa transmutation en figure symboliste, à travers des exemples empruntés principalement à Bourget, Flammarion et Villiers de l’Isle-Adam, nous nous proposons de mettre au jour les ambivalences de l’autorité scientifique dans les fictions de l’époque.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.