Séance du 22 septembre 2012 – Introduction

Présents : Juliette Azoulai, Marian Balastre, Victoire Feuillebois, Aude Jeannerod, Mathilde Labbé, Michelle Lee, Émilie Pezard.

Actualités

Deux soutenances sont annoncées : Juliette Azoulai soutient sa thèse sur « L’âme et le corps dans l’œuvre de Flaubert » le 16 novembre à l’Université de Rouen ; Victoire Feuillebois soutiendra sa thèse de littérature comparée sur les cycles de fictions nocturnes dans l’Europe romantique à l’Université de Poitiers, le 30 novembre prochain.

La séance a principalement été consacrée à la présentation, par Émilie Pezard, de quelques éléments de réflexion sur l’idéalisme visant à amorcer une problématisation de la notion.

À partir d’une rapide recherche portant sur les mots idéal et idéalisme dans les titres d’ouvrages parus au XIXe siècle, dans les dictionnaires (Dictionnaire de l’Académie française et Grand dictionnaire universel de Pierre Larousse), ainsi que dans quelques corpus monographiques, il apparaît que les deux termes sont couramment utilisés tout au long du siècle dans des acceptions proches de celles que nous utilisons aujourd’hui — à une exception près : le sens qui, faisant dériver idéaliste, non d’idéal, mais d’idée, fait des écrivains « idéalistes » ceux qui, « sans prétendre faire de la morale, développent cependant une idée » (Jean Fleury, Histoire élémentaire de la littérature française, Pétersbourg et Moscou, 1871, p. 304), et du roman idéaliste ainsi conçu un ancêtre du roman à thèse, semble périmé aujourd’hui.

Le mot idéal peut avoir différentes acceptions, qui s’opposent moins qu’elles ne dérivent les unes des autres, concernant différents champs d’application. Le Dictionnaire de l’Académie française (DAF) de 1798 fait d’abord d’idéal un « terme de logique et de métaphysique » désignant ce « qui existe dans l’idée, qui n’existe que dans l’entendement », et s’opposant ainsi au matérialisme. Dans son acception spiritualiste, l’idéalisme s’oppose au positivisme, et fonde la définition synthétique que propose Jean-Marie Seillan du roman idéaliste dans le second XIXe siècle : « idéaliste serait le roman dont l’auteur et les personnages reconnaissent, pour parler bref, l’existence de l’âme » (Le Roman idéaliste dans le second XIXe siècle. Littérature ou « bouillon de veau » ?, Classiques Garnier, coll. Études romantiques et dix-neuviémistes, 2011, p. 23). C’est cet idéalisme que dénonce Zola quand il critique, dans Le Roman expérimental, les idéalistes – « ceux qui se réfugient dans l’inconnu pour le plaisir d’y être » – qui « base[nt] leurs œuvres sur le surnaturel et l’irrationnel » ; c’est cet idéalisme que regrette au contraire des Hermies qui, dans Là-bas de Huysmans, « reproche au naturalisme […] [de] rejeter le suprasensible, dénier le rêve ».

S’il apparaît donc que l’idéalisme peut faire l’objet de jugements de valeur opposés — tout comme les romanciers « idéalistes » regroupent écrivains majeurs et mineurs —, cette acception neutre se double par ailleurs rapidement d’une valeur positive, quand le terme est utilisé à propos des « Arts d’imagination et d’imitation », selon le DAF de 1832-1825 : est idéal ce « qui réunit toutes les perfections, ou qui est plus beau que les modèles offerts par la nature ». Le substantif, attesté dès cette édition du DAF, est défini de façon plus précise dans la 8ème édition comme « ce qui donnerait à l’intelligence, à la sensibilité humaine une satisfaction parfaite ». Si les deux sèmes principaux du mot, l’irréel et la perfection, peuvent paraître unis par des liens logiques dans la mesure où la perfection n’existe que dans l’idée, il faut se garder de les confondre systématiquement : la perfection peut être paradoxale et viser le mal — puisque « Pour ceux dont le mal est l’idéal, l’opprobre est une auréole » (Victor Hugo, Les Travailleurs de la mer). Conçu comme perfection, l’idéal est un horizon vers lequel on tend, comme le montrent les exemples du DAF de 1932-1935 (« Il faut viser à l’idéal, tendre à l’idéal ») aussi bien que les titres qui, dans la seconde moitié du XIXe siècle, citent le terme : Chercheur d’idéal, Vers l’idéal, À la recherche d’un idéal, Vers l’idéal, La Chasse à l’idéal, La Poursuite de l’idéal… Dans une acception esthétique, l’idéalisme consistera en une représentation idéalisée du réel, par les moyens combinés de la sélection et de l’embellissement par recomposition : en ce sens il s’oppose au réalisme.

L’idéalisme apparaît ainsi comme une notion au croisement de l’idéologie et de l’esthétique, qui, dans ses différentes acceptions et à différentes époques, s’inscrit toujours en opposition à une autre notion, les deux étant affectées de valeurs contraires : l’idéalisme est l’un des deux termes des débats littéraires de chaque époque. Il pourrait s’agir alors de retracer autour de la notion d’idéalisme une histoire des débats esthétiques du temps et d’interroger les scansions généralement admises : à quoi l’idéalisme s’oppose-t-il, et cette opposition est-elle absolue ? Quelle fonction la notion a-t-elle joué dans les débats philosophiques et esthétiques du siècle ?

Éléments de bibliographie
  • Jean-Marie Seillan, Le Roman idéaliste dans le second XIXe siècle. Littérature ou « bouillon de veau » ?, Classiques Garnier, coll. Études romantiques et dix-neuviémistes, 2011.
  • Ferdinand Brunetière, « L’idéalisme dans le roman », La Revue des Deux Mondes, juin 1885.
  • Édouard Rod, « L’idéalisme contemporain », Cosmopolis, revue internationale, juillet 1904, p. 149-163.

Compte rendu par Émilie Pezard


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.