Archives de catégorie : Agenda

Prochain atelier du XIXe siècle : “autour de “Jean Sbogar”, de Charles Nodier

Le prochain « Atelier du XIXe siècle » aura lieu vendredi 1er juin à la Bibliothèque de l’Arsenal, de 9h30 à 17h30. La journée s’adresse aux lecteurs de Nodier comme à ceux qui, moins familiers de son œuvre, souhaiteraient la découvrir.
Programme 

9h30    Café d’accueil

10h      Émilie Pézard et Marta Sukiennicka – Introduction

Session 1 : Poétique et politiques

Présidence de session : Patrick Berthier

10h30  Roselyne de Villeneuve (Sorbonne Université) – Jean Sbogar, la voix et le style

11h      Katia Hayek (Université de Lille, ALITHILA / Université Masaryk de Brno) – Quand la fiction se mêle d’historicité : Jean Sbogar de Charles Nodier

11h30  Marta Sukiennicka (Université Adam Mickiewicz, Poznań) – Jean Sbogar en « Gracchus de Spalato » : l’éloquence politique d’un brigand

12h15 Déjeuner

Session 2 : Un roman européen

Présidence de session : Marta Sukiennicka

14h      Jacques-Remi Dahan – Les épigraphes de Jean Sbogar : un itinéraire européen

14h30 Virginie Tellier (Université Lyon 1 / IHRIM) – Jean Sbogar en Russie

15h      Pause

Session 3 : Postérité romantique

Présidence de session : Émilie Pézard

15h30  Marine Le Bail (Université Toulouse II) – Métamorphoses de Jean Sbogar : parcours éditorial d’un roman marginal

16h      Amélie de Chaisemartin (Université Paris Descartes) – Jean Sbogar, le modèle des bandits-justiciers romantiques

16h30  Caroline Raulet-Marcel (Université de Bourgogne-Franche-Comté) – De Jean Sbogar à Han d’Islande : ironie auctoriale et jeu de piste littéraire

17h30  Fin de la journée

Plan vigipirate oblige, les personnes intéressées sont invitées à se pré-inscrire auprès des organisatrices, Émilie Pézard (emiliepezard[at]yahoo.fr) et Marta Sukiennicka (martas[at]amu.edu.pl)

Remerciements et prochaine séance des Doctoriales

Nous tenons à remercier chaleureusement les intervenants et le public de leur venue vendredi 25 mai 2018 à la Journée d’Étude des Doctoriales de la SERD.
Notre prochain rendez-vous aura lieu le samedi 23 juin 2018 à partir de 10h pour la dernière séance du séminaire. Pendant cette séance, nous choisirons le thème des deux prochaines années. Tout membre des Doctoriales peut proposer un thème et toutes les idées sont les bienvenues ! N’hésitez pas à préparer un petit argumentaire pour appuyer votre projet devant le groupe.

Journée d’Étude “Les “Folles croyances” du XIXe siècle” : accès à l’université

La sécurité de l’université Paris VII ayant été renforcée ces derniers temps, si vous souhaitez assister à la journée d’études du 25 mai prochain qui aura lieu dans la bibliothèque Seebacher, il faudrait pouvoir présenter à l’entrée de l’université une carte professionnelle/étudiante et le programme photocopié de la journée d’études.
Accès en rer C, métro ligne 14 (Bibliothèque François Mitterrand), bus 62, 64, 132, 89.
En espérant vous y voir nombreux !

Rappel : Journée d’Étude “Les “folles croyances” du XIXe siècle” et séance de juin

La date de la journée d’études sur les “folles croyances” du XIXe siècle, journée qui clôturera notre séminaire pour la période 2016-2018, approche! Nous en profitons pour vous rappeler les informations principales concernant cet évènement : la journée d’études aura lieu le vendredi 25 mai 2018 à l’université Paris VII, dans la Bibliothèque Jacques Seebacher (bâtiment des Grands Moulins, aile A, 2e étage).

Les deux demi-journées seront introduites par des conférences. Bertrand MARQUER (maître de conférences HDR à l’université de Strasbourg) évoquera les « territoires de la croyance » et Nicole EDELMAN (maître de conférences HDR à l’université Paris Nanterre) proposera une conférence intitulée « La science face aux folles croyances ».
La Journée est ouverte à tout Doctorant ou jeune chercheur dont le travail concerne le XIXe siècle.
Nous nous retrouvons ensuite le 23 juin à partir de 10h pour voter pour le prochain thème du séminaire des Doctoriales. Tout membre des Doctoriales peut soumettre une idée de thème en lien avec le XIXe siècle. Pour cela, n’hésitez pas à nous écrire.
À très bientôt !

Programme de la Journée d’Étude “Les “folles croyances” du XIXe siècle”

« Les “folles croyances” du XIXe siècle » aura lieu le 25 mai 2018, Paris VII, Bibliothèque J. Seebacher (bâtiment des Grands Moulins, aile A, 2e étage).

Introduction de la journée : Manon Amandio (Université Paris Nanterre)

Matinée (9h30 – 12h30)

Conférence inaugurale par Bertrand Marquer (maître de conférences HDR à l’université de Strasbourg) : « Territoires de la croyance » (9h30-10h30)

Pause 10h30-10h45

Les folles croyances face à l’anticléricalisme (10h45-12h30)

Modération : Magalie Myoupo (Université Paris Diderot)

  • Inès Anrich (Université Panthéon-Sorbonne) : « La vocation religieuse féminine comme “folle croyance” : l’anticléricalisme et le contrôle social des femmes »
  • Hélène Dubail (Université Paris Nanterre) : « “Mes pieuses lectures rendraient impie un saint” : religion et bêtise chez Flaubert, France, de Roberto et Hardy »
  • Clément Million (CRICES, La Roche-sur-Yon) : « Les travaux sur les croyances populaires en Vendée de la fin du XIXe siècle au début du XXe : un acte de la lutte entre l’église et les anticléricaux »

Après-midi (14h00-18h00)

Quand la science se penche sur les croyances (14h-16h)

Modération : Anne Orset (Sorbonne Université)

Conférence par Nicole Edelman (maître de conférences HDR à l’université Paris Nanterre) : « La science face aux folles croyances » (14h-15h)

  • Nicolas Aude (Université Paris Nanterre), « “J’y crois canoniquement” : figurations du diable et poétique de l’hallucinatoire dans l’œuvre de Fédor Dostoïevski »

Pause 16h- 16h15

Un « éloge de la folie » ? Défense et relativisation de la critique (16h15-18h)

Modération : Marie-Agathe Tilliette (Université Paris Nanterre)

  • Loïk Maille (Université Paris Nanterre), « “Folles croyances” indo-américaines : les mythes fondateurs de la nation américaine face à l’interculturalisme dans La Prairie de James F. Cooper »
  • Félicité de Rivasson (Université Grenoble Alpes), « La superstition ou la possibilité du ré-enchantement dans les œuvres narratives de Paul Féval »

Conclusion de la journée : Anne Orset et Marie-Agathe Tilliette

Journée d’Étude : révolte et réaction : la littérature face à l’événement

Le 17 mai 2018 aura lieu la Journée d’Étude des Doctoriales comparatistes de Paris Nanterre (collectif LiPothétique), intitulée “Révolte et réaction, la littérature face à l’événement”. La Journée aura lieu dans le bâtiment Pierre Grappin, ancien bâtiment B., en salle des conférences, à partir de 9h30. Elle sera inaugurée par une conférence de Claude Millet (Université Paris VII) et comportera plusieurs sessions sur la relation entre littérature et événement au XIXe siècle. Le programme est disponible ici.

 

Prochaine séance des Doctoriales : samedi 14 avril 2018

La prochaine et dernière séance du séminaire des Doctoriales sur le thème “Croire” aura lieu le 14 avril 2018 à partir de 10h à l’Université Paris Diderot dans le bâtiment de la Halle aux Farines, salle 164E.

La séance portera sur le rapport entre croyance et fiction et nous aurons le plaisir d’entendre une communication de Hermeline Pernoud intitulée «“Il n’y a que les contes de fées qui soient vrais”, Quand les héros des contes de fées invitent le lecteur à penser les croyances ».

En deuxième partie de séance, nous ferons un point sur les bourses et prix de thèse disponibles pour les Doctorants et jeunes chercheurs.

Nous nous retrouverons ensuite le 25 mai 2018 pour la Journée d’Études des Doctoriales intitulée “Les “folles croyances” du XIXe siècle”. Programme et affiche à venir !

Prochaine séance des Doctoriales : samedi 10 février 2018

La prochaine séance du séminaire des Doctoriales de la SERD, qui a pour thème général “Croire au XIXe siècle” jusqu’au printemps 2018, aura lieu le samedi 10 février 2018, de 10h à 13h, à l’Université Paris Diderot dans la halle aux farines, aile C, salle 124-C. Elle s’intitule “Croire au peuple : l’invention de la nation française dans la fiction”, et est organisée par Marie-Agathe Tilliette.

Programme

Marie-Agathe Tilliette (Université Paris Nanterre) : « Le roman de la nation au début du XIXe siècle : théorie historique et pratiques romanesques »

            C’est désormais un lieu commun critique que de dire que la nation se construit et se consolide par des narrations. Le rôle du roman, et notamment du roman historique, est reconnu comme essentiel dans la construction d’une croyance en cette « communauté imaginée » (B. Anderson) qu’est la nation. Pourtant, au-delà de cette théorie historique, quand on s’intéresse à la pratique romanesque, il n’est pas facile de montrer précisément comment ces textes participent à la constitution d’un discours national accepté de tous, d’une « croyance » nationale. Certes, la plupart des romans historiques choisissent un épisode tiré de l’histoire nationale, mais que peut-on dire au-delà de cette évidence ? Les préfaces ou avant-propos des romans offrent souvent peu de matière à une véritable réflexion, et c’est donc dans les récits eux-mêmes qu’il faut rechercher la « narration » de la nation. Dans cette communication, nous essaierons, à partir d’un certain nombre d’exemples de romans historiques français du début du XIXe siècle, d’apporter quelques éléments de réponse à cette interrogation. Nous voudrions ainsi nous appuyer sur les pratiques romanesques pour compléter la perspective théorique évoquée.

Magalie Myoupo (Université Paris Diderot) : « ‘Un chef, un patriarche’ : écriture utopique et imaginaire vétérotestamentaire dans Fécondité de Zola »

Dans le sillage des travaux de Sophie Guermès sur La Religion de Zola, cette communication se propose de suivre la piste de quelques motifs et séquences narratives vétérotestamentaires sécularisés dans Fécondité de Zola – celui du patriarche et de la terre promise entre autres. En effet, malgré leur titre qui sembleraient les inscrire exclusivement dans une commune réinterprétation socialiste du substrat néotestamentaire, les Évangiles de Zola, qui tentent de promouvoir de nouvelles valeurs en cette fin de siècle, le font sur un mode que l’on pourrait qualifier avec Corinne Saminadayar-Perrin de « régressif1 », jouant avec l’imaginaire de structures sociales plus archaïques. Alors que les écrits du romantisme social favorisaient un palimpseste hagiographique suggérant le combat, la dignification du peuple passe ici par une écriture qui, en faisant de Mathieu Froment un Abraham moderne, insiste bien plutôt sur les notions d’ordre et d’autorité.

Tout Doctorant ou jeune chercheur dix-neuviémiste est le bienvenu !

Prochaine séance des Doctoriales : samedi 20 janvier 2018

Les Doctoriales de la SERD se retrouvent le 20 janvier 2018 à l’Université Paris Diderot, en salle 166E à partir de 10h, pour une séance organisée par Brice Ameille.

Programme 

Brice Ameille : “À quoi croyaient les impressionnistes ?”

Poser la question de la croyance à propos des impressionnistes peut paraître incongru. La « vie moderne » dont ils se voulaient les témoins privilégiés s’exprimait alors, pour l’essentiel, dans l’environnement sécularisé de la grande ville et de ses divertissements, ou bien dans la campagne voisine et ses loisirs non moins profanes. L’impressionnisme ne serait-il donc qu’une peinture matérialiste ? Ses représentants furent-ils étrangers à toute recherche spirituelle ? Et serait-ce ce besoin d’un « au-delà » qui explique le développement de ce que l’on appelle, faute de mieux, le post-impressionnisme ?

Mathilde Léïchlé : “Marie-Madeleine : sainte salvatrice ou tentatrice ? Sexualité des femmes et iconographie religieuse du second XIXe siècle au début du XXe siècle.”

Du couvent à la maison close, de la volonté de réglementer la prostitution aux retombées de la proclamation du dogme de l’Immaculée conception, le XIXe siècle français est marqué par l’encadrement, le contrôle voire la répression de la sexualité des femmes. Les arts sont, bien sûr, profondément influencés par ces injonctions et questionnements. Les ouvrages à la fois théologiques et iconographiques de l’abbé Darboy, Les Femmes de la Bible et Les Saintes Femmes, réédités et illustrés, montrent l’importance accordée aux figures féminines bibliques ou religieuses par les artistes. L’ambiguïté de Marie-Madeleine, à la fois sainte et prostituée, et les choix opérés par les artistes qui la représente mettent en exergue ces débats contemporains profondément liés à une conception des femmes et de leur sexualité.

Il est encore possible de proposer une communication pour le mois de février (croyance et nation dans le roman historique), ainsi que l’organisation d’une séance pour les mois de mars et avril 2018, sur un sujet proche du thème 2016-2018 du séminaire, “Croire”. Tout jeune chercheur dix-neuviémiste peut proposer une communication (400 mots accompagnés d’une notice bio-bibliographique) et venir à une ou plusieurs séances du séminaire des Doctoriales. Pour cela, vous pouvez nous écrire à contact.doctoriales.serd@gmail.com

Appel : “Autour de “Jean Sbogar” de Charles Nodier. Le bicentenaire d’un roman majeur du romantisme”

Un nouvel atelier du XIXe siècle, organisé par Émilie Pézard et Marta Suckiennika, aura lieu le 1er  juin 2018 à Paris.

Pour rappel, l’Atelier du XIXe siècle permet de réunir chercheurs confirmés et jeunes chercheurs autour de problématiques de recherche dix-neuviémiste, pendant une demi-journée ou une journée entière. L’Atelier est toujours ouvert au public et fait une large place aux Doctorants.

Présentation

En 1818 paraissait, sans nom d’auteur, un roman en deux volumes intitulé Jean Sbogar. Aujourd’hui, Charles Nodier est surtout connu et étudié comme le conteur fantastique de Smarra et Trilby ou comme le romancier excentrique de l’Histoire du roi de Bohême. C’est pourtant bien comme « l’auteur de Jean Sbogar » que Nodier a été désigné durant toute la période romantique, et au-delà. Dès sa parution, cette « histoire de brigands » remporte un immense succès pour devenir « le roman à la mode », selon le Journal des débats (10 juin 1818). « Jean Sbogar a fait à peine son entrée dans le monde littéraire, et déjà vingt auteurs se sont jetés sur lui pour le mettre en scène », rapporte la Gazette de France, dès le mois de juin 1818 : le roman est ainsi adapté en mélodrame en 1818, en vaudeville en 1821. Lu « avec une extrême avidité » par Napoléon, ainsi que le rapporte la presse, mais aussi et surtout par tous les jeunes romantiques, le roman constitue ainsi un modèle qui pourra nourrir l’œuvre à venir de Balzac, Hugo ou Dumas. C’est le premier titre que cite Ronteix pour illustrer le jugement qu’il prononce, non sans réticences, dans son Histoire du romantisme, en 1829 : « M. Charles Nodier, dit-on, est un de nos premiers romanciers ». Jean Sbogar connaît une vogue durable au xixe siècle : le récit est réédité tout au long du siècle, en volume ou en feuilleton (dans La Lanterne, en 1889) ; il continue d’interpeller la critique (encore en 1873, le roman passe pour une « prophétie » autant esthétique que politique) ; il est traduit dans plusieurs langues, en anglais et en espagnol dès les années 1820, puis en italien et en slovène.
Paru juste avant les deux décennies, 1820 et 1830, où se développera le romantisme, Jean Sbogar peut apparaître comme une « véritable œuvre de transition » (E. M. Schenck). C’est peut-être ce caractère intermédiaire qui explique la place réduite accordée au roman de Nodier dans les études littéraires : tandis que cette « combinaison du style d’Ossian avec celui de Schiller, de Chateaubriand et de Goethe » (selon Le Constitutionnel) peut dissuader les lecteurs amateurs de la modernité nerveuse du romantisme des années 1830, Jean Sbogar s’écarte cependant du romantisme de Chateaubriand et de Staël par son caractère noir et mélodramatique. Cette « œuvre de premier plan », selon le jugement de Jean Sgard, est, plus que d’autres, un roman-Janus, héritier d’une première forme du romantisme et annonciateur des transformations à venir. Mais c’est bien aussi ce rôle de pivot dans l’histoire littéraire qui fait la valeur et l’intérêt du roman de 1818, et qui justifie son étude. Le bicentenaire nous donne l’occasion de relire cette œuvre dont la portée et le rôle dans l’histoire du romantisme méritent d’être réévalués. En quoi la parution de Jean Sbogar a-t-elle constitué un événement important du romantisme français ?

À partir de Jean Sbogar, c’est tout le romantisme français qui peut être interrogé dans plusieurs de ses dimensions essentielles : nous souhaiterions réunir dans cet atelier aussi bien des contributions visant à renouveler l’interprétation de Jean Sbogar que des communications utilisant le roman de Charles Nodier pour jeter une lumière nouvelle sur les œuvres romantiques qui le précèdent ou qui le suivent.

L’intégralité de l’appel est disponible ici.

Modalités d’envoi des propositions

Les propositions de communication (un résumé de 250 à 300 mots) accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique devront être envoyées à Émilie Pézard (emiliepezard@yahoo.fr) et à Marta Sukiennicka (martasukiennicka@gmail.com) avant le 15 février 2018.

Compte-rendu du 18 novembre et agenda des prochaines séances des Doctoriales

Étaient présents : Manon Amandio, Brice Ameille, Nicolas Aude, Fanny Bruhlard, Romain Enriquez, Yeon Jeong, Amandine Lebarbier, Mathilde Leïchlé, Anne Orset, Émilie Sermadiras, Marie-Agathe Tilliette.

Très stimulante, cette séance a donné lieu à deux communications :

Nicolas Aude (Université Paris Nanterre) : « Les “confesseurs des temps modernes” : Enquête sur la fécondité littéraire d’un cliché au XIXe siècle »

Emilie Sermadiras (Université Paris Sorbonne) : « Le médecin : un expert en miracles ? Cas de mauvaise foi médicale dans Lourdes de Zola »

Nous rappelons qu’il est possible, en assistant à une séance de séminaire ou à l’intégralité du séminaire des Doctoriales, de faire valider sa présence au titre de crédits ECTS pour la formation du Doctorant.

Cette séance a aussi été l’occasion de fixer certaines dates des prochaines séances des Doctoriales :

Samedi 20 janvier 2018 : séance sur la différence du rapport à la religion entre les deux générations impressionnistes, organisée par Brice Ameille.

Samedi 10 février 2018 : séance organisée par Marie-Agathe Tilliette et intitulée« Croire au peuple : l’invention de la nation française par la fiction (1800-1850) ».

25 Mai 2018 : Journée d’Études intitulée « les « folles croyances » (Eugen Weber) du dix-neuvième siècle », organisée par Manon Amandio, Amandine Lebarbier, Magalie Myoupo, Anne Orset et Marie-Agathe Tilliette. L’argumentaire est disponible ici. Les propositions de communications (environ 400 mots, accompagnées d’une bio-bibliographie) sont à envoyer avant le 31 décembre 2017.

Juin 2018 : séance de fin d’année et vote pour le sujet des deux prochaines années. Tout Doctorant ou jeune chercheur peut proposer un sujet.

Il est encore possible de proposer une communication sur le thème “croire” ou bien d’organiser une séance pour les mois de mars et avril 2018. Pour cela, n’hésitez pas à nous écrire à contact.doctoriales@gmail.com

Par ailleurs, nous n’avons pas encore évoqué les rapports entre croyance et fiction au dix-neuvième siècle.

Aussi, une séance des Doctoriales peut contenir un point méthodologique sur l’élaboration de la thèse. Si vous avez des demandes particulières ou des suggestions, n’hésitez pas à nous en faire part.

Rendez-vous donc le 20 janvier 2018 pour la séance de Brice Ameille, à partir de 10h, dans la salle 164E du bâtiment Halles aux Farines, Université Paris Diderot (Station Bibliothèque François Mitterrand, rer C, métro ligne 14, bus 62, 64, 89, 132).

 

Appel à communications pour une séance des Doctoriales

Si la prochaine séance des Doctoriales aura lieu le samedi 20 janvier et sera dévolue à la peinture, la séance du samedi 10 février, pour laquelle il est encore possible de proposer une communication, s’intitulera : “Croire au peuple : l’invention de la nation française par la fiction (1800-1850)” et sera organisée par Marie-Agathe Tilliette.

Argumentaire 

La première moitié du XIXe siècle marque, en France, l’apparition de ce qu’on pourrait appeler une littérature de la nation, c’est-à-dire d’une littérature dont un des objectifs, explicite ou non, est la définition nationale. Cet enjeu touche en particulier certaines catégories génériques, comme la fiction historique, mais il peut être présent dans de nombreux genres ou sous-genres, à des degrés divers. Cette définition de la nation française implique la recherche de l’adhésion du lecteur, la construction d’une véritable croyance nationale, fondée sur la reconnaissance d’un certain nombre de traits communs définitionnels (la langue, l’histoire, les marques de tempéraments, les modes de sociabilité…). Il s’agit bien de faire du peuple français l’objet d’une croyance collective, dans sa définition nationale – qui est bien entendu à interroger dans son rapport, de plus en plus problématique, à sa définition sociale. Nous voudrions ainsi réfléchir à la manière dont la littérature a contribué à diffuser la croyance en cette nouvelle représentation nationale. Trois axes nous intéresseront en particulier :
– la mise en scène fictionnelle de figures incarnant des caractéristiques nationales
– les procédés littéraires employés pour susciter l’adhésion du lecteur à cette nouvelle identité
– le caractère ambivalent de cette croyance, entre religion et laïcité.

Afin de proposer une communication pour cette séance, vous pouvez nous écrire à contact.doctoriales.serd@gmail.com

Par ailleurs, il est encore possible de proposer une communication ou bien l’organisation d’une séance pour les mois de mars et avril 2018, sur le thème du séminaire, “croire”. Nous n’avons pas encore eu l’occasion d’étudier les rapports entre croyance et fiction.

Nous nous retrouvons le 2 décembre au salon de musique de l’Arsenal, (1 rue de Sully, 75004 Paris), de 10h à 16h30, pour l’Atelier de Marie-Clémence Régnier :« Centenaires, jubilés, commémorations, « toasts » : les cortèges de la mémoire (XVIIIe-XXIe siècles) ».

 

séminaire “Balzac en perspectives : modélisation et typisation”

La deuxième séance du séminaire de l’ENS “Balzac en perspectives : modélisation et typisation” organisé par Nathalie Preiss et Thomas Conrad aura lieu le vendredi 24 novembre, de 10h à 12h00, au deuxième étage du 29 rue d’Ulm, salle 235C. Amélie de Chaisemartin, Docteure ès lettres et ancienne membre des Doctoriales de la SERD, y présentera une communication intitulée “Le type balzacien et le modèle du grand homme”. Le séminaire est ouvert à tous.

 

Prochaine séance des Doctoriales : samedi 18 novembre 2017

La prochaine séance des Doctoriales de la SERD aura lieu le samedi 18 novembre 2017 à partir de 10h à l’Université Paris Diderot, salle 164E du bâtiment Halle aux farines. Organisée par Romain Enriquez, elle s’intitule : « Foi religieuse, foi en la science et mauvaise foi au XIXe siècle »

Programme 

Nicolas Aude (Université Paris Nanterre) : « Les “confesseurs des temps modernes” : Enquête sur la fécondité littéraire d’un cliché au XIXsiècle »

Extraits de la célèbre nouvelle de Barbey d’Aurevilly « Le Bonheur dans le crime » (Les Diaboliques), les propos du docteur Torty qui assimilent les médecins aux “confesseurs des temps modernes” sont loin de constituer un hapax dans la littérature du XIXe siècle. Ils révèlent au contraire l’existence, à l’échelle européenne, d’un topos inscrit au cœur d’une configuration discursive que l’on qualifiera volontiers de « médico-religieuse » (Kaufmann). Nous nous proposons de retracer brièvement la trajectoire interdiscursive de ce cliché, d’en dégager les présupposés historiques avant d’en étudier les différentes réappropriations et significations dans plusieurs œuvres de fiction écrites en français, en anglais et en russe entre 1830 et 1930.

Emilie Sermadiras (Université Paris Sorbonne) : « Le médecin : un expert en miracles ? Cas de mauvaise foi médicale dans Lourdes de Zola »

     Lourdes (1894) cristallise le rapport ambivalent des médecins à l’égard des guérisons miraculeuses. Le roman représente ainsi l’opposition entre deux approches médicales antagonistes : l’une –  spiritualiste –  convoque le savoir scientifique à des fins d’accréditation de l’extraordinaire chrétien ; l’autre – matérialiste et rationnelle – ramène les cas de guérison à une explication naturelle afin de démystifier leur origine prétendument transcendante. Dans ce débat entre médecine spiritualiste et clinique positiviste, Zola se range explicitement dans le camp des détracteurs du miracle. Il propose un portrait éminemment critique des médecins de la grotte dont le savoir et les méthodes sont remis en cause, et convoque a contrario des discours cliniques contemporains (« La foi qui guérit » de Charcot) qui soumettent les guérisons miraculeuses au filtre de l’analyse critique.

     Mais tout en dénonçant la « mauvaise foi » dont font preuve les médecins inféodés à l’Église qui infléchissent la rigueur du discours clinique afin d’attester le miracle, Zola fait lui aussi preuve d’une certaine désinvolture scientifique. La mise en regard des expertises médicales collectées dans les Annales de Lourdes – dans lesquels l’écrivain a puisé sa matière romanesque – et du traitement réservé aux miracles dans la fiction révèle la manière dont Zola infléchit et « tord » les expertises médicales, lorsque celles-ci confrontent la médecine à un noyau dur d’inexplicable. Le romancier naturaliste n’hésite pas à manipuler et moduler ses sources pour les forcer à s’inscrire dans l’argumentaire démystifiant du roman, au risque de faire preuve – lui aussi – de « mauvaise foi » scientifique.

Tout Doctorant ou jeune chercheur dont le travail porte sur le dix-neuvième siècle peut assister au séminaire des Doctoriales.