Archives de l’auteur : Émilie Pezard

Atelier du 15/11/14 – L’imagerie du XIXe siècle

La prochaine séance de “L’atelier du XIXe siècle”, sur l’imagerie, aura lieu le samedi 15 novembre 2014 à l’INHA.
Accueil par Philippe Hamon, Ségolène Le Men (Paris Ouest/IUF) et Frédérique Desbuissons (INHA)
Dominique de Font-Réaulx (directrice du musée Eugène Delacroix à Paris) : La reproduction photographique des œuvres d’art, l’entrée de la photographie dans les ateliers des artistes.
Shun Iguchi (Université de Tokyo / Paris Ouest) : Le Portrait d’Emile Zola d’Édouard Manet et le triangle entre les critiques, les caricatures et le modèle.
Sandrine Doré (Université  Paris Ouest) : Albert Robida, un imagier dans la fin de siècle
Laurence Madeline (musée d’Art et d’Histoire de Genève) : sur la future exposition “J’aime les panoramas.” S’approprier le monde (2015-2016).
Amélie de Chaisemartin (Paris Sorbonne) : L’imagerie caricaturale dans les romans de Balzac: citation et allusion.

Compte rendu de la séance du 18 octobre 2015

Style et genres de l’intime I :
transparence intérieure et pratiques confessionnelles

Étaient présents : Concetta Angelone, Nicolas Aude, Marie Bat, Stéphanie Bertrand, Jordi Brahamcha, Marie Busson, Claire Deslauriers, Capucine Echiffre, Veronica Estay-Stange, Margot Favard, Ksenia Fesenko, Victoire Feuillebois, Anne-Caroline Floch, Nathalie Gonçalves de Souza Santos, Hélène Heyraud, Florelle Isal, Sang In Yl, Malek Khbou, Mathilde Labbé, Magalie Myoupo, Renaud Oulié, Marie-Clémence Régnier, Yohann Ringuedé, Hyojeong Wi

  • Méthodologie de la recherche : la soutenance de thèse ; la préparation d’une communication pour un colloque
  • Communication de Nicolas Aude :

La transgression du rituel :
publier l’intime dans la scène romanesque de confession au XIXe

Villette de Charlotte Brontë, Mademoiselle La Quintinie de George Sand et Les Démons de Fédor Dostoïevski participent d’une même généalogie romanesque européenne qui, allant d’Ann Radcliffe jusqu’à Bernanos, a fait de la scène sacramentelle de confession, figurée dans une narration fictionnelle, le lieu d’une intense réflexivité générique. La communication littéraire telle qu’elle s’affirme dans le roman se légitime en effet par la figuration et la distorsion d’un rituel qui place la communication des secrets de la vie intime au cœur de sa procédure et de son efficace sacramentelle. La transgression du rituel que constitue la publication de ces secrets dans le livre s’accompagne toutefois chez de tels auteurs de la mise en exergue d’une transgressivité latente, propre à la confession dans sa forme moderne. Cette transgressivité intrinsèque au rite constitue celui-ci en objet de hantise au sein de la nouvelle culture de l’information qui s’impose avec le siècle et dès lors en véritable motif romanesque.

Compte rendu de la séance du 20/09/14

Étaient présents : Renzo Alvarado, Concetta Angelone, Nicolas Aude, Marie Bat, Isaure de Benque, Stéphanie Bertrand, Jordi Brahamcha, Amélie de Chaisemartin, Alice de Charentenay, Thomas Conrad, Guillaume Cousin, Capucine Echiffre, Romain Enriquez, Victoire Feuillebois, Anne-Caroline Floch, Laetitia Hanin, Hélène Heyraud, Lola Kheyar Stibler, Mathilde Labbé, Marine Le Bail, Renaud Oulié, Michaël Peyraché, Emilie Pezard, Catherine Rapenne, Marie-Clémence Régnier, Véronique Samson, Hyojeong Wi.

En guise d’introduction, Romain Enriquez et Marie-Clémence Régnier ont souhaité poser quelques éléments généraux de problématisation, de lexicographie et apporter quelques compléments bibliographiques à la première sélection opérée en juin dernier.

En s’appuyant sur l’étude cursive que Romain Enriquez a réalisée des différentes acceptions des mots « intime » et « intimité » d’une part, « intériorité », « intérieur » et inconscient » d’autre part, Marie-Clémence Régnier a retracé les étapes successives de la réflexion à laquelle Véronique Montémont s’est livrée dans un article intitulé « Dans la jungle de l’intime : étude lexicographique et lexicométrique (1606-1608) » (in : Pour une histoire de l’intime et de ses variations, 2009). Un des aspects de cette étude, la mise en forme des résultats sous forme de graphiques et de tableaux synoptiques, a fait l’objet d’une explication plus détaillée des emplois du mot « intime ». Marie-Clémence Régnier a également présenté quelques pistes de problématisation relatives à l’étude historique et chronologique du phénomène de l’intime au XIXe siècle qui se caractériserait par ce que Brigitte et José-Luis Diaz ont appelé « le sacre de l’intime » dans un article consacré précisément au « siècle de l’intime » (Pour une histoire de l’intime et de ses variations, 2009). Enfin, elle a proposé un parcours global des différentes pistes d’étude possibles sur le rapport intime / intérieurs / lieux littéraires en évoquant notamment les travaux de Michèle Perrot (Michelle Perrot, in : Philippe Ariès et Georges Duby, Histoire de la vie privée, 1987) et de Mario Praz (Histoire de la décoration d’intérieur. La philosophie de l’ameublement, 1994), avant de clore la présentation sur la remise en perspective de la notion d’ « intime » dont le « sacre » au XIXe siècle ne doit pas masquer les limites.

Romain Enriquez a proposé, au cours du parcours retracé par Marie-Clémence Régnier, une analyse lexicologique de trois mots et de leurs dérivés. Premièrement, l’intime, dans ses acceptions à la fois anciennes et propres au XIXe siècle, comme adjectif puis comme substantif, avec des mises au point sur le verbe « intimer » et le concept d’intimisme. Deuxièmement, l’intérieur : en partant du sens latin, puis en retraçant son évolution sémantique dans un contexte religieux puis scientifique, l’intérieur est apparu d’une grande richesse sur le plan diachronique. En synchronie, on a pu distinguer entre un sens physique et un sens symbolique, entre un intérieur enfermé par l’extérieur et un intérieur placé sous l’extérieur. Les termes « intériorité » et « intérioriser » ont également été mis en perspective. L’intérieur a enfin été ressaisi dans son approche relationnelle avec l’extérieur, tantôt en opposition, tantôt en compensation, tantôt dans une relation dialectique. Troisièmement, Romain Enriquez a interrogé la notion d’inconscient en la distinguant de l’intime et de l’intérieur, dans la mesure où « inconscient » est un mot tardif et dérivé de « conscient ». Bien plus que pour l’intime, l’enjeu était de déterminer à quel moment l’adjectif se change en substantif, car on peut penser alors que l’inconscient est considéré comme un principe actif, dynamique et autonome, au sein du sujet et en même temps extérieur à lui. L’inconscient marquerait ainsi le point extrême des recherches sur l’intime, mais au prix d’une révolution copernicienne par laquelle ce qu’il y a de plus intime au sujet lui deviendrait le plus étranger.

Le point méthodologique sur la soutenance n’a pas pu avoir lieu, faute de temps, et est repoussé à la prochaine séance, le 18 octobre.

Les Doctoriales de la SERD

Les travaux du groupe des Doctoriales de la SERD portent sur le  XIXe siècle, principalement en littérature française et en littérature comparée, mais aussi en histoire, histoire de l’art et philosophie. Le groupe choisit un sujet de recherche autour duquel sont organisés un séminaire mensuel ainsi qu’une journée d’études ou un colloque. Les sujets de recherche des années précédentes étaient : Norme(s) et littérature ; Usages du littéraire ; Valeurs de la singularité ; L’idéalisme.

Les travaux du groupe pour les années 2014-2016 se concentreront sur la problématique de l’intime au XIXe siècle.

Présentation du projet : Les représentations de l’intime au XIXe siècle

À bien des égards, le XIXe siècle est le siècle de l’« intime ». Cette notion complexe, désignant des phénomènes variés et véhiculant avec elle des valeurs parfois contradictoires, constituera le sujet de réflexion des Doctoriales pour 2014-2016.

Intime et intériorité. Dans son acception actuelle, associée à la vie intérieure et au secret, la notion émerge dans les dernières décennies du XVIIIe siècle. L’esthétique romantique valorise l’intimité comme le lieu préservé de l’authenticité et invite à questionner, tout au long du siècle, la promotion inédite de l’individualité, des premiers poètes romantiques au « culte du moi » barrésien. Dans quelles mesures l’intime, lorsque la littérature s’en empare, contribue-t-il à valoriser l’individu et son corollaire idéologique, l’individualisme ?

Intime et intérieurs. Le siècle est l’héritier de bouleversements majeurs, qui touchent en profondeur les représentations de l’homme et son inscription dans le champ politique et social. On assiste au cours du siècle à une reconfiguration des rapports entre sphère publique et sphère privée, et à la valorisation sans précédent de cette dernière : les intérieurs s’exhibent et les maisons d’écrivains se visitent. Mais quels peuvent être les usages de l’intime dans le champ social ? Et son exposition paradoxale peut-elle annoncer le déclin des valeurs qui l’ont fait naître ?

Intime et inconscient. Au fil du siècle, le discours philosophique et scientifique révèle la part d’étrangeté qui définit désormais l’individu : l’intimité n’est pas seulement un objet de culte ou de désir, elle prend la forme de l’impénétrable et de l’incontrôlable. Dans quelles mesures les nouvelles définitions du sujet font-elles de l’intime une donnée psychologique complexe, qui tend à la désolidariser de la culture volontaire du « moi » ?

Ces problématiques constituent autant de pistes de réflexion qu’il nous faudra explorer dans toute leur complexité, et qui promettent de constituer des postes d’observation particulièrement opératoires pour approcher le XIXe siècle dans sa richesse et ses multiples tensions.

Atelier du 10/06/14 – Le modèle musical dans la littérature du XIXe siècle

10 juin 2014 : le modèle musical dans la littérature du XIXe siècle (dir. Capucine Echiffre et Gaëlle Loisel)

Dès la fin du XVIIIe siècle, à la faveur du tournant esthétique qui s’amorce en Angleterre et en Allemagne, le règne de l’ut pictura poesis décline au profit d’un intérêt nouveau pour la musique. Alors que l’on aspire à un dépassement de la mimesis, l’art des sons offre le paradigme d’un langage intransitif. Il est conçu comme le moyen d’exprimer tout ce qui se situe hors de la sphère empirique, c’est-à-dire la subjectivité de l’individu ou encore un univers idéal, les deux étant du reste souvent associés au XIXe siècle.

La présence de la musique se manifeste aussi bien dans les œuvres de fiction que dans les textes théoriques et critiques, et revêt des formes très diverses. La musique peut en effet être convoquée en tant que thème, amenant alors avec elle tout un imaginaire tourné vers les affects et le mystère, comme c’est le cas dans le roman, en général. La poésie, quant à elle, s’intéresse à l’art des sons également pour sa dimension formelle, son rapport au temps, comme en témoignent l’importance accordée au rythme dans les Lieder allemands ou les poèmes symbolistes. Enfin, les essais s’emploient à théoriser ces pratiques et à mettre au jour leur fondement commun, en révélant la musique comme modèle sémiotique, ainsi que le montre l’œuvre en prose de Mallarmé.

14h00-14h20 : Laurence Tibi (Paris-Diderot, CERILAC), Introduction

14h20-14h50 : Vincent Vives (Valenciennes, CALHISTE), « L’absolu musical. Poétique du romantisme »

15h00-15h30 : Gaëlle Loisel (Clermont-Ferrand, CELIS), « Le bouleversement de la hiérarchie des arts au XIXe siècle : enjeux philosophiques et esthétiques »

15h40-16h10 : Capucine Echiffre (Nantes, L’AMo), « Le rôle du lied dans l’évolution du modèle musical dans la France littéraire du XIXe siècle »

16h20-16h50 : Violaine Anger (Evry, CERCC), « Le modèle musical chez Baudelaire, Verlaine et Mallarmé : comparaison des ″Préfaces″, de l’Art poétique et de Divagations »

Programme du colloque “Ce qu’idéal veut dire” – journée du 5 avril

Le colloque a lieu à l’Université Paris-7, salle Pierre Albouy.

9h00 Accueil des participants

9h15 Introduction par le comité d’organisation

9h45 L’idéal dans les écrits sur l’art (Modération : Olivier Schefer)

Fanny Bacot (Panthéon-Sorbonne Paris I) : Ressemblances et dissemblances dans les exempla idéalistes : usage, portée et application de l’idéal dans la critique d’art fin-de-siècle

Florence Beillacou (Strasbourg) : Zola et « la guerre à l’idéal » : idéalisme, académisme et romantisme dans les écrits sur l’art et la littérature

Thibaut Radomme (Louvain/Oxford) : L’Art ou le Progrès ? Les idéaux antagonistes d’Édouard Fétis et de la bourgeoisie libérale dans la Belgique du xixe siècle

11h15 Débats et pause

11h45 Naturalisme et idéal (Modération : Aude Jeannerod)

Jean-Marie Seillan (Nice Sophia Antipolis) : Naturalisme et anti-idéalisme

Pascaline Hamon (Paris III Sorbonne nouvelle) : L’idéal dans la critique littéraire fin de siècle : un étendard antinaturaliste ?

12h45 Débats

13h15 Déjeuner

14h30 Héritages de l’idéalisme (Modération : Alain Vaillant)

Thomas Constantinesco (Paris Diderot Paris VII) : De l’idéalisme en Amérique : Emerson, Poe, Hawthorne

Matthew Sandefer (Princeton University) : Réalisme idéal ou idéalisme réel ? Syncrétisme littéraire au XIXe siècle

Marie Panter (ENS Lyon) : Le roman idéaliste en contexte réaliste-naturaliste : Victor Hugo, Theodor Fontane, Thomas Hardy

16h00 Questions et pause

16h30 L’idéalisme, entre littérature et philosophie (Modération : Victoire Feuillebois)

Éric Dayre (ENS Lyon) : Que se passe-t-il entre 1790 et 1810 en Grande Bretagne et en Allemagne ? Ce qu’on a appelé l’idéalisme romantique

Sarah Alharbi (Montréal / Paris VIII Vincennes Saint-Denis) : Évolution de la notion d’« idéal » dans la théorie des genres poétiques chez Schiller et Schlegel : essai de reconstruction de l’héritage littéraire de l’idéalisme allemand au xixe siècle.

18h00 Débats

18h30 Conclusion du colloque par le comité d’organisation

 

Atelier du 15 février 2014 – Portrait et expression en France à l’époque romantique

Argumentaire

• Thierry Laugée (Paris-Sorbonne), « L’éloquence du visage inexpressif »

• Fabienne Bercegol (Toulouse II), « De Germaine de Staël à George Sand : le portrait romanesque au féminin »

• Amélie de Chaisemartin (doctorante, Paris-Sorbonne), « Le feu du regard dans Notre-Dame de Paris et Les Misérables de Victor Hugo »

Table ronde présidée par Françoise Gaillard (Paris-Diderot), avec la participation de Régine Borderie (Reims) et Ségolène Le Men (Paris X).

Programme du colloque “Ce qu’idéal veut dire” – journée du 8 février

Le colloque aura lieu à L’université Paris-7, salle 682.

9h Accueil des participants

9h15 Introduction du colloque par le comité d’organisation

9h45 Les genres littéraires de l’idéal (Modération : Aude Déruelle)

Thomas Conrad (Paris III Sorbonne nouvelle) : Le laboratoire de l’idéal de Villiers de l’Isle-Adam : manières d’écrire l’idéal

Pascale Auraix-Jonchière (Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand) : La poétique du conte dans les romans champêtres de Sand : une clé pour l’idéalisme ?

10h45 Débats et pause

11h30 Les romantiques et l’idéal (Modération : Émilie Pezard)

Damien Zanone (Louvain) : L’« idéalisme » de George Sand

Amélie de Chaisemartin (Sorbonne Paris IV) : Les romanciers romantiques et le « beau idéal » néoclassique

Marie-Clémence Régnier (Sorbonne Paris IV) : La mansarde, le château ou l’appartement : habiter en poète. Idéalisations de l’espace domestique du Poète chez Théophile Gautier

13h Débats

13h30 Déjeuner

15h Symbolisme et idéal (Modération : Françoise Gaillard)

Éric Lecler (Aix-Marseille) : L’idéalisme et ses détournements de sens : du symbolisme à l’Absolu littéraire

Renzo Alvarado Ruiz de Castilla (Sorbonne Paris IV) : Ne dites pas Symbolisme, mais dites Idéalisme

Maja Vukusic Zorica (Zagreb) : André Gide et l’idéalisme fin de siècle

16h45 Débats et pause

17h30 Premières conclusions par le comité d’organisation

Atelier du 7 décembre 2013 – L’histoire littéraire vue de la presse

• José-Luis Diaz (Paris-Diderot), « La presse comme atelier de l’histoire littéraire au XIXe siècle »
• Émilie Pezard (Paris IV, docteur ès-lettres), « Le romantisme frénétique sous l’œil de la presse»
Table-ronde avec la participation de Fabienne Bercegol (Toulouse II), Jean-Luc Chappey (Paris I), Marie-Françoise Melmoux-Montaubin (Amiens), Denis Pernot (Paris XIII), Jean-Didier Wagneur (BnF).

Séance du 16 novembre 2013 – Figures de l’idéal : le saint et le poète

Membres présents : Marie Bat, Florence Beillacou, Stéphanie Bertrand, Amélie de Chaisemartin, Capucine Echiffre, Aude Jeannerod, Lola Kheyar Stibler, Mathilde Labbé, Magalie Myoupo, Emilie Pezard, Marie-Clémence Régnier.

    • Capucine Echiffre : Le poète chez Novalis : un intermédiaire entre les hommes et l’idéal

La figure du poète se situe au cœur des réflexions esthétiques de Novalis. De fait, elle interroge la définition de l’Être, des phénomènes, ainsi que celle du sujet humain dans son rapport à soi et au monde. À une époque où l’homme ne sait plus déceler l’essence qui se loge pourtant dans la nature, d’après l’écrivain, il revient au poète de rappeler cette vérité originelle. L’Être, ou l’idéal, est en effet force de création perpétuelle, et se manifeste dans les phénomènes particuliers, y compris les hommes. Il entretient d’ailleurs des relations privilégiées avec ces derniers, dans la mesure où son caractère double, à la fois spirituel et empirique, se retrouve chez eux. Bien plus, selon Schelling, repris en cela par Novalis, le fonctionnement de l’Être structure l’esprit humain. L’idéalisme novalisien récuse donc toute transcendance inaccessible : rien ne se soustrait aux hommes, mais ils ont oublié leur proximité ontologique avec la nature. Au cours de leur histoire, en prenant conscience d’eux-mêmes, ils ont pris conscience de leur individualité, de leurs limites empiriques qui semblent les détacher radicalement des autres individus et phénomènes. Dès lors, il revient au poète de mettre de nouveau en lumière l’idéal méconnu mais commun à toutes les créatures. La désignation du poète pour remplir ce rôle, loin d’être opportuniste, s’inscrit directement dans la logique de la pensée esthétique de Novalis. De fait, l’art s’élève au-dessus des autres activités humaines par ses similitudes avec l’Être, puisqu’il est principe de production humaine, et qu’il s’incarne simultanément dans des œuvres singulières. En tant qu’art du langage, la poésie en particulier est emblématique de ce double statut dans la mesure où elle réinvestit les conventions figées d’une langue dans un discours qui ouvre le sens, fidèle en cela à la dynamique permanente de l’essence, dont il émane. Le poète chez Novalis est celui qui parvient encore à saisir ces forces et qui se donne alors pour mission, à travers son écriture poétique, de les rendre de nouveau lisibles aux hommes.

  • Magalie Myoupo : La figure du saint laïc
  • Aude Jeannerod : Méthodologie de la thèse

Atelier du 9 novembre 2013 – Le XIXe siècle vu par le XXe siècle

Présidence : Bertrand Marchal (Paris IV)
Introduction : Émilie Pezard (Paris IV)
• Mathilde Labbé (Paris IV) : Héritages baudelairiens, de Pierre Reverdy à Michel Houellebecq
Discutante : Aurélie Loiseleur (Paris III)

 

Séance du 21 septembre 2013 – Séance de rentrée

Membres présents : Marie Bat, Amélie de Chaisemartin, Capucine Echiffre, Victoire Feuillebois, Lola Kheyar-Stibler, Aude Jeannerod, Magalie Myoupo, Emilie Pezard, Marie-Clémence Régnier

  • Présentation des activités des Doctoriales de la SERD et accueil des nouveaux membres
  • Émilie Pezard : Compte rendu de l’Anthologie du mélodrame classique de Peter Brooks et Myriam Faten Sfar
  • Lola Kheyar-Stibler : Autour du programme de l’agrégation : Stendhal et le style