Prochain atelier du XIXe siècle : « Les chefs-d’oeuvre inconnus »

Cet atelier est organisé par Amandine Lebarbier et aura lieu à la maison de Balzac de 9h30 à 16h. 

Présentation 

Les travaux récents sur La Bibliothèque des textes fantômes ont conduit les chercheurs à s’interroger sur « ces livres qui ne s’ouvrent que dans d’autres livres », selon la formule consacrée par Max Beerbohm. Si, comme l’a très bien montré Céline Delavaux dans son Musée impossible, l’histoire de l’art est aussi peuplée de fantômes, cette première journée d’études vise à proposer une réflexion sur la bibliothèque fantôme, le musée imaginaire et la musicothèque fictive constitués par la littérature du XIXe siècle. Rendue célèbre par le titre d’une nouvelle de Balzac, cette formule oxymorique de « chef-d’œuvre inconnu » est porteuse d’une réflexion multiple. Inconnues, ces œuvres le sont doublement : n’ayant d’existence que littéraire, elles connaissent la plupart du temps une deuxième mise à mort dans la fiction – les tableaux sont détruits, les artistes meurent sans terminer leurs œuvres, etc.

Suite à l’ouverture du Musée central des arts en 1793, rapidementrebaptisé Musée Napoléon, le statut de l’œuvre d’art se modifie en profondeur :devenus visibles, aisément copiables, non plus admirés in situ mais dans un nouvelespace qui invente ses propres règles de circulation, les trésors de l’histoire del’art s’exhibent au regard de tous. Aussi la vogue des fictions d’artistes dans lapremière moitié du siècle se caractérise-t-elle par un repli spatio-temporel : lesintrigues privilégient l’Italie de la Renaissance, la France du XVIIe siècle, etplacent l’atelier de l’artiste au cœur du dispositif d’écriture. Dans une approchecomparatiste et intermédiale, cette première journée d’études nous invite à partirà la rencontre de ces œuvres qui se dérobent dans de mystérieuses mansardes,cachées derrière des tentures, et qui engagent une réflexion multiple sur le statutqu’il s’agit de conférer à l’œuvre d’art.

Programme 

Session 1 : « Modèle balzacien » (9h30-10h20)


Daniel S. Larangé
(Institut Sainte-Croix de Neuilly sur Seine), « Le Chef d’œuvre inconnu : une galerie de portraits. Balzac portraitiste »


Harsh Trivedi (Université de Sheffield), « Les chefs-d’œuvre inconnus : une étude des œuvres fictives dans La Comédie humaine »Discussion

Pause

Session 2 : « Échecs artistiques : regards de l’écrivain sur la peinture » (11h15-12h30)

Laëtitia Bertrand (ENS Lyon), « La “vieille Italie” entre âge d’or et décadence : l’art en péril dans André del Sarto (1833), Lorenzaccio (1834) et Le Fils du Titien (1838)de Musset »

Philippe Hamon (Université Sorbonne nouvelle), « De quelques chefs-d’œuvre plus ou moins ratés dans le roman réaliste, Flaubert, Champfleury et Zola »

Marie Bernard Bat (Université Paris-Sorbonne), « Dans le ciel : des chefs-d’œuvre invisibles de Lucien à l’esthétique du néant de Mirbeau »

Discussion

13h : Déjeuner 

Session 3 : « Échecs artistiques : regards de l’écrivain sur la sculpture » (14h30-15h20)

Léa Jaurégui (École du Louvre), «La sculpture chimérique, la sculpture confisquée »

Romain Enriquez (Université d’Artois), « L’œuvre inconnue dans L’Œuvre »

Discussion

Conclusion de la journée

Appel à communication

La séance des Doctoriales du samedi 9 mars 2019 aura lieu à la bibliothèque Jacques Seebacher de l’université Paris VII. Organisée par Hélène Dubail, cette séance est encore ouverte à des propositions de communication. Dans le cadre de notre séminaire sur « Les Révolutions du corps au XIXe siècle », elle portera sur la notion de silhouette et est intitulée « Formes convexes, formes concaves : la littérature face à l’invention de la silhouette ».

Argumentaire 

Parmi les révolutions du corps qui s’opèrent au XIXe siècle, l’invention de la silhouette marque une étape importante. Georges Vigarello y voit « un moment précis de la culture occidentale : celui où l’individualisation spécifique du paraître est soumise à investigation, celui où le corps, plus que jamais, se donne comme le corps d’un sujet » (2012, p. 22). Le mot, né quelques décennies plus tôt pour désigner une technique particulière de dessin, semble en effet rapidement témoigner d’un regard nouveau porté sur les corps lorsqu’il quitte le domaine du seul graphisme pour passer dans le langage courant. On prend conscience, au XIXe siècle, que les contours sont parlants. La forme générale des corps peut être révélatrice de caractères ou de sentiments ; elle dévoile l’identité et fonctionne comme un assemblage d’indices à déchiffrer pour qui sait les observer.

Loin des corps idéalisés de la peinture académique, loin également des études qui se centrent sur les cas de difformité, l’intérêt pour la silhouette correspond d’abord à une attention portée au corps banal. On prend conscience de la diversité des morphologies – un autre néologisme du siècle – et on tâche ainsi, en s’attardant sur les détails des contours de chacun, à faire ressortir la singularité des individus. Parallèlement, comme le note l’historien, la silhouette opère une nouvelle classification. Tout en soulignant les particularités de chaque corps, la notion permet de rétablir une hiérarchie sociale mise à mal dans les premières décennies du siècle. Les corps ne sont plus, en effet, aussi lisibles qu’ils l’étaient avant la Révolution française car les habits se sont uniformisés ; les distinctions de morphologies vont donc remplacer les distinctions de vêtements pour juger, au premier coup d’œil, de l’appartenance d’un individu à telle classe sociale.

Or, dans ce nouvel uniforme qu’est la silhouette, ce sont d’abord les formes convexes et concaves qui servent de critères. À l’opposition que l’on faisait déjà entre grand et petit –question de taille – ou gros et maigre – question d’épaisseur – s’ajoute une distinction, plus nuancée, concernant la répartition des formes entre le haut et le bas du corps. La notion de silhouette invite à raisonner, avant tout, en termes d’équilibre. Courbure du dos, proéminence du ventre ou de la poitrine, arc des jambes et creux de la taille sont autant de formes convexes et concaves qui attirent désormais l’œil car elles se prêtent à une lecture sociologique. L’inflexion du corps par rapport à un hypothétique axe vertical devient signifiante, que l’on pense à la posture voûtée du mendiant, à la forme en poire du bourgeois profiteur dont la silhouette semble couler ou au redressement fier du torse du dandy, sans oublier la cambrure féminine qui se teinte d’érotisme.

Avec la notion de silhouette est donc apparu un nouvel état d’esprit, qui mènera à la naissance de la culture physique – pour « garder la ligne » – et aux grandes évolutions de lamode au début du XXe siècle. Mais si Georges Vigarello démontre bien comment les images –vignettes, caricatures et autres affiches publicitaires – ont influencé les mentalités, il n’aborde que très peu les effets qu’a pu avoir ce nouvel état d’esprit sur la littérature. Ne trouve-t-on pas, dans les écrits de l’époque, des procédés similaires à ceux des caricaturistes ? Les écrivains n’ont-ils pas cherché, eux aussi, à faire une lecture sociologique des morphologies ?

Il serait dès lors intéressant d’étudier la manière dont le concept a pu être transposé des arts graphiques à la littérature :

Retrouve-t-on sous la plume des écrivains un équivalent du tracé cursif des dessinateurs ? Les représentations littéraires des corps se simplifient-elles comme c’est le cas pour les représentations visuelles ? Comment relève-t-on, en littérature, le défi de l’économie de moyens ? Les genres littéraires marqués par la brièveté, d’ailleurs, font-ils un usage privilégié de la silhouette ? Tel est le type de questions que l’on peut se poser.

On s’interrogera également, bien entendu, sur la signification donnée aux formes des corps dans la littérature, quel que soit le genre littéraire abordé. Les formes convexes et concaves des personnages sont-elles données à lire comme des faisceaux d’indices ? Les postures élancées, affaissées ou cambrées traduisent-elles des caractères, des sentiments ? Les écrivains mettent-ils en évidence des silhouettes nouvelles qui n’auraient pas existé avant le XIXe siècle ? Créent-ils des types morphologiques à la manière des physiologistes et des caricaturistes ? Est-il d’ailleurs possible de décrire à grands traits des personnages sans tomber dans la caricature ? Enfin, quelles idéologies se cachent derrière la réduction d’êtres humains à des formes géométriques permettant de les classer ?

Bibliographie indicative

CORBIN Alain, COURTINE Jean-Jacques et VIGARELLO Georges (dir.), Histoire du corps, t. II, De la Révolution à la Grande Guerre, Paris, Seuil, coll. Points, 2005.

LE MEN Ségolène (dir.), Pour rire ! Daumier, Gavarni, Rops, L’invention de la silhouette, Paris, Somogy, 2010.

VIGARELLO Georges, La Silhouette. Naissance d’un défi du XVIIIe siècle à nos jours,Paris, Seuil, coll. Point, 2012.

Afin de proposer une communication d’environ 400 mots, accompagnée d’une bio-bibliographie, vous pouvez nous écrire à l’adresse contact.doctoriales.serd@gmail.com

Actualités dix-neuviémistes

Deux journées d’études sont organisées par le Groupe d’Études Balzaciennes et le Groupe international de Recherches Balzaciennes à propos du Cousin Pons : elles ont lieu les 23 et 24 novembre 2018, à l’École Normale Supérieure de Paris. 

Programme 

Vendredi 23 novembre 2018
Matin
(45, rue d’Ulm, salle des Actes, esc. A, 1er étage)

9h : accueil et ouverture par Thomas Conrad, Bernard Gendrel et Jacques-David Ebguy. Les romans d’un roman

Présidence : Michel Lichtlé.
9h 30 : Gérard Gengembre, « Le Cousin Pons, roman parisien ».

10h: Françoise Gaillard,«LeCousinPons,leromandequelletransgression?».10h30 : discussion et pause.

Spleen et Idéal
11h : Mireille Labouret, « Les Deux Casse-noisettes ou le détour par l’enfance ».

12h : discussion et pause.

Vendredi 23 novembre 2018

Après-midi
(29, rue d’Ulm, salle 236, 2e étage)

Les liaisons dangereuses

14h 30 : Céline Duverne, « L’Éros balzacien dans Le Cousin Pons ».

Présidence : Jacques-David Ebguy.
11h 30 : Sylvie Thorel, « Le laid idéal dans Le Cousin Pons ».

Présidence : Françoise Gaillard.
15h : Jacques-David Ebguy, « “La fin de l’homme” : la question du lien social dans Le Cousin Pons ».

15h 30 : discussion et pause.

In et ex fabula

Présidence : Thomas Conrad.

16h : Bernard Gendrel, « Balzac fabuliste dans Le Cousin Pons ».
16h 30 : Christèle Couleau, « “Renverser les faux dieux de cette littérature bâtarde” : Balzac, le roman et lefeuilleton ».

17h : discussion.

Samedi 24 novembre 2018

Matin
(45, rue d’Ulm, salle Dussane, rez-de-chaussée)

Invention sous bénéfice d’inventaire

9h 30 : Laélia Véron, « Les discours du narrateur dans Le Cousin Pons ».

10h 30 : discussion et pause.

Un roman à la limite ?

Présidence : Mireille Labouret.
11h: Aude Déruelle, « Le Cousin Pons, roman de la mort ».

11h 30 : Thomas Conrad, « Petites gens et petites choses dans Le Cousin Pons ».

12h : discussion et conclusions.

Compte-rendu de la séance du 10 novembre 2018 : « Souffrance et dégoût au XIXe siècle : les émotions face aux corps »

Étaient présents : Manon Amandio, Hélène Dubail, Romain Enriquez, Paul Faggianelli Brocart, Édouard Garancher, Yeon Jeong, Hélène Köll, Loïc Maille, Anne Orset, Loïc Le Sayec, Grégoire Tavernier, Marie-Agathe Tilliette, Anna Hanotte-Zawiscak.

Cette séance à donné lieu à deux communications. Les résumés sont disponibles ici :

Manon Amandio : « Ce que le corps souffrant met en lumière : le cas de Bérénice d’Edgar Allan Poe »

À partir de la représentation du corps féminin dans la nouvelle « Bérénice » d’Edgar Allan Poe, cette communication propose d’étudier les modalités de lecture du corps dans la nouvelle fantastique à une période de développement du discours médical dans les oeuvres littéraires. La nouvelle Bérénice nous semble être un bon exemple pour cette étude, car elle met en scène une tentative de diagnostic du narrateur, qui s’improvise médecin pour tenter d’exercer du contrôle sur le corps souffrant de Bérénice. Mais cette tentative d’une analyse rationnelle du corps souffrant est à l’origine d’une autre forme de pathologie pour le narrateur : une obsession pour les dents de la jeune épouse, qui finira par mener le narrateur à sa perte. Nous verrons que les modalités de la représentation de ces mécanismes changent lorsque l’on inscrit la nouvelle dans un système plus vaste, celui de la réception de l’auteur américain en France et de la constitution d’un corpus national. 

Loïc le Sayec : « Dégoût et des couleurs (on ne dispute pas?) ». A propos de quelques corps dégoûtants chez Octave Mirbeau.

En étudiant différents passages des nouvelles et des romans d’Octave Mirbeau, cette communication se propose d’apporter des éléments de compréhension de la description du corps dégoûtant. Qu’est-ce qui rend un corps dégoûtant et pourquoi ? Il semble qu’un certain nombre de « lois » du dégoût président à la description des corps dégoûtants qui jalonnent les récits de Mirbeau. Loin d’être de simples passages sensationnalistes ou des évocations de spécimens tératologiques, les descriptions de corps dégoûtants semblent répondre à une poétique concertée, comme le montre l’existence d’en certain nombre d’archétypes. C’est souvent le même type de corps qui dégoûte, toujours décrit avec le même vocabulaire : Mirbeau semble avoir ses obsessions. À y regarder de plus près cependant, les choses se compliquent. Des corps semblables semblent ne pas dégoûter. Comment comprendre de telles différences ? Il semble que l’écriture du corps dégoûtant relève de lois plus complexes que celles de la simple perception des corps, révélant des enjeux politiques et moraux. Le narrateur qui prend en charge la description d’un corps porte aussi un jugement moral sur son propriétaire. Le corps dégoûtant s’inscrit dans une série de dispositifs littéraires dépendant de l’axiologie du récit ou visant à la construire. Ces rapports feront l’objet d’une interrogation visant à dégager quelques pistes pour comprendre les lois du dégoût à l’œuvre dans les textes.

Prochain rendez-vous le 7 décembre pour l’atelier d’Amandine Lebarbier, puis le 26 janvier pour une séance sur la représentation de la sexualité féminine.

Si vous souhaitez communiquer lors d’une prochaine séance du séminaire des Doctoriales de la SERD, n’hésitez pas à nous envoyer une proposition de communication d’environ 400 mots à l’adresse suivante : contact.doctoriales.serd@gmail.com

Séance du 10 novembre 2018

Bonjour à toutes et à tous, 

Nous nous réunissons samedi 10 novembre 2018 pour une nouvelle séance des Doctoriales, intitulée « Souffrance et dégoût au XIXe siècle : les émotions face aux corps », et organisée par Manon Amandio.

Le séminaire aura lieu à l’Université Paris Diderot (Paris VII), dans la Halle aux Farines, en salle 280 F.

Notre rencontre se déroulera en deux temps. La première partie de la séance donnera lieu aux deux communications suivantes : 
– Manon Amandio : « Ce que le corps souffrant met en lumière : le cas de Bérénice d’Edgar Allan Poe »
– Loïc Le Sayec : « Dégoût et des couleurs (on ne dispute pas ?). A propos de quelques corps dégoûtants chez Octave Mirbeau »
En deuxième partie de séance, Hélène Dubail fera une présentation de l’outil Lipotexte, une bibliothèque thématique collaborative qui a pour objectif de numériser plusieurs thèmes littéraires et de suggérer des interprétations nouvelles.

Nous espérons vous y retrouver nombreux. Pour toute question, n’hésitez pas à nous écrire à l’adresse habituelle :

contact.doctoriales.serd@gmail.com

Rencontres Frankenstein: 23-24 novembre 2018

Les deuxièmes Rencontres Dix-neuviémistes du CL19 (Comité de Liaison des Associations dix-neuviémistes), sont consacrées cette année à Frankenstein. Elles se dérouleront les 23 et 24 novembre à la Fondation Thiers, 27 place Saint Georges, 75009 Paris. 

Programme 

Vendredi 23 novembre 2018
9h30 : Accueil des participants et ouverture du colloque par
M. François d’Orcival, président délégué de la Fondation Dosne-Thiers, conservateur de l’Hôtel Thiers,
Mme Sandrine Folpini, Administratrice de la Fondation Dosne-Thiers
et Mme Antonia Fonyi, présidente du CL 19

Premier axe : postérités d’un mythe
9h45-10h25 : Béatrice Didier (École Normale Supérieure de Paris, Société des Amis de Chateaubriand) « Mary Shelley et le roman féminin »
10h25-11h05 : Daniel Compère (Université Paris III, laboratoire CRP19) « Frankenstein et le mythe polaire »
11h15-11h55 : Michel Faucheux (Institut National des Sciences Appliquées de Lyon / Institut Gaston Berger) « Frankenstein, machine littéraire »
11h55-12h35 : Ada Ackerman (CNRS, laboratoire THALIM) « Retour sur l’exposition Golem ! Avatars d’une légende d’argile du Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (2017) »

Second axe : enjeux de représentation
14h-14h40 : Shane Lillis (Université de Nantes, laboratoire LAMO) « Voir et montrer l’informe et l’innommable dans Frankenstein de Mary Shelley »
14h40-15h20 : Jacqueline Razgonnikoff (Comédie Française) « Avatars d’une poupée – Mary Shelley et Jacques Audiberti »
16h-16h40 : Jean-François Peyret, metteur et scène : présentation du spectacle La Fabrique du monstre, avec Jeanne Balibar et Jacques Bonnaffé, commande de l’IRCAM pour la MC Montreuil, 2018
17h30-18h : Présentation du film Frankenstein de Thomas Edison par Ada Ackerman

Samedi 24 novembre


Troisième axe : enjeux éthiques contemporains
9h30-10h10 : Ugo Batini (Université de Poitiers, laboratoire MAPP) « Frankenstein, symptôme monstrueux »
10h10-10h50 : Alexandre Moatti (Mines, Université Paris VII-Paris Diderot, laboratoire SPHERE) « Du vitalisme au transhumanisme : science, technique et représentation de la science dans Frankenstein »
11h-11h40 : Jean-François Chassay (UQAM) : « Frankenstein et l’animalité »

Conférence de clôture
11h45-12h30 : Mme Catherine Bréchignac, secrétaire perpétuel de l’Académie des Sciences, « Frankenstein dans les discours scientifiques et l’imaginaire des sciences »

Parution : « La Découverte scientifique dans les arts »

La nouvelle collection en ligne du laboratoire LISAA (Littérature, Savoirs et Arts) fait paraître son premier volume, consacré au XIXe siècle, La Découverte scientifique dans les arts, actes d’un colloque international du même nom, dirigé par Azélie Fayolle et Yohann Ringuedé :

http://lisaa.u-pem.fr/plateforme-dedition-electronique/collections-numeriques-du-lisaa/savoirs-en-textes/#c70204

Présentation du volume


Depuis les analyses de Karl Popper et de Thomas Kuhn, la découverte scientifique est considérée comme un processus inscrit dans une temporalité longue, et dont la paternité ne peut jamais être imputable à une personnalité : la découverte est un fait insaisissable. Toutefois, ce moment clé de la mythologie scientifique et de ses représentations est largement imaginé et reconstitué par la littérature et les arts d’un dix-neuvième siècle marqué par l’idéologie scientiste. Quoique problématique, cet instant décisif, qui permet d’éclairer un aspect du monde jusque-là ignoré, devient un motif récurrent. Cet ouvrage collectif, issu d’un colloque international, réunit des articles qui aboutissent à un constat analogue : la découverte scientifique est mise en scène grâce à de multiples dispositifs relevant du décalage. Ces études permettent de développer une réflexion sur les stratégies déployées par des auteurs et des artistes qui cherchent à rendre compte d’un moment trop fugace, trop intime et trop incertain pour pouvoir être décrit avec certitude dans un contexte réaliste.

Très bonne lecture ! 

Compte rendu du 6 octobre et agenda des prochaines séances

Étaient présents : Manon Amandio, Fanny Arama, Nicolas Aude, Jordi Brahamcha-Marin, Paul Brocart Faggianelli, Antonin Coduys, Hélène Dubail, Romain Enriquez, Edouard Garancher, Anna Hanotte-Zawislak, Yeon Jeong, Hélène Köll, Loïc Le Sayec, Anne Orset, Grégoire Tavernier, Marie-Agathe Tilliette.

Cette séance inaugurale pour le thème qui nous occupera jusqu’en 2020, Les révolutions du corps, a d’abord été l’occasion de se rencontrer et d’échanger, entre tous les participants et participantes, sur les thèmes et questions qui pourront être abordés lors des prochaines séances. La discussion a donné lieu à beaucoup d’idées stimulantes sur les révolutions du corps au XIXe siècle : la danse, le corps dans les colonies, les caricatures, les corps au théâtre, la tératologie…

Les membres du comité d’organisation – Manon Amandio, Fanny Arama, Romain Enriquez, Anne Orset et Marie-Agathe Tilliette – sont revenus sur différents points de l’argumentaire en proposant des pistes de réflexion et de problématisation sur le sujet. Un point a également été fait par Fanny Arama sur les ressources physiques (bibliothèques, centres dédiés à la recherche…) de la recherche dix-neuviémiste, et par Romain Enriquez sur les ressources numériques.

Cette séance a permis de fixer certaines dates du calendrier pour les prochaines séances, qui auront lieu aux dates suivantes : 10 novembre, 26 janvier, 9 mars, 13 avril, 25 mai et 15 juin.

Enfin, nous rappelons qu’il est possible, en assistant à une séance de séminaire des Doctoriales, de faire valider sa présence au titre de crédits ECTS pour la formation du doctorant. Pour toute question, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse habituelle: contact.doctoriales.serd@gmail.com

Rentrée des Doctoriales de la SERD

La séance de rentrée des Doctoriales de la SERD aura lieu ce samedi 6 octobre, de 10h à 13h. Elle se tiendra dans la bibliothèque Jacques-Seebacher de l’université Paris-Diderot (bâtiment des Grands Moulins, aile A, deuxième étage).

Elle sera consacrée à la présentation des Doctoriales, ainsi qu’à une introduction au thème choisi pour les deux années qui viennent : « Les Révolutions du corps au XIXe siècle ». Il sera également proposé un point méthodologique sur l’accès aux sources, physiques et numériques, du XIXe siècle.

N’hésitez pas à nous écrire pour toute demande d’information supplémentaire : 

contact.doctoriales.serd@gmail.com

Prochain atelier du XIXe siècle : « Quelles sources pour l’histoire des sens ? »

Le prochain atelier du XIXe siècle aura lieu le 21 septembre 2018 à la Fondation Biermans Lapôtre (Cité internationale universitaire, Paris). Il est organisé par Érica Wicky (FNRS, Université de Liège).

Argumentaire 

S’inscrivant dans le prolongement du Material Turn, mais également redevable de l’histoire du corps et de celle des sensibilités, l’histoire des sens s’ancre toujours plus au cœur de l’actualité de la recherche sur le XIXe siècle. De même que l’histoire de la culture visuelle, qui a souvent été comprise comme une histoire du regard, elle étudie la signification et les fonctions des sens et de la perception sensorielle, également considérés comme une construction culturelle et sociale. Envisageant les cinq sens comme un système, elle s’intéresse aussi aux rapports de concurrence et de hiérarchie entre les sens. L’histoire des sens a ainsi pour vocation d’étudier les modèles sensoriels en vigueur à différentes époques afin de mesurer la manière dont ceux-ci ont façonné le rapport au monde des contemporains. Outre ses contributions aux recherches historiques menées dans des domaines connexes (histoire des émotions, de la gastronomie, de l’hygiénisme, etc.), sa propension à révéler les mécanismes de différenciation rend l’histoire des sens particulièrement utile aux approches transversales telles que les études genre et les études postcoloniales. Enfin, l’histoire des sens est très prisée pour la faculté qu’on lui prête à rendre l’histoire plus vivante et incarnée, plus personnelle aussi, ce dont témoignent, par exemple, les recherches et expériences visant à restituer l’odeur des batailles, menées dans le cadre du centenaire de la première guerre mondiale.

L’histoire des sens est donc caractérisée par l’analyse de sources variées, dont le corpus est d’autant plus difficile à établir que la perception sensorielle reste un phénomène éphémère et individuel, en dépit de ses traits culturels. Le langage et son histoire, tout d’abord, recèlent une multitude d’indices que l’on peut déceler dans des expressions familières (être doté de goût, de tact ou de flair évoque ainsi trois qualités bien distinctes). Parmi les documents convoqués par l’histoire des sens figurent des traités médicaux ou religieux ainsi que des ouvrages techniques et scientifiques, mais les sources artistiques et littéraires sont souvent privilégiées, car elles peuvent rendre compte efficacement des conceptions attachées aux sens, quoiqu’elles nécessitent une méthodologie spécifique, en raison notamment de leur statut singulier d’œuvre. La popularité, au XIXe siècle, de l’affiche et du roman, par exemple, les rendent particulièrement à même de modeler et de diffuser largement de telles conceptions. Elles permettent alors à l’historien.ne de retracer et de mesurer les partages sociaux des différentes conceptions du sensible. En outre, le recours à des sources littéraires et artistiques est particulièrement fréquent parmi les dix-neuviémistes dont la période a abondamment questionné le rapport des arts au réel et les enjeux de la perception sensorielle dans la création.

Il s’agira, lors de cette journée d’étude, d’interroger cette multiplicité des sources et le recours tout particulier qu’ont les historien.ne.s des sens aux sources artistiques et littéraires, mais aussi de voir comment l’histoire de l’art, la musicologie, les études théâtrales et littéraires convoquent les questions spécifiques de l’histoire des sens pour enrichir leurs analyses. La nécessité de croiser les sources pour approcher la connaissance du sensible conduit à composer des approches pluridisciplinaires. Les contributeur.rice.s seront donc invité.e.s à partager leur expérience de manière à dégager des éléments méthodologiques et critiques pour établir l’histoire des sens au XIXe siècle.

Tout membre des Doctoriales de la SERD peut proposer un atelier afin de réunir jeunes chercheurs et chercheurs confirmés le temps d’une matinée ou d’une journée. Pour les modalités de proposition, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse suivante :

contact.doctoriales.serd@gmail.com

 

Appel à contribution pour les prochaines séances des Doctoriales

LES RÉVOLUTIONS DU CORPS AU XIXe SIÈCLE

Placé dès le XVIIIe siècle sur la scène esthétique et politique, le corps se trouve au coeur des innovations littéraires, artistiques et scientifiques qui se développent au XIXe siècle.
De plus en plus visible dans le champ de l’analyse critique, il est toutefois pris après 1789 dans un écheveau de paradoxes. Voyant se succéder romantisme, naturalisme et idéalisme, la littérature du XIXe siècle oscille en effet entre exaltation du sentiment et exhibition des corps. La science, de son côté, est partagée entre célébration de l’objet artificiel et fascination pour les corps naturels, entre spiritualisme et matérialisme dans l’étude de la psyché. Face à un individualisme croissant, la société post-révolutionnaire contracte quant à elle une forme de nostalgie à l’égard des communautés organiques traditionnelles.
Au XIXe siècle, le corps est donc tout à la fois mis à nu, mis en valeur et mis en cause. Ce sont les enjeux esthétiques et critiques de cette « révolution corporelle » que nous nous proposons d’étudier lors des rencontres des Doctoriales de la SERD.

Objet d’étude pluridisciplinaire, concept plastique dont les virtualités métaphoriques ont été activées dès le XIXe siècle, le corps offre plusieurs pistes d’analyse que nous pourrons explorer au cours de nos deux années de séminaire (2018-2020).

Lire les corps

Au XIXe siècle, la médecine connaît une révolution épistémologique sans précédent, qui met le déchiffrement du corps au centre de ses préoccupations. À l’ère de la « naissance de la clinique1 », le physique dans toutes ses manifestations fait l’objet d’une véritable lecture, censée dégager les caractères de la norme à partir de l’observation des phénomènes pathologiques. La fièvre physiologique qui s’empare de la science contribue en outre à l’émergence et à la formalisation d’une psychologie matérialiste : souhaitant se défaire de l’emprise spiritualiste et dualiste des siècles précédents, les savants de l’époque tentent de « corporiser » l’étude de la psyché, que ce soit à travers la phrénologie, la physiognomonie ou encore la neurologie. Quels sujets d’étude inédits (corps souffrants, blessés, déformés) émergent de ces savoirs ? Comment la littérature et les arts s’approprient-ils le mode de présentation scientifique de ces corps nouvellement déchiffrés ?

Dans le sillage de cette lecture « indiciaire » des corps, se développent également de nouvelles disciplines (tératologie, médecine légale, anthropologie raciale et criminelle) qui dotent les instances politiques et scientifiques d’un véritable « biopouvoir ». Comme Michel Foucault l’a montré, les corps doivent se plier à une discipline institutionnelle, tout en étant soumis à un contrôle étatique et statistique de plus en plus marqué. On s’intéressera aux enjeux idéologiques et esthétiques soulevés dans le discours littéraire et social de l’époque par cette appropriation politique des corps, en faisant un usage critique des concepts de normes, de races et de genres.

Les corps en représentation

Le corps est un sujet esthétique majeur au XIXe siècle. Progressivement dévoilé, dénudé et exposé dans la peinture ou le dessin, il est également placé au centre des arts du spectacle qui se développent à cette époque, et il suscite un intérêt nouveau à travers l’émergence de la culture sportive. Dans la lignée des visual studies, il s’agit d’étudier les différents types de  supports (peinture, gravures, photographies, cinématographe, etc.) utilisés par les écrivains, les artistes et les publicistes de l’époque pour représenter le corps, sans oublier l’expansion sans précédent de l’image satirique et de la caricature du corps dans les journaux à grande diffusion (succès de Cham et de Daumier). On pourra également se demander comment les théories esthétiques formalisées au XIXe siècle renouvellent les genres mimétiques traditionnels (que ce soit à travers des blasons, des portraits ou encore des croquis anatomiques).

Dans la seconde moitié du siècle, la tendance est également à la célébration d’un physique « augmenté ». À l’exemple de Barbey (Du dandysme et de Georges Brummel) ou de Baudelaire (« Éloge du maquillage »), on pare les corps, on les sublime par l’artifice, on les dissimule par l’ajout de costumes et d’accessoires, de coiffures et de tatouages. Comment le corps cristallise-t-il les débats entre nature et culture, entre machines et organismes et comment redéfinit-il les rapports sociaux ?

Faire corps

Aux lendemains de la Révolution, la société du XIXe siècle passe d’un modèle « communautaire » (monarchie de droit divin reposant sur une forme de communion au corpus Christi) à un modèle « sociétaire » (démocratie bâtie sur le principe de la liberté individuelle) qui aboutit à « la déchirure du lien social ». Marquée par la disparition des corps anciens (états et corporations entre autres), elle se sent alors « menacée par les périls de “défédération”, de “dissociation” ou de “désagrégation” ». De surcroît, le corps des figures d’autorité traditionnelles, qui bénéficiait auparavant d’une aura particulière (en particulier à travers l’onction du monarque et la vénération des reliques), tend à se désacraliser et à se banaliser.

La sociologie naissante, qu’Auguste Comte appelle d’abord « la physique sociale », est alors fortement marquée par une pensée organiciste : malade, blessé ou amputé, le corps social a besoin d’être guéri et reconstruit. Comment ces réflexions sociologiques sont-elles prises en charge en littérature ? Quelles nouvelles instances individuelles (artistes, écrivains, sociologues) ou collectives (associations, partis politiques, sociétés savantes, cénacles littéraires) se mettent en place pour tenter de mettre fin à ce qui est vécu à l’époque comme un démembrement du corps social ?

À partir de l’analyse de Pierre Bourdieu qui décrit les « effet de corps dont les groupes littéraires et artistiques les plus fameux ont tiré d’immenses profits symboliques, jusque dans et par les ruptures plus ou moins éclatantes qui y ont mis fin8 », on étudiera les enjeux littéraires de ces reconfigurations sociales. La fondation de la Société des gens de lettres par Louis Desnoyers et Honoré de Balzac en 1838, mais également l’éclosion de groupes, d’écoles, de mouvements, souvent réunis et exposés au sein de revues très identifiables, façonne l’identité de l’écrivain désormais lié au corps de ses pairs. Il conviendra d’interroger les causes, l’évolution et les enjeux de ces mouvements qui « corporisent » l’arène littéraire et artistique tout au long du siècle.

Corpus d’auteurs, corps de lecteurs

Dans une perspective métalittéraire, on abordera enfin la présence physique de l’auteur dans ses oeuvres. Certains genres littéraires (comme les confessions, les pamphlets, ou encore les poèmes lyriques) accordent une importance toute particulière à l’incarnation de l’écrivain, en donnant une épaisseur matérielle à sa parole. Quel rôle joue la description du corps dans la construction d’un éthos auctorial ? Par le biais de l’analyse pragmatique et de l’histoire des sens, on pourra observer l’engagement physique et émotionnel du lecteur. Comment l’auteur parvient-il à lui ménager une place dans le corps de son texte ?
D’un point de vue plus métaphorique, on peut se demander comment une oeuvre parvient à « faire corps », soit par la volonté de son auteur (rédaction de préfaces et de manifestes, ou retour des personnages), soit par construction rétrospective de son éditeur (publications posthumes, éditions intégrales, etc.).

Les Doctoriales de la Société des Études Romantiques et Dix-neuviémistes (SERD) sont ouvertes à tous les doctorants et jeunes docteurs, dans toute la France et à l’étranger, dont les recherches portent sur l’histoire, les arts et la littérature du XIXe siècle. Nos rencontres sont conçues comme un espace d’échanges et de discussions entre jeunes chercheurs d’une même discipline. Elles se déroulent au sein de l’Université Paris-Diderot, une fois par mois, le samedi de 10h à 13h. Chaque séance porte sur un sujet précis en rapport avec la thématique générale du séminaire, et choisi préalablement par l’un des participants.
Nous invitons tout jeune chercheur dix-neuviémiste à proposer des thèmes de séances ou des communications en rapport avec « les révolutions du corps au XIXe siècle » pour le second semestre (janvier à juin 2019). Vous pouvez nous soumettre vos propositions à l’adresse suivante : contact.doctoriales.serd@gmail.com.

Du changement dans les Doctoriales de la SERD

Nous vous informons que l’équipe organisatrice des Doctoriales a changé. La nouvelle équipe prendra en charge le séminaire 2018-2020 sur le corps au XIXe siècle.

Voici les nouvelles personnes en charge du séminaire :
– Manon Amandio (renouvellement) : doctorante à Paris-Ouest-Nanterre La Défense sous la direction de Karen Haddad,
– Fanny Arama : doctorante à l’université Paris-VII Diderot sous la direction de Paule Petitier,
– Romain Enriquez (renouvellement) : docteur de Paris-Sorbonne, thèse sous la direction de Bertrand Marchal,
– Anne Orset : doctorante à l’université Paris-Sorbonne sous la direction de Pierre Glaudes,
– Marie-Agathe Tilliette : doctorante à l’université Paris-Ouest Nanterre La Défense sous la direction de Karen Haddad.

Nous tenons également à remercier de tout cœur les trois membres de l’ancienne équipe – Amandine Lebarbier et Magalie Myoupo qui officiaient depuis 2016, Marie-Clémence Régnier depuis 2014 – pour leur travail et leur investissement continus pendant toutes ces années.

Annuaire des anciens membres des Doctoriales

Pour accéder au CV, cliquez sur le nom.

  • Renzo Alvarado Ruiz de Castilla — doctorant en littérature française : Dire le soi : Henri de Régnier entre vers et prose, sous la direction de Bertrand Marchal (Université Paris-Sorbonne)
  • Concetta Angelone — doctorante en littérature française : Stendhal et Mérimée : à la découverte du caractère de la femme du Midi, sous la direction d’Éléonore Reverzy (Université Paris-III)
  • Amélie de Chaisemartin — docteur en littérature française (2016) : La Description des personnages dans les romans de la seconde génération romantique (1830-1860), sous la direction de Bernard Vouilloux (Université Paris-Sorbonne)
  • Capucine Echiffre — doctorante en littérature comparée : Le lied dans l’espace francophone entre 1840 et 1914. Contacts culturels et interactions poétiques, sous la direction de Christine Lombez (Université de Nantes)
  • Victoire Feuillebois — docteur en littérature comparée (2012) : Nuits d’encre : les cycles de fictions nocturnes dans l’Europe romantique (Allemagne, Russie, France), sous la direction d’Anne Faivre Dupaigre (Université de Poitiers)
  • Clémence Folléa — docteur en littérature anglophone (2016) : Dickens excentrique : persistances du Dickensien, sous la direction de Sarah Thornton (Université Paris VII-Diderot)
  • Christelle Girard — docteur en littérature française (2015) : « La Comédie humaine » : une poétique en fictions, sous la direction de Paule Petitier (Université Paris VII-Diderot) et la co-direction de Philippe Dufour (Université de Tours)
  • Natalia Gonçalves de Souza Santos — docteur en théorie littéraire et littérature comparée (2013) : Un lecteur non-conformiste : Álvares de Azevedo et le journalisme du XIXe siècle, sous la direction de Eduardo Vieira Martins (Université de São Paulo) et Maria Helena Araujo Carreira (Université Paris VIII)
  • Aude Jeannerod — docteur en langue et littérature françaises (2013) : La critique d’art de Joris-Karl Huysmans. Esthétique, poétique, idéologie, sous la direction de Jérôme Thélot (Université Jean Moulin Lyon 3)
  • Lola Kheyar Stibler — docteur en littérature française (2014) : L’encrier, cristal de la conscience : style et psychologie dans le roman français vers 1880, sous la direction de Dominique Combe (Université Paris III)
  • Mathilde Labbé — docteur en littérature française (2014) : Héritages baudelairiens (1931-2013), sous la direction d’André Guyaux (Université Paris-Sorbonne)
  • Lucie Lagardère — docteur en littérature comparée (2014) : Écritures de crises, poétiques du devenir : imaginer l’histoire par la littérature dans les proses romantiques de Foscolo, Chateaubriand et Coleridge (1789-1815), sous la direction de Françoise Lavocat (Université Paris Sorbonne Nouvelle) et la co-direction d’Éric Dayre (ENS de Lyon)
  • Marine Le Bail — docteur en littérature française (2016) : L’amour des livres la plume à la main : écrivains bibliophiles du XIXe siècle, sous la co-direction de Fabienne Bercegol (Université Toulouse II-Jean Jaurès) et Françoise Mélonio (Paris-IV Sorbonne)
  • Aurélie Moioli — docteur en littérature comparée (2013) : Le Récit de soi : Poétique et politique de la dissemblance. Jean Paul, Ugo Foscolo, Stendhal et Gérard de Nerval, sous la direction de Karen Haddad (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
  • Emilie Pézard — docteur en littérature française (2012) : Le romantisme frénétique, histoire d’une appellation générique et d’un genre dans la critique de 1821 à 2010, sous la direction de Bertrand Marchal (Université Paris-Sorbonne)
  • Elise Sorel — docteur en littérature française (2016) : Écriture et identité aristocratique dans l’œuvre de Barbey d’Aurevilly, sous la direction de Pierre Glaudes (Université Paris-Sorbonne)
  • Virginie Tellier — docteur en littérature comparée (2012) : Le Discours du fou dans le récit romantique européen (Allemagne, France, Russie), sous la direction de Georges Zaragoza (Université de Bourgogne)

Prochaine séance des Doctoriales : samedi 23 juin 2018

La prochaine séance des Doctoriales de la SERD aura lieu le samedi 23 juin 2018, de 10h à 13h. Il s’agit de notre dernière séance de l’année 2017/2018 mais également du cycle « Croire » qui nous occupe depuis septembre 2016. Nous vous proposons donc de nous retrouver pour une séance spéciale au cours de laquelle, après discussion, nous pourrons décider du prochain thème pour la période 2018-2020.

A titre indicatif, voici les propositions qui ont été faites :

– Le Corps au XIXe siècle
– L’Artifice

– Communauté(s)
– Mémoires
– Publier

Cette liste n’est pas exhaustive et nous accueillons toute autre suggestion, qui peut d’ailleurs être indiquée à l’équipe organisatrice du séminaire, avant la séance du 23 juin 2018. Si possible, ces propositions seront explicitées (esquisse de quelques pistes de réflexions).

Nous vous proposons également de clôturer cette dernière séance de l’année par un pot amical.

Comme à notre habitude, nous nous retrouverons pour cette séance à l’université Paris VII. Attention, petit changement de salle : nous serons en salle 381F, bâtiment de la halle aux farines.

Journée d’Étude : « Le musée du Louvre et les écrivains entre deux siècles (1874-1926) »

Le 20 juin 2018 aura lieu une journée d’étude organisée par Jessica Desclaux dans le cadre du partenariat scientifique entre Sorbonne Université et le musée du Louvre. La Journée aura lieu en salle 80 au musée du Louvre et s’intitule « Le musée du Louvre et les écrivains entre deux siècles (1874-1926) ».

Argumentaire

La journée d’étude s’inscrit dans le cadre des travaux menés par le Centre de recherches Dominique-Vivant Denon sur l’histoire du Louvre. Elle se donne pour objectif d’analyser les liens entre le musée du Louvre et les écrivains dans le prolongement des articles fondateurs de Philippe Hamon et d’Antoine Compagnon, et de l’essor actuel des études muséales dans la recherche littéraire. Il s’agit de ressaisir le rapport des écrivains à l’art en tenant compte de l’intermédiaire que constitue l’institution muséale : mesurer la place du Louvre dans la géographie artistique des écrivains, à une époque où la concurrence des musées étrangers, des galeries d’art et des expositions universelles est grande ; analyser la manière dont le musée constitue un lieu d’inspiration ; retracer l’intervention des écrivains dans les débats sur le musée ; étudier la réception de quelques œuvres et artistes, en lien avec l’histoire des collections.  

PROGRAMME

9h15  Ouverture

 Pascal Aquien, Vice-doyen Recherche (Sorbonne Université)

 Françoise Mardrus, responsable du Centre Dominique-Vivant Denon (Musée du Louvre)

9h30  Présentation de la journée

PARCOURS D’ÉCRIVAIN – Présidence : Dominique de Font-Réaulx (Musée Eugène-Delacroix)

9h45  « Georges Lafenestre, le poète conservateur »

Géraldine Masson (Musée d’Orsay)

10h20  « Le musée du Louvre dans la cartographie artistique et idéologique de Maurice Barrès »

Jessica Desclaux (Sorbonne Université-Musée du Louvre)

10h55 Discussion et pause

11h15  « « Imaginer le visage absent de la déesse » : au musée avec Henri de  Régnier »

Franck Javourez (Université Grenoble Alpes)

11h50  « Apollinaire et ses amis : le Louvre en ses ambivalences »

Laurence Campa (Université Paris Nanterre)

12h30 Discussion et pause déjeuner

QUESTIONS ESTHÉTIQUES – Présidence :  Sophie Basch (Sorbonne Université)

14h15  « La dissémination du Louvre dans la littérature réaliste »

Philippe Hamon (Université Sorbonne nouvelle

14h50  « Le Louvre des objets fantastiques. Jean Fanfare de Paul d’Ivoi (1897) et quelques romans contemporains »

Guy Ducrey (Université de Strasbourg)

15h25   Discussion et pause

RÉCEPTION D’ŒUVRES ET D’ARTISTES – Présidence : Françoise Mardrus (Musée du Louvre)

15h45  « La Victoire de Samothrace de Simon Gantillon (1911) »

Sophie Basch (Sorbonne Université)

16h20  « Ingres au Louvre. La construction de la grandeur par les salles du musée (1875-1929) »

François-René Martin (École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris)

16h55  « La révélation de Delacroix écrivain, Paul Flat (1864-1918), essayiste, romancier et philosophe, éditeur de Delacroix »

Dominique de Font-Réaulx (Musée Eugène-Delacroix)

17h30  Discussion et conclusion