Archives de catégorie : L’intime

Le séminaire des Doctoriales en 2014-2016 sera consacré à un nouveau projet de recherche : “Représentations de l’intime au XIXe siècle. Intériorité, intérieurs, inconscient”

Compte rendu de la séance du 20/09/14

Étaient présents : Renzo Alvarado, Concetta Angelone, Nicolas Aude, Marie Bat, Isaure de Benque, Stéphanie Bertrand, Jordi Brahamcha, Amélie de Chaisemartin, Alice de Charentenay, Thomas Conrad, Guillaume Cousin, Capucine Echiffre, Romain Enriquez, Victoire Feuillebois, Anne-Caroline Floch, Laetitia Hanin, Hélène Heyraud, Lola Kheyar Stibler, Mathilde Labbé, Marine Le Bail, Renaud Oulié, Michaël Peyraché, Emilie Pezard, Catherine Rapenne, Marie-Clémence Régnier, Véronique Samson, Hyojeong Wi.

En guise d’introduction, Romain Enriquez et Marie-Clémence Régnier ont souhaité poser quelques éléments généraux de problématisation, de lexicographie et apporter quelques compléments bibliographiques à la première sélection opérée en juin dernier.

En s’appuyant sur l’étude cursive que Romain Enriquez a réalisée des différentes acceptions des mots « intime » et « intimité » d’une part, « intériorité », « intérieur » et inconscient » d’autre part, Marie-Clémence Régnier a retracé les étapes successives de la réflexion à laquelle Véronique Montémont s’est livrée dans un article intitulé « Dans la jungle de l’intime : étude lexicographique et lexicométrique (1606-1608) » (in : Pour une histoire de l’intime et de ses variations, 2009). Un des aspects de cette étude, la mise en forme des résultats sous forme de graphiques et de tableaux synoptiques, a fait l’objet d’une explication plus détaillée des emplois du mot « intime ». Marie-Clémence Régnier a également présenté quelques pistes de problématisation relatives à l’étude historique et chronologique du phénomène de l’intime au XIXe siècle qui se caractériserait par ce que Brigitte et José-Luis Diaz ont appelé « le sacre de l’intime » dans un article consacré précisément au « siècle de l’intime » (Pour une histoire de l’intime et de ses variations, 2009). Enfin, elle a proposé un parcours global des différentes pistes d’étude possibles sur le rapport intime / intérieurs / lieux littéraires en évoquant notamment les travaux de Michèle Perrot (Michelle Perrot, in : Philippe Ariès et Georges Duby, Histoire de la vie privée, 1987) et de Mario Praz (Histoire de la décoration d’intérieur. La philosophie de l’ameublement, 1994), avant de clore la présentation sur la remise en perspective de la notion d’ « intime » dont le « sacre » au XIXe siècle ne doit pas masquer les limites.

Romain Enriquez a proposé, au cours du parcours retracé par Marie-Clémence Régnier, une analyse lexicologique de trois mots et de leurs dérivés. Premièrement, l’intime, dans ses acceptions à la fois anciennes et propres au XIXe siècle, comme adjectif puis comme substantif, avec des mises au point sur le verbe « intimer » et le concept d’intimisme. Deuxièmement, l’intérieur : en partant du sens latin, puis en retraçant son évolution sémantique dans un contexte religieux puis scientifique, l’intérieur est apparu d’une grande richesse sur le plan diachronique. En synchronie, on a pu distinguer entre un sens physique et un sens symbolique, entre un intérieur enfermé par l’extérieur et un intérieur placé sous l’extérieur. Les termes « intériorité » et « intérioriser » ont également été mis en perspective. L’intérieur a enfin été ressaisi dans son approche relationnelle avec l’extérieur, tantôt en opposition, tantôt en compensation, tantôt dans une relation dialectique. Troisièmement, Romain Enriquez a interrogé la notion d’inconscient en la distinguant de l’intime et de l’intérieur, dans la mesure où « inconscient » est un mot tardif et dérivé de « conscient ». Bien plus que pour l’intime, l’enjeu était de déterminer à quel moment l’adjectif se change en substantif, car on peut penser alors que l’inconscient est considéré comme un principe actif, dynamique et autonome, au sein du sujet et en même temps extérieur à lui. L’inconscient marquerait ainsi le point extrême des recherches sur l’intime, mais au prix d’une révolution copernicienne par laquelle ce qu’il y a de plus intime au sujet lui deviendrait le plus étranger.

Le point méthodologique sur la soutenance n’a pas pu avoir lieu, faute de temps, et est repoussé à la prochaine séance, le 18 octobre.

Présentation du projet : Les représentations de l’intime au XIXe siècle

À bien des égards, le XIXe siècle est le siècle de l’« intime ». Cette notion complexe, désignant des phénomènes variés et véhiculant avec elle des valeurs parfois contradictoires, constituera le sujet de réflexion des Doctoriales pour 2014-2016.

Intime et intériorité. Dans son acception actuelle, associée à la vie intérieure et au secret, la notion émerge dans les dernières décennies du XVIIIe siècle. L’esthétique romantique valorise l’intimité comme le lieu préservé de l’authenticité et invite à questionner, tout au long du siècle, la promotion inédite de l’individualité, des premiers poètes romantiques au « culte du moi » barrésien. Dans quelles mesures l’intime, lorsque la littérature s’en empare, contribue-t-il à valoriser l’individu et son corollaire idéologique, l’individualisme ?

Intime et intérieurs. Le siècle est l’héritier de bouleversements majeurs, qui touchent en profondeur les représentations de l’homme et son inscription dans le champ politique et social. On assiste au cours du siècle à une reconfiguration des rapports entre sphère publique et sphère privée, et à la valorisation sans précédent de cette dernière : les intérieurs s’exhibent et les maisons d’écrivains se visitent. Mais quels peuvent être les usages de l’intime dans le champ social ? Et son exposition paradoxale peut-elle annoncer le déclin des valeurs qui l’ont fait naître ?

Intime et inconscient. Au fil du siècle, le discours philosophique et scientifique révèle la part d’étrangeté qui définit désormais l’individu : l’intimité n’est pas seulement un objet de culte ou de désir, elle prend la forme de l’impénétrable et de l’incontrôlable. Dans quelles mesures les nouvelles définitions du sujet font-elles de l’intime une donnée psychologique complexe, qui tend à la désolidariser de la culture volontaire du « moi » ?

Ces problématiques constituent autant de pistes de réflexion qu’il nous faudra explorer dans toute leur complexité, et qui promettent de constituer des postes d’observation particulièrement opératoires pour approcher le XIXe siècle dans sa richesse et ses multiples tensions.