Compte rendu de la séance du 24 janvier 2015

Sociologies de l’intime

Étaient présents : Nicolas Aude, Jordi Brahamcha, Alice de Charentenay, Capucine Echiffre, Romain Enriquez, Victoire Feuillebois, Hélène Heyraud, Florelle Isal, Marine Le Bail, Amandine Lebarbier, Renaud Oulié, Marie-Clémence Régnier, Liu Ruojing, Natalia Santos.

Communications :

  • Alice de Charentenay : Qui écrit son journal intime ?
    Né avec le XIXe siècle en plein triomphe des valeurs libérales, le journal intime joue de fait un rôle idéologique fort, puisqu’il change l’accès au loisir et à la solitude, privilège de classe, en besoin naturel. Mais l’évolution du genre le mène vers d’autres effets, notamment grâce aux premières publications de journaux et à l’éclosion d’une parole féminine, qui l’ont aussi changé en instrument d’émancipation. Au XXe siècle, la financiarisation de l’économie et l’éclosion de la condition néolibérale (au sens de Michel Feher) délaissent de plus en plus le journal intime, secret et privé, au profit de l’autoportrait public et de l’affirmation de soi.
  • Nicolas Aude : Généalogie des études sur la sociologie de l’intime : Simmel – Goffman –  Sennett
    La Sociologie de Georg Simmel, The Presentation of the Self d’Irwing Goffman et The Fall of Public Man de Richard Sennett constituent trois jalons importants dans le développement de la microsociologie, une discipline qui semble s’être donné pour objet l’étude de phénomènes sociaux microscopiques, de cet infime qui compose l’expérience du sujet social sans jamais tout à fait se confondre avec l’intime. L’étude de cette généalogie de penseurs montre néanmoins que le discours sociologique s’est également construit contre la proclamation de l’intimité en tant que valeur-clé de la modernité.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.