Compte rendu de la séance du 23 novembre 2019 : « Splendeurs et misères du corps masculin au XIXe siècle »

Etaient présents : Blanche Acloque, Fanny Arama, Carole Bourlé, Hélène Dubail, Romain Enriquez, Bénédicte Jarrasse, Loïc Le Sayec, Mathilde Leïchlé, Anne Orset, Marie-Agathe Tilliette, Erika Wicky.

Organisée et introduite par Loïc Le Sayec, cette séance a donné lieu à deux communications et à un point méthodologique :

Carole Bourlé (Université de Rouen) : « Virilités romantiques : la défaite du muscle »

Le texte intégral de la communication est disponible ici.

Bénédicte Jarrasse (Labex Obvil – Paris Sorbonne) : « »Quelque chose de monstrueux et d’indécent que nous ne pouvons concevoir » : le corps du danseur en procès dans les écrits sur les spectacles du XIXe siècle »
Résumé : L’historiographie de la danse théâtrale ne cesse de répéter que le XIXe siècle, épris de la seule ballerine, aurait mis à mort le danseur, longtemps roi de la scène. Si le lieu commun manque de nuances et tend de surcroît, dans un univers théâtral hiérarchisé et encore largement dominé par les notions de genre et d’emploi, à essentialiser celui-ci, il renvoie toutefois à un soupçon avéré, qui trouve un aliment solide dans les écrits sur les spectacles publiés dans la presse parisienne. À partir des années 1830 et durant les décennies suivantes, les feuilletonistes parisiens n’ont en effet pas de mots assez durs pour stigmatiser le danseur – ombre portée à la grâce de la danseuse – et moquer ce corps masculin trop maniéré, mais surtout trop lourd, trop épais, trop musculeux, en un mot trop… réel. Au-delà des préjugés esthétiques, le procès fait au corps scénique du danseur tient aussi à des considérations morales et sociales. Après avoir exposé certaines des critiques qui lui sont adressées, lesquelles surgissent dans un contexte d’idéalisation et de fétichisation de la ballerine, il s’agira de dépasser le lieu commun, largement attesté, et de montrer comment, sous certaines conditions, le corps du danseur peut se rendre acceptable (corps exotique ou comique) et même susciter les plus vifs éloges (figures singulières).

Erika Wicky (Université Lumière Lyon 2) : « Les études post-doctorales : conditions, bourses, activité de recherche ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.