Université d’été : « (Dé)sacralisations : fortunes du sacré dans la littérature »

Cette Université d’été aura lieu à Reims du 3 au 7 juillet 2017.

Elle est ouverte à 15 jeunes chercheurs (doctorants et post-doctorants) qui seront encadrés par une dizaine d’enseignants-chercheurs confirmés (venant des universités de Padoue, Prague, Louvain et Reims). Les activités scientifiques proposées seront les suivantes : leçons magistrales, communications des jeunes chercheurs et deux ateliers collaboratifs (au choix). Des visites culturelles liées à la thématique générale seront organisées, dont la visite de la Cathédrale, de la Basilique Saint Remi, de la Chapelle Foujita et du Musée des Beaux-Arts.

Pour y participer, les jeunes chercheurs doivent proposer une intervention orale de trente minutes sur un sujet clairement lié à la thématique générale : « (Dé)sacralisations : fortunes du sacré dans la littérature ». La contribution aux frais d’organisation est de 50 €. L’hébergement et une partie de la restauration sont pris en charge par les organisateurs.

Les inscriptions se font jusqu’au 24 avril directement sur le site internet Reims 2017, à l’adresse suivante : summerschool-CRIMEL-2017@univ-reims.fr

La liste des dossiers sélectionnés sera publiée début mai.

Vous pouvez demander l’argumentaire et le formulaire de candidature par mail à : contact.doctoriales.SERD@gmail.com  

Calendrier des prochaines séances : février-juin 2017

Les prochaines séances des Doctoriales auront lieu en salle 164E, dans le bâtiment la Halle aux farines, à L’Université Paris Diderot.

  • 25 février 2017 : séance organisée par Émilie Pezard : « Croire au merveilleux scientifique ? »
  • 25 mars 2017 : séance organisée par Yohan Ringuedé, consacrée aux liens entre science et croyance.
  • 22 avril 2017 : séance organisée par Maria Daouda : « Le traitement du miracle au XIXème siècle »
  • 27 mai 2017 : séance organisée par Manon Amandio : « Mythification et démystification de la souffrance dans le roman du dix-neuvième siècle »
  • 17 juin 2017 : la dernière séance sera consacrée à la préparation de la Journée d’Études organisée par les Doctoriales. Celle-ci aura lieu en 2018 et clôturera notre cycle de réflexion sur le thème « croire ». Différents sujets seront proposés et un vote sera organisé. Tout membre des Doctoriales peut proposer un sujet pour la Journée d’Étude.
  • Un point sera également fait sur le calendrier et l’organisation des séances du séminaire de septembre 2017 à juin 2018. Tout doctorant ou jeune chercheur dix-neuviémiste peut proposer une séance ou une communication sur le thème « croire » en envoyant un titre provisoire et quelques lignes de présentation à : contact.doctoriales.serd@gmail.com

Prochaine séance des Doctoriales : 25 février 2017

Intitulée « Croire au merveilleux scientifique ? », la prochaine séance des Doctoriales de la SERD, organisée par Émilie Pézard, aura lieu le 25 février 2017, de 10h à 13h, à l’Université Paris Diderot (5 Rue Thomas Mann, 75013 Paris. Métro ligne 14, RER C, bus 62, 64, 89, 325, tram T3a). La séance sera centrée sur les rapports entre science, croyance et merveilleux. Elle se déroulera comme suit :

Manon Amandio (Université Paris-Nanterre) : Représenter l’irreprésentable : la question du magnétisme dans les Histoires extraordinaires d’Edgar Allan Poe

Parfois qualifiées de « fictions scientifiques[1] », certaines nouvelles d’Edgar Allan Poe représentent des événements extraordinaires rendus compréhensibles par une explication rationnelle. C’est notamment le cas de trois des nouvelles des Histoires extraordinaires, « La vérité sur le cas de M. Valdemar », « Révélation magnétique » et « Les souvenirs de M. Auguste Bedloe », dont le magnétisme est le sujet principal.

Pratique controversée reposant sur la croyance en des fluides universels invisibles, le magnétisme mis en fiction, représenté tant par les réflexions du narrateur-personnage sur le sujet que par la scène magnétique, pose la question de la croyance du lecteur face à une fiction qui exprime un savoir lié à des phénomènes extraordinaires. Cette communication interrogera donc la capacité de la représentation du magnétisme à articuler, par le biais du rapport à la croyance, les notions de merveilleux et de scientifique dans les nouvelles d’Edgar Allan Poe.

Anne Orset (Université Paris-Sorbonne) : La profession de foi des Rougon-Macquart : du « merveilleux physiologique » à l’œuvre dans le naturalisme de Zola

La série des Rougon-Macquart contient quelques faits extraordinaires (delirium tremens de Coupeau, combustion spontanée de Macquart, innéité du docteur Pascal) qui font surgir le merveilleux au cœur du roman naturaliste, pourtant conçu par Zola comme une stricte observation du réel. En examinant les différents régimes de croyances (superstition du profane, dogmatisme du savant, convictions du romancier) auxquels sont soumises ces scènes qu’on pourrait qualifier de « merveilleux physiologique » on se propose de réinterpréter le naturalisme zolien comme le credo en un pouvoir merveilleux des forces vitales à l’œuvre dans la nature, à la lumière du Traité d’hérédité naturelle dans lequel Lucas, l’inspirateur de Zola, confesse une « foi profonde » en « la magie de la nature ». C’est aux interférences entre les partis-pris esthétiques du romancier et ses convictions épistémiques qu’on voudrait ici s’intéresser.

Clément Hummel (Université de Caen) : Au-delà des légendes et des superstitions : le rationalisme scientifique de Rosny aîné

« J.-H. Rosny ne dit pas “Dieu”, mais « la nature » », écrivait Maurice-Verne en 1917. Encore faudrait-il ajouter avec Dominique Warfa qu’à ses yeux « seule compte la Nature (avec une majuscule !), et corollairement la science qui peut la décrire ». Si l’auteur de La Mort de la Terre et des Navigateurs de l’Infini se caractérise par une imagination débridée et l’invention de « créatures faites d’une autre matière que notre matière » qui ont fait de lui la figure tutélaire du merveilleux-scientifique, il est nécessaire de rappeler que Rosny aîné est avant tout le « poète du cosmos », des sciences et du rationalisme. Se conjuguent chez Rosny une « passion poétique [pour les sciences] » et la recherche du vrai, de l’authentique, du factuel. En effet, l’individu n’a pas besoin de croire en la potentialité d’éléments extraordinaires, mais en un « océan de probabilités » (« La Goule », 1900) offert par la Nature : c’est la seule merveille qui pourra produire une épiphanie. La majorité des récits estampillés « merveilleux-scientifique » de Rosny aîné illustrent l’hésitation propre au fantastique : ainsi cette infirmière sur un champ de bataille en 1914 qui, voyant deux soldats absolument identiques, se croit « dans une réalité supérieure » (L’Enigme de Givreuse, 1917) ou la rationalisation à l’excès du vampirisme, traité comme le symptôme à soigner d’une maladie liée au magnétisme (La Jeune Vampire, 1911). Nous proposerons une lecture des récits fantastiques de Rosny aîné en analysant la façon dont le romancier du merveilleux-scientifique soulève le voile du spiritisme à l’aide de la science et du rationalisme pour faire apparaître la vérité.

Cette séance de séminaire bénéficie du soutien de l’ANR Anticipation :  http://anranticip.hypotheses.org/

[1] Jean-François Chassay, « Revenir d’entre les morts : Poe et le magnétisme animal », Edgar Allan Poe, une pensée de la fin, sous la direction de Jean-François Chassay, Jean-François Côté, Berrtand Gervais, Montréal, Liber, 2001, p. 91.

Journée d’Étude : Alexander von Humboldt : l’intuition écologique

Organisée par Frédéric Alexandre (Laboratoire Pléiade, Univ. Paris XIII) et Paule Petitier (CERILAC, Univ. Paris Diderot), la Journée d’Étude « Alexander von Humboldt »: l’intuition écologique » aura lieu à la bibliothèque Jacques-Seebacher (Université Paris Diderot, 5 rue Thomas Mann, 75013 Paris, Bâtiment Grands Moulins, Aile A, 2e étage) le 8 février 2017.

Le programme est disponible ici.

 

Compte-rendu de la séance du 21 janvier 2017

Étaient présents : Manon Amandio, Fanny Arama, Marie Daouda, Alexandra Delattre, Amandine Lebarbier, Magalie Myoupo, Anne Orset, Marie-Clémence Régnier, Yohann Ringuedé, Élise Sorel.

La séance, intitulée « croire et faire croire au dogme catholique dans la seconde moitié du dix-neuvième siècle » était organisée par Fanny Arama. Elle a donné lieu à deux interventions :

  • Fanny Arama : « Léon Bloy pamphlétaire catholique : croire et faire croire contre le Bourgeois et ses valeurs »

    Cette communication vise d’une part, à présenter les relations que tisse le pamphlétaire avec son public et d’autre part, à comprendre comment Léon Bloy (1846-1917) se représente lui-même, se met en scène, dans son texte. Autrement dit, il s’agit de décrire son inscription dans le champ social, en tant que pamphlétaire catholique, héritier de la pensée contre-révolutionnaire, anti-moderne dans la France libérale et progressiste de la seconde moitié du XIXème siècle ; ainsi que son inscription dans le champ proprement littéraire afin de « faire croire » : convertir, ou du moins, éveiller les consciences contemporaines aux enjeux moraux de la cause catholique. L’enjeu principal de son discours polémique, dans ses ouvrages comme dans ses écrits journalistiques, sera de militer pour l’Eglise – jusqu’à un certain point de rupture – et ses valeurs, contre ceux qui proclament son déclin. Son usage de la langue illustre sa défense du droit de la littérature à transposer le réel – en le pliant à ses vœux, en l’exagérant, en l’idéalisant ou en l’allégorisant – pour mieux emporter l’adhésion du lecteur, contre le naturalisme et le réalisme qui combattent la rhétorique et ses effets au nom d’une vérité qui parlerait d’elle-même et engagerait à l’action politique. Ses textes dénoncent les valeurs utilitaristes prônées par le naturalisme et le réalisme, qui limitent le déploiement de l’imagination et de la spiritualité en réduisant la part accordée à la vie morale dans leurs œuvres. Entre conviction et provocation, nous montrerons que l’« antirationalisme littéraire » que Bloy contribue à édifier au fil de ses œuvres a pour finalité de réintroduire une autorité sacrée dans le discours, à l’éthos fougueux et intransigeant, qui fut le propre de l’autorité religieuse accordée au prêtre dans les sociétés chrétiennes des premiers âges.

  • Alexandra Delattre : « Le roman catholique : un coup de force idéologique »

Le point méthodologique sur les bourses doctorales sera finalement abordé lors de la séance du 25 mars 2017, organisée par Yohann Ringuedé.

La prochaine séance des Doctoriales aura lieu le 25 février, et sera consacrée aux liens entre croyance et merveilleux scientifique. Elle sera organisée par Émilie Pézard.

Proposer une critique de film

Le site de la SERD s’est récemment doté d’une page dédiée aux critiques de films en lien avec le dix-neuvième siècle.

Tout Doctorant ou jeune chercheur travaillant sur le dix-neuvième siècle peut proposer sa critique. Pour cela, il suffit d’envoyer une proposition par mail à l’adresse des Doctoriales (contact.doctoriales.SERD@gmail.com) à l’attention de Mathilde Labbé, avec pour objet : « proposition de critique de film ».

En attendant, rendez-vous samedi à 10h, à l’Université Paris VII, salle 678C du bâtiment Grands Moulins, pour la prochaine séance du séminaire des Doctoriales !

Accès : station Bibliothèque François Mitterrand, métro ligne 14, rer C, T3 Avenue de France, bus 89, 62, 64, 132.

Nouveaux comptes rendus d’expositions

De nouveaux comptes rendus d’expositions sont disponibles sur le site de la SERD.

Au programme :
Ludwig Van : le mythe Beethoven, Philharmonie de Paris (octobre 2016-janvier 2017) – critique de Suzanne Lay
Hodler, Monet, Munch : peindre l’impossible, Paris, Musée Marmottan-Monet (septembre 2016-janvier 2017) – critique d’Hélène Heyraud
Painting with Light. Art and Photography From the Pre-Raphaelites to the Modern Age, Londres, Tate Britain (mai-septembre 2016) – critique d’Annie Dubernard-Laurent
Moreau/Rouault. Souvenirs d’atelier (janvier-avril 2016) et Codex s’invite chez Gustave. Bestiaires croisés (mai 2016), Paris, musée Gustave-Moreau – critique de Lily Fauriac
Nemo alias Dakkar, Nantes, musée Jules-Verne (octobre 2016–juin 2017) – critique de Magalie Myoupo et Yohann Ringuedé
Turner et la couleur, Aix-en-Provence, Hôtel de Caumont Centre d’Art (mai-septembre 2016) – critique d’Annie Dubernard-Laurent

N’hésitez pas à envoyer vos propositions de comptes rendus à Mathilde Labbé & Aude Jeannerod à l’adresse suivante : expoxix@gmail.com

L’Atelier du dix-neuvième siècle

L’Atelier du XIXe siècle réunit des chercheurs confirmés et de jeunes chercheurs autour de sujets dix-neuviémistes.

Tout jeune chercheur peut faire une proposition d’Atelier sur une problématique de la recherche dix-neuviémiste. Pour cela, vous pouvez envoyer, à la Présidence de la SERD, un argumentaire développé sur environ deux pages, contenant une problématisation du sujet, les différents axes de réflexion que le sujet permet d’aborder, ainsi qu’une bibliographie.

Les programmes des séances passées peuvent être consultés ici.

Si vous avez des questions sur le fonctionnement de l’Atelier du XIXème siècle, vous pouvez nous écrire à : contact.doctoriales.SERD@gmail.com

 

Prochaine séance des Doctoriales : le 21 janvier 2017

La prochaine séance des Doctoriales, organisée par Fanny Arama, aura lieu le 21 janvier 2017 à Paris VII, en salle 678C, de 10h à 13h. Elle s’intitulera « Croire et faire croire au dogme catholique dans la seconde moitié du dix-neuvième siècle ».

Tout doctorant ou jeune chercheur travaillant sur le dix-neuvième siècle peut y assister.

Nous assisterons premièrement à une communication d’Alexandra Delattre, intitulée « Le roman catholique : un coup de force idéologique »

Puis nous écouterons une communication de Fanny Arama intitulée «  »Léon Bloy (1846-1917) pamphlétaire catholique : croire et faire croire au dogme catholique contre le Bourgeois et ses valeurs ».

En deuxième partie de séance, un point sur les différentes bourses ouvertes aux jeunes chercheurs sera fait par Magalie Myoupo.

Les Doctoriales de la SERD vous souhaitent une excellente année 2017 !

Compte-rendu de la séance du 26 novembre 2016

Étaient présents : Manon Amandio, Fanny Arama, Nicolas Aude, Jordy Brahamcha-Marin, Marie Daouda, Amandine Lebarbier, Mathilde Leïchlé, Magalie Myoupo, Anne Orset, Guillaume Peynet, Marie-Clémence Régnier, Marie-Agathe Tilliette.

Cette séance, intitulée « les énonciations prophétiques dans le roman », a donné lieu à deux interventions :

  • Guillaume Peynet, « Les Misérables, roman transfiguré » : cette communication posait une double question : comment le grand roman social et philosophique de Hugo devient-il, centralement, une affirmation de foi ? Et comment cette profession de foi travaille-t-elle le genre romanesque ? La notion de transfiguration nous a paru pouvoir fédérer différents niveaux de réponse. Hugo lui-même utilise cette image pour décrire le parcours de son personnage (« Ce fut plus qu’une transformation, ce fut une transfiguration ») ; mais plus généralement, le rêve de la transfiguration est au cœur de la foi hugolienne, qui est une foi dans le Progrès : Dieu, comme un aimant, attire dans sa lumière l’histoire en marche ; pénétrer les âmes de cette lumière, tel est l’apostolat social du penseur. L’image de la transfiguration a aussi une triple validité génétique, générique et poétique. Génétique : elle rend compte des ajouts à teneur religieuse apportés par Hugo dans la phase d’achèvement de son roman (« j’ai passé sept mois à pénétrer de méditation et de lumière l’œuvre entière présente à mon esprit »). Générique : sous l’effet de ces ajouts, la logique romanesque (logique de prose narrative fictionnelle) est parfois débordée par une logique autre, celle de la prose philosophique, qui triomphera dans William Shakespeare. Poétique, enfin : la pensée religieuse engendre un tissu de métaphores et de mythes, qui revêt de splendeur (splendeur du sacré ?) la réalité visible.
  • Nicolas Aude, « Confessions et professions de foi en régime médiatique: le cas de George Sand romancier » : En consacrant ses recherches à l’essor d’une nouvelle culture de la célébrité dans le contexte de la première ère médiatique, l’historien Antoine Lilti a su dévoiler l’envers du fameux « sacre de l’écrivain » célébré par Paul Bénichou. À la faveur du déclin des autorités traditionnelles, les écrivains occupent certes durant la première moitié du xixe siècle une place de tout premier plan au sein de l’espace public mais ils doivent aussi répondre à une nouvelle demande d’intimité qui émane désormais du public. Chez George Sand, dès lors, il convient d’étudier la confession non pas comme un genre littéraire autonome mais plutôt comme une scénographie évolutive. Celle-ci permet en effet de mettre en lumière l’ambivalence inscrite au coeur du romantisme prophétique. D’abord envisagée comme une scène d’aveu intime puis comme un espace agonistique d’où l’écrivaine tente de professer les idées nouvelles, la scène de confession accompagne l’écriture de cette œuvre-fleuve sur plusieurs décennies. Au fil de ses romans, George Sand ne cesse d’ajuster son image auctoriale pour mieux contourner les écueils de la position problématique de « femme-auteur ». C’est donc à une sociopoétique de la publication de soi que nous invite cette étude de cas.
  • En dernière partie de séance, un point méthodologique a été fait par Lola Stibler, sur la question de la soutenance de thèse. Ont été abordés le calendrier (l’idéal étant de soutenir avant le 12 décembre de chaque année, pour pouvoir candidater à la qualification CNU la même année) les critères du choix du jury, les modalités et conseils pour la période qui précède la soutenance (envoi des thèses et pré-rapports), ainsi que les différentes étapes de la soutenance. Nous remercions vivement Lola Stibler pour son intervention très enrichissante et ses excellents conseils !

Rendez-vous le 9 décembre 2016 pour L’Atelier du XIXème siècle, organisé par Émilie Pézard, « le personnage, un modèle à vivre ».

La prochaine séance des Doctoriales, intitulée « croire et faire croire au dogme catholique », aura lieu le 21 janvier, et sera organisée par Fanny Arama.

L’Atelier du XIXe siècle : le personnage, un modèle à vivre

Atelier organisé par Émilie Pézard, le vendredi 9 décembre 2016, à l’Université Paris-Diderot, salle 791C.

10h      Introduction

Session 1 : Comment passer du texte à la réalité ?

Présidence de session : José-Luis Diaz

10h15  Thomas Pavel (Université de Chicago) – Le personnage : niveaux de vraisemblance

10h45  Isabelle Daunais (Université McGill) – Le personnage secondaire comme modèle : réflexions sur un déplacement

11h15  Jacques-David Ebguy (Université Paris Diderot) – “La vie réellement vécue”. “Recevoir” le personnage balzacien

Discussions                                            

12h      Déjeuner

Session 2 : Pathologies de l’identification ?

Présidence de session : Philippe Hamon

14h      José-Luis Diaz (Université Paris Diderot)  – Les victimes du livre

14h30  Judith Lyon-Caen (EHESS) – Suggestion, alcoolisation littéraire, identification. Le “crime romantique” de Lucien Morisset (1881)

Discussions

15h15  Pause

Session 3 : Le romantisme vécu

Présidence de session : Agathe Novak-Lechevalier

15h30  Victoire Feuillebois (Université Saint-Louis) – Les personnages hoffmaniaques dans la littérature française des années 1830

16h      Émilie Pézard (ENS Lyon) – Enjeux éthiques d’un modèle paradoxal : les admirables scélérats du romantisme

17h      Pot amical

Informations pratiques : Université Paris Diderot, 5 Rue Thomas Mann, 75013 Paris. Métro ligne 14, RER C, bus 62, 64, 89, 325, tram T3a.