Prochaine séance des Doctoriales : samedi 10 février 2018

La prochaine séance du séminaire des Doctoriales de la SERD, qui a pour thème général « Croire au XIXe siècle » jusqu’au printemps 2018, aura lieu le samedi 10 février 2018, de 10h à 13h, à l’Université Paris Diderot dans la halle aux farines, aile C, salle 124-C. Elle s’intitule « Croire au peuple : l’invention de la nation française dans la fiction », et est organisée par Marie-Agathe Tilliette.

Programme

Marie-Agathe Tilliette (Université Paris Nanterre) : « Le roman de la nation au début du XIXe siècle : théorie historique et pratiques romanesques »

            C’est désormais un lieu commun critique que de dire que la nation se construit et se consolide par des narrations. Le rôle du roman, et notamment du roman historique, est reconnu comme essentiel dans la construction d’une croyance en cette « communauté imaginée » (B. Anderson) qu’est la nation. Pourtant, au-delà de cette théorie historique, quand on s’intéresse à la pratique romanesque, il n’est pas facile de montrer précisément comment ces textes participent à la constitution d’un discours national accepté de tous, d’une « croyance » nationale. Certes, la plupart des romans historiques choisissent un épisode tiré de l’histoire nationale, mais que peut-on dire au-delà de cette évidence ? Les préfaces ou avant-propos des romans offrent souvent peu de matière à une véritable réflexion, et c’est donc dans les récits eux-mêmes qu’il faut rechercher la « narration » de la nation. Dans cette communication, nous essaierons, à partir d’un certain nombre d’exemples de romans historiques français du début du XIXe siècle, d’apporter quelques éléments de réponse à cette interrogation. Nous voudrions ainsi nous appuyer sur les pratiques romanesques pour compléter la perspective théorique évoquée.

Magalie Myoupo (Université Paris Diderot) : « ‘Un chef, un patriarche’ : écriture utopique et imaginaire vétérotestamentaire dans Fécondité de Zola »

Dans le sillage des travaux de Sophie Guermès sur La Religion de Zola, cette communication se propose de suivre la piste de quelques motifs et séquences narratives vétérotestamentaires sécularisés dans Fécondité de Zola – celui du patriarche et de la terre promise entre autres. En effet, malgré leur titre qui sembleraient les inscrire exclusivement dans une commune réinterprétation socialiste du substrat néotestamentaire, les Évangiles de Zola, qui tentent de promouvoir de nouvelles valeurs en cette fin de siècle, le font sur un mode que l’on pourrait qualifier avec Corinne Saminadayar-Perrin de « régressif1 », jouant avec l’imaginaire de structures sociales plus archaïques. Alors que les écrits du romantisme social favorisaient un palimpseste hagiographique suggérant le combat, la dignification du peuple passe ici par une écriture qui, en faisant de Mathieu Froment un Abraham moderne, insiste bien plutôt sur les notions d’ordre et d’autorité.

Tout Doctorant ou jeune chercheur dix-neuviémiste est le bienvenu !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *