Archives de l’auteur : Romain Enriquez

À propos Romain Enriquez

Ancien élève de l'ENS Ulm, Agrégé de lettres modernes, Docteur en littérature française (Paris-Sorbonne), ATER à l'université d'Artois.

Rentrée des Doctoriales de la SERD

La séance de rentrée des Doctoriales de la SERD aura lieu ce samedi 6 octobre, de 10h à 13h. Elle se tiendra dans la bibliothèque Jacques-Seebacher de l’université Paris-Diderot (bâtiment des Grands Moulins, aile A, deuxième étage).

Elle sera consacrée à la présentation des Doctoriales, ainsi qu’à une introduction au thème choisi pour les deux années qui viennent : « Les Révolutions du corps au XIXe siècle ». Il sera également proposé un point méthodologique sur l’accès aux sources, physiques et numériques, du XIXe siècle.

N’hésitez pas à nous écrire pour toute demande d’information supplémentaire : 

contact.doctoriales.serd@gmail.com

Appel à contribution pour les prochaines séances des Doctoriales

LES RÉVOLUTIONS DU CORPS AU XIXe SIÈCLE

Placé dès le XVIIIe siècle sur la scène esthétique et politique, le corps se trouve au coeur des innovations littéraires, artistiques et scientifiques qui se développent au XIXe siècle.
De plus en plus visible dans le champ de l’analyse critique, il est toutefois pris après 1789 dans un écheveau de paradoxes. Voyant se succéder romantisme, naturalisme et idéalisme, la littérature du XIXe siècle oscille en effet entre exaltation du sentiment et exhibition des corps. La science, de son côté, est partagée entre célébration de l’objet artificiel et fascination pour les corps naturels, entre spiritualisme et matérialisme dans l’étude de la psyché. Face à un individualisme croissant, la société post-révolutionnaire contracte quant à elle une forme de nostalgie à l’égard des communautés organiques traditionnelles.
Au XIXe siècle, le corps est donc tout à la fois mis à nu, mis en valeur et mis en cause. Ce sont les enjeux esthétiques et critiques de cette « révolution corporelle » que nous nous proposons d’étudier lors des rencontres des Doctoriales de la SERD.

Objet d’étude pluridisciplinaire, concept plastique dont les virtualités métaphoriques ont été activées dès le XIXe siècle, le corps offre plusieurs pistes d’analyse que nous pourrons explorer au cours de nos deux années de séminaire (2018-2020).

Lire les corps

Au XIXe siècle, la médecine connaît une révolution épistémologique sans précédent, qui met le déchiffrement du corps au centre de ses préoccupations. À l’ère de la « naissance de la clinique1 », le physique dans toutes ses manifestations fait l’objet d’une véritable lecture, censée dégager les caractères de la norme à partir de l’observation des phénomènes pathologiques. La fièvre physiologique qui s’empare de la science contribue en outre à l’émergence et à la formalisation d’une psychologie matérialiste : souhaitant se défaire de l’emprise spiritualiste et dualiste des siècles précédents, les savants de l’époque tentent de « corporiser » l’étude de la psyché, que ce soit à travers la phrénologie, la physiognomonie ou encore la neurologie. Quels sujets d’étude inédits (corps souffrants, blessés, déformés) émergent de ces savoirs ? Comment la littérature et les arts s’approprient-ils le mode de présentation scientifique de ces corps nouvellement déchiffrés ?

Dans le sillage de cette lecture « indiciaire » des corps, se développent également de nouvelles disciplines (tératologie, médecine légale, anthropologie raciale et criminelle) qui dotent les instances politiques et scientifiques d’un véritable « biopouvoir ». Comme Michel Foucault l’a montré, les corps doivent se plier à une discipline institutionnelle, tout en étant soumis à un contrôle étatique et statistique de plus en plus marqué. On s’intéressera aux enjeux idéologiques et esthétiques soulevés dans le discours littéraire et social de l’époque par cette appropriation politique des corps, en faisant un usage critique des concepts de normes, de races et de genres.

Les corps en représentation

Le corps est un sujet esthétique majeur au XIXe siècle. Progressivement dévoilé, dénudé et exposé dans la peinture ou le dessin, il est également placé au centre des arts du spectacle qui se développent à cette époque, et il suscite un intérêt nouveau à travers l’émergence de la culture sportive. Dans la lignée des visual studies, il s’agit d’étudier les différents types de  supports (peinture, gravures, photographies, cinématographe, etc.) utilisés par les écrivains, les artistes et les publicistes de l’époque pour représenter le corps, sans oublier l’expansion sans précédent de l’image satirique et de la caricature du corps dans les journaux à grande diffusion (succès de Cham et de Daumier). On pourra également se demander comment les théories esthétiques formalisées au XIXe siècle renouvellent les genres mimétiques traditionnels (que ce soit à travers des blasons, des portraits ou encore des croquis anatomiques).

Dans la seconde moitié du siècle, la tendance est également à la célébration d’un physique « augmenté ». À l’exemple de Barbey (Du dandysme et de Georges Brummel) ou de Baudelaire (« Éloge du maquillage »), on pare les corps, on les sublime par l’artifice, on les dissimule par l’ajout de costumes et d’accessoires, de coiffures et de tatouages. Comment le corps cristallise-t-il les débats entre nature et culture, entre machines et organismes et comment redéfinit-il les rapports sociaux ?

Faire corps

Aux lendemains de la Révolution, la société du XIXe siècle passe d’un modèle « communautaire » (monarchie de droit divin reposant sur une forme de communion au corpus Christi) à un modèle « sociétaire » (démocratie bâtie sur le principe de la liberté individuelle) qui aboutit à « la déchirure du lien social ». Marquée par la disparition des corps anciens (états et corporations entre autres), elle se sent alors « menacée par les périls de “défédération”, de “dissociation” ou de “désagrégation” ». De surcroît, le corps des figures d’autorité traditionnelles, qui bénéficiait auparavant d’une aura particulière (en particulier à travers l’onction du monarque et la vénération des reliques), tend à se désacraliser et à se banaliser.

La sociologie naissante, qu’Auguste Comte appelle d’abord « la physique sociale », est alors fortement marquée par une pensée organiciste : malade, blessé ou amputé, le corps social a besoin d’être guéri et reconstruit. Comment ces réflexions sociologiques sont-elles prises en charge en littérature ? Quelles nouvelles instances individuelles (artistes, écrivains, sociologues) ou collectives (associations, partis politiques, sociétés savantes, cénacles littéraires) se mettent en place pour tenter de mettre fin à ce qui est vécu à l’époque comme un démembrement du corps social ?

À partir de l’analyse de Pierre Bourdieu qui décrit les « effet de corps dont les groupes littéraires et artistiques les plus fameux ont tiré d’immenses profits symboliques, jusque dans et par les ruptures plus ou moins éclatantes qui y ont mis fin8 », on étudiera les enjeux littéraires de ces reconfigurations sociales. La fondation de la Société des gens de lettres par Louis Desnoyers et Honoré de Balzac en 1838, mais également l’éclosion de groupes, d’écoles, de mouvements, souvent réunis et exposés au sein de revues très identifiables, façonne l’identité de l’écrivain désormais lié au corps de ses pairs. Il conviendra d’interroger les causes, l’évolution et les enjeux de ces mouvements qui « corporisent » l’arène littéraire et artistique tout au long du siècle.

Corpus d’auteurs, corps de lecteurs

Dans une perspective métalittéraire, on abordera enfin la présence physique de l’auteur dans ses oeuvres. Certains genres littéraires (comme les confessions, les pamphlets, ou encore les poèmes lyriques) accordent une importance toute particulière à l’incarnation de l’écrivain, en donnant une épaisseur matérielle à sa parole. Quel rôle joue la description du corps dans la construction d’un éthos auctorial ? Par le biais de l’analyse pragmatique et de l’histoire des sens, on pourra observer l’engagement physique et émotionnel du lecteur. Comment l’auteur parvient-il à lui ménager une place dans le corps de son texte ?
D’un point de vue plus métaphorique, on peut se demander comment une oeuvre parvient à « faire corps », soit par la volonté de son auteur (rédaction de préfaces et de manifestes, ou retour des personnages), soit par construction rétrospective de son éditeur (publications posthumes, éditions intégrales, etc.).

Les Doctoriales de la Société des Études Romantiques et Dix-neuviémistes (SERD) sont ouvertes à tous les doctorants et jeunes docteurs, dans toute la France et à l’étranger, dont les recherches portent sur l’histoire, les arts et la littérature du XIXe siècle. Nos rencontres sont conçues comme un espace d’échanges et de discussions entre jeunes chercheurs d’une même discipline. Elles se déroulent au sein de l’Université Paris-Diderot, une fois par mois, le samedi de 10h à 13h. Chaque séance porte sur un sujet précis en rapport avec la thématique générale du séminaire, et choisi préalablement par l’un des participants.
Nous invitons tout jeune chercheur dix-neuviémiste à proposer des thèmes de séances ou des communications en rapport avec « les révolutions du corps au XIXe siècle » pour le second semestre (janvier à juin 2019). Vous pouvez nous soumettre vos propositions à l’adresse suivante : contact.doctoriales.serd@gmail.com.

Du changement dans les Doctoriales de la SERD

Nous vous informons que l’équipe organisatrice des Doctoriales a changé. La nouvelle équipe prendra en charge le séminaire 2018-2020 sur le corps au XIXe siècle.

Voici les nouvelles personnes en charge du séminaire :
– Manon Amandio (renouvellement) : doctorante à Paris-Ouest-Nanterre La Défense sous la direction de Karen Haddad,
– Fanny Arama : doctorante à l’université Paris-VII Diderot sous la direction de Paule Petitier,
– Romain Enriquez (renouvellement) : docteur de Paris-Sorbonne, thèse sous la direction de Bertrand Marchal,
– Anne Orset : doctorante à l’université Paris-Sorbonne sous la direction de Pierre Glaudes,
– Marie-Agathe Tilliette : doctorante à l’université Paris-Ouest Nanterre La Défense sous la direction de Karen Haddad.

Nous tenons également à remercier de tout cœur les trois membres de l’ancienne équipe – Amandine Lebarbier et Magalie Myoupo qui officiaient depuis 2016, Marie-Clémence Régnier depuis 2014 – pour leur travail et leur investissement continus pendant toutes ces années.

Annuaire des anciens membres des Doctoriales

Pour accéder au CV, cliquez sur le nom.

  • Renzo Alvarado Ruiz de Castilla — doctorant en littérature française : Dire le soi : Henri de Régnier entre vers et prose, sous la direction de Bertrand Marchal (Université Paris-Sorbonne)
  • Concetta Angelone — doctorante en littérature française : Stendhal et Mérimée : à la découverte du caractère de la femme du Midi, sous la direction d’Éléonore Reverzy (Université Paris-III)
  • Amélie de Chaisemartin — docteur en littérature française (2016) : La Description des personnages dans les romans de la seconde génération romantique (1830-1860), sous la direction de Bernard Vouilloux (Université Paris-Sorbonne)
  • Capucine Echiffre — doctorante en littérature comparée : Le lied dans l’espace francophone entre 1840 et 1914. Contacts culturels et interactions poétiques, sous la direction de Christine Lombez (Université de Nantes)
  • Victoire Feuillebois — docteur en littérature comparée (2012) : Nuits d’encre : les cycles de fictions nocturnes dans l’Europe romantique (Allemagne, Russie, France), sous la direction d’Anne Faivre Dupaigre (Université de Poitiers)
  • Clémence Folléa — docteur en littérature anglophone (2016) : Dickens excentrique : persistances du Dickensien, sous la direction de Sarah Thornton (Université Paris VII-Diderot)
  • Christelle Girard — docteur en littérature française (2015) : La Comédie humaine” : une poétique en fictions, sous la direction de Paule Petitier (Université Paris VII-Diderot) et la co-direction de Philippe Dufour (Université de Tours)
  • Natalia Gonçalves de Souza Santos — docteur en théorie littéraire et littérature comparée (2013) : Un lecteur non-conformiste : Álvares de Azevedo et le journalisme du XIXe siècle, sous la direction de Eduardo Vieira Martins (Université de São Paulo) et Maria Helena Araujo Carreira (Université Paris VIII)
  • Aude Jeannerod — docteur en langue et littérature françaises (2013) : La critique d’art de Joris-Karl Huysmans. Esthétique, poétique, idéologie, sous la direction de Jérôme Thélot (Université Jean Moulin Lyon 3)
  • Lola Kheyar Stibler — docteur en littérature française (2014) : L’encrier, cristal de la conscience : style et psychologie dans le roman français vers 1880, sous la direction de Dominique Combe (Université Paris III)
  • Mathilde Labbé — docteur en littérature française (2014) : Héritages baudelairiens (1931-2013), sous la direction d’André Guyaux (Université Paris-Sorbonne)
  • Lucie Lagardère — docteur en littérature comparée (2014) : Écritures de crises, poétiques du devenir : imaginer l’histoire par la littérature dans les proses romantiques de Foscolo, Chateaubriand et Coleridge (1789-1815), sous la direction de Françoise Lavocat (Université Paris Sorbonne Nouvelle) et la co-direction d’Éric Dayre (ENS de Lyon)
  • Marine Le Bail — docteur en littérature française (2016) : L’amour des livres la plume à la main : écrivains bibliophiles du XIXe siècle, sous la co-direction de Fabienne Bercegol (Université Toulouse II-Jean Jaurès) et Françoise Mélonio (Paris-IV Sorbonne)
  • Aurélie Moioli — docteur en littérature comparée (2013) : Le Récit de soi : Poétique et politique de la dissemblance. Jean Paul, Ugo Foscolo, Stendhal et Gérard de Nerval, sous la direction de Karen Haddad (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
  • Emilie Pézard — docteur en littérature française (2012) : Le romantisme frénétique, histoire d’une appellation générique et d’un genre dans la critique de 1821 à 2010, sous la direction de Bertrand Marchal (Université Paris-Sorbonne)
  • Elise Sorel — docteur en littérature française (2016) : Écriture et identité aristocratique dans l’œuvre de Barbey d’Aurevilly, sous la direction de Pierre Glaudes (Université Paris-Sorbonne)
  • Virginie Tellier — docteur en littérature comparée (2012) : Le Discours du fou dans le récit romantique européen (Allemagne, France, Russie), sous la direction de Georges Zaragoza (Université de Bourgogne)

Prochaine séance des Doctoriales : 27 mai 2017

La prochaine séance des Doctoriales de la SERD aura lieu le samedi 27 mai 2017 à partir de 10h, à la Maison de la Recherche, Université Paris-Sorbonne, 28 rue Serpente, 75006 Paris, métro ligne 4 et RER B et C. 

Organisée par Manon Amandio, cette séance porte sur les liens entre croyance et souffrance dans le roman du dix-neuvième siècle.

Programme

  • Manon Amandio, Université Paris-Nanterre, introduction : L’écriture de la souffrance au dix-neuvième siècle, entre ferveur et scepticisme.
  • Marie-Agathe Tilliette, Université Paris-Nanterre : Souffrance et croyance dans les Promessi sposi d’Alessandro Manzoni : la Providence à l’œuvre ?

Dans son roman historique I promessi sposi (1827-1842), Alessandro Manzoni décrit les malheurs de deux jeunes fiancés, Renzo et Lucia, que la concupiscence d’un petit seigneur local sépare et entraîne dans de longues et douloureuses aventures. La question qui se pose tout au long du roman est alors celle de la justification des souffrances de ces deux jeunes gens innocents et pieux : pourquoi Dieu semble-t-il châtier les justes et les purs ? À de nombreuses reprises, une réponse providentialiste est apportée à cette question : la souffrance serait un chemin nécessaire du dessein divin. Cependant, cette justification de la souffrance par la croyance n’est pas aussi univoque qu’elle paraît l’être à première lecture. La peinture réaliste des souffrances subies ébranle le dogme de la Providence : l’esthétique romanesque réaliste paraît entrer en conflit avec la croyance religieuse, pourtant omniprésente, interrogeant à nouveaux frais les rapports entre croyance et souffrance, tant au niveau de l’individu qu’à celui de la société.

  • Amélie de Chaisemartin, Université Paris-Sorbonne : Le modèle du martyr dans l’héroïsme des personnages romantiques

Dans les romans des années romantiques, le héros n’est pas un personnage qui, comme dans les épopées, triomphe des obstacles par la ruse ou la force, mais un héros qui subit l’hostilité du monde en souffrant. La souffrance devient un signe d’élection et de supériorité dans les romans. Nous montrerons que cette valorisation inédite de la souffrance par les romanciers romantiques peut s’expliquer par l’influence du modèle du Christ sur la construction de leurs personnages. Nous étudierons la manière dont les personnages de romans de la monarchie de Juillet sont identifiés au Christ et à la figure du martyr et ce que peut signifier cette identification dans le projet esthétique et moral des romanciers.

Durant cette séance, un point sera également fait sur la prochaine Journée d’Études des Doctoriales : sujet (en lien avec le thème “Croire”), comité d’organisation et calendrier.

Nouveaux comptes rendus d’expositions

Un peu de lecture pour l’été ! Pour patienter en attendant la rubrique culturelle du Magasin du XIXe siècle n° 6 qui paraîtra fin 2016, de nouveaux comptes rendus d’expositions sont disponibles sur le site de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes.

Au programme : retour vers le futur au Louvre, des nouvelles de Londres, actualité de la maison de Victor Hugo.
Et n’hésitez pas à envoyer vos propositions de comptes rendus à Mathilde Labbé & Aude Jeannerod : expoxix@gmail.com

Liste des comptes rendus :

Une brève histoire de l’avenir, Paris, Musée du Louvre (septembre 2015-janvier 2016) et Bruxelles, Musées Royaux des Beaux-arts de Belgique (septembre 2015-janvier 2016) — par Isabelle Safa.
 
Éros Hugo. Entre pudeur et excès, Paris, Maison de Victor Hugo (novembre 2015-février 2016) — par Jordi Brahamcha-Marin.
 
Julia Margaret Cameron (1815-1879), Londres, Victoria & Albert Museum (novembre 2015-février 2016) — par Erika Wicky.
 
Delacroix and the Rise of Modern Art, Londres, National Gallery, Sainsbury Wing (février-mai 2016) — par Elizabeth Leith & Maryse Savalle.
 
Les Hugo, une famille d’artistes, Paris, Maison de Victor Hugo (avril-septembre 2016) — par Jordi Brahamcha-Marin.

Présentation du thème “Croire”

À quoi peut-on croire au XIXè siècle ? Les réponses à cette question ne manquent pas. Alors que le catholicisme fourbit de nouvelles armes en un siècle de « recharge sacrale »[1], nombreux sont les auteurs qui dissocient religion et croyance, libérant ainsi une spiritualité protéiforme. Dans une perspective esthétique, on peut également s’interroger sur la façon dont la littérature se pense comme objet de croyance : par quels moyens fait-elle « croire » ? Ce verbe nous paraît recouvrir des enjeux idéologiques, épistémologiques et esthétiques centraux au xixe siècle et permet d’ouvrir la voie à de nombreuses pistes de réflexion :

Supports et régimes de croyances –Croire en la religion de l’art, du beau, en des idéaux politiques, utopiques, en Dieu ou en Mesmer, jusqu’aux tables tournantes, le XIXè siècle a multiplié des régimes et des supports de croyance, d’adhésion et de conviction qui dépassent largement le cadre du simple fait religieux. À quoi croit-on, à quoi est-il de bon ton de croire ou de ne pas croire au XIXè siècle ? On pourra ainsi interroger ces multiples objets de croyance (occultisme, spiritisme, mysticisme, etc.) à l’aune d’un culte croissant pour le progrès et la science ainsi que les modes d’existence de prosélytismes variés, fondateurs de communautés multiples.

Les croyances soumises à la question –Mais le siècle est aussi celui du scepticisme, de la remise en question des croyances, d’une approche parfois grinçante de la superstition, du merveilleux, un constat de désenchantement du monde relayé par le règne du positivisme. Comment s’organisent et s’incarnent ces discours critiques des croyances et de la crédulité qui n’épargnent pas la croyance en une toute puissance de la science et du progrès? On peut penser à ce titre aux satires de la croyance, quelles qu’elles soient, et aux supports artistiques multiples qu’elles investissent. L’articulation entre croire et savoir sera un élément important de la réflexion à mener et permettra d’interroger aussi la manière dont la croyance s’impose comme un objet d’analyse anthropologique et historique à l’image des travaux de Michelet ou de l’œuvre romanesque de Zola.

À l’inverse, comment se manifeste aussi la nostalgie pour les illusions perdues, le regret des croyances du passé (nostalgie de l’Ancien Régime, vogue du médiévalisme) ? Comment s’y prend-on pour réenchanter le monde ? Comment s’organise le renouveau catholique au XIXè siècle ? Si le régime de la preuve refait surface avec un renouveau de l’école bollandiste, la littérature hagiographique et apologétique fleurit également ; de même, on pourra s’intéresser à la manière dont les discours sur le progrès et la science empruntent parfois les formes de la croyance religieuse pour se dire.

Enfin, mouvements républicains et utopiques participent de cette réflexion sur les évolutions des spiritualités et le pouvoir social du religieux ; la Constitution de 1848 qui s’ouvre sur une référence à Dieu et au peuple français en étant une manifestation.

Croire et Faire croire –La  double étymologie latine du verbe credere, qui signifie à la fois croire et faire confiance pourra nous permettre de distinguer et de faire dialoguer, dans une perspective narratologique, le croire et le faire croire. Quels procédés spécifiques le xixe  siècle invente-t-il pour provoquer « l’immersion fictionnelle » de ses lecteurs ? Quelles peuvent être les dérives et les critiques professées contre l’ « illusion référentielle » (bovarysme) au siècle des grands romans-feuilletons ? Le merveilleux peut-il encore émouvoir ? Quels genres de l’imaginaire coexistent à l’ère de la rationalité positive ? Peut-on, comme Mme Du Deffand, « ne [pas croire] aux fantômes, mais [..] en a[voir] peur » ? En mettant ainsi l’accent sur le récepteur, on pourra réfléchir aux théories de la pragmatique de la littérature à l’œuvre dans le corpus dix-neuviémiste.

D’un point de vue poétique, qu’est-ce qui permet à l’auteur de susciter la croyance du lecteur ? Comment se construit le vraisemblable, l’effet de réel ? Comment la fabrique du réalisme et du naturalisme éprouve-t-elle la mimesis ? Et comment la littérature se pense-t-elle comme tribune, comme lieu privilégié de la représentation de la conviction, de l’engagement (notamment dans le cadre des romans à thèses) ?

« Croire » semble donc un des mots-clés d’un siècle qui cherche à refonder un ordre politique et esthétique après la Révolution ainsi qu’à retrouver une forme d’unité sociale.

 

[1] Nous empruntons l’expression à l’historien Philippe Boutry.

Calendrier des prochaines séances

Voici le programme des séances à venir. Nous vous rappelons que chacun est libre d’assister à n’importe quelle séance.

Séance de rentrée : 17 septembre 2016

Cette séance sera l’occasion d’introduire le nouveau sujet séminaire, notamment autour de la présentation de quelques ouvrages de la bibliographie que nous sommes en train de constituer.

Un point méthodologique sera consacré à une démonstration de l’outil bibliographique ZOTERO et à une discussion autour des normes bibliographiques et des notes de bas de page.

Séance 2 : 15 octobre 2016

Cette séance portera sur La Légende dorée au XIXe siècle, organisée par Magalie Myoupo et Amandine Lebarbier.

Un point méthodologique sera consacré à la soutenance de la thèse et à la qualification par le CNU.

Séance 3 : 26 novembre 2016

Cette séance concernera les « Religions politiques », et sera organisée par Nicolas Aude.

Un point méthodologique est prévu sur les financements et les bourses.

Le programme des séances suivantes sera déterminé ultérieurement. Vous pouvez  nous écrire pour proposer une intervention. Un résumé de la communication sera publié en ligne sur le site des Doctoriales.

Vous avez aussi la possibilité de figurer dans l’annuaire. Pour cela, n’hésitez pas à nous écrire.

Romain Enriquez et Manon Amandio pour les Doctoriales de la SERD

Du changement dans les Doctoriales

Nous vous informons que l’équipe organisatrice des Doctoriales a changé.

Voici les nouvelles personnes en charge du séminaire :
– Manon Amandio : doctorante à Paris-Ouest-Nanterre La Défense sous la direction de Karen Haddad,
– Romain Enriquez : doctorant à Paris-Sorbonne sous la direction de Bertrand Marchal,
– Amandine Lebarbier : doctorante à Paris-Ouest-Nanterre La Défense sous la direction de William Marx et d’Emmanuel Reibel,
– Magalie Myoupo : doctorante à Paris-VII Denis-Diderot sous la direction de Paule Petitier,
– Marie-Clémence Régnier : doctorante à Paris-Sorbonne, sous la direction de Florence Naugrette et Françoise Mélonio.

Nous tenons également à remercier de tout cœur l’ancienne équipe, composée de Capucine Echiffre, Victoire Feuillebois, Mathilde Labbé, Émilie Pézard et Lola Stibler, pour avoir si bien organisé et animé le séminaire pendant toutes ces années. Nous essaierons d’être à la hauteur du travail exemplaire qu’elles ont mené pour les Doctoriales de la SERD.

Programme de la journée d’études des Doctoriales de la SERD : “Espaces et lieux de l’intime”

Journée d’études des Doctoriales de la SERD « Espaces et lieux de l’intime »

Vendredi 8 avril 2016, 9h-18h.
Université Paris-VII, site Grands Moulins, salle 678 C.
Organisateurs : Nicolas Aude, Alice de Charentenay, Romain Enriquez, Marie-Clémence Régnier

8h30-9h : Accueil des participants

9h-9h20 : Introduction

Session I : Genres de l’intime
Modératrice : Marie-Bernard Bat

9h20-9h45 Brigitte Diaz : « Habiter l’intime. Scénographie de l’espace intime dans quelques écrits
autobiographiques : Stendhal, Barbey d’Aurevilly, Sand »
9h45-10h10 Jeanne Stranart : « Espaces de l’expression de l’intime dans le journal épistolaire de
Juliette Drouet »
10h10-10h35 Lisa Suarez : « L’intimité forcée dans Le Journal d’une femme de chambre d’Octave
Mirbeau »
10h35-11h : Questions
11h-11h20 : Pause-café

Session II : Poétiques de l’intrusion
Modératrice : Mathilde Labbé

11h20-11h45 Sophie-Valentine Borloz : « “Un élargissement brusque d’elle-même”. La contagion
des parfums de l’intimité dans Nana de Zola, Notre cœur de Maupassant et Monsieur Vénus de
Rachilde »
11h45-12h10 Valérie Lavigne : « La serre dans la littérature du second XIXe siècle, vitrine
privilégiée d’une intimité décadente »
12h10-12h30 : Questions

12h30-14h30 : Pause-déjeuner

Session III : L’intimisme littéraire et pictural
Modératrice : Dominique de Font-Réaulx

14h30-14h55 Brice Ameille : « La scène de toilette impressionniste : l’intimité (re)trouvée »
14h55-15h20 Charlotte Dufour : « De la scène de genre au genre de la scène. Genèse et poétique
d’un fait littéraire au XIXe siècle »
15h20-15h40 : Questions
15h40-16h : Pause-café

Session IV : L’intime entre espace physique et espace mental
Modératrice : Lola Kheyar Stibler

16h-16h25 Renzo Alvarado Ruiz de Castilla : « Une symbolique de l’intime : Bosquets et jardins
fin de siècle »
16h25-16h50 Manon Amandio : « Transgressions de l’espace intime dans Le Cœur révélateur
d’Edgar Allan Poe et Crime et châtiment de Dostoïevski »
16h50-17h10 : Questions

17h10-17h30 : Conclusion

Appel à communications pour la journée d’études de la SERD

Nous avons le plaisir d’annoncer que la journée d’études des Doctoriales de la SERD, “Espaces et lieux de l’intime au XIXe siècle”, aura lieu les 7 et 8 avril 2016 à l’université Paris-VII-Diderot. L’appel à communications peut être consulté en ligne.

Les propositions de communication, d’une page maximum, doivent être envoyées à Nicolas Aude, Alice de Charentenay, Romain Enriquez et Marie-Clémence Régnier à l’adresse lieux-de-lintime@googlegroups.com avant le 20 décembre 2015.