Archives de l’auteur : Émilie Pezard

Colloque “Ce qu’idéal veut dire” : appel à communications

Ce qu’idéal veut dire : définitions et usages de l’idéalisme au XIXe siècle

 

Colloque des Doctoriales de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes

8 février et 5 avril 2014

Université Diderot Paris VII

Avec la participation d’Eric Lecler (Université de Provence), Olivier Schefer (Université Panthéon-Sorbonne) et Jean-Marie Seillan (Université de Nice-Sophia Antipolis)

De la période romantique aux années symbolistes, où l’on s’élance « vers l’idéal » (Léon de Tinseau, 1896), en passant par Emma Bovary qui « poursuit l’idéal à travers les bastringues et les estaminets de la préfecture » (Baudelaire, 1857), le XIXe siècle est hanté par l’idéal. Dans le sillage de la philosophie platonicienne et de l’idéalisme allemand, de nombreux écrivains, artistes et historiens s’emparent de cette notion. Elle engage en effet un ensemble de réflexions esthétiques et éthiques sur ce que l’on peut ou doit représenter en art, et sur les systèmes de valeurs dominants.

La notion fait d’autant plus facilement l’objet d’une appropriation ou d’un rejet que son contenu reste souvent vague. Image d’une perfection située hors du monde matériel, l’idéal est moins défini par des caractéristiques intrinsèques que par la valeur qui lui est attachée : il est, tout au long du siècle, objet de culte, d’aspiration, de déni, de rejet, de regret. Valorisé quand il est opposé au désenchantement, au spleen, au prosaïsme bourgeois, il devient objet de critiques quand il est considéré comme le négatif de la science, de l’énergie, de la vérité et de la réalité. Il produit les « lacrymales historiettes des Theuriet et des Sand » (Huysmans) mais motive aussi La Recherche de l’absolu. Dès lors, l’idéalisme apparaît comme un facteur de structuration du champ artistique et intellectuel et façonne au cours du siècle toute une série de clivages, opposant entre autres romantiques et philistins, symbolistes et naturalistes.

Pour prolonger la réflexion entretenue depuis septembre 2012 par leur séminaire de recherches consacré à l’idéalisme (doctoriales-serd.com/projet.html), les Doctoriales de la SERD organisent deux journées d’études. C’est à l’examen des transferts culturels et disciplinaires que s’intéresseront les interventions, qui croiseront approche lexicologique et approches esthétique, sociale ou politique. Qu’entend-on par « idéal » au XIXe siècle et quelle fonction revêt cette notion dans les débats intellectuels et artistiques de l’époque ?

Les communications pourront aborder des thèmes tels que :

–       Les philosophies idéalistes et la littérature du XIXe siècle : quels sont les héritages littéraires de l’idéalisme platonicien et de l’idéalisme allemand ?

–       Les acceptions de l’idéal : que désigne-t-on par ce mot ? quelle évolution la notion d’idéalisme connaît-elle, du romantisme au réalisme puis aux auteurs de la fin du siècle ? quelles appropriations paradoxales le XIXe siècle propose-t-il de l’idéal, à travers les tensions internes que présentent des objets comme l’idéal du Mal ou l’idéal trivial ?

–       L’idéalisme dans les discours : à quels emplois l’adjectif idéaliste est-il réservé dans le discours critique ou dans le paratexte des œuvres ? pour quelles raisons qualifie-t-on un auteur d’« idéaliste » et que signifie se dire « idéaliste » au XIXe siècle ?

–       Les usages idéologiques et esthétiques du terme : comment interpréter la formation de clivages autour de l’idéalisme, opposé tantôt au réalisme, au positivisme, au matérialisme ou au naturalisme?

–       Idéal et genres littéraires : certains genres sont-ils perçus comme plus propices que d’autres à l’expression de l’idéal, ou au contraire à son déni ? dans ce contexte, comment évolue la polarisation entre prose et poésie, qui rejette traditionnellement la prose du côté du quotidien et fait de la poésie le lieu d’expression de l’idéal ?

–       L’idéal dans le texte : dans quelles mesures la quête d’un idéal constitue-t-elle la caractéristique d’un certain personnel romanesque et comment peut-elle devenir moteur de l’intrigue ? Quelles pratiques stylistiques la notion d’idéal recouvre-t-elle au XIXe siècle ? Quels renouveaux stylistiques la critique de l’idéal exige-t-elle dans la littérature dite « réaliste » ?

Les chercheurs et chercheuses en littérature française, étrangère ou comparée, ainsi qu’en histoire politique, sociale ou culturelle sont les bienvenu(e)s ; l’approche pourra être monographique ou transversale.

Les propositions de contribution (300 mots environ) sont à envoyer à l’adresse contact.doctoriales.serd@gmail.com avant le 1er novembre 2013. Tous et toutes sont invité(e)s à préciser d’emblée, le cas échéant, leur indisponibilité pour l’une des deux journées.

Comité organisateur et scientifique : Capucine Echiffre, Victoire Feuillebois, Aude Jeannerod, Lola Kheyar Stibler, Mathilde Labbé, Lucie Lagardère, Émilie Pezard, Virginie Tellier.

Séance du 17 mai 2013 – Idéalisation et réalité. Problèmes de représentation

Membres présents : Alice de Charentenay, Amélie de Chaisemartin, Capucine Echiffre, Victoire Feuillebois, Christelle Girard, Laetitia Hanin, Lola Kheyar Stibler, Mathilde Labbé, Stéphane Partiot, Émilie Pezard, Rebecca Powers, Elise Sorel.

Excusés : Aude Jeannerod

    • Émilie Pezard : Le personnage romantique contre l’idéalisation classique : individualité ou exception ?

La lecture des textes critiques alimentant le débat entre classiques et romantiques, dans les années 1820 et 1830, laisse apparaître un large consensus dans la construction du personnage romantique : les romantiques abandonnent l’idéalisation classique, qui, à partir d’une double opération de sélection et d’embellissement, faisaient des personnages des « généralités ». L’apparition, à l’opposé, des « individualités » romantiques, peut faire l’objet d’un éloge : ces personnages imparfaits sont en effet plus « vrais », et traduisent une vision de l’homme héritée du christianisme. Cependant, si les classiques prônent également ces valeurs, ils accusent les romantiques de pousser trop loin ce refus de l’idéalisation. Le refus de l’embellissement prend la forme d’un acharnement à lever les « voiles » qui peut virer à l’horreur, quand la métaphore de la nudité est relayée par celle de l’écrivain anatomiste : la réalité n’est plus seulement présentée nue, mais écorchée. Quant à la sélection, elle est moins refusée qu’inversée : la prédilection des romantiques pour la laideur est constamment notée pour être condamnée. Les personnages romantiques ne sont plus ainsi que des « exceptions » — dans l’ordre naturel, moral ou social —, aussi invraisemblables que les « généralités » classiques.

Séance du 15 décembre 2012 – Idéalismes esthétiques au XIXe siècle

Membres présents : Fanny Bacot, Capucine Echiffre, Aude Jeannerod, Lola Kheyar-Stibler, Mathilde Labbé, Ruojing Liu, Gaëlle Loisel, Émilie Pezard, Rebecca Powers, Virginie Tellier, Sara Vitacca.

Idéalismes esthétiques au XIXe siècle

    • Virginie Tellier : Origines philosophiques de l’esthétique idéalisteL’exposé a présenté la théorie spéculative de l’Art, telle qu’elle naît au début du XIXe siècle, en montrant les éléments de continuité et de rupture avec, d’une part, l’esthétique kantienne, d’autre part, le (néo)platonisme.

Jacques-Louis David, La Mort de Marat, 1793, huile sur toile, 165 x 128 cm, Bruxelles, Musées royaux des beaux-arts de Belgique.

    • Aude Jeannerod : L’idéalisme esthétique dans la critique d’art de Charles Baudelaire
      Dans sa critique d’art, Baudelaire présente l’idéal et la nature comme deux pôles antithétiques qui aimantent la création artistique : d’une part, la nature est le matériau premier de toute œuvre d’art, et d’autre part, l’idéal est ce vers quoi tend l’artiste lorsqu’il crée. Et de prime abord, le critique semble renvoyer dos à dos idéalisme et naturalisme esthétiques : selon lui, les naturalistes copient aveuglément la nature et ne sont donc pas des artistes, car ils ne créent pas, tandis que les idéalistes peignent des choses improbables, en dehors de toute vraisemblance. Le véritable artiste sera donc celui qui parviendra à combiner nature et idéal, et Baudelaire, dans le Salon de 1846, prend notamment l’exemple du portrait pour défendre cette idée. La création artistique est donc prise dans un mouvement, une tension qui prend la nature pour socle et l’idéal pour horizon. Mais l’idéal baudelairien ne doit pas être entendu au sens d’un Beau universel ; l’idéal est au contraire propre à chacun, il est le génie particulier à chaque artiste. C’est en cela qu’on pourra parler d’un idéalisme esthétique chez Baudelaire : seul l’artiste de grand talent, le génie comme Delacroix, peut s’affranchir de la nature afin de créer une œuvre idéale.

  • Fanny Bacot : L’idéalisme esthétique de Joséphin Péladan
  • Sara Vitacca : L’inspiration de Michel-Ange dans l’esthétique décadente et symboliste

Séance du 10 novembre 2012 – Réception littéraire de l’idéalisme allemand

Membres présents : Marian Balastre, Capucine Echiffre, Victoire Feuillebois, Christelle Girard, Isabelle Hautbout, Lola Kheyar Stibler, Michelle Lee, Landry Liébart, Marion Mas, Aurélie Moïoli, Julien Nègre, Emilie Pezard, Virginie Tellier.

Réception littéraire de l’idéalisme allemand

  • Rapide présentation de l’idéalisme allemand
  • Marian Balastre : Victor Cousin, Balzac et l’idéalisme – Pistes critiques
    Entre 1817 et 1820, le jeune Balzac s’engage dans une réflexion philosophique intense : il lit Descartes, traduit Spinoza, fréquente les cours du charismatique Victor Cousin. Mais le romancier de la maturité, l’auteur des Études philosophiques, est-il réellement influencé par ces métaphysiciens, et dans quelle mesure ? Une dialectique philosophique va déterminer en profondeur la pensée balzacienne : la recherche de la synthèse entre matérialisme et spiritualisme. Si certains concepts cousiniens présentent une certaine similitude avec les notions invoquées par Balzac, aucune influence philosophique réelle de ce penseur dans son œuvre ne peut être établie. C’est plutôt en parallèle des romantiques allemands que le romancier cherche sa propre voie philosophique. Développant son fameux réalisme de la désillusion face à l’idéalisme romantique, Balzac élabore en même temps une conception substantialiste du monde, qui au delà de l’idéalisme utopique voire chimérique, permet d’intégrer dans un système unitaire à la fois les forces matérielles qui régissent le monde, et les influences spirituelles, fluidiques qui interviennent dans les activités humaines et qui constituent une surnature apparaissant sous des formes fantastiques. Balzac croit à la substantialité de la pensée, c’est un mystique de l’Église de Jean, mais c’est aussi un théoricien du progrès historique de la société, des techniques, des sciences et des arts. Il recherche partout, par l’écriture romanesque, l’action de cette puissance qu’est la pensée humaine, substance qui se décline de multiples façons dans une immense Comédie humaine. Il ne s’agit plus d’un Ciel des idées, modèle archétypal détaché du monde réel, mais de la présence active de l’esprit dans la matière de la nature, du destin de l’homme, dans la société et ses mœurs. La foi et la recherche unitaires de Balzac se distinguent donc du dualisme inhérent à tout idéalisme. Mais il n’adopte pas pour autant le pur monisme matérialiste : c’est un spiritualiste substantialiste, pour qui les rouages de la société font écho au magnétisme animal (de Mesmer) et aux correspondances mystiques de l’univers (des théosophes).
  • Virginie Tellier : “Entre philosophie et littérature, quelle langue pour l’absolu ? (l’exemple de Balzac)” :L’idéalisme prétend accéder à l’Absolu, et présenter dans la langue du système un savoir absolu. Or le problème est double : d’un point de vue sémantique, l’absolu est un indicible, il échappe par nature au langage humain, en ceci précisément qu’il est hors de l’humain. Le langage discursif expose partie par partie, de manière linéaire et unidirectionnelle, alors que l’absolu est une totalité vivante. D’un point de vue pragmatique, la connaissance de l’absolu, si elle est possible, relève d’une intuition subjective. Mais alors, comment peut-on espérer communiquer cette connaissance à autrui ?

    Cette communication prétendait partir de ce que littérature et philosophie ont en commun, la question du langage, et tenter de voir comment les deux discours s’entrelacent dans trois « Études philosophiques » d’Honoré de Balzac. La question du langage de l’Absolu aboutit à deux attitudes radicalement différentes, qui constituent une tension essentielle chez Balzac : d’un côté, la confiance dans le langage du système, de l’autre, la défiance dans la finitude du langage humain, incapable de dire l’absolu.

    Louis Lambert, La Recherche de l’Absolu et Séraphîta mettent tous trois en cause le langage, à travers divers procédés de figuration du silence et de l’indicible, qui mettent en évidence la prééminence de la vision, de la contemplation muette, sur le discours. Pourtant, la préoccupation du Système est déterminante dans la cosmologie tout comme dans la poétique balzaciennes : le monde, comme la Comédie Humaine, sont présentés par l’auteur comme des « systèmes ». Balzac construit un système littéraire, qui n’ignore pourtant ni l’ironie, ni la fragmentation chères à Schlegel. On peut néanmoins se demander si les « lambeaux » balzaciens constituent de véritables « fragments ». Plus qu’à Schlegel, c’est peut-être à Novalis qu’il convient de comparer l’œuvre de Balzac : l’un et l’autre insistent sur les « correspondances » qui doivent présider à la constitution d’un « langage céleste », le nom devenant la « signature » de la chose. L’un et l’autre conduisent également à élaborer un langage à la fois mathématique et mystique, le Nombre et le Verbe se fondant dans un seul langage, l’X de la Parole.

Balzac manifeste ainsi, comme les romantiques allemands, « la conscience critique de l’inachèvement nécessaire d’un discours de l’absolu » (André Stanguennec). Mais, s’éloignant du langage philosophique, c’est par des moyens proprement littéraires (polyphonie, figures de style, typographie, fragmentation du discours) que Balzac cherche, sinon à résoudre, du moins à approfondir le problème d’un langage de l’Absolu.

  • Victoire Feuillebois : “L’idéalisme comme romance : l’exemple russe”
    L’objet de cette communication est de présenter un paradigme récent qui s’est développé dans le champ du romantisme russe pour interroger la translation de l’idéalisme philosophique à la sphère de la fiction. S’opposant à une tradition plutôt orientée vers l’histoire des idées, qui avait tendance à circonscrire le sujet à une problématique philologique de l’influence, certains critiques anglo-saxons, d’Isaiah Berlin dans les années 1970 à un slaviste contemporain comme John Randolph, ont interrogé la question du point de vue de l’histoire des mentalités et finalement abouti à la conclusion que l’idéalisme philosophique jouait dans le contexte russe autant le rôle d’une authentique influence intellectuelle que celle d’un façonnement des modes de vie, autorisant un comportement inspiré et romanesque. Cette conception de « l’idéalisme comme romance » permet de relire la réception de l’idéalisme dans l’optique d’une double opération de fictionnalisation : les scénarios idéalistes ainsi produits montrent que le contenu philosophique est traité comme une fiction, donnant naissance à une « forme de vie » autant qu’à une réflexion conceptuelle, mais préparent aussi naturellement le transfert dans la fiction de figures de philosophes définies par leurs habitus et leurs comportements. Support par excellence du détournement carnavalesque dont l’objet est de discréditer l’idéalisme, cette approche est pourtant aussi très présente chez les littérateurs qui se considèrent comme des disciples de l’idéalisme, mais pratiquent bien néanmoins une sorte de parodie sérieuse de la matière philosophique.

Séance du 22 septembre 2012 – Introduction

Présents : Juliette Azoulai, Marian Balastre, Victoire Feuillebois, Aude Jeannerod, Mathilde Labbé, Michelle Lee, Émilie Pezard.

Actualités

Deux soutenances sont annoncées : Juliette Azoulai soutient sa thèse sur « L’âme et le corps dans l’œuvre de Flaubert » le 16 novembre à l’Université de Rouen ; Victoire Feuillebois soutiendra sa thèse de littérature comparée sur les cycles de fictions nocturnes dans l’Europe romantique à l’Université de Poitiers, le 30 novembre prochain.

La séance a principalement été consacrée à la présentation, par Émilie Pezard, de quelques éléments de réflexion sur l’idéalisme visant à amorcer une problématisation de la notion.

À partir d’une rapide recherche portant sur les mots idéal et idéalisme dans les titres d’ouvrages parus au XIXe siècle, dans les dictionnaires (Dictionnaire de l’Académie française et Grand dictionnaire universel de Pierre Larousse), ainsi que dans quelques corpus monographiques, il apparaît que les deux termes sont couramment utilisés tout au long du siècle dans des acceptions proches de celles que nous utilisons aujourd’hui — à une exception près : le sens qui, faisant dériver idéaliste, non d’idéal, mais d’idée, fait des écrivains « idéalistes » ceux qui, « sans prétendre faire de la morale, développent cependant une idée » (Jean Fleury, Histoire élémentaire de la littérature française, Pétersbourg et Moscou, 1871, p. 304), et du roman idéaliste ainsi conçu un ancêtre du roman à thèse, semble périmé aujourd’hui.

Le mot idéal peut avoir différentes acceptions, qui s’opposent moins qu’elles ne dérivent les unes des autres, concernant différents champs d’application. Le Dictionnaire de l’Académie française (DAF) de 1798 fait d’abord d’idéal un « terme de logique et de métaphysique » désignant ce « qui existe dans l’idée, qui n’existe que dans l’entendement », et s’opposant ainsi au matérialisme. Dans son acception spiritualiste, l’idéalisme s’oppose au positivisme, et fonde la définition synthétique que propose Jean-Marie Seillan du roman idéaliste dans le second XIXe siècle : « idéaliste serait le roman dont l’auteur et les personnages reconnaissent, pour parler bref, l’existence de l’âme » (Le Roman idéaliste dans le second XIXe siècle. Littérature ou « bouillon de veau » ?, Classiques Garnier, coll. Études romantiques et dix-neuviémistes, 2011, p. 23). C’est cet idéalisme que dénonce Zola quand il critique, dans Le Roman expérimental, les idéalistes – « ceux qui se réfugient dans l’inconnu pour le plaisir d’y être » – qui « base[nt] leurs œuvres sur le surnaturel et l’irrationnel » ; c’est cet idéalisme que regrette au contraire des Hermies qui, dans Là-bas de Huysmans, « reproche au naturalisme […] [de] rejeter le suprasensible, dénier le rêve ».

S’il apparaît donc que l’idéalisme peut faire l’objet de jugements de valeur opposés — tout comme les romanciers « idéalistes » regroupent écrivains majeurs et mineurs —, cette acception neutre se double par ailleurs rapidement d’une valeur positive, quand le terme est utilisé à propos des « Arts d’imagination et d’imitation », selon le DAF de 1832-1825 : est idéal ce « qui réunit toutes les perfections, ou qui est plus beau que les modèles offerts par la nature ». Le substantif, attesté dès cette édition du DAF, est défini de façon plus précise dans la 8ème édition comme « ce qui donnerait à l’intelligence, à la sensibilité humaine une satisfaction parfaite ». Si les deux sèmes principaux du mot, l’irréel et la perfection, peuvent paraître unis par des liens logiques dans la mesure où la perfection n’existe que dans l’idée, il faut se garder de les confondre systématiquement : la perfection peut être paradoxale et viser le mal — puisque « Pour ceux dont le mal est l’idéal, l’opprobre est une auréole » (Victor Hugo, Les Travailleurs de la mer). Conçu comme perfection, l’idéal est un horizon vers lequel on tend, comme le montrent les exemples du DAF de 1932-1935 (« Il faut viser à l’idéal, tendre à l’idéal ») aussi bien que les titres qui, dans la seconde moitié du XIXe siècle, citent le terme : Chercheur d’idéal, Vers l’idéal, À la recherche d’un idéal, Vers l’idéal, La Chasse à l’idéal, La Poursuite de l’idéal… Dans une acception esthétique, l’idéalisme consistera en une représentation idéalisée du réel, par les moyens combinés de la sélection et de l’embellissement par recomposition : en ce sens il s’oppose au réalisme.

L’idéalisme apparaît ainsi comme une notion au croisement de l’idéologie et de l’esthétique, qui, dans ses différentes acceptions et à différentes époques, s’inscrit toujours en opposition à une autre notion, les deux étant affectées de valeurs contraires : l’idéalisme est l’un des deux termes des débats littéraires de chaque époque. Il pourrait s’agir alors de retracer autour de la notion d’idéalisme une histoire des débats esthétiques du temps et d’interroger les scansions généralement admises : à quoi l’idéalisme s’oppose-t-il, et cette opposition est-elle absolue ? Quelle fonction la notion a-t-elle joué dans les débats philosophiques et esthétiques du siècle ?

Éléments de bibliographie
  • Jean-Marie Seillan, Le Roman idéaliste dans le second XIXe siècle. Littérature ou « bouillon de veau » ?, Classiques Garnier, coll. Études romantiques et dix-neuviémistes, 2011.
  • Ferdinand Brunetière, « L’idéalisme dans le roman », La Revue des Deux Mondes, juin 1885.
  • Édouard Rod, « L’idéalisme contemporain », Cosmopolis, revue internationale, juillet 1904, p. 149-163.

Compte rendu par Émilie Pezard

Journée d’études 2011 : Usages du littéraire / Valeurs littéraires du singulier

Les travaux sur les deux thèmes de recherche de l’année ont donné lieu à une journée d’études, organisée le 23 septembre 2011 à l’Université Paris-7 Paris-Diderot.

Actes de la journée d’études des Doctoriales de la SERD – 23 septembre 2011

Direction : Lucie Lagardère et Virginie Tellier.

  • Marian BALASTRE : Le messianisme dans Louis Lambert d’Honoré de Balzac
  • Jessica DESCLAUX : L’Influence de Bourget sur la réception de l’égotisme barrèsien (1888-1892)
  • Élise SOREL : Être un écrivain de race chez Barbey d’Aurevilly
  • Caroline CRÉPIAT : Le Sujet lyrique chez les poètes du Chat noir, ou la revendication d’une singularité paradoxale
  • Lucie LAGARDÈRE : « Valeurs de la singularité » : bilan et perspectives
  • Stéphanie Mc CARTHY : La Poésie ouvrière au XIXe siècle en France
  • Mathilde LABBÉ et Landry LIÉBART : « Usages du littéraire » : bilan et perspectives

Séminaire Usages du littéraire – 2010-2011

Bilan des séances de séminaire consacrées à l’un des deux thèmes de recherche de l’année 2010-2011 :

Usages du littéraire

Doctorants : Carole Carcillo, Romain Jalabert, Mathilde Labbé, Landry Liébart, Stéphanie McCarthy, Marion Moreau, Angélique Mottet, Caroline Raulet-Marcel, Matthieu Vernet. Responsable : Mathilde Labbé.

Le groupe « Usages du littéraire » a animé cette année trois séances de séminaire au cours desquelles ont été proposés chaque fois une synthèse générale et des exposés thématiques ou monographiques ainsi que des présentations d’ouvrages.

La séance du 15 janvier 2011, modérée par Landry Liébart, a réuni Angélique Mottet, Caroline Raulet-Marcel, Romain Jalabert et Carole Carcillo autour de la question de l’instrumentalisation morale du littéraire. A partir du fantasme populaire émergeant au XIXe siècle à propos des effets possibles de la littérature sur son public, les quatre communications ont permis d’explorer le phénomène de moralisation de la littérature et en particulier de la littérature lue par la jeunesse. Angélique Mottet a ainsi proposé une analyse du projet éditorial de Pierre-Jules Hetzel. Caroline Raulet-Marcel a abordé la question du jeune lecteur à travers un compte rendu de l’ouvrage de Daniel Gestin Les scènes de lecture. Le jeune lecteur en France dans la première moitié du xixe siècle (PUR, 1998). Romain Jalabert a apporté un éclairage sur l’instrumentalisation scolaire de la littérature en s’intéressant aux auteurs latins dans l’enseignement au XIXe siècle. Carole Carcillo, enfin, a proposé un compte rendu de l’ouvrage de Daniel Sangsue intitulé Le récit excentrique (José Corti, 1987). La discussion a permis d’aborder la question de l’adaptation d’une œuvre à un public spécifique mais aussi celle de la hiérarchie des genres en fonction des publics auxquels ils sont destinés et celle du rapport entre littérature, enseignement et religion au xixe siècle.

La deuxième séance animée par le groupe « Usages du littéraire », intitulée « Réappropriations du littéraire », a eu lieu le 26 février 2011 et a été modérée par Mathilde Labbé. Nous avons voulu y réfléchir sur les usages du littéraire sous l’angle de la circulation, c’est-à-dire en considérant la littérature comme sujet d’un parcours à travers d’autres pratiques d’écriture, afin d’interroger l’hybridation qu’elle entraîne dans le discours au moment où elle atteint un large lectorat. Nous avons eu la chance, pour cette séance, de bénéficier de la présence de Marie-Eve Thérenty, dont les suggestions et les remarques ont permis de lancer un débat fécond. Landry Liébart a proposé une intervention sur la transposition des modèles littéraires dans la presse française et américaine. Carole Carcillo s’est intéressée à l’usage de la citation littéraire en épigraphe des romans français publiés entre 1820-1830. Stéphanie McCarthy, enfin, a abordé la question de la poésie ouvrière comme mode d’appropriation des codes littéraires légitimes à travers l’exemple d’Agricol Perdiguier et de son rapport avec George Sand. La discussion a permis de poser la question de l’intention contenue par cette réappropriation, que ce soit dans le cas des écrivains-journalistes – qui ont contrairement à notre vision moderne, une conception très nette de la différence entre ces deux activités –, ou dans le cas des auteurs citant d’autres romans de manière parfois ironique et pour les détourner, ou dans le cas des poètes ouvriers contraints de tenir ce rôle alors qu’ils aimeraient s’affranchir d’un tel statut.

La dernière séance du groupe, animée par Marion Moreau et Matthieu Vernet le 28 mai 2011 était intitulée « Usages du livre et effets de la littérature ». Cette séance, à laquelle José-Luis Diaz nous a fait l’amitié de participer, a permis de poser la question de la lecture et de sa représentation. Mathilde Labbé a présenté une synthèse sur l’histoire de la lecture à partir des travaux de Roger Chartier, de Pratiques de la lecture (Rivages, 1985) au Livre en Révolution (Textuel, 1997). Romain Jalabert, qui ne pouvait nous rejoindre, nous a fait part de ses réflexions sur l’histoire de la constitution des bibliothèques municipales dans la perspective des querelles de la lecture animant le xixe siècle. Matthieu Vernet s’est intéressé au bovarysme à travers une réflexion intitulée « De l’esthétisme au bovarysme, ou l’écrivain en puissance ». Angélique Mottet a livré une analyse du Commun des lecteurs de Virginia Woolf. Marion Moreau a présenté pour conclure une réflexion sur l’actualisation selon Yves Citton en proposant un compte rendu de son ouvrage Lire, interpréter, actualiser. Pourquoi les études littéraires ? (Amsterdam, 2007). La réunion de ces interventions a permis de mettre en évidence la nécessité de multiplier les approches (historiques, sociologiques, éthiques, étiologiques) pour prendre en compte la diversité des lecteurs et des modes de lecture.

Mathilde Labbé

Séminaire Valeurs littéraires de la singularité – 2010-2011

Les travaux de l’année 2010-2011 ont été consacrés à deux thèmes de recherche : Usages du littéraire et Valeurs littéraires de la singularité.

Plusieurs communications sur ce dernier thème ont fait l’objet d’une publication en ligne, sous la direction de Lucie Lagardère, Emilie Pezard et Virginie Tellier.

Compte rendu du séminaire “Valeurs littéraires de la singularité”

Doctorants : Marian Balastre, Muriel Bassou, Caroline Crépiat, Jessica Desclaux, Gheorghe Derbac, Filip Kekus, Lucie Lagardère, Emilie Pezard, Elise Sorel, Valérie Stiénon, Lola Stibler, Virginie Tellier. Responsable : Emilie Pezard.

De janvier à juin 2011, dans le cadre du groupe de travail sur «Valeurs littéraires du singulier», nous nous sommes attachés à l’étude de la singularité en tant qu’elle est constituée en valeur. Plusieurs thèmes ont été abordés autour de trois séances de séminaire.

En mars, lors de l’atelier « groupes et singularités », auquel Bertrand Marchal nous a fait l’amitié d’assister, trois intervenantes ont proposé un panorama sur la notion de fantaisie, en se demandant à chaque fois comment la revendication d’une individualité dans le style permettait en même temps une inscription dans un groupe plus ou moins large qui partageait cette valeur et une stratégie de légitimation littéraire. Après une introduction d’Émilie Pezard, nous avons entendu Lucie Lagardère qui a étudié la fantaisie chez Ugo Foscolo et Friedrich Schlegel, puis Valérie Stiénon qui a présenté une étude sur les Physiologies, enfin Caroline Crépiat nous a parlé des artistes du Chat Noir, regroupés autour de leur revue.

En avril, l’atelier « Figures de la singularité » introduit par Virginie Tellier en présence de Pascale Auraix-Jonchière, Éric Bordas et José-Luis Diaz, nous a fait passer de l’aristocratie à l’égotisme autour de Barbey, Sand, Stendhal et Barrès. Élise Sorel s’est d’abord interrogée sur la possibilité de définir la langue aristocratique comme « anti-langue » (Michael Halliday) en étudiant le discours de l’aristocrate dans l’œuvre ; Gheorghe Derbac a présenté la position ambiguë de Sand vis-à-vis de cette même valeur de la singularité aristocratique. Muriel Bassou et Jessica Desclaux ont ensuite abordé la question de l’égotisme, la première en en étudiant l’aspect esthétique chez Stendhal, la seconde l’aspect polémique dont témoigne la réception immédiate du Culte du Moi.

Enfin, en juin, nous avons continué à creuser les rapports entre valeur, singularité et littérature autour d’une séance consacrée aux « singularités pathologiques » : le fou, le nerveux, le frénétique et le chercheur d’absolu nous ont parfois rappelé certains personnages fantaisistes que nous avons rencontrés lors de la première séance ; mais ces figures ont surtout permis d’interroger la manière dont s’illustre, dans les thèmes, et dont s’écrit, dans le style, l’extrême singularité. Pierre Jourde et José-Luis Diaz nous ont fait l’amitié de participer aux discussions nourries qui ont suivi les présentations. Après une introduction de Lucie Lagardère, Virginie Tellier a interrogé la problématique de la valeur esthétique et ontologique de l’écrit d’un fou, Mikhaïl Platonovitch, inséré dans La Sylphide d’Odoïevski. Lola Kheyar Stibler a ensuite étudié les caractéristiques stylistiques du «nervosisme» dans Chérie (1884) d’Edmond de Goncourt. Dans le deuxième temps de l’atelier, Émilie Pezard a confronté la critique du frénétisme qui considère les œuvres comme le reflet d’écrivains malades à celle qui fait de ces œuvres des exemples d’affectation cynique à visée mercantile par des auteurs par ailleurs sains d’esprit. Enfin, Marian Balastre a décrypté Louis Lambert en chercheur d’absolu, être marginalisé parce que trop singulier qui vise finalement à la dissolution de son individualité dans une forme d’existence idéale.

Lucie Lagardère

Annuaire des jeunes chercheurs dix-neuviémistes

Pour accéder au CV, cliquez sur le nom.

  • Manon Amandio – doctorante en littérature comparée : L’expression de la souffrance dans l’oeuvre de Fédor Dostoïevski, Charles Baudelaire et Edgar Allan Poe, sous la direction de Karen Haddad (Université Paris-Nanterre)
  • Fanny Arama — doctorante en littérature française : Les formes de la polémique dans le cadre de l’héritage contre-révolutionnaire, dans l’oeuvre de Jules Barbey d’Aurevilly et de Léon Bloy (1848-1917), sous la direction de Paule Petitier (Université Paris-VII Diderot)
  • Fanny Bacot — doctorante en histoire de l’art, époque contemporaine : Les Salons de la Rose+Croix (1892-1897), sous la direction de Pierre Wat (Université Paris-I Panthéon-Sorbonne)
  • Cyril Barde — doctorant en littérature française : Littérature et Art Nouveau, de Mallarmé à Proust, sous la direction de Jean-Nicolas Illouz (Université Paris VIII)
  • Florence Beillacou — doctorante en littérature française : L’anti-romantisme des naturalistes, sous la direction d’Eléonore Reverzy (Université Paris-III)
  • Julie Billaud — doctorante en littérature française : La musique dans Consuelo et La Comtesse de Rudolstadt de George Sand. Le lit d’un roman fleuve, sous la direction de Philippe Dufour (Université François-Rabelais, Tours)
  • Jordi Brahamcha-Marin — doctorant en littérature française : La réception critique de la poésie de Victor Hugo en France (1914-1944), sous la direction de Franck Laurent (Université du Maine)
  • Élise Cantiran — doctorante en littérature comparée : Postérité du modèle zolien aux Etats-Unis (1880-1920), sous la direction d’Éléonore Reverzy (Université Paris-III)
  • Alice de Charentenay — docteur en littérature française (2018) : Les domestiques dans les romans français de 1865 à 1900, sous la direction de Françoise Mélonio (Université Paris-Sorbonne)
  • Alizée Cordes – doctorante en histoire de l’art : Décoration intérieure et Gothic Revival : Étude des transferts artistiques et industriels entre la Grande Bretagne et la France au XIXe siècle, sous la direction de Jean-François Luneau (Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand)
  • Guillaume Cousin — doctorant en littérature française : La Revue de Paris et la littérature (1829-1858), sous la direction de Sylvain Ledda (Université de Rouen)
  • Gheorghe Derbac — doctorant en littérature française: Mémoire et filiation : pour une scénarisation familiale des conflits historiques dans le roman sandien avant 1848, sous la direction de Pascale Auraix-Jonchière (Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand)
  • Romain Enriquez — docteur en littérature française (2017) : L’invention littéraire de l’inconscient dans le récit entre 1850 et 1895, sous la direction de Bertrand Marchal (Université Paris-Sorbonne)
  • Yeon Jeong — doctorante en littérature française : Une typologie des antihéros dans le roman français (1830-1870) : Stendhal, Balzac, Flaubert, sous la direction de Pierre Glaudes (Université Paris-Sorbonne)
  • Laetitia Hanin — docteur en langues et lettres (2017) : En lisant, en écrivant : la pratique intertextuelle de George Sand, sous la direction de Damien Zanone (Université Catholique de Louvain)
  • Fleur Hopkins — doctorante en histoire de l’art : Visions du futur : culture visuelle et instruments optiques de l’anticipation scientifique au passage du siècle (1875-1915), sous la direction de Pascal Rousseau (Université Paris-I Panthéon Sorbonne)
  • Lena Hobeika — doctorante en littérature française : Ecrire la France : poétique et mythographie de la patrie chez Charles Péguy, sous la direction de Paule Petitier (Université Paris-VII Diderot)
  • Filip Kekus — docteur en littérature française (2015) : Nerval fantaisiste, sous la direction de Bertrand Marchal (Université Paris-Sorbonne)
  • Malek Khbou — doctorante en littérature française : Eugénie et Maurice de Guérin: la fratrie au cœur du journal intime, sous la co-direction de Afifa Marzouki (Université de la Manouba) et Marie-Eve Thérenty (Université Paul Valéry-Montpellier III)
  • Amandine Lebarbier — docteur en littérature comparée (2017) : Sainte Cécile ou la musique à l’épreuve des mots au XIXe siècle, sous la co-direction de William Marx et Emmanuel Reibel (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
  • Céline Léger — docteur en littérature française (2017) : La fabrique médiatique de l’événement au XIXe siècle : Jules Vallès, écrire et faire l’histoire, sous la co-direction de Jean-Marie Roulin (Université Jean Monnet – Saint-Etienne) et Corinne Saminadayar-Perrin (Université de Montpellier)
  • Laureline Meizel — docteur en histoire de l’art contemporain (2017) : La Photographie et le livre français. 1867-1897, sous la direction de Michel Poivert (Université Paris-I Panthéon Sorbonne)
  • Magalie Myoupo — doctorante en littérature française : Aux origines du saint laïque, L’atelier de la sainteté du romantisme social aux écrivains naturalistes (1840-1890), sous la direction de Paule Petitier (Université Paris-VII Diderot)
  • Anne Orset — doctorante en littérature française : La figure du savant dans le roman de la seconde moitié du XIXe siècle (Barbey, Bourget, Flammarion, France, Gautier, Verne, Villiers, Zola) sous la direction de Pierre Glaudes (Sorbonne Université)
  • Renaud Oulié — doctorant en littérature française : Le naturalisme de Léon Hennique, un disciple éclectique d’Emile Zola, sous la direction d’Alain Pagès (Université Paris III)
  • Hermeline Pernoud — docteur en littérature française (2017) : Paradigmes et fonctionnements du conte de fées au dix-neuvième siècle, sous la direction de Paolo Tortonese (Université Paris III)
  • Pauline Pilote — docteur en littérature anglophone (2017) : La Romance historique anglo-américaine, 1814-1843 : Filiations, reprises, mutations de Sir Walter Scott à James Fenimore Cooper, Washington Irving et Catharine Maria Sedgwick, sous la direction de François Specq (ENS de Lyon)
  • Rebecca Powers — docteur en littérature française : Narratives of travail under the July Monarchy: History and Literature, sous la direction de Jacques Neefs (Université de Johns Hopkins, Baltimore, Maryland, USA)
  • Marie-Clémence Régnier — docteur en littérature française (2017) : Les maisons d’écrivains en France (1797-1937) : du sanctuaire au musée, sous la direction de Florence Naugrette et de Françoise Mélonio (Paris-Sorbonne)
  • Yohann Ringuedé — doctorant en littérature française : La science mise en poème, écriture poétique des savoirs en un siècle positiviste (1850-1901), sous la co-direction de Gisèle Séginger (Université Paris-Est Marne-la-Vallée) et Hugues Marchal (Université de Bâle)
  • Michael Rosenfeld — doctorant en littérature française : L’homosexualité sous le regard des écrivains naturalistes en France et en Belgique (1870-1905), sous la co-direction de Damien Zanone (Université Catholique de Louvain) et Éléonore Reverzy (Université Paris-III)
  • Solène Sazio — docteur en histoire de l’art (2018) : Hippolyte Bellangé (1800-­1866) l’artiste et son temps, sous la direction de Yannick Marec (Université de Rouen) et Ségolène Le Men (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
  • Marie-Agathe Tilliette — doctorante en littérature comparée : La représentation des marginaux dans le roman historique européen de 1814 à 1848, sous la direction de Karen Haddad (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
  • Corinne Trichet — docteur en littérature française : Les Écrits dans les romans de Flaubert, Madame Bovary, L’Éducation sentimentale, Bouvard et Pécuchet, sous la direction de Philippe Dufour (Université de Tours)

Séminaire Norme(s) et littérature – 2009-2010

Voici quelques unes des communications proposées lors des séances de travail de l’année consacrée au rapport entre norme(s) et littérature.

  • Marion Mas a présenté la relation entre paternité et poétique du réseau pour montrer l’esquisse de l’établissement d’une norme foucaldienne chez Balzac.
  • Lucie Lagardère s’est appuyée sur l’Itinéraire de Paris à Jérusalem de Chateaubriand pour montrer comment, dans une écriture de l’essai hybride, la mise en scène de soi comme être sociable construit un discours politique et social contre-normatif, qui vise à instaurer un nouveau type de vivre-ensemble

Norme(s) et littérature au XIXe siècle

Mené pendant l’année 2009-2010, ce projet a donné lieu à une journée d’études.

Norme(s) et littérature au XIXe siècle – Actes des journées d’étude 2010

Direction : Mathilde Labbé et Landry Liébart. Sommaire :

Norme(s) et langage
    • Landry LIÉBART : Introduction
    • Muriel BASSOU et Marie PERRIN : L’anormalité linguistique chez Stendhal et Hugo
Norme(s) et genres littéraires
    • Émilie PEZARD : Les genres à l’époque romantique : d’une norme prescriptive à une norme descriptive
    • Sébastien BAUDOUIN : Les jeux de la norme et du renouveau générique : Chateaubriand face à ses oeuvres
    • Isabelle HAUTBOUT : Quête générique et quête de sens chez Alfred de Vigny
    • Christelle GIRARD : La Comédie humaine : un laboratoire générique comme arsenal stratégique
Norme(s) et société
    • Marion MAS : Introduction
    • Lucie LAGARDÈRE : Norme, éthique, sociabilité : l’union différenciée des premières proses romantiques
    • Marion MOREAU : Révolution, primitivisme et mondes possibles : le modèle illyrien dans Jean Sbogar de Charles Nodier
Norme(s) et morale
  • Mathilde LABBÉ : Introduction : Littératures et morales alternatives
  • Romain JALABERT : Norme et morale négative
  • Caroline RAULET-MARCEL : Hugo vu par Barbey d’Aurevilly : une “morale évangélico-niaise”?