Prochaine séance des Doctoriales, samedi 21 mars 2020 : Sport et littérature du XIXe siècle

—–IMPORTANT —–

Compte tenu de la fermeture de tous les établissements et notamment de l’université Paris-VII-Diderot, nous sommes contraints de REPORTER (non pas d’annuler) la séance des Doctoriales du samedi 21 mars prochain à une date indéterminée. 


La prochaine séance des Doctoriales de la SERD, organisée par Lucie Nizard, se tiendra à la bibliothèque Jacques-Seebacher de l’université Paris-VII-Diderot, le samedi 21 mars. 

Elle proposera deux communications dont voici les résumés :

Grégoire Tavernier (Université d’Orléans) : « Des corps à cheval : autour de quelques promenades équestres chez Stendhal » 

Dans Stendhal homme de cheval, court essai qu’il publie en 1928, le comte de Comminges souligne l’importance de l’imaginaire équestre chez le romancier, dont la riche expérience personnelle en ce domaine se transpose sur un plan littéraire. Nombre d’épisodes stendhaliens représentent en effet le corps en mouvement du héros, porté par une monture, en déambulation dans un espace ouvert, représentations que l’on associerait volontiers aujourd’hui à une activité sportive individuelle où l’effort physique est inséparable d’une mise en scène de soi. Un emploi littéraire traditionnel du corps à cheval hante Stendhal : la scène militaire (tournoi, duel, bataille), manifestation violente et spectaculaire d’une mobilité épique, qui construit un corps d’assaut, auquel recourt encore le roman de cape et d’épée de l’âge romantique. Que devient ce corps épique à cheval dans les romans stendhaliens de la paix civile, du repos forcé ? C’est aux métamorphoses de ce corps pacifié que nous serons attentifs dans notre communication, à travers le double exemple de Julien Sorel et de Lucien Leuwen. Ces deux hussards en puissance, contraints à une sorte de chômage technique, se livrent moins à des promenades centrifuges, à des échappées hors du monde, qu’à des exhibitions physiques qui les placent au coeur d’un public à conquérir. La promenade à cheval chez Stendhal, loin de constituer un temps mort romanesque, reste au contraire un point dramatique, le lieu d’une mise à l’épreuve ou d’une compétition, un carrefour axiologique, où la valeur du héros dépend d’une esthétique du corps équestre, objet de spectacle tour à tour grotesque, séducteur et triomphant. On s’attachera ainsi à voir comment nos héros démilitarisés (malgré l’uniforme qu’ils portent ponctuellement) conservent une attitude offensive qui choisit le terrain équestre comme terrain d’expression, de mise en jeu et de légitimation de soi. 

Lucie Nizard (Université Sorbonne nouvelle) – « Érotisme des femmes à bicyclette dans le roman du tournant du siècle : les exemples de Voici des ailes (1898) de Maurice Leblanc, Paris (1897) et Fécondité (1899) de Zola » 

Dans les années 1890, la bicyclette moderne, équipée de freins, de pneumatiques, et d’un dérailleur, entre dans le quotidien des Français. L’engin est perçu comme une prouesse technique, et la littérature s’empare immédiatement de cette machine qui fait pousser des ailes, et permet une liberté de mouvement et un rapport au paysage inédits. Toutefois, la « petite reine » ne laisse pas d’inquiéter : peut-on laisser les jeunes filles et les femmes respectables enfourcher une monture de métal qui ne peut guère se monter en amazone, oblige au port de jupes-culottes, et, surtout, libère les corps, augmente la force, et permet de folles échappées en compagnie de jeunes garçons vigoureux ? Maurice Leblanc et Zola lient étroitement, à deux ans d’intervalle, la question du désir féminin et de la bicyclette, dans des romans qui sont de véritables plaidoyers pour le vélo, mais aussi, en creux, pour une relative libération sexuelle féminine et un nouveau rapport au corps, moins genré et moins corseté.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.