Séminaire Valeurs littéraires de la singularité – 2010-2011

Les travaux de l’année 2010-2011 ont été consacrés à deux thèmes de recherche : Usages du littéraire et Valeurs littéraires de la singularité.

Plusieurs communications sur ce dernier thème ont fait l’objet d’une publication en ligne, sous la direction de Lucie Lagardère, Emilie Pezard et Virginie Tellier.

Compte rendu du séminaire “Valeurs littéraires de la singularité”

Doctorants : Marian Balastre, Muriel Bassou, Caroline Crépiat, Jessica Desclaux, Gheorghe Derbac, Filip Kekus, Lucie Lagardère, Emilie Pezard, Elise Sorel, Valérie Stiénon, Lola Stibler, Virginie Tellier. Responsable : Emilie Pezard.

De janvier à juin 2011, dans le cadre du groupe de travail sur «Valeurs littéraires du singulier», nous nous sommes attachés à l’étude de la singularité en tant qu’elle est constituée en valeur. Plusieurs thèmes ont été abordés autour de trois séances de séminaire.

En mars, lors de l’atelier « groupes et singularités », auquel Bertrand Marchal nous a fait l’amitié d’assister, trois intervenantes ont proposé un panorama sur la notion de fantaisie, en se demandant à chaque fois comment la revendication d’une individualité dans le style permettait en même temps une inscription dans un groupe plus ou moins large qui partageait cette valeur et une stratégie de légitimation littéraire. Après une introduction d’Émilie Pezard, nous avons entendu Lucie Lagardère qui a étudié la fantaisie chez Ugo Foscolo et Friedrich Schlegel, puis Valérie Stiénon qui a présenté une étude sur les Physiologies, enfin Caroline Crépiat nous a parlé des artistes du Chat Noir, regroupés autour de leur revue.

En avril, l’atelier « Figures de la singularité » introduit par Virginie Tellier en présence de Pascale Auraix-Jonchière, Éric Bordas et José-Luis Diaz, nous a fait passer de l’aristocratie à l’égotisme autour de Barbey, Sand, Stendhal et Barrès. Élise Sorel s’est d’abord interrogée sur la possibilité de définir la langue aristocratique comme « anti-langue » (Michael Halliday) en étudiant le discours de l’aristocrate dans l’œuvre ; Gheorghe Derbac a présenté la position ambiguë de Sand vis-à-vis de cette même valeur de la singularité aristocratique. Muriel Bassou et Jessica Desclaux ont ensuite abordé la question de l’égotisme, la première en en étudiant l’aspect esthétique chez Stendhal, la seconde l’aspect polémique dont témoigne la réception immédiate du Culte du Moi.

Enfin, en juin, nous avons continué à creuser les rapports entre valeur, singularité et littérature autour d’une séance consacrée aux « singularités pathologiques » : le fou, le nerveux, le frénétique et le chercheur d’absolu nous ont parfois rappelé certains personnages fantaisistes que nous avons rencontrés lors de la première séance ; mais ces figures ont surtout permis d’interroger la manière dont s’illustre, dans les thèmes, et dont s’écrit, dans le style, l’extrême singularité. Pierre Jourde et José-Luis Diaz nous ont fait l’amitié de participer aux discussions nourries qui ont suivi les présentations. Après une introduction de Lucie Lagardère, Virginie Tellier a interrogé la problématique de la valeur esthétique et ontologique de l’écrit d’un fou, Mikhaïl Platonovitch, inséré dans La Sylphide d’Odoïevski. Lola Kheyar Stibler a ensuite étudié les caractéristiques stylistiques du «nervosisme» dans Chérie (1884) d’Edmond de Goncourt. Dans le deuxième temps de l’atelier, Émilie Pezard a confronté la critique du frénétisme qui considère les œuvres comme le reflet d’écrivains malades à celle qui fait de ces œuvres des exemples d’affectation cynique à visée mercantile par des auteurs par ailleurs sains d’esprit. Enfin, Marian Balastre a décrypté Louis Lambert en chercheur d’absolu, être marginalisé parce que trop singulier qui vise finalement à la dissolution de son individualité dans une forme d’existence idéale.

Lucie Lagardère


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.