Archives de catégorie : L’idéalisme

En 2012-2014, les travaux des Doctoriales ont été consacrés à l’étude de l’idéal et l’idéalisme au XIXe siècle. Le projet a donné lieu à un colloque les 8 février et 5 avril 2014 (actes à paraître sur le site de la SERD).

Programme du colloque « Ce qu’idéal veut dire » – journée du 5 avril

Le colloque a lieu à l’Université Paris-7, salle Pierre Albouy.

9h00 Accueil des participants

9h15 Introduction par le comité d’organisation

9h45 L’idéal dans les écrits sur l’art (Modération : Olivier Schefer)

Fanny Bacot (Panthéon-Sorbonne Paris I) : Ressemblances et dissemblances dans les exempla idéalistes : usage, portée et application de l’idéal dans la critique d’art fin-de-siècle

Florence Beillacou (Strasbourg) : Zola et « la guerre à l’idéal » : idéalisme, académisme et romantisme dans les écrits sur l’art et la littérature

Thibaut Radomme (Louvain/Oxford) : L’Art ou le Progrès ? Les idéaux antagonistes d’Édouard Fétis et de la bourgeoisie libérale dans la Belgique du xixe siècle

11h15 Débats et pause

11h45 Naturalisme et idéal (Modération : Aude Jeannerod)

Jean-Marie Seillan (Nice Sophia Antipolis) : Naturalisme et anti-idéalisme

Pascaline Hamon (Paris III Sorbonne nouvelle) : L’idéal dans la critique littéraire fin de siècle : un étendard antinaturaliste ?

12h45 Débats

13h15 Déjeuner

14h30 Héritages de l’idéalisme (Modération : Alain Vaillant)

Thomas Constantinesco (Paris Diderot Paris VII) : De l’idéalisme en Amérique : Emerson, Poe, Hawthorne

Matthew Sandefer (Princeton University) : Réalisme idéal ou idéalisme réel ? Syncrétisme littéraire au XIXe siècle

Marie Panter (ENS Lyon) : Le roman idéaliste en contexte réaliste-naturaliste : Victor Hugo, Theodor Fontane, Thomas Hardy

16h00 Questions et pause

16h30 L’idéalisme, entre littérature et philosophie (Modération : Victoire Feuillebois)

Éric Dayre (ENS Lyon) : Que se passe-t-il entre 1790 et 1810 en Grande Bretagne et en Allemagne ? Ce qu’on a appelé l’idéalisme romantique

Sarah Alharbi (Montréal / Paris VIII Vincennes Saint-Denis) : Évolution de la notion d’« idéal » dans la théorie des genres poétiques chez Schiller et Schlegel : essai de reconstruction de l’héritage littéraire de l’idéalisme allemand au xixe siècle.

18h00 Débats

18h30 Conclusion du colloque par le comité d’organisation

 

Programme du colloque « Ce qu’idéal veut dire » – journée du 8 février

Le colloque aura lieu à L’université Paris-7, salle 682.

9h Accueil des participants

9h15 Introduction du colloque par le comité d’organisation

9h45 Les genres littéraires de l’idéal (Modération : Aude Déruelle)

Thomas Conrad (Paris III Sorbonne nouvelle) : Le laboratoire de l’idéal de Villiers de l’Isle-Adam : manières d’écrire l’idéal

Pascale Auraix-Jonchière (Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand) : La poétique du conte dans les romans champêtres de Sand : une clé pour l’idéalisme ?

10h45 Débats et pause

11h30 Les romantiques et l’idéal (Modération : Émilie Pezard)

Damien Zanone (Louvain) : L’« idéalisme » de George Sand

Amélie de Chaisemartin (Sorbonne Paris IV) : Les romanciers romantiques et le « beau idéal » néoclassique

Marie-Clémence Régnier (Sorbonne Paris IV) : La mansarde, le château ou l’appartement : habiter en poète. Idéalisations de l’espace domestique du Poète chez Théophile Gautier

13h Débats

13h30 Déjeuner

15h Symbolisme et idéal (Modération : Françoise Gaillard)

Éric Lecler (Aix-Marseille) : L’idéalisme et ses détournements de sens : du symbolisme à l’Absolu littéraire

Renzo Alvarado Ruiz de Castilla (Sorbonne Paris IV) : Ne dites pas Symbolisme, mais dites Idéalisme

Maja Vukusic Zorica (Zagreb) : André Gide et l’idéalisme fin de siècle

16h45 Débats et pause

17h30 Premières conclusions par le comité d’organisation

Séance du 16 novembre 2013 – Figures de l’idéal : le saint et le poète

Membres présents : Marie Bat, Florence Beillacou, Stéphanie Bertrand, Amélie de Chaisemartin, Capucine Echiffre, Aude Jeannerod, Lola Kheyar Stibler, Mathilde Labbé, Magalie Myoupo, Emilie Pezard, Marie-Clémence Régnier.

    • Capucine Echiffre : Le poète chez Novalis : un intermédiaire entre les hommes et l’idéal

La figure du poète se situe au cœur des réflexions esthétiques de Novalis. De fait, elle interroge la définition de l’Être, des phénomènes, ainsi que celle du sujet humain dans son rapport à soi et au monde. À une époque où l’homme ne sait plus déceler l’essence qui se loge pourtant dans la nature, d’après l’écrivain, il revient au poète de rappeler cette vérité originelle. L’Être, ou l’idéal, est en effet force de création perpétuelle, et se manifeste dans les phénomènes particuliers, y compris les hommes. Il entretient d’ailleurs des relations privilégiées avec ces derniers, dans la mesure où son caractère double, à la fois spirituel et empirique, se retrouve chez eux. Bien plus, selon Schelling, repris en cela par Novalis, le fonctionnement de l’Être structure l’esprit humain. L’idéalisme novalisien récuse donc toute transcendance inaccessible : rien ne se soustrait aux hommes, mais ils ont oublié leur proximité ontologique avec la nature. Au cours de leur histoire, en prenant conscience d’eux-mêmes, ils ont pris conscience de leur individualité, de leurs limites empiriques qui semblent les détacher radicalement des autres individus et phénomènes. Dès lors, il revient au poète de mettre de nouveau en lumière l’idéal méconnu mais commun à toutes les créatures. La désignation du poète pour remplir ce rôle, loin d’être opportuniste, s’inscrit directement dans la logique de la pensée esthétique de Novalis. De fait, l’art s’élève au-dessus des autres activités humaines par ses similitudes avec l’Être, puisqu’il est principe de production humaine, et qu’il s’incarne simultanément dans des œuvres singulières. En tant qu’art du langage, la poésie en particulier est emblématique de ce double statut dans la mesure où elle réinvestit les conventions figées d’une langue dans un discours qui ouvre le sens, fidèle en cela à la dynamique permanente de l’essence, dont il émane. Le poète chez Novalis est celui qui parvient encore à saisir ces forces et qui se donne alors pour mission, à travers son écriture poétique, de les rendre de nouveau lisibles aux hommes.

  • Magalie Myoupo : La figure du saint laïc
  • Aude Jeannerod : Méthodologie de la thèse

Séance du 21 septembre 2013 – Séance de rentrée

Membres présents : Marie Bat, Amélie de Chaisemartin, Capucine Echiffre, Victoire Feuillebois, Lola Kheyar-Stibler, Aude Jeannerod, Magalie Myoupo, Emilie Pezard, Marie-Clémence Régnier

  • Présentation des activités des Doctoriales de la SERD et accueil des nouveaux membres
  • Émilie Pezard : Compte rendu de l’Anthologie du mélodrame classique de Peter Brooks et Myriam Faten Sfar
  • Lola Kheyar-Stibler : Autour du programme de l’agrégation : Stendhal et le style

Colloque « Ce qu’idéal veut dire » : appel à communications

Ce qu’idéal veut dire : définitions et usages de l’idéalisme au XIXe siècle

 

Colloque des Doctoriales de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes

8 février et 5 avril 2014

Université Diderot Paris VII

Avec la participation d’Eric Lecler (Université de Provence), Olivier Schefer (Université Panthéon-Sorbonne) et Jean-Marie Seillan (Université de Nice-Sophia Antipolis)

De la période romantique aux années symbolistes, où l’on s’élance « vers l’idéal » (Léon de Tinseau, 1896), en passant par Emma Bovary qui « poursuit l’idéal à travers les bastringues et les estaminets de la préfecture » (Baudelaire, 1857), le XIXe siècle est hanté par l’idéal. Dans le sillage de la philosophie platonicienne et de l’idéalisme allemand, de nombreux écrivains, artistes et historiens s’emparent de cette notion. Elle engage en effet un ensemble de réflexions esthétiques et éthiques sur ce que l’on peut ou doit représenter en art, et sur les systèmes de valeurs dominants.

La notion fait d’autant plus facilement l’objet d’une appropriation ou d’un rejet que son contenu reste souvent vague. Image d’une perfection située hors du monde matériel, l’idéal est moins défini par des caractéristiques intrinsèques que par la valeur qui lui est attachée : il est, tout au long du siècle, objet de culte, d’aspiration, de déni, de rejet, de regret. Valorisé quand il est opposé au désenchantement, au spleen, au prosaïsme bourgeois, il devient objet de critiques quand il est considéré comme le négatif de la science, de l’énergie, de la vérité et de la réalité. Il produit les « lacrymales historiettes des Theuriet et des Sand » (Huysmans) mais motive aussi La Recherche de l’absolu. Dès lors, l’idéalisme apparaît comme un facteur de structuration du champ artistique et intellectuel et façonne au cours du siècle toute une série de clivages, opposant entre autres romantiques et philistins, symbolistes et naturalistes.

Pour prolonger la réflexion entretenue depuis septembre 2012 par leur séminaire de recherches consacré à l’idéalisme (doctoriales-serd.com/projet.html), les Doctoriales de la SERD organisent deux journées d’études. C’est à l’examen des transferts culturels et disciplinaires que s’intéresseront les interventions, qui croiseront approche lexicologique et approches esthétique, sociale ou politique. Qu’entend-on par « idéal » au XIXe siècle et quelle fonction revêt cette notion dans les débats intellectuels et artistiques de l’époque ?

Les communications pourront aborder des thèmes tels que :

–       Les philosophies idéalistes et la littérature du XIXe siècle : quels sont les héritages littéraires de l’idéalisme platonicien et de l’idéalisme allemand ?

–       Les acceptions de l’idéal : que désigne-t-on par ce mot ? quelle évolution la notion d’idéalisme connaît-elle, du romantisme au réalisme puis aux auteurs de la fin du siècle ? quelles appropriations paradoxales le XIXe siècle propose-t-il de l’idéal, à travers les tensions internes que présentent des objets comme l’idéal du Mal ou l’idéal trivial ?

–       L’idéalisme dans les discours : à quels emplois l’adjectif idéaliste est-il réservé dans le discours critique ou dans le paratexte des œuvres ? pour quelles raisons qualifie-t-on un auteur d’« idéaliste » et que signifie se dire « idéaliste » au XIXe siècle ?

–       Les usages idéologiques et esthétiques du terme : comment interpréter la formation de clivages autour de l’idéalisme, opposé tantôt au réalisme, au positivisme, au matérialisme ou au naturalisme?

–       Idéal et genres littéraires : certains genres sont-ils perçus comme plus propices que d’autres à l’expression de l’idéal, ou au contraire à son déni ? dans ce contexte, comment évolue la polarisation entre prose et poésie, qui rejette traditionnellement la prose du côté du quotidien et fait de la poésie le lieu d’expression de l’idéal ?

–       L’idéal dans le texte : dans quelles mesures la quête d’un idéal constitue-t-elle la caractéristique d’un certain personnel romanesque et comment peut-elle devenir moteur de l’intrigue ? Quelles pratiques stylistiques la notion d’idéal recouvre-t-elle au XIXe siècle ? Quels renouveaux stylistiques la critique de l’idéal exige-t-elle dans la littérature dite « réaliste » ?

Les chercheurs et chercheuses en littérature française, étrangère ou comparée, ainsi qu’en histoire politique, sociale ou culturelle sont les bienvenu(e)s ; l’approche pourra être monographique ou transversale.

Les propositions de contribution (300 mots environ) sont à envoyer à l’adresse contact.doctoriales.serd@gmail.com avant le 1er novembre 2013. Tous et toutes sont invité(e)s à préciser d’emblée, le cas échéant, leur indisponibilité pour l’une des deux journées.

Comité organisateur et scientifique : Capucine Echiffre, Victoire Feuillebois, Aude Jeannerod, Lola Kheyar Stibler, Mathilde Labbé, Lucie Lagardère, Émilie Pezard, Virginie Tellier.

Séance du 17 mai 2013 – Idéalisation et réalité. Problèmes de représentation

Membres présents : Alice de Charentenay, Amélie de Chaisemartin, Capucine Echiffre, Victoire Feuillebois, Christelle Girard, Laetitia Hanin, Lola Kheyar Stibler, Mathilde Labbé, Stéphane Partiot, Émilie Pezard, Rebecca Powers, Elise Sorel.

Excusés : Aude Jeannerod

    • Émilie Pezard : Le personnage romantique contre l’idéalisation classique : individualité ou exception ?

La lecture des textes critiques alimentant le débat entre classiques et romantiques, dans les années 1820 et 1830, laisse apparaître un large consensus dans la construction du personnage romantique : les romantiques abandonnent l’idéalisation classique, qui, à partir d’une double opération de sélection et d’embellissement, faisaient des personnages des « généralités ». L’apparition, à l’opposé, des « individualités » romantiques, peut faire l’objet d’un éloge : ces personnages imparfaits sont en effet plus « vrais », et traduisent une vision de l’homme héritée du christianisme. Cependant, si les classiques prônent également ces valeurs, ils accusent les romantiques de pousser trop loin ce refus de l’idéalisation. Le refus de l’embellissement prend la forme d’un acharnement à lever les « voiles » qui peut virer à l’horreur, quand la métaphore de la nudité est relayée par celle de l’écrivain anatomiste : la réalité n’est plus seulement présentée nue, mais écorchée. Quant à la sélection, elle est moins refusée qu’inversée : la prédilection des romantiques pour la laideur est constamment notée pour être condamnée. Les personnages romantiques ne sont plus ainsi que des « exceptions » — dans l’ordre naturel, moral ou social —, aussi invraisemblables que les « généralités » classiques.

Séance du 15 décembre 2012 – Idéalismes esthétiques au XIXe siècle

Membres présents : Fanny Bacot, Capucine Echiffre, Aude Jeannerod, Lola Kheyar-Stibler, Mathilde Labbé, Ruojing Liu, Gaëlle Loisel, Émilie Pezard, Rebecca Powers, Virginie Tellier, Sara Vitacca.

Idéalismes esthétiques au XIXe siècle

    • Virginie Tellier : Origines philosophiques de l’esthétique idéalisteL’exposé a présenté la théorie spéculative de l’Art, telle qu’elle naît au début du XIXe siècle, en montrant les éléments de continuité et de rupture avec, d’une part, l’esthétique kantienne, d’autre part, le (néo)platonisme.

Jacques-Louis David, La Mort de Marat, 1793, huile sur toile, 165 x 128 cm, Bruxelles, Musées royaux des beaux-arts de Belgique.

    • Aude Jeannerod : L’idéalisme esthétique dans la critique d’art de Charles Baudelaire
      Dans sa critique d’art, Baudelaire présente l’idéal et la nature comme deux pôles antithétiques qui aimantent la création artistique : d’une part, la nature est le matériau premier de toute œuvre d’art, et d’autre part, l’idéal est ce vers quoi tend l’artiste lorsqu’il crée. Et de prime abord, le critique semble renvoyer dos à dos idéalisme et naturalisme esthétiques : selon lui, les naturalistes copient aveuglément la nature et ne sont donc pas des artistes, car ils ne créent pas, tandis que les idéalistes peignent des choses improbables, en dehors de toute vraisemblance. Le véritable artiste sera donc celui qui parviendra à combiner nature et idéal, et Baudelaire, dans le Salon de 1846, prend notamment l’exemple du portrait pour défendre cette idée. La création artistique est donc prise dans un mouvement, une tension qui prend la nature pour socle et l’idéal pour horizon. Mais l’idéal baudelairien ne doit pas être entendu au sens d’un Beau universel ; l’idéal est au contraire propre à chacun, il est le génie particulier à chaque artiste. C’est en cela qu’on pourra parler d’un idéalisme esthétique chez Baudelaire : seul l’artiste de grand talent, le génie comme Delacroix, peut s’affranchir de la nature afin de créer une œuvre idéale.

  • Fanny Bacot : L’idéalisme esthétique de Joséphin Péladan
  • Sara Vitacca : L’inspiration de Michel-Ange dans l’esthétique décadente et symboliste

Séance du 10 novembre 2012 – Réception littéraire de l’idéalisme allemand

Membres présents : Marian Balastre, Capucine Echiffre, Victoire Feuillebois, Christelle Girard, Isabelle Hautbout, Lola Kheyar Stibler, Michelle Lee, Landry Liébart, Marion Mas, Aurélie Moïoli, Julien Nègre, Emilie Pezard, Virginie Tellier.

Réception littéraire de l’idéalisme allemand

  • Rapide présentation de l’idéalisme allemand
  • Marian Balastre : Victor Cousin, Balzac et l’idéalisme – Pistes critiques
    Entre 1817 et 1820, le jeune Balzac s’engage dans une réflexion philosophique intense : il lit Descartes, traduit Spinoza, fréquente les cours du charismatique Victor Cousin. Mais le romancier de la maturité, l’auteur des Études philosophiques, est-il réellement influencé par ces métaphysiciens, et dans quelle mesure ? Une dialectique philosophique va déterminer en profondeur la pensée balzacienne : la recherche de la synthèse entre matérialisme et spiritualisme. Si certains concepts cousiniens présentent une certaine similitude avec les notions invoquées par Balzac, aucune influence philosophique réelle de ce penseur dans son œuvre ne peut être établie. C’est plutôt en parallèle des romantiques allemands que le romancier cherche sa propre voie philosophique. Développant son fameux réalisme de la désillusion face à l’idéalisme romantique, Balzac élabore en même temps une conception substantialiste du monde, qui au delà de l’idéalisme utopique voire chimérique, permet d’intégrer dans un système unitaire à la fois les forces matérielles qui régissent le monde, et les influences spirituelles, fluidiques qui interviennent dans les activités humaines et qui constituent une surnature apparaissant sous des formes fantastiques. Balzac croit à la substantialité de la pensée, c’est un mystique de l’Église de Jean, mais c’est aussi un théoricien du progrès historique de la société, des techniques, des sciences et des arts. Il recherche partout, par l’écriture romanesque, l’action de cette puissance qu’est la pensée humaine, substance qui se décline de multiples façons dans une immense Comédie humaine. Il ne s’agit plus d’un Ciel des idées, modèle archétypal détaché du monde réel, mais de la présence active de l’esprit dans la matière de la nature, du destin de l’homme, dans la société et ses mœurs. La foi et la recherche unitaires de Balzac se distinguent donc du dualisme inhérent à tout idéalisme. Mais il n’adopte pas pour autant le pur monisme matérialiste : c’est un spiritualiste substantialiste, pour qui les rouages de la société font écho au magnétisme animal (de Mesmer) et aux correspondances mystiques de l’univers (des théosophes).
  • Virginie Tellier : « Entre philosophie et littérature, quelle langue pour l’absolu ? (l’exemple de Balzac) » :L’idéalisme prétend accéder à l’Absolu, et présenter dans la langue du système un savoir absolu. Or le problème est double : d’un point de vue sémantique, l’absolu est un indicible, il échappe par nature au langage humain, en ceci précisément qu’il est hors de l’humain. Le langage discursif expose partie par partie, de manière linéaire et unidirectionnelle, alors que l’absolu est une totalité vivante. D’un point de vue pragmatique, la connaissance de l’absolu, si elle est possible, relève d’une intuition subjective. Mais alors, comment peut-on espérer communiquer cette connaissance à autrui ?

    Cette communication prétendait partir de ce que littérature et philosophie ont en commun, la question du langage, et tenter de voir comment les deux discours s’entrelacent dans trois « Études philosophiques » d’Honoré de Balzac. La question du langage de l’Absolu aboutit à deux attitudes radicalement différentes, qui constituent une tension essentielle chez Balzac : d’un côté, la confiance dans le langage du système, de l’autre, la défiance dans la finitude du langage humain, incapable de dire l’absolu.

    Louis Lambert, La Recherche de l’Absolu et Séraphîta mettent tous trois en cause le langage, à travers divers procédés de figuration du silence et de l’indicible, qui mettent en évidence la prééminence de la vision, de la contemplation muette, sur le discours. Pourtant, la préoccupation du Système est déterminante dans la cosmologie tout comme dans la poétique balzaciennes : le monde, comme la Comédie Humaine, sont présentés par l’auteur comme des « systèmes ». Balzac construit un système littéraire, qui n’ignore pourtant ni l’ironie, ni la fragmentation chères à Schlegel. On peut néanmoins se demander si les « lambeaux » balzaciens constituent de véritables « fragments ». Plus qu’à Schlegel, c’est peut-être à Novalis qu’il convient de comparer l’œuvre de Balzac : l’un et l’autre insistent sur les « correspondances » qui doivent présider à la constitution d’un « langage céleste », le nom devenant la « signature » de la chose. L’un et l’autre conduisent également à élaborer un langage à la fois mathématique et mystique, le Nombre et le Verbe se fondant dans un seul langage, l’X de la Parole.

Balzac manifeste ainsi, comme les romantiques allemands, « la conscience critique de l’inachèvement nécessaire d’un discours de l’absolu » (André Stanguennec). Mais, s’éloignant du langage philosophique, c’est par des moyens proprement littéraires (polyphonie, figures de style, typographie, fragmentation du discours) que Balzac cherche, sinon à résoudre, du moins à approfondir le problème d’un langage de l’Absolu.

  • Victoire Feuillebois : « L’idéalisme comme romance : l’exemple russe »
    L’objet de cette communication est de présenter un paradigme récent qui s’est développé dans le champ du romantisme russe pour interroger la translation de l’idéalisme philosophique à la sphère de la fiction. S’opposant à une tradition plutôt orientée vers l’histoire des idées, qui avait tendance à circonscrire le sujet à une problématique philologique de l’influence, certains critiques anglo-saxons, d’Isaiah Berlin dans les années 1970 à un slaviste contemporain comme John Randolph, ont interrogé la question du point de vue de l’histoire des mentalités et finalement abouti à la conclusion que l’idéalisme philosophique jouait dans le contexte russe autant le rôle d’une authentique influence intellectuelle que celle d’un façonnement des modes de vie, autorisant un comportement inspiré et romanesque. Cette conception de « l’idéalisme comme romance » permet de relire la réception de l’idéalisme dans l’optique d’une double opération de fictionnalisation : les scénarios idéalistes ainsi produits montrent que le contenu philosophique est traité comme une fiction, donnant naissance à une « forme de vie » autant qu’à une réflexion conceptuelle, mais préparent aussi naturellement le transfert dans la fiction de figures de philosophes définies par leurs habitus et leurs comportements. Support par excellence du détournement carnavalesque dont l’objet est de discréditer l’idéalisme, cette approche est pourtant aussi très présente chez les littérateurs qui se considèrent comme des disciples de l’idéalisme, mais pratiquent bien néanmoins une sorte de parodie sérieuse de la matière philosophique.

Séance du 22 septembre 2012 – Introduction

Présents : Juliette Azoulai, Marian Balastre, Victoire Feuillebois, Aude Jeannerod, Mathilde Labbé, Michelle Lee, Émilie Pezard.

Actualités

Deux soutenances sont annoncées : Juliette Azoulai soutient sa thèse sur « L’âme et le corps dans l’œuvre de Flaubert » le 16 novembre à l’Université de Rouen ; Victoire Feuillebois soutiendra sa thèse de littérature comparée sur les cycles de fictions nocturnes dans l’Europe romantique à l’Université de Poitiers, le 30 novembre prochain.

La séance a principalement été consacrée à la présentation, par Émilie Pezard, de quelques éléments de réflexion sur l’idéalisme visant à amorcer une problématisation de la notion.

À partir d’une rapide recherche portant sur les mots idéal et idéalisme dans les titres d’ouvrages parus au XIXe siècle, dans les dictionnaires (Dictionnaire de l’Académie française et Grand dictionnaire universel de Pierre Larousse), ainsi que dans quelques corpus monographiques, il apparaît que les deux termes sont couramment utilisés tout au long du siècle dans des acceptions proches de celles que nous utilisons aujourd’hui — à une exception près : le sens qui, faisant dériver idéaliste, non d’idéal, mais d’idée, fait des écrivains « idéalistes » ceux qui, « sans prétendre faire de la morale, développent cependant une idée » (Jean Fleury, Histoire élémentaire de la littérature française, Pétersbourg et Moscou, 1871, p. 304), et du roman idéaliste ainsi conçu un ancêtre du roman à thèse, semble périmé aujourd’hui.

Le mot idéal peut avoir différentes acceptions, qui s’opposent moins qu’elles ne dérivent les unes des autres, concernant différents champs d’application. Le Dictionnaire de l’Académie française (DAF) de 1798 fait d’abord d’idéal un « terme de logique et de métaphysique » désignant ce « qui existe dans l’idée, qui n’existe que dans l’entendement », et s’opposant ainsi au matérialisme. Dans son acception spiritualiste, l’idéalisme s’oppose au positivisme, et fonde la définition synthétique que propose Jean-Marie Seillan du roman idéaliste dans le second XIXe siècle : « idéaliste serait le roman dont l’auteur et les personnages reconnaissent, pour parler bref, l’existence de l’âme » (Le Roman idéaliste dans le second XIXe siècle. Littérature ou « bouillon de veau » ?, Classiques Garnier, coll. Études romantiques et dix-neuviémistes, 2011, p. 23). C’est cet idéalisme que dénonce Zola quand il critique, dans Le Roman expérimental, les idéalistes – « ceux qui se réfugient dans l’inconnu pour le plaisir d’y être » – qui « base[nt] leurs œuvres sur le surnaturel et l’irrationnel » ; c’est cet idéalisme que regrette au contraire des Hermies qui, dans Là-bas de Huysmans, « reproche au naturalisme […] [de] rejeter le suprasensible, dénier le rêve ».

S’il apparaît donc que l’idéalisme peut faire l’objet de jugements de valeur opposés — tout comme les romanciers « idéalistes » regroupent écrivains majeurs et mineurs —, cette acception neutre se double par ailleurs rapidement d’une valeur positive, quand le terme est utilisé à propos des « Arts d’imagination et d’imitation », selon le DAF de 1832-1825 : est idéal ce « qui réunit toutes les perfections, ou qui est plus beau que les modèles offerts par la nature ». Le substantif, attesté dès cette édition du DAF, est défini de façon plus précise dans la 8ème édition comme « ce qui donnerait à l’intelligence, à la sensibilité humaine une satisfaction parfaite ». Si les deux sèmes principaux du mot, l’irréel et la perfection, peuvent paraître unis par des liens logiques dans la mesure où la perfection n’existe que dans l’idée, il faut se garder de les confondre systématiquement : la perfection peut être paradoxale et viser le mal — puisque « Pour ceux dont le mal est l’idéal, l’opprobre est une auréole » (Victor Hugo, Les Travailleurs de la mer). Conçu comme perfection, l’idéal est un horizon vers lequel on tend, comme le montrent les exemples du DAF de 1932-1935 (« Il faut viser à l’idéal, tendre à l’idéal ») aussi bien que les titres qui, dans la seconde moitié du XIXe siècle, citent le terme : Chercheur d’idéal, Vers l’idéal, À la recherche d’un idéal, Vers l’idéal, La Chasse à l’idéal, La Poursuite de l’idéal… Dans une acception esthétique, l’idéalisme consistera en une représentation idéalisée du réel, par les moyens combinés de la sélection et de l’embellissement par recomposition : en ce sens il s’oppose au réalisme.

L’idéalisme apparaît ainsi comme une notion au croisement de l’idéologie et de l’esthétique, qui, dans ses différentes acceptions et à différentes époques, s’inscrit toujours en opposition à une autre notion, les deux étant affectées de valeurs contraires : l’idéalisme est l’un des deux termes des débats littéraires de chaque époque. Il pourrait s’agir alors de retracer autour de la notion d’idéalisme une histoire des débats esthétiques du temps et d’interroger les scansions généralement admises : à quoi l’idéalisme s’oppose-t-il, et cette opposition est-elle absolue ? Quelle fonction la notion a-t-elle joué dans les débats philosophiques et esthétiques du siècle ?

Éléments de bibliographie
  • Jean-Marie Seillan, Le Roman idéaliste dans le second XIXe siècle. Littérature ou « bouillon de veau » ?, Classiques Garnier, coll. Études romantiques et dix-neuviémistes, 2011.
  • Ferdinand Brunetière, « L’idéalisme dans le roman », La Revue des Deux Mondes, juin 1885.
  • Édouard Rod, « L’idéalisme contemporain », Cosmopolis, revue internationale, juillet 1904, p. 149-163.

Compte rendu par Émilie Pezard