Journée d’Étude 2018 des Doctoriales de la SERD : Les « folles croyances » du XIXe siècle

Dans son ouvrage La Fin des terroirs. La Modernisation de la France rurale, 1870–1914, l’historien américain Eugen Weber évoque les « folles croyances » (« the mad beliefs ») du monde rural, considéré par les citadins comme un monde sauvage, opposé à la civilisation. Ces « folles croyances » désignent les superstitions qui structurent la représentation du monde des paysans : croyance aux fantômes, aux sorcières, aux loups-garous, mais aussi au pouvoir des amulettes, à la protection de l’eau bénite contre la foudre, ou encore à la vertu de certaines sources pour trouver l’amour. Tous ces éléments sont dévalorisés et dépréciés par les citadins, et en particulier par les lettrés, parce qu’ils entrent en conflit avec leur mode rationnel d’appréhension des phénomènes. Et pourtant, comme l’explique Eugen Weber, ces croyances ne sont pas insensées ; elles s’inscrivent dans la réalité quotidienne du monde rural et y ont une véritable force pragmatique. Ainsi, lorsque les paysans sont impuissants devant l’orage et la grêle qui risquent de ruiner leurs récoltes, le recours au surnaturel apparaît comme la seule compensation possible à l’angoisse que provoquent les insoutenables épreuves du réel.
Engager une réflexion sur les « folles croyances » du xixe siècle consistera ainsi à prendre en compte ces deux dimensions : d’une part, l’origine des croyances, inscrites dans un certain ordre du monde ; d’autre part, le point de vue de celles et ceux qui, en les examinant de l’extérieur, les considèrent comme irrationnelles.
Il s’agira donc, en ayant soin d’éviter tout regard condescendant sur ces diverses croyances, de comprendre pourquoi elles ont été qualifiées de « folles » et dans quel contexte elles ont été soumises à la question au xixe siècle. Située au carrefour de questionnements socio-historiques et épistémocritiques, notre réflexion s’inscrira tout particulièrement dans l’espace littéraire, qui offre un reflet à la fois enthousiaste et critique des « folles croyances » de l’époque.

À titre indicatif, les communications pourront s’inscrire dans les axes suivants :

1. La science face aux « folles croyances »

Eugen Weber constate que les superstitions se réduisent lorsque la science parvient à répondre aux problèmes de la vie quotidienne (progrès de la médecine, emploi d’engrais chimiques, consultation des bulletins météorologiques, etc.). La science viendrait ainsi résorber les « folles croyances » des siècles précédents.
Or, dans le même temps, on observe l’apparition de pratiques nouvelles, se réclamant de la science, mais s’éloignant du savoir officiel et institutionnel, comme le magnétisme de Mesmer, la phrénologie de Le Gall ou encore le spiritisme d’Allan Kardec. Pierre-Georges Castex l’a bien noté : « En 1770, l’esprit scientifique et positif a gagné une grande partie du public éclairé. Or, précisément vers la même date, les recherches occultes, qu’ils ont si âprement dénoncées, bénéficient d’une faveur nouvelle ». Selon lui, la coïncidence n’est pas fortuite : « Plus s’acharne l’esprit critique et plus s’affirme le besoin de croire ». L’« Avant-propos » de La Comédie humaine en témoigne : en même temps qu’il met au jour les soubassements scientifiques de son œuvre, bâtie sur l’histoire naturelle de Cuvier et de Geoffroy Saint-Hilaire, Balzac, pétri des théories illuministes de la fin du xviiie siècle, proclame sa volonté de populariser dans ses romans « les prodiges de l’électricité qui se métamorphose chez l’homme en une puissance incalculée », « le magnétisme animal », ou encore « les belles recherches de Le Gall ».
En outre, la littérature et les arts montrent un intérêt croissant pour des phénomènes médicaux situés au cœur des recherches neurologiques et psychologiques naissantes mais dont l’existence ne cesse de faire débat (chlorose, hystérie et hypocondrie, conséquences de la masturbation, etc.). C’est dans ces maladies aux contours lâches et aux symptômes flous que puisent les écrivains réalistes et naturalistes pour composer de véritables études de cas. Ainsi dans Germinie Lacerteux des frères Goncourt.
Les communications pourront donc s’interroger sur l’articulation entre science et « folles croyances » (accréditation, rejet, anticipation, etc.). Elles pourront également étudier les modalités de représentation de cas médico-psychologiques sujets à caution ou bien de phénomènes scientifiques imaginaires.

2. Registres et genres des « folles croyances »

Le positivisme et les diverses réactions qu’il suscite ouvrent la voie à plusieurs tendances génériques dans lesquelles s’épanouissent préférentiellement les « folles croyances » à l’œuvre au xixe siècle. D’un côté, les écrivains cherchent à développer les potentialités imaginatives de la science : comptant sur la découverte future de ce que Camille Flammarion appelle des « forces surnaturelles inconnues », physiques ou psychiques, ils composent des œuvres reposant sur des présomptions qui font l’objet de folles croyances scientifiques. C’est la naissance du « merveilleux scientifique », dont l’amplitude générique peut englober aussi bien la littérature magnétique et spirite que le roman d’anticipation ou la féérie. De l’autre, l’ébranlement progressif des certitudes positivistes conduit à l’émergence du genre fantastique, qui exploite les failles de la science pour faire surgir au sein d’un monde prétendument rationnel des phénomènes mystérieux et inquiétants sur lesquels achoppent les enquêtes savantes. C’est dans ce mouvement que s’inscrivent par exemple les Histoires extraordinaires d’Edgar Allan Poe. Littérature d’imagination scientifique et récit fantastique se situent ainsi de part et d’autre du registre merveilleux, qui suscite tantôt la surprise et l’émerveillement, tantôt l’effroi et l’angoisse. Dans les deux cas, il s’agit pour l’écrivain de « faire croire », c’est-à-dire d’engager le lecteur à adhérer à l’existence de phénomènes scientifiquement indémontrables.
L’invasion de la science conduit en outre, par réaction, à la résurgence de genres littéraires anciens : contes de fées, mythes antiques, récits hagiographiques, et légendes folkloriques sont en effet utilisés par les écrivains romantiques tout autant que par la littérature fin-de-siècle comme réservoirs de croyances capables de réenchanter un monde désormais privé de poésie et de magie. C’est le cas de George Sand, qui conjugue les ressources du conte de fées et des croyances paysannes dans son roman champêtre La Petite Fadette. C’est contre toutes ces « folles croyances », qu’elles soient merveilleuses, fantastiques ou légendaires, que se forgent le réalisme puis le naturalisme, qui mobilisent à leur encontre un registre satirique et sceptique destiné à mettre fin aux superstitions nostalgiques qui appartiennent à une époque révolue.
Selon qu’ils se livrent à la défense et à l’illustration de folles croyances, légendaires ou scientifiques, ou bien qu’ils en font le procès, poètes, romanciers et dramaturges assument alternativement la mission du mage ou bien celle du savant. En fonction de ses convictions idéologiques, l’écrivain peut être considéré comme un prophète ou un censeur de la science, il se fait défenseur ou inquisiteur du surnaturel.
Les communications pourront se consacrer à l’étude d’un genre littéraire né de la mise en fiction de ces « folles croyances ». Elles pourront également étudier les ressources littéraires employées pour créer une illusion référentielle à même de « faire croire ». Les travaux pourront par ailleurs s’intéresser aux différents éthè adoptés par les écrivains de l’époque pour restituer littérairement ces « folles croyances ».

3. Encourager ou rationaliser les « folles croyances » : religion et superstitions

On le sait – des travaux comme ceux de l’historien Gérard Cholvy l’ont montré – l’Église tente elle aussi durant tout le siècle de lutter contre les « folles croyances ». Face aux superstitions se dresserait en effet le dogme catholique, croyance autorisée et officielle. À l’intérieur même de l’espace religieux s’opposent toutefois ceux qui veulent donner une vision rationnelle du catholicisme susceptible de plaire à la bourgeoisie et ceux pour qui les miracles et les mystères doivent préserver l’authenticité et la grandeur de la foi chrétienne. Barbey d’Aurevilly n’aura ainsi de cesse de répéter que « le Catholicisme, cette sublime synthèse qui peut embrasser tout, n’explique pas tout, car tout ne peut pas, et ne doit pas être expliqué ».
Par ailleurs, si les croyances religieuses semblent encore bien établies, des écrivains anticléricaux, exploitant « la zone incertaine entre magie et religion » (« the uncertain ground between religion and magic » comme l’écrit Eugen Weber), tentent de saper le pouvoir temporel de l’Église en exhibant la part d’irrationnel qui la sous-tend. C’est par exemple le cas d’Ernest Renan, qui réduit les pouvoirs thaumaturgiques du Christ à de simples miracles psychologiques dans La Vie de Jésus. Pour reprendre l’image évangélique, plus de « vierges sages » ! L’histoire de la religion chrétienne serait jalonnée de leurs consœurs, les « vierges folles » et de leurs pendants masculins.
Les propositions pourront s’interroger sur la réversibilité de la représentation des croyances démentes en lien avec le religieux. Elles pourront également s’intéresser aux modalités littéraires de représentation des « folles croyances » catholiques (miracles, extases, visions).

4. Se souvenir des « folles croyances » : le travail de l’Histoire

En inventant l’historiographie moderne, la première moitié du xixe siècle suscite un regain d’intérêt pour l’Histoire, comme en témoigne le succès des cours de Guizot et de Michelet, en même temps qu’elle encourage le goût déjà prononcé du public pour les grands récits. S’installe dès lors un engouement durable pour les romans historiques, dont Walter Scott se fait le chef de file, et qui font resurgir de grandes figures héroïques cristallisant les fantasmes d’une époque. Le xixe siècle est également propice à l’apparition d’une forte tendance médiévaliste, qui conduit à l’évocation répétée d’un « Moyen Âge de carton et de terre cuite », fustigé dès 1835 par Théophile Gautier dans sa préface à Mademoiselle de Maupin.
La « fabrique du Moyen Âge » à laquelle se livrent les écrivains de l’époque, ainsi que la résurrection d’âges d’or largement réinventés contribuent à faire des « folles croyances » des siècles passés l’objet d’une fascination ambivalente. Les écrivains de l’époque se partagent en effet entre indignation devant des convictions considérées comme contraires à la raison et nostalgie pour de belles illusions perdues. Ainsi, Ivanhoé, best-seller européen de Walter Scott, hésite entre la critique véhémente de l’obscurantisme d’un Moyen Âge pétri de violence et de superstitions, et l’admiration pour des vertus morales et guerrières disparues au xixe siècle.
Les travaux pourront s’interroger sur les différences de représentation des « folles croyances » selon qu’on se trouve dans l’historiographie ou dans la fiction historique. Ils pourront également se demander à quelles histoires de l’Histoire croient les écrivains et historiographes du xixe siècle.

Les propositions de communication, de 400 mots maximum, accompagnées d’une notice bio-bibliographique, doivent être envoyées à contact.doctoriales.serd@gmail.com avant le 31 décembre 2017. Les réponses seront communiquées courant janvier.

La Journée d’Étude aura lieu le 25 mai 2018.

Bibliographie indicative

Bénichou, Paul, Romantismes français, Paris, Gallimard, « Quarto », 2004.
Bernard-Griffiths, Simone, Glaudes, Pierre, et Vibert, Bertrand, (dir.), La Fabrique du Moyen Âge, Représentations du Moyen Âge dans la culture et la littérature françaises du xixe siècle, Paris, Honoré Champion, 2006.
Bernard-Griffiths, Simone, et Bricault, Céline (dir.), Magie et magies dans la littérature et les arts du xixe siècle, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2011.
Blondel, Christine, et Bensaude-Vincent, Bernadette (dir.), Des savants face à l’occulte, 1870 -1940, Paris, Éditions la Découverte, 2002.
Carroy, Jacqueline, Hypnose, suggestion et psychologie. L’Invention de sujets, Paris, Presses universitaires de France, 1991.
Castex, Pierre-Georges, Le Conte fantastique en France de Nodier à Maupassant, Paris, José Corti, 1951.
Charle, Christophe, Histoire sociale de la France au xixe siècle, Paris, Le Seuil, « Points Histoire », 1991.
Cholvy, Gérard, Christianisme et société en France au XIXe siècle (1790-1914), Paris, Le Seuil, « Points Histoire », 2001.
Darnton, Robert, La Fin des Lumières. Le Mesmérisme et la révolution [1968], Paris, Perrin, 1984.
Durand de Gros, Joseph-Pierre, Le Merveilleux scientifique, Paris, Alcan, 1894.
Edelman, Nicole, Les Métamorphoses de l’hystérique, Paris, La Découverte, 2003.
Edelman, Nicole, Voyantes, guérisseuses et visionnaires en France. 1785-1914, Paris, Albin
Michel, « Histoire », 1995.
Kendrick, Laura, Mora, Francine, et Reid, Martine (dir.), Le Moyen Âge au miroir du xixe siècle, Paris, L’Harmattan, 2003.
Michel, Pierre, Un mythe romantique. Les Barbares, 1789-1848, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1981.
Weber, Eugen, La Fin des terroirs. La modernisation de la France rurale, 1870-1914, Paris, Pluriel, 2011.

Prochaine séance des Doctoriales : samedi 21 octobre 2017

Après une visite guidée de la Maison Auguste Comte en septembre pour leur séance de rentrée, les Doctoriales de la SERD se retrouvent le samedi 21 octobre à partir de 10h à l’Université Paris-Diderot (accès métro ligne 14, rer C, bus 132, 62, 64, 89), dans le bâtiment « la halle aux farines », aile E, salle 164E, pour une séance intitulée « Quand les non-croyants pensent le religieux », qui donnera lieu à deux communications :

  • Marine LEBAIL (MCF, université Toulouse II Jean Jaurès) : « Les Jeunes-France et la « vie artiste » : un rituel sans croyance? »
  • Charlène HUTTENBERGER, (Doctorante, Université Toulouse II Jean Jaurès) « Stendhal, ou l’incroyant qui voulait croire ».

Tout jeune chercheur dix-neuviémiste peut assister au séminaire des Doctoriales, et même proposer une communication pour les mois de février et mars 2018. La proposition de communication, d’environ une page, doit porter sur le thème du séminaire, « Croire au XIXe siècle ».

Séminaire « Littérature, arts, médiums », Paris IV

Le séminaire de doctorants et jeunes chercheurs « Littérature, arts, médiums » fera sa rentrée le lundi 25 septembre, à la Maison de la Recherche, de 18h00 à 20h00, salle D117.

Comme cela a été annoncé sur Fabula, le séminaire se donne cette année pour but de construire une bibliographie commentée d’ouvrages de référence pour les chercheurs travaillant sur l’intermédialité. Cette bibliographie sera publiée en ligne sur le site du CELLF de Paris IV. Le responsable de l’axe de recherche « Littérature, arts, médiums » de Paris IV, le professeur Bernard Vouilloux, nous rejoindra en fin de séance pour répondre à nos éventuelles questions sur le projet.

Pour que plusieurs champs soient représentés, trois chercheurs coordonneront le séminaire : Arianna Fabbricatore, docteur en Études italiennes et coordinatrice du projet « Discours sur la danse » du labex OBVIL, Pierre-Jean Bonzom, en thèse à Paris IV sur le cinéma de Paul Thomas Anderson sous la direction de Bernard Vouilloux et Amélie de Chaisemartin, qui a soutenu sa thèse de littérature française (« Créer des types : la caractérisation des personnages dans les romans de la seconde génération romantique (1830-1848) ») en décembre 2016 à Paris IV.

Les axes thématiques qui ont pour l’instant été proposés pour la bibliographie sont :
-Littérature et danse
-Littérature et cinéma
-Littérature et illustration
-Littérature et art contemporain
-Usages du livre et des bibliothèques dans les arts plastiques

Que vous souhaitiez participer à l’élaboration de la bibliographie d’un de ces axes ou d’un autre de votre choix (en présentant à l’oral un ouvrage ou en rédigeant de brefs comptes rendus d’ouvrages importants pour vos recherches) ou que vous soyez simplement curieux, vous êtes les bienvenus le 25 septembre. Le calendrier des séances sera élaboré à ce moment-là.

Séance de rentrée des Doctoriales : 23 septembre 2017

Pour reprendre de façon plaisante le séminaire « Croire » des Doctoriales, nous vous proposons pour la première séance, le 23 septembre 2017, une visite de la maison-musée d’Auguste Comte, 10 Rue Monsieur le Prince, 75006 Paris, à 10h. L’entrée coûte deux euros. 

Les places étant limitées, nous vous prions de nous prévenir à contact.doctoriales.serd@gmail.com avant le 14 septembre si vous souhaitez assister à cette visite.

Concernant le déroulement du séminaire pour l’année, il est encore possible, pour tout jeune chercheur dix-neuviémiste, de proposer une intervention ou l’organisation d’une séance en lien avec le thème « Croire » pour les mois de février et mars 2018.

 

 

Publication : « Espaces et lieux de l’intime au XIXe siècle »

Les Actes de la Journée d’Étude des Doctoriales « Espaces et lieux de l’intime au XIXe siècle », sont désormais disponibles à l’adresse suivante : https://serd.hypotheses.org/805

Cette Journée d’Étude a eu lieu le 8 avril 2016 à l’Université Paris VII.

Les Actes sont réunis par Nicolas Aude, Alice de Charentenay, Romain Enriquez, Marie-Clémence Régnier.

Vous y retrouverez les articles suivants : 

Jeanne Stranart, « La page et la maison : espaces de l’expression de l’intime dans le journal épistolaire de Juliette Drouet »

Lisa Suarez, « L’impact de l’intimité forcée sur l’identité individuelle dans Le Journal d’une femme de chambre d’Octave Mirbeau »

Sophie-Valentine Borloz, « Un élargissement brusque d’elle-même » : la contagion des parfums de l’intimité dans Nana de Zola, Notre cœur de Maupassant et Monsieur Vénus de Rachilde »

Valérie Lavigne, « La serre chez Zola, Maupassant et Huysmans, vitrine privilégiée de l’intimité décadente »

Brice Ameille, « La scène de toilette impressionniste : l’intimité (re)trouvée »

Charlotte Dufour, « De la scène de genre au genre de la scène : essai sur une pratique littéraire du quotidien au XIXe siècle »

Manon Amandio, « L’espace intime intériorisé dans Crime et châtiment de Fiodor Dostoïevski et Nouvelles histoires extraordinaires d’Edgar Allan Poe »

Nous nous retrouvons le 23 septembre 2017 pour la séance de rentrée des Doctoriales. Le programme sera publié très bientôt ! 

Bonne rentrée à tous.

Compte-rendu de la séance du 17 juin 2017

Étaient présents : Manon Amandio, Brice Ameille, Nicolas Aude, Jordi Brahamcha-Marin, Romain Enriquez, Yeon Jeong, Amandine Lebarbier, Mathilde Leïchlé, Magalie Myoupo, Anne Orset, Hermeline Pernoud, Marie-Clémence Régnier, Yohann Ringuedé, Marie-Agathe Tilliette.

Au programme de cette dernière séance de l’année 2016-2017 : le sujet de la Journée d’Études du printemps 2018 et le calendrier des séances de l’année prochaine.

Le sujet de la Journée d’Études organisée par les Doctoriales a été voté : il s’agit des «  »Folles croyances » (Eugen Weber, La fin des terroirs) du dix-neuvième siècle ». Pris dans un sens assez général, cette expression recouvre des thèmes qui n’ont pas encore été abordés dans le séminaire, comme les liens entre croyance et folie, ainsi que tout ce qui relève de la représentation du fantasme et de l’illusion au dix-neuvième siècle. Un appel à communications sera diffusé au mois de septembre.

La Journée d’Études aura lieu le vendredi 25 mai 2018.

Le comité organisateur pour cette Journée d’Études est le suivant : Manon Amandio, Amandine Lebarbier, Magalie Myoupo, Anne Orset et Marie-Agathe Tilliette.

Concernant le calendrier 2017-2018, voici les dates qui ont été retenues :

  • 23 septembre 2017 : séance de rentrée des Doctoriales
  •  21 octobre 2017 : séance organisée par Marine Le Bail, intitulée « Quand les non-croyants pensent le religieux ».
  • 18 novembre 2017 : séance de Romain Enriquez consacrée aux rapports entre pathologie et croyance.
  • 2 décembre 2017 : atelier de Marie-Clémence Régnier, qui aura lieu à l’Arsenal, sur les commémorations au dix-neuvième siècle.
  • Janvier 2018 : séance sur les la différence du rapport à la religion entre les deux générations impressionnistes, organisée par Brice Ameille.
  • 6 avril 2018 : atelier « Les chefs-d’oeuvre inconnus » organisé par Amandine Lebarbier.

Il est possible de proposer une intervention dans les séances présentées ci-dessus, ou l’organisation d’une séance autour du thème du séminaire, « Croire » pour le second semestre de l’année 2017-2018, en particulier pour les mois de février, mars et mai.

Très bon été à tous !

 

Soutenance de thèse : « L’invention littéraire de l’inconscient dans le récit de fiction »

La soutenance de Romain Enriquez aura lieu le 23 juin 2017, à l’Université Paris-Sorbonne, amphi Quinet, entrée par le 46 rue Saint Jacques, à partir de 14h.

Sa thèse porte sur « L’invention littéraire de l’inconscient dans le récit de fiction (contes, nouvelles, romans) entre 1850 et 1895, » sous la direction de Bertrand Marchal.

Une carte d’identité sera demandée à l’entrée.

Expériences mystiques romantiques : 16 juin 2017

La sixième et dernière séance du séminaire « Expériences mystiques », organisée par Fanny Arama, aura lieu en salle Pierre Albouy (bâtiment Grands Moulins, sixième étage) à l’Université Paris Diderot ce vendredi 16 juin de 16 à 18h.

Il s’agit d’une séance spécialement consacrée à l’écriture mystique à l’époque romantique. Nous aurons le plaisir d’écouter :

  • Rémy Arcemisbéhère (Paris-Sorbonne) – Comment « reconstruire l’édifice mystique » ? Aspiration mystique et savoirs ésotériques dans l’œuvre de Gérard de Nerval

« Chez Gérard de Nerval, expérience mystique et savoir ésotérique, loin de s’exclure, participent d’une même démarche. Nerval tente d’accomplir le geste fondamental du myste, « la négation du multiple et l’affirmation de l’Un » non à travers le « chemin de l’intérieur » mais à travers la réunion des fragments épars de la réalité. Accordant tout son prestige à la médiation, le récit de l’expérience mystique dans l’œuvre de Gérard de Nerval conserve les traces des discours ésotériques qui ont participé à son élaboration. Ce discours a inoculé le mystère et refuse de se donner entièrement en multipliant les lectures ésotériques (alchimie, Tarot, astrologie…). Ce travail d’occultation par la multiplication des références permet à Nerval de déjouer l’incommunicabilité de l’expérience mystique en choisissant comme objet de la représentation le centre obscur et secret de celle-ci. »

  • Angelo Careri (Sorbonne-Nouvelle) – Le genre du « mystère romantique » : histoire d’une forme marginale.

« On assiste en France dans les années 1830 à une vague du « mystère romantique », influencé principalement par les œuvres de Goethe (Faust I et II) et de Byron (Caïn, Manfred) qui commencent à être traduites en français, notamment par Nerval. Ces œuvres dialoguées à thème religieux, telles que La Tentation de Saint-Antoine de Flaubert ou l’Ahasvérus de Quinet, sont souvent inclassables : liées aux codes du théâtre, elles ne sont pourtant pas destinées à la scène. Elles manifestent aussi la survivance d’un genre beaucoup plus ancien et à cette époque déjà éteint : le mystère médiéval. Cette communication s’attardera donc sur quelques aspects de cette « réapparition », qui se fait principalement sur le mode de l’anomalie et de l’anachronisme.»

Tout Doctorant/jeune chercheur est le bienvenu à cette séance, qui sera suivie d’un pot de fin d’année.

Prochaine séance des Doctoriales : 17 juin 2017

La prochaine séance du séminaire des Doctoriales de la SERD aura lieu le samedi 17 juin, de 10h à 13h, à l’Université Paris Diderot dans la halle aux farines, aile E, salle 164E. Cette séance aura un format un peu différent de celui des précédentes puisque nous y débattrons du thème de la journée d’études qui sera organisée au printemps 2018 en rapport avec le thème 2016-2018 de notre séminaire (« Croire »). Trois sujets ont émergé pour l’instant, et seront discutés lors de la prochaine séance :

– « Faire croire au XIXe siècle »
– « Il était une fois… l’Histoire au XIXe siècle »
– « Désir amoureux, sexualité et croyance au XIXe siècle »

Tout membre des doctoriales peut proposer un sujet. Tout membre peut également demander à faire partie du Comité Organisateur de cette Journée d’Études.

Nous vous invitons à venir nombreux afin que le choix final reflète au maximum la dynamique des Doctoriales.

Cette rencontre sera aussi l’occasion de préciser le calendrier de l’an prochain et de proposer des communications pour les prochaines séances du séminaire.

Compte-rendu de la séance du 27 mai 2017

Étaient présents : Manon Amandio, Nicolas Aude, Fanny Arama, Jordi Brahamcha-Marin, Amélie de Chaisemartin, Clélia Chanéac, Marie Daouda, Amandine Lebarbier-Bessières, Magalie Myoupo, Anne Orset, Hermeline Pernaud, Yohann Ringuedé, Marie-Agathe Tilliette.

Cette séance intitulée « Croyance et souffrance dans le roman du dix-neuvième siècle » s’est tenue à la Maison de la Recherche de l’Université Paris-Sorbonne. Elle a donné lieu à deux communications :

Marie-Agathe Tilliette (Université Paris-Nanterre) : Souffrance et croyance dans les Promessi sposi d’Alessandro Manzoni : la Providence à l’œuvre ?

Dans son roman historique I promessi sposi (1827-1842), Alessandro Manzoni décrit les malheurs de deux jeunes fiancés, Renzo et Lucia, que la concupiscence d’un petit seigneur local sépare et entraîne dans de longues et douloureuses aventures. Le monde décrit par le romancier est sombre, dominé par la souffrance et par l’injustice. À la description des fléaux qui ravagent le duché de Milan dans les années 1628-1630 (disette, peste) s’ajoute une vision noire du gouvernement humain, corrompu par l’argent et le pouvoir. Comment Manzoni réussit-il à concilier sa foi affirmée en la justice divine et sa peinture sombre d’un monde humain de souffrances et d’injustices ? Fait-il appel à l’action de la Providence, qui est effectivement évoquée de nombreuses fois dans le roman ?

Si une certaine tradition critique fait du roman une « épopée de la Providence » (Attilio Momigliano), l’étude précise de sa représentation va dans le sens d’une affirmation plus nuancée. Par exemple, il est intéressant de relever les occurrences du mot « Provvidenza » et de constater qu’il ne peut jamais être attribué au narrateur : que ce soit au discours direct ou au discours indirect, il est toujours le fait d’un personnage et à chacun est réservée une vision spécifique de la Providence. Il semble donc qu’il faille considérer le rapport entre croyance et souffrance au-delà de l’action supposée de la Providence. On peut alors relever l’insistance de Manzoni à chercher et à dénoncer, comme il fait dans son opuscule historique Storia della colonna infame, un responsable humain aux maux qui touchent le duché de Milan d’une part, et les deux fiancés d’autre part. Le roman historique fonctionne alors comme le tribunal objectif de la postérité, la souffrance des temps passés n’est pas présentée comme inéluctable, mais comme le résultat de fautes et d’erreurs humaines, dont certaines sont excusables et d’autres méritent blâme et opprobre.

Ainsi, on peut dire que le rapport entre croyance et souffrance dans les Promessi sposi, plutôt que d’être résolu par l’action de la Providence qui justifierait la souffrance des coupables comme celle des innocents, est médié par la question de la responsabilité éthique. La croyance implique à la fois la compensation de la souffrance terrestre dans l’optique d’une « vie meilleure » et la nécessité de poser la question de la responsabilité de chacun dans la souffrance d’autrui. Plutôt qu’à un rapport binaire entre croyance et souffrance, on a donc affaire un rapport ternaire : la religion des Promessi sposi est espérance et miséricorde, mais aussi impératif éthique.

Amélie de Chaisemartin (Université Paris IV) : Le modèle du martyr dans l’héroïsme des personnages romantiques

Dans les romans des années romantiques, le héros n’est pas un personnage qui, comme dans les épopées, triomphe des obstacles par la ruse ou la force, mais un héros qui subit l’hostilité du monde en souffrant. La souffrance devient un signe d’élection et de supériorité dans les romans.

Nous montrerons que cette valorisation inédite de la souffrance par les romanciers romantiques peut s’expliquer par l’influence du modèle du Christ sur la construction de leurs personnages. Nous étudierons la manière dont les personnages de romans de la monarchie de Juillet sont identifiés au Christ et à la figure du martyr et ce que peut signifier cette identification dans le projet esthétique et moral des romanciers.

Rendez-vous le samedi 17 juin 2017 à l’Université Paris Diderot à partir de 10h pour la dernière séance de l’année. Au programme : le calendrier de l’année 2017-2018 et la préparation de la Journée d’Études du printemps 2018 : le sujet de la Journée sera voté (tout le monde peut en proposer un), un calendrier sera établi, et un Comité Organisateur sera désigné. Tout Doctorant/jeune chercheur dix-neuviémiste, ou travaillant partiellement sur le dix-neuvième siècle, est le bienvenu au séminaire des Doctoriales de la SERD, et aura la possibilité de participer au vote du sujet de la prochaine Journée d’Études ainsi qu’à son organisation.

Prochaine séance des Doctoriales : 27 mai 2017

La prochaine séance des Doctoriales de la SERD aura lieu le samedi 27 mai 2017 à partir de 10h, à la Maison de la Recherche, Université Paris-Sorbonne, 28 rue Serpente, 75006 Paris, métro ligne 4 et RER B et C. 

Organisée par Manon Amandio, cette séance porte sur les liens entre croyance et souffrance dans le roman du dix-neuvième siècle.

Programme

  • Manon Amandio, Université Paris-Nanterre, introduction : L’écriture de la souffrance au dix-neuvième siècle, entre ferveur et scepticisme.
  • Marie-Agathe Tilliette, Université Paris-Nanterre : Souffrance et croyance dans les Promessi sposi d’Alessandro Manzoni : la Providence à l’œuvre ?

Dans son roman historique I promessi sposi (1827-1842), Alessandro Manzoni décrit les malheurs de deux jeunes fiancés, Renzo et Lucia, que la concupiscence d’un petit seigneur local sépare et entraîne dans de longues et douloureuses aventures. La question qui se pose tout au long du roman est alors celle de la justification des souffrances de ces deux jeunes gens innocents et pieux : pourquoi Dieu semble-t-il châtier les justes et les purs ? À de nombreuses reprises, une réponse providentialiste est apportée à cette question : la souffrance serait un chemin nécessaire du dessein divin. Cependant, cette justification de la souffrance par la croyance n’est pas aussi univoque qu’elle paraît l’être à première lecture. La peinture réaliste des souffrances subies ébranle le dogme de la Providence : l’esthétique romanesque réaliste paraît entrer en conflit avec la croyance religieuse, pourtant omniprésente, interrogeant à nouveaux frais les rapports entre croyance et souffrance, tant au niveau de l’individu qu’à celui de la société.

  • Amélie de Chaisemartin, Université Paris-Sorbonne : Le modèle du martyr dans l’héroïsme des personnages romantiques

Dans les romans des années romantiques, le héros n’est pas un personnage qui, comme dans les épopées, triomphe des obstacles par la ruse ou la force, mais un héros qui subit l’hostilité du monde en souffrant. La souffrance devient un signe d’élection et de supériorité dans les romans. Nous montrerons que cette valorisation inédite de la souffrance par les romanciers romantiques peut s’expliquer par l’influence du modèle du Christ sur la construction de leurs personnages. Nous étudierons la manière dont les personnages de romans de la monarchie de Juillet sont identifiés au Christ et à la figure du martyr et ce que peut signifier cette identification dans le projet esthétique et moral des romanciers.

Durant cette séance, un point sera également fait sur la prochaine Journée d’Études des Doctoriales : sujet (en lien avec le thème « Croire »), comité d’organisation et calendrier.

Colloque : « Les formes poétiques de la vie : performativité, réflexivité, modernité dans le romantisme »

Le colloque « Les Formes poétiques de la vie : performativité, réflexivité, modernité dans le romantisme » se tiendra à l’Université Saint-Louis de Bruxelles les 1 et 2 juin 2017.

Présentation 

Il existe une tension commune propre aux différentes actualisations du romantisme européen dans les lettres, les arts et la pensée des différents espaces et temporalités où il s’est manifesté : il s’agit de la volonté de transformer radicalement les rapports entre la sphère de la création et ce qui lui est extérieur en poétisant la vie. Le romantisme voit non seulement l’apparition de nouvelles formes, mais il marque la naissance d’une nouvelle ambition pour la forme, qui l’inscrit dans un rapport différent avec ce qui l’excède et la conditionne, ce qui fait ressortir trois enjeux qui s’impliquent réciproquement. D’abord celui de la performativité : les formes du romantisme ne peuvent se penser sans prendre en considération leur capacité à « trans-former » notre expérience du monde par leur singularité même. Le projet romantique part de la vie, à travers la recherche de modèles organiques ou dans l’attention aux formes de l’existence les plus prosaïques et diverses, mais en retour, les formes artistiques qu’il déploie ont aussi pour vocation de « poétiser » le monde. Ensuite celui de la réflexivité : l’ambition de changer la vie par l’art s’accompagne souvent d’une réflexion métacritique, dans la mesure où les formes en régime romantique s’indiquent elles-mêmes comme actes, processus vivants, et pensent leur propre capacité de poétisation. Cette réflexivité est internalisée dans l’œuvre autant qu’elle est affaire d’interprétation ou de retour sur l’œuvre par qui la reçoit. Enfin celui de la modernité : la problématique de la forme apparaît comme un lieu fondamental pour interroger la manière dont le romantisme s’interprète lui-même, ainsi que les appropriations et les lectures dont il a fait l’objet de la part des critiques contemporains et ultérieurs. C’est tout l’héritage du courant qui est mis en tension par la réflexion sur le caractère performatif, réflexif et, par là sans doute, intimement moderne de la forme dans les arts, les lettres et la pensée de l’époque romantique.

Programme

Jeudi 1er juin 2017

Président de séance, matinée : Isabelle Ost (Université Saint-Louis – Bruxelles)

10h-10h15 : Accueil des participants

10h15-10h30 : Ouverture du colloque par Laurent Van Eynde, directeur du Centre Prospéro

Introduction, par Laure Cahen-Maurel (Université Saint-Louis – Bruxelles), Victoire Feuillebois (Université Saint-Louis – Bruxelles) et Martin Mees (Université Saint-Louis – Bruxelles)

10h30-11h25 : André Stanguennec (Université de Nantes) « Form », « Gestalt », « eidos », « Sinnbild ». Quelques aspects de la « forme » dans le romantisme allemand

11h25-12h20 : Laure Cahen-Maurel (Université Saint-Louis – Bruxelles) « Sans forme pas de matière, sans matière pas de forme » : les lettres de Schiller Sur l’éducation esthétique de l’homme, une pierre d’angle du romantisme allemand

12h20-13h45 : déjeuner

Président de séance, après-midi : Pierre Piret (Université Catholique de Louvain)

13h45-14h40 : Dagmar Wieser (Universität Zürich) « Faust, héros performatif »

14h40-15h35 : Martin Mees (Université Saint-Louis – Bruxelles) « L’alchimie des formes chez Nerval : une poétisation romantique »

15h35-16h05 : Pause-café

16h05-17h : Giovanna Pinna (Universita degli Studi del Molise) « Tragédie et ironie. De Schlegel à Solger »

17h-17h55 : Victoire Feuillebois (Université Saint-Louis – Bruxelles) « Le poète est le médecin transcendantal » (Novalis) : l’ambition romantique de guérir les vies par l’art »

19h30 : Dîner

Vendredi 2 juin 2017

Président de séance, matinée : Laurent Van Eynde (Université Saint-Louis)

9h30-10h25 : Olivier Schefer (Université Paris I – Panthéon-Sorbonne) « Nature créatrice et nature destructrice : l’art romantique à l’épreuve de la mort »

10h25-11h20 : José-Luis Diaz (Université Paris VII Paris Diderot, Président de la Société des Études Romantiques et Dix-neuviémiste) « Vivre en poète (1800-1850) »

11h20-11h50 : Pause-café

11h50-12h45 : Serge Zenkine (Université d’État des Sciences Humaines, Moscou) « Mimésis et sémiosis dans le comportement romantique »

12h45-14h : déjeuner

Président de séance, après-midi : Damien Zanone (Université Catholique de Louvain)

14h-14h55 : Éric Dayre (ENS de Lyon) « Vie poétique et anthropologie : dialogues et tensions post-romantiques en Europe »

14h55-15h50 : Dominique Peyrache-Leborgne (Université de Nantes) « L’arabesque des traditions populaires et le livre-monde, du Romantisme à l’Art Nouveau »

15h50-16h05 : Pause-café

16h05-17h : Émilie Pézard (ENS de Lyon, ANR Anticipation) « Différentes incarnations du romantisme dans Madame Bovary »

« Savoir voir »

Le nouveau numéro de la revue Arts et savoirs, intitulé Savoir voir, est largement consacré au XIXè siècle. Dirigé par Juliette Azoulai, il porte sur les questions de l’optique et de la perception oculaire, confirmant ainsi l’intérêt des études dix-neuviémistes pour ce sujet.

Vous y retrouverez notamment l’article de Yohann Ringuedé, « Voir Neptune au bout de sa plume : Flammarion et la constitution de l’algèbre comme nouvel instrument de vision ».

De quoi alimenter vos propositions de communication pour le prochain congrès de la SERD : L’œil du XIXe siècle !