Présentation du projet : Les représentations de l’intime au XIXe siècle

À bien des égards, le XIXe siècle est le siècle de l’« intime ». Cette notion complexe, désignant des phénomènes variés et véhiculant avec elle des valeurs parfois contradictoires, constituera le sujet de réflexion des Doctoriales pour 2014-2016.

Intime et intériorité. Dans son acception actuelle, associée à la vie intérieure et au secret, la notion émerge dans les dernières décennies du XVIIIe siècle. L’esthétique romantique valorise l’intimité comme le lieu préservé de l’authenticité et invite à questionner, tout au long du siècle, la promotion inédite de l’individualité, des premiers poètes romantiques au « culte du moi » barrésien. Dans quelles mesures l’intime, lorsque la littérature s’en empare, contribue-t-il à valoriser l’individu et son corollaire idéologique, l’individualisme ?

Intime et intérieurs. Le siècle est l’héritier de bouleversements majeurs, qui touchent en profondeur les représentations de l’homme et son inscription dans le champ politique et social. On assiste au cours du siècle à une reconfiguration des rapports entre sphère publique et sphère privée, et à la valorisation sans précédent de cette dernière : les intérieurs s’exhibent et les maisons d’écrivains se visitent. Mais quels peuvent être les usages de l’intime dans le champ social ? Et son exposition paradoxale peut-elle annoncer le déclin des valeurs qui l’ont fait naître ?

Intime et inconscient. Au fil du siècle, le discours philosophique et scientifique révèle la part d’étrangeté qui définit désormais l’individu : l’intimité n’est pas seulement un objet de culte ou de désir, elle prend la forme de l’impénétrable et de l’incontrôlable. Dans quelles mesures les nouvelles définitions du sujet font-elles de l’intime une donnée psychologique complexe, qui tend à la désolidariser de la culture volontaire du « moi » ?

Ces problématiques constituent autant de pistes de réflexion qu’il nous faudra explorer dans toute leur complexité, et qui promettent de constituer des postes d’observation particulièrement opératoires pour approcher le XIXe siècle dans sa richesse et ses multiples tensions.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.