Appel : « Autour de « Jean Sbogar » de Charles Nodier. Le bicentenaire d’un roman majeur du romantisme »

Un nouvel atelier du XIXe siècle, organisé par Émilie Pézard et Marta Suckiennika, aura lieu le 1er  juin 2018 à Paris.

Pour rappel, l’Atelier du XIXe siècle permet de réunir chercheurs confirmés et jeunes chercheurs autour de problématiques de recherche dix-neuviémiste, pendant une demi-journée ou une journée entière. L’Atelier est toujours ouvert au public et fait une large place aux Doctorants.

Présentation

En 1818 paraissait, sans nom d’auteur, un roman en deux volumes intitulé Jean Sbogar. Aujourd’hui, Charles Nodier est surtout connu et étudié comme le conteur fantastique de Smarra et Trilby ou comme le romancier excentrique de l’Histoire du roi de Bohême. C’est pourtant bien comme « l’auteur de Jean Sbogar » que Nodier a été désigné durant toute la période romantique, et au-delà. Dès sa parution, cette « histoire de brigands » remporte un immense succès pour devenir « le roman à la mode », selon le Journal des débats (10 juin 1818). « Jean Sbogar a fait à peine son entrée dans le monde littéraire, et déjà vingt auteurs se sont jetés sur lui pour le mettre en scène », rapporte la Gazette de France, dès le mois de juin 1818 : le roman est ainsi adapté en mélodrame en 1818, en vaudeville en 1821. Lu « avec une extrême avidité » par Napoléon, ainsi que le rapporte la presse, mais aussi et surtout par tous les jeunes romantiques, le roman constitue ainsi un modèle qui pourra nourrir l’œuvre à venir de Balzac, Hugo ou Dumas. C’est le premier titre que cite Ronteix pour illustrer le jugement qu’il prononce, non sans réticences, dans son Histoire du romantisme, en 1829 : « M. Charles Nodier, dit-on, est un de nos premiers romanciers ». Jean Sbogar connaît une vogue durable au xixe siècle : le récit est réédité tout au long du siècle, en volume ou en feuilleton (dans La Lanterne, en 1889) ; il continue d’interpeller la critique (encore en 1873, le roman passe pour une « prophétie » autant esthétique que politique) ; il est traduit dans plusieurs langues, en anglais et en espagnol dès les années 1820, puis en italien et en slovène.
Paru juste avant les deux décennies, 1820 et 1830, où se développera le romantisme, Jean Sbogar peut apparaître comme une « véritable œuvre de transition » (E. M. Schenck). C’est peut-être ce caractère intermédiaire qui explique la place réduite accordée au roman de Nodier dans les études littéraires : tandis que cette « combinaison du style d’Ossian avec celui de Schiller, de Chateaubriand et de Goethe » (selon Le Constitutionnel) peut dissuader les lecteurs amateurs de la modernité nerveuse du romantisme des années 1830, Jean Sbogar s’écarte cependant du romantisme de Chateaubriand et de Staël par son caractère noir et mélodramatique. Cette « œuvre de premier plan », selon le jugement de Jean Sgard, est, plus que d’autres, un roman-Janus, héritier d’une première forme du romantisme et annonciateur des transformations à venir. Mais c’est bien aussi ce rôle de pivot dans l’histoire littéraire qui fait la valeur et l’intérêt du roman de 1818, et qui justifie son étude. Le bicentenaire nous donne l’occasion de relire cette œuvre dont la portée et le rôle dans l’histoire du romantisme méritent d’être réévalués. En quoi la parution de Jean Sbogar a-t-elle constitué un événement important du romantisme français ?

À partir de Jean Sbogar, c’est tout le romantisme français qui peut être interrogé dans plusieurs de ses dimensions essentielles : nous souhaiterions réunir dans cet atelier aussi bien des contributions visant à renouveler l’interprétation de Jean Sbogar que des communications utilisant le roman de Charles Nodier pour jeter une lumière nouvelle sur les œuvres romantiques qui le précèdent ou qui le suivent.

L’intégralité de l’appel est disponible ici.

Modalités d’envoi des propositions

Les propositions de communication (un résumé de 250 à 300 mots) accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique devront être envoyées à Émilie Pézard (emiliepezard@yahoo.fr) et à Marta Sukiennicka (martasukiennicka@gmail.com) avant le 15 février 2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *