Appel à communications pour la séance des Doctoriales (23 novembre) : “Splendeurs et misères du corps masculin au XIXe siècle”

Les propositions de communication sont à envoyer d’ici au 15 octobre, accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique, à contact.doctoriales.serd@gmail.com et à  lesayec_loic@yahoo.fr.

Argumentaire

Les études historiques et littéraires ont montré que le XIXe siècle était obsédé par le corps féminin, sur lequel les hommes portent un regard à la fois admirateur et apeuré, empreint d’une longue misogynie, culturellement encouragée par la religion et bientôt renforcée par les discours médicaux. Or, comme l’écrit Alain Corbin, « le masculin et le féminin bien qu’historiquement variables, dépendent toujours l’un de l’autre pour avoir un sens » (préface à Révenin (dir.), p. 9). On cherchera donc à s’intéresser aux spécificités de la représentation du corps masculin au XIXe siècle, caractérisé selon Alain Corbin par « l’emprise maximale de la vertu de virilité » (Corbin, 2011, p. 7). La virilité impose à l’homme ses injonctions, elle codifie tout un système de « représentations, de valeurs et de normes » (ibid.) qui s’imposent avec force à l’individu masculin et que cette séance aimerait interroger en se centrant particulièrement sur le corps son corps.
Le corps est d’autant plus important pour comprendre la construction de l’identité masculine que, comme le rappelle Anne-Marie Sohn, « la masculinité est une notion étrangère aux hommes du XIXe siècle. Ces derniers ne connaissent qu’une  “virilité” réduite à ses fondements biologiques. Pour Pierre Larousse, les “apparences masculines”, les “signes de la virilité”, la “capacité d’engendrer” surtout, “signe irrécusable de la virilité”, sont à eux seuls constitutifs du sexe masculin » (Sohn, p. 11). L’homme viril devrait tenir son rang en prouvant sa conformité à des critères physiques qui se traduisent aussi dans la personnalité. L’injonction à la virilité lui impose une attention particulière à son corps et à ses performances, elle est source de constantes inquiétudes. L’homme doit toujours s’affirmer face à ses pairs, mais aussi face à la gent féminine, qu’il faudrait tout à la fois séduire et dominer (Maugue, p. 19).
La séance se propose donc d’examiner les différentes représentations du corps masculin, ses imaginaires et ses figurations dans le long XIXe siècle, qui commence avec la Révolution française – présentée par certains comme le triomphe d’une virilité populaire régénérant la Nation et chassant du pouvoir des aristocrates fatigués, au corps abâtardi et efféminé – et qui s’achève dans une crise de la masculinité fin-de-siècle puis dans la Grande guerre et ses « gueules cassées », figures emblématiques d’une virilité sacrifiée.

À titre indicatif, les communications pourront envisager les thématiques suivantes :

  • Comment est décrit le corps masculin dans les différents textes, notamment littéraires, et quelle(s) vision(s) de la virilité révèlent ils ? Comment les représentations du corps masculin peuvent-elles influencer l’organisation des textes fictionnels, notamment dans les récits réalistes, centrés sur des figures d’ambitieux et/ou de séducteurs, ou dans les récits naturalistes, qui, sous l’influence des discours scientifiques et/ou philosophiques, accordent une place importante au corps et à ses besoins (sexualité, nourriture) ?
  • Comment le corps masculin est-il défini par rapport au corps féminin ? Fonctionne-t-il différemment dans certains discours, et si oui, comment expliquer de telles différences ? Comment les discours médicaux sur le corps masculins constituent-ils un vecteur de diffusion de la « domination masculine » (Bourdieu, 1998) ?
  • Selon Alain Corbin, la masculinité est « un lieu où les différences de classe, de religion et de race se dessinent » (Révenin, 2007, p. 19). Dans cette perspective, on voudrait montrer comment le corps masculin est le réceptacle de discours idéologiques et sociaux variés, dessinant différents régimes de masculinité. Le corps de l’ouvrier est-il celui du bourgeois, et celui de l’occidental est-il celui du « sauvage » ou du « colonisé », et comment penser la virilité de chacun d’eux ? Quel corps masculin nourrit les discours décadentistes parcourant le siècle et déplorant la perte d’une virilité ?
  • On pourra aussi étudier des figures emblématiques et fantasmatiques de la masculinité et la manière dont elles construisent des mythes et archétypes du corps masculin. Du « garçon » au vieux célibataire (Borie, 1976), du dandy au canotier, en passant par le prêtre, qui, fascine les romanciers naturalistes, on pourra interroger différentes figures emblématiques de la masculinité, dont les corps particuliers, aux besoins différenciés, occupent les textes et les imaginaires du temps.

Bibliographie indicative

Borie Jean, Le Célibataire français, Paris, Le Sagittaire, 1976.
Corbin Alain (dir.), Histoire de la virilité, t. 2, Le triomphe de la virilité. Le XIXe siècle, Paris, Seuil, 2011.
Maugue Annelise, L’identité masculine en crise au tournant du siècle : 1870-1914, Paris, Rivages, 1987.
Révenin Régis (dir.), Hommes et masculinités de 1789 à nos jours : contributions à l’histoire du genre et de la sexualité en France, Paris, Autrement, 2007.
Sohn Anne-Marie, Sois un homme ! : la construction de la masculinité au XIXème siècle, Paris, Seuil, 2009.

 

 

 

Prochaine séance des Doctoriales, samedi 15 juin 2019 : Choix du sujet pour la journée d’études des Doctoriales du printemps 2020

Il s’agit de notre dernière séance de l’année 2018/2019, avant reprise à l’automne !

Nous vous proposons donc de nous retrouver pour une séance spéciale au cours de laquelle, après discussion, nous choisirons le prochain thème de la journée d’études des Doctoriales, qui clôt traditionnellement les deux années de séminaire. D’ici samedi, vous pouvez préparer des idées de sujets, avec un petit argumentaire pour les défendre, et nous les envoyer à l’adresse habituelle. Ils doivent être liés à la problématique générale (“Les révolutions du corps au XIXe siècle”) et aborder un thème qui n’a pas fait l’objet d’une séance jusque-là.

Rendez-vous samedi, à 10h, dans la bibliothèque Jacques-Seebacher de l’université Paris-VII-Diderot.

Compte rendu de la séance du 25 mai 2019 : « Les révolutions épistémologiques du corps au XIXe siècle »

Étaient présents : Manon Amandio, Paul Brocart, Fanny Drouot, Hélène Dubail, Romain Enriquez, Edouard Garancher, Yeon Jeong, Hélène Köll, Mathilde Leichlé, Lucie Nizard, Anne Orset.

La séance s’est ouverte sur une introduction d’Anne Orset et Romain Enriquez : elle portait sur la manière dont la littérature du XIXe siècle contribue à une révolution épistémologique sur le corps, de façon à la fois concurrentielle et alternative aux discours scientifiques.

A l’appui de cette idée, se sont ensuite succédé trois communications dont voici les résumés :

Fanny Drouot (Université Bourgogne Franche-Comté), « Zola et l’anthropologie : le corps du “sauvage” »

Au cours du XIXe siècle, le processus de naturalisation de l’homme amorcé par Buffon trouve une forme de conclusion avec les publications de Darwin, L’Origine des espèces en 1859 puis La Filiation de l’homme en 1871. Dès lors est actée l’origine simienne de l’homme qui remet radicalement en cause le dogme biblique et la vision d’un homme créé par Dieu. Ce bouleversement, perçu par Darwin lui-même comme un « meurtre », engendre des résistances fortes et son onde de choc se répercute aussi bien dans la vulgarisation scientifique que dans la littérature. C’est à cette révolution épistémologique que nous nous intéressons, à l’occasion d’un parcours pluridisciplinaire reliant l’anthropologie préhistorique et l’œuvre d’Émile Zola. Il s’agira de montrer comment la naturalisation de l’homme et l’affirmation de son animalité orientent les préoccupations de l’anthropologie préhistorique et trouvent une expression littéraire dans la description des corps des « sauvages » zoliens.

Romain Enriquez (Université d’Artois), « Une révolution épistémologique du corps : l’hystérie traitée par la littérature »

Pendant une grande partie du XIXe siècle, l’hystérie est presque unanimement regardée comme un mal féminin et organique, d’origine utérine, suivant son étymologie. Nous cherchons cependant comment le roman du second XIXe siècle (Flaubert, Zola, Mirbeau, Daudet et Villiers de l’Isle-Adam) dialogue avec les sciences (médecine, anatomie, physiologie, psychologie) sur la représentation, voire sur le « traitement » de l’hystérie et des hystériques. Non content d’attaquer les discours sociaux, médicaux, moraux en vogue, le récit de fiction parvient en effet à formuler des contre-théories ou des contre-pratiques de l’hystérie, des traitements concurrents et alternatifs qui contribuent à infléchir la façon dont on considère l’hystérique. Il s’agit ainsi de mettre à l’épreuve la capacité de la littérature à formuler une nouvelle épistémologie. 

Anne Orset (Paris Sorbonne Université), « Le Lavater des savants romanesques, ou l’art de connaître les scientifiques de la seconde moitié du xixe siècle d’après les traits de leur physionomie »

« Science du rapport qui lie l’intérieur et l’extérieur, la surface visible à ce qu’elle couvre d’invisible », la physiognomonie, théorisée dès la fin du XVIIIe siècle par Johann Kaspar Lavater, produit « un ensemble de figures-types, reconnaissables et facilement identifiables[ », dont l’étude des particularités physiques garantit le parfait déchiffrement des qualités morales. Nous souhaitons montrer que ce pseudo-savoir, introduit dans la fiction par Balzac dès l’Avant-propos de La Comédie humaine, est à la fois mobilisé et remodelé dans les portraits romanesques de savants de la seconde moitié du XIXe siècle, et qu’il contribue, malgré son apparente obsolescence épistémologique, à l’élaboration d’un personnage moderne, reflétant à sa manière la « crise des élites] » qui éclate au lendemain de la Révolution. En étudiant successivement le modèle physiognomonique archétypal du savant, sa dégradation en type « physiologiste », ainsi que sa transmutation en figure symboliste, à travers des exemples empruntés principalement à Bourget, Flammarion et Villiers de l’Isle-Adam, nous nous proposons de mettre au jour les ambivalences de l’autorité scientifique dans les fictions de l’époque.

Journée d’Étude “Le personnage romanesque au miroir du lecteur. Procédés et formes de l’identification”

Voici un appel à communication qui pourrait intéresser les jeunes chercheurs et chercheuses dix-neuviémistes : il s’agit d’une journée d’étude, organisée par Émilie Pézard et Antonia Zagamé, intitulée “Le personnage romanesque au miroir du lecteur. Procédés et formes de l’identification”. Elle aura lieu à l’Université de Poitiers le 13 décembre 2019 et la date limite pour les propositions est fixée au 15 juin prochain.

Argumentaire

Depuis les années 1990, l’essor des théories de la fiction a permis la réhabilitation d’une conception mimétique du personnage, selon laquelle l’« existence » du personnage aux yeux du lecteur doit moins être pensée comme la «superstition littéraire» que dénonçait Paul Valéry, que comme une illusion structurante de la lecture. « L’être romanesque, pour peu qu’on oublie sa réalité textuelle, se donne à lire comme un autre vivant susceptible de maints investissements(1) », écrit Vincent Jouve dans L’Effet-personnage. Cette projection du lecteur dans le personnage, qui assure son immersion dans l’univers fictionnel, peut être perçue, non comme une modalité de lecture naïve à opposer à la lecture savante, mais comme la manifestation de cette «suspension volontaire de l’incrédulité » où se combinent illusion et lucidité, ainsi que l’analysait déjà R. L. Stevenson : « Les personnages ne sont que des pantins. Le poing osseux du marionnettiste les anime très visiblement, leurs ressorts n’ont rien de secret, leurs figures sont de bois, leurs ventres bourrés de son, et malgré cela nous partageons le cœur battant leurs aventures(2). »

Pour penser les formes que prend ce « partage » entre lecteur et personnage, la théorie littéraire s’appuie sur deux concepts: l’empathie, c’est-à-dire le fait d’éprouver les sentiments du personnage, et l’identification. On peut supposer que si, comme l’écrit Françoise Lavocat, « le concept d’empathie a largement supplanté celui d’identification(3) », c’est notamment parce que celui-ci, dans le spectre large d’attitudes qu’il embrasse, peut davantage prêter le flanc à l’accusation de naïveté : la notion d’identification peut en effet impliquer que le lecteur partage, non seulement les émotions, mais aussi les valeurs, le caractère et le comportement du personnage ; elle suggère que ce partage déborde le temps de la lecture pour infuser l’existence du lecteur. En ce sens, l’identification semble glisser vers l’horizon psychopathologique du bovarysme, défini par Jules de Gaultier comme « la faculté de se concevoir autrement qu’on n’est ». Longtemps accusée d’être le signe d’une abolition de toute distance entre le lecteur et le texte, l’identification peut pourtant également se situer du côté du jeu et de l’émancipation. La circulation entre la littérature et la vie suggérée par l’identification croise la notion d’exemplarité pour mettre en valeur la puissance pragmatique de la littérature.

1 Vincent Jouve, L’Effet-personnage dans le roman, Paris, PUF, coll. Écriture, 1992, p. 108.
2 Robert Louis Stevenson, « À bâtons rompus sur le roman » [1882], Essais sur l’art de la fiction, Paris, Payot, 2007, p. 222.
3 Françoise Lavocat, Fait et fiction. Pour une frontière, Paris, Seuil, coll. Poétique, 2016, p. 348.

En s’appuyant sur les acquis des théories de la fiction et de la lecture, cette journée d’études, organisée par l’équipe B2 du FoReLLIS (Université de Poitiers) vise à apporter un éclairage historique à la question de l’identification, nourri par l’analyse des lectures réelles qui ont été faites des fictions romanesques. Il s’agira d’aborder dans une perspective littéraire cette notion déjà examinée par les sociologues, les experts des sciences de l’éducation, les psychologues et psychanalystes, les spécialistes d’arts du spectacle (projet IdEm).

Les propositions de communication (environ 2000 signes), accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, sont à envoyer avant le 15 juin 2019 aux adresses suivantes : emilie.pezard[at]univ-poitiers.fr et antonia.zagame[at]gmail.com. La réponse sera envoyée à la fin du mois de juin.

Plus d’informations sur le carnet de recherche du FoReLLIS B2 : https://anranticip.hypotheses.org

Quant à la prochaine séance des Doctoriales de la SERD, elle aura lieu le samedi 15 juin à partir de 10h à l’université Paris Diderot. Elle sera l’occasion de voter pour le prochain thème de la Journée d’Études des Doctoriales, qui aura lieu au printemps 2020. Tout jeune chercheur qui assiste au séminaire peut proposer un sujet et faire partie du Comité Organisateur de cet événement.

Prochaine séance des Doctoriales, samedi 25 mai 2019 : “Les révolutions épistémologiques du corps au XIXe siècle”

La prochaine séance des Doctoriales est organisée par Romain Enriquez et Anne Orset à l’université Paris-VII-Diderot samedi 25 mai, exceptionnellement dans la salle 579F du bâtiment Halle aux Farines, de 10h à 13h.
Elle abordera les révolutions épistémologiques du corps à travers une présentation générale du thème, suivie de trois communications dont voici les résumés :

Fanny Drouot (Université Bourgogne Franche-Comté), « Zola et l’anthropologie : le corps du “sauvage” »

Au cours du XIXe siècle, le processus de naturalisation de l’homme amorcé par Buffon trouve une forme de conclusion avec les publications de Darwin, L’Origine des espèces en 1859 puis La Filiation de l’homme en 1871. Dès lors est actée l’origine simienne de l’homme qui remet radicalement en cause le dogme biblique et la vision d’un homme créé par Dieu. Ce bouleversement, perçu par Darwin lui-même comme un « meurtre », engendre des résistances fortes et son onde de choc se répercute aussi bien dans la vulgarisation scientifique que dans la littérature. C’est à cette révolution épistémologique que nous nous intéressons, à l’occasion d’un parcours pluridisciplinaire reliant l’anthropologie préhistorique et l’œuvre d’Émile Zola. Il s’agira de montrer comment la naturalisation de l’homme et l’affirmation de son animalité orientent les préoccupations de l’anthropologie préhistorique et trouvent une expression littéraire dans la description des corps des « sauvages » zoliens.

Romain Enriquez (Université d’Artois), « Une révolution épistémologique du corps : l’hystérie traitée par la littérature »

Pendant une grande partie du XIXe siècle, l’hystérie est presque unanimement regardée comme un mal féminin et organique, d’origine utérine, suivant son étymologie. Nous cherchons cependant comment la littérature du second XIXe siècle dialogue avec les sciences sur la représentation, voire sur le « traitement » de l’hystérie et des hystériques. Non content d’attaquer les discours sociaux, médicaux, moraux en vogue, le récit de fiction parvient en effet à formuler des contre-théories ou des contre-pratiques de l’hystérie, des traitements concurrents et alternatifs qui contribuent à infléchir la façon dont on considère l’hystérique. Il s’agit ainsi, plus globalement, de mettre à l’épreuve la capacité de la littérature à formuler une nouvelle épistémologie. 

Anne Orset (Paris Sorbonne Université), « Le Lavater des savants romanesques, ou l’art de connaître les scientifiques de la seconde moitié du xixe siècle d’après les traits de leur physionomie »

« Science du rapport qui lie l’intérieur et l’extérieur, la surface visible à ce qu’elle couvre d’invisible », la physiognomonie, théorisée dès la fin du XVIIIe siècle par Johann Kaspar Lavater, produit « un ensemble de figures-types, reconnaissables et facilement identifiables[ », dont l’étude des particularités physiques garantit le parfait déchiffrement des qualités morales. Nous souhaitons montrer que ce pseudo-savoir, introduit dans la fiction par Balzac dès l’Avant-propos de La Comédie humaine, est à la fois mobilisé et remodelé dans les portraits romanesques de savants de la seconde moitié du XIXe siècle, et qu’il contribue, malgré son apparente obsolescence épistémologique, à l’élaboration d’un personnage moderne, reflétant à sa manière la « crise des élites] » qui éclate au lendemain de la Révolution. En étudiant successivement le modèle physiognomonique archétypal du savant, sa dégradation en type « physiologiste », ainsi que sa transmutation en figure symboliste, à travers des exemples empruntés principalement à Bourget, Flammarion et Villiers de l’Isle-Adam, nous nous proposons de mettre au jour les ambivalences de l’autorité scientifique dans les fictions de l’époque.




Compte rendu de la séance du 13 avril 2019 : « Le corps dansant » au XIXe siècle

Etaient présents : Fanny Arama, Romain Enriquez, Bénédicte Jarrasse, Yeon Jeong, Loïc Le Sayec, Vannina Olivesi, Grégoire Tavernier.

Nous avons eu le plaisir d’entendre, dans le cadre du séminaire sur Les Révolutions du corps, deux très belles communications dont voici les résumés :

Bénédicte Jarrasse : « Donner à voir le corps de la danse au XIXe siècle : du corps idéal de l’élue à la fétichisation du corps de ballet »

Le succès du ballet romantique sur les scènes européennes est indissociable d’un phénomène de médiatisation des spectacles et des artistes chorégraphiques, lui-même propice à la représentation des corps. Cette médiatisation s’exprime à travers des supports écrits, mais aussi, et surtout peutêtre, à travers des supports visuels, tels que la lithographie, la gravure, ou, peu plus tard, la photographie. Nous nous proposons de réfléchir aux représentations du corps dansant à partir des productions photographiques du premier portraitiste officiel des artistes du ballet de l’Opéra de Paris sous le Second Empire, Eugène Disdéri, inventeur bien connu du procédé de la photo-carte. Nous reviendrons d’abord sur la tradition lithographique du portrait d’artiste en ce qu’il nous paraît fonder un imaginaire proprement romantique du corps dansant, dont on trouve un écho dans les discours contemporains sur le spectacle chorégraphique. Le médium photographique offre, à sa suite, une image inédite du corps dansant : il ne donne pas seulement à voir le corps idéal de « l’étoile », entre terre et ciel, attaché au ballet romantique, mais bien la réalité d’un corps de ballet, ressaisi dans son ensemble – sa ressemblance comme sa dissemblance. Les usages, mémoriel ou commercial, de la photo-carte contribuent ainsi à mettre à jour, voire à exacerber, les tensions inhérentes à l’art chorégraphique – entre quête de légitimité et fétichisation du corps des interprètes.

Vannina Olivesi : « Une révolution radicale dans la danse classique : féminisation et construction de l’être artiste dans les galeries de célébrités contemporaines (1812-1862) »

À l’égal du théâtre chanté et récité, la danse théâtrale parisienne est l’objet, au fil du premier dixneuvième siècle, d’une intense médiatisation qui participe à construire les imaginaires sociaux définissant le corps professionnel des « artistes de la danse » de l’Opéra. Les galeries de célébrités et leur sous-genre, les galeries théâtrales que nous proposons ici d’étudier, sont des
« panthéons de papier » qui donnent à voir et à lire des séries de portraits gravés ou lithographiés, chacun faisant face à une notice biographique. L’artiste dramatique est ainsi représenté en pied, dans une pose remarquable, interprétant un rôle marquant de sa carrière tandis que la notice reconstitue sa trajectoire professionnelle en une sorte d’hagiographie. Il s’agira d’analyser images et textes, corps et carrières individuelles en ce que leur dialogue révèle certaines des mutations qui affectent le groupe des danseurs au sein de l’entreprise de spectacle. La féminisation des emplois hautement qualifiés, l’émergence d’un vedettariat spécifiquement féminin – et leur corollaire, l’affirmation de femmes chorégraphes – sont autant de facteurs qui « révolutionnent » le ballet dans un contexte où son statut d’art de la scène demeure sujet à débats. Notre communication, qui s’appuie sur un corpus de quinze galeries publiées entre 1812 et 1862, propose enfin d’articuler cette médiatisation de la célébrité féminine avec la fabrication, par les hommes de lettres, de représentations légitimantes de « l’être artiste » en danse – moralisation des moeurs, exaltation de la singularité et inscription dans le modèle vocationnel.

Parution : actes de la Journée d’Étude “Les folles croyances du XIXe siècle”

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution des actes de la Journée d’Étude “Les folles croyances du XIXe siècle” qui a eu lieu le 25 mai 2018 à l’université Paris Diderot. L’événement était organisé par Manon Amandio, Amandine Lebarbier, Magalie Myoupo, Anne Orset et Marie-Agathe Tilliette.

Les actes sont disponibles ici.

Bertrand Marquer (Université de Strasbourg) – Territoires de la croyance

Les folles croyances face à l’anticléricalisme

Inès Anrich (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) – La vocation religieuse féminine comme « folle croyance » : l’anticléricalisme et le contrôle social des femmes

Hélène Dubail (Université Paris Nanterre) – « Mes pieuses lectures rendraient impie un saint» : religion et bêtise chez Flaubert, France et De Roberto

Quand la science se penche sur les croyances

Nicole Edelman (Université Paris Nanterre) – Jean-Martin Charcot (1825-1893) et la science :  une folle croyance ?

Nicolas Aude (Université Paris Nanterre) – « Je crois au démon, pas une allégorie » : folles croyances et images fantastiques dans l’œuvre de Fédor Dostoïevski

Un « éloge de la folie » ? Défense et relativisation de la critique

Loïk Maille (Université Paris Nanterre) – Démiurges, créateurs et découvertes dans La Prairie de James Fenimore Cooper

Félicité de Rivasson (Université Grenoble Alpes) – La superstition ou la possibilité de ré-enchantement dans les œuvres narratives de Paul Féval

Nous tenons encore une fois à remercier chaleureusement tous les contributeurs !

Appels, atelier et prochaine séance

Voici deux appels à communication qui pourraient intéresser certain.e.s d’entre vous :

Nous avons également le plaisir de vous annoncer la tenue du deuxième volet de l’Atelier du XIXe siècle organisé par Amandine Lebarbier sur “Les chefs-d’œuvre inconnus”. Il aura lieu le vendredi 29 mars 2019 à la maison de Balzac.

Concernant la prochaine séance des Doctoriales, nous nous retrouvons le 13 avril pour une séance intitulée “Le corps dansant” et organisée par Bénédicte Jarrasse, à l’université Paris Diderot. Tout Doctorant ou jeune chercheur qui travaille sur le XIXe siècle peut y assister.

Compte-rendu de la séance du 9 mars 2019 : « Formes convexes, formes concaves : la littérature face à l’invention de la silhouette »

Étaient présents : Manon Amandio, Cyril Barde, Fanny Arama, Marie Bat, Amélie Dechaisemartin, Hélène Dubail, Romain Enriquez, Anna Hanotte-Zawislak, Yeon Jeong, Loïc Le Sayec, Erika Wicky.

Cette séance était organisée par Hélène Dubail, qui a retracé la façon dont la silhouette s’était peu imposée dans l’univers graphique et pictural du XIXe siècle, en rappelant notamment la double activité littéraire et artistique de Victor Hugo et George Sand.

Nous avons ensuite entendu deux communications passionnantes dont les résumés seront prochainement en ligne :

Amélie de Chaisemartin (docteure de l’Université Paris-Sorbonne) : “Portraits de silhouettes : l’art du coup d’oeil dans le roman et la caricature des années 1830”.

Cyril Barde (doctorat à l’Université Paris-VIII) : “Corps arabesques : silhouettes fantastiques autour de 1900”.

Prochaine séance des Doctoriales : samedi 9 mars 2019

La prochaine séance des Doctoriales de la SERD est organisée par Hélène Dubail. Elle s’intitule “Formes convexes, formes concaves : la littérature face à l’invention de la silhouette”. Elle donnera lieu à une introduction d’Hélène Dubail (université Paris Nanterre) puis à deux communications :

Amélie de Chaisemartin (université Paris Sorbonne) : “Portraits de silhouettes : l’art du coup d’oeil dans le roman et la caricature des années 1830”.

Cyril Barde (université Paris VIII) : “Corps arabesques : silhouettes fantastiques autour de 1900”.

La séance aura lieu de 10h à 13h dans la bibliothèque Seebacher de l’université Paris VII. Tout Doctorant ou jeune chercheur qui travaille sur le dix-neuvième siècle peut y assister.

Communication aux Doctoriales de la SERD (séance du 26 janvier 2019) de Lucie Nizard

Dans le cadre de la séance “Regards sur la sexualité féminine”, Lucie Nizard a donné une communication sur “Les âges du désir féminin au XIXe siècle” dont nous avons le plaisir de donner le texte complet ici :

https://doct19serd.hypotheses.org/files/2019/02/Lucie-Nizard_Les-âges-du-désir-féminin.pdf

Ancienne élève de l’Ecole normale supérieure et agrégée de lettres modernes, Lucie Nizard est actuellement en deuxième année de thèse à l’université Paris 3-Sorbonne Nouvelle, sous la direction d’Eléonore Reverzy. Son sujet de thèse est : « Poétique du désir sexuel féminin dans les textes narratifs en prose du second XIXe siècle ».

Compte-rendu de la séance du 26 janvier 2019 : « Regards sur la sexualité féminine au XIXe siècle »

Étaient présents : Manon Amandio, Fanny Arama, Vincent Berthelier, Carole Bourlé, Antonin Coduys, Hélène Dubail, Romain Enriquez, Paul Faggianelli-Brocart, Azélie Fayolle, Yeon Jeong, Loïc Le Sayec, Mathilde Leïchlé, Lucie Nizard, Anne Orset, Marie-Agathe Tilliette, Erika Wicky.

Cette séance a donné lieu à deux communications dont voici les résumés :

Lucie Nizard (Université Sorbonne Nouvelle) : « Les âges du désir féminin »
Le XIXe siècle établit une stricte distinction entre le désir des jeunes filles, le désir des mères et le désir des femmes ménopausées. C’est cette temporalité du désir inscrite dans les évolutions physiologiques d’un corps de femme qui nous intéresse : il s’agit de montrer comment le XIXe siècle a créé à travers les discours religieux, médicaux et romanesques un imaginaire du corps désirant féminin déterminé par des cycles temporels. Cette physiologie fantasmée justifie une morale très stricte relayée par tous ces récits qui imposent des âges de désir (de la puberté à la ménopause) et des âges sans désir pour les femmes.

Mathilde Leichlé (École du Louvre) : « L’assimilation des courtisanes à Marie-Madeleine »
Bien que Marie-Madeleine ne soit jamais identifiée comme une prostituée dans la Bible, elle connaît une grande fortune dans la tradition chrétienne (vies de saints…) et particulièrement au XIXe siècle comme la figure de la pécheresse rachetée, à qui il sera beaucoup pardonné parce qu’elle a beaucoup aimé. De nombreux artistes (Paul Baudry, Jean Béraud, Alfred Stevens, Jules Lefebvre…) représentent Marie-Madeleine en courtisane, et elle inspire La Dame aux camélias de Dumas fils. Des actrices et des romancières se trouvent prises à cette représentation qui exprime la fascination du XIXe siècle pour le corps (la chevelure, le parfum…).

Nous vous donnons rendez-vous le samedi 9 mars pour une séance sur la silhouette.

Si vous souhaitez intervenir lors d’une prochaine séance du séminaire des Doctoriales de la SERD, n’hésitez pas à nous envoyer une proposition de communication d’environ 400 mots à l’adresse suivante : contact.doctoriales.serd@gmail.com


Prochaine séance des Doctoriales : samedi 26 janvier 2019

La prochaine séance des doctoriales de la SERD aura lieu le samedi 26 janvier 2019 à l’université Paris Diderot à partir de 10h, en salle 253E (bâtiment Halle aux Farines).

Organisée par Lucie Nizard, cette séance porte sur les représentations de la sexualité féminine. Nous entendrons deux communications : la première, de Lucie Nizard (Université Sorbonne Nouvelle), porte sur “Les âges du désir féminin” et la seconde, de Mathilde Leïchlé (École du Louvre), s’intitule « L’assimilation des courtisanes du XIXe siècle à Marie-Madeleine ».

Le séminaire est ouvert à tout doctorant ou jeune chercheur qui travaille sur le XIXe siècle.

Prochain atelier du XIXe siècle : “Les chefs-d’oeuvre inconnus”

Cet atelier est organisé par Amandine Lebarbier et aura lieu à la maison de Balzac de 9h30 à 16h. 

Présentation 

Les travaux récents sur La Bibliothèque des textes fantômes ont conduit les chercheurs à s’interroger sur « ces livres qui ne s’ouvrent que dans d’autres livres », selon la formule consacrée par Max Beerbohm. Si, comme l’a très bien montré Céline Delavaux dans son Musée impossible, l’histoire de l’art est aussi peuplée de fantômes, cette première journée d’études vise à proposer une réflexion sur la bibliothèque fantôme, le musée imaginaire et la musicothèque fictive constitués par la littérature du XIXe siècle. Rendue célèbre par le titre d’une nouvelle de Balzac, cette formule oxymorique de « chef-d’œuvre inconnu » est porteuse d’une réflexion multiple. Inconnues, ces œuvres le sont doublement : n’ayant d’existence que littéraire, elles connaissent la plupart du temps une deuxième mise à mort dans la fiction – les tableaux sont détruits, les artistes meurent sans terminer leurs œuvres, etc.

Suite à l’ouverture du Musée central des arts en 1793, rapidementrebaptisé Musée Napoléon, le statut de l’œuvre d’art se modifie en profondeur :devenus visibles, aisément copiables, non plus admirés in situ mais dans un nouvelespace qui invente ses propres règles de circulation, les trésors de l’histoire del’art s’exhibent au regard de tous. Aussi la vogue des fictions d’artistes dans lapremière moitié du siècle se caractérise-t-elle par un repli spatio-temporel : lesintrigues privilégient l’Italie de la Renaissance, la France du XVIIe siècle, etplacent l’atelier de l’artiste au cœur du dispositif d’écriture. Dans une approchecomparatiste et intermédiale, cette première journée d’études nous invite à partirà la rencontre de ces œuvres qui se dérobent dans de mystérieuses mansardes,cachées derrière des tentures, et qui engagent une réflexion multiple sur le statutqu’il s’agit de conférer à l’œuvre d’art.

Programme 

Session 1 : « Modèle balzacien » (9h30-10h20)


Daniel S. Larangé
(Institut Sainte-Croix de Neuilly sur Seine), « Le Chef d’œuvre inconnu : une galerie de portraits. Balzac portraitiste »


Harsh Trivedi (Université de Sheffield), « Les chefs-d’œuvre inconnus : une étude des œuvres fictives dans La Comédie humaine »Discussion

Pause

Session 2 : « Échecs artistiques : regards de l’écrivain sur la peinture » (11h15-12h30)

Laëtitia Bertrand (ENS Lyon), « La “vieille Italie” entre âge d’or et décadence : l’art en péril dans André del Sarto (1833), Lorenzaccio (1834) et Le Fils du Titien (1838)de Musset »

Philippe Hamon (Université Sorbonne nouvelle), « De quelques chefs-d’œuvre plus ou moins ratés dans le roman réaliste, Flaubert, Champfleury et Zola »

Marie Bernard Bat (Université Paris-Sorbonne), « Dans le ciel : des chefs-d’œuvre invisibles de Lucien à l’esthétique du néant de Mirbeau »

Discussion

13h : Déjeuner 

Session 3 : « Échecs artistiques : regards de l’écrivain sur la sculpture » (14h30-15h20)

Léa Jaurégui (École du Louvre), «La sculpture chimérique, la sculpture confisquée »

Romain Enriquez (Université d’Artois), « L’œuvre inconnue dans L’Œuvre »

Discussion

Conclusion de la journée

Appel à communication

La séance des Doctoriales du samedi 9 mars 2019 aura lieu à la bibliothèque Jacques Seebacher de l’université Paris VII. Organisée par Hélène Dubail, cette séance est encore ouverte à des propositions de communication. Dans le cadre de notre séminaire sur “Les Révolutions du corps au XIXe siècle”, elle portera sur la notion de silhouette et est intitulée “Formes convexes, formes concaves : la littérature face à l’invention de la silhouette”.

Argumentaire 

Parmi les révolutions du corps qui s’opèrent au XIXe siècle, l’invention de la silhouette marque une étape importante. Georges Vigarello y voit « un moment précis de la culture occidentale : celui où l’individualisation spécifique du paraître est soumise à investigation, celui où le corps, plus que jamais, se donne comme le corps d’un sujet » (2012, p. 22). Le mot, né quelques décennies plus tôt pour désigner une technique particulière de dessin, semble en effet rapidement témoigner d’un regard nouveau porté sur les corps lorsqu’il quitte le domaine du seul graphisme pour passer dans le langage courant. On prend conscience, au XIXe siècle, que les contours sont parlants. La forme générale des corps peut être révélatrice de caractères ou de sentiments ; elle dévoile l’identité et fonctionne comme un assemblage d’indices à déchiffrer pour qui sait les observer.

Loin des corps idéalisés de la peinture académique, loin également des études qui se centrent sur les cas de difformité, l’intérêt pour la silhouette correspond d’abord à une attention portée au corps banal. On prend conscience de la diversité des morphologies – un autre néologisme du siècle – et on tâche ainsi, en s’attardant sur les détails des contours de chacun, à faire ressortir la singularité des individus. Parallèlement, comme le note l’historien, la silhouette opère une nouvelle classification. Tout en soulignant les particularités de chaque corps, la notion permet de rétablir une hiérarchie sociale mise à mal dans les premières décennies du siècle. Les corps ne sont plus, en effet, aussi lisibles qu’ils l’étaient avant la Révolution française car les habits se sont uniformisés ; les distinctions de morphologies vont donc remplacer les distinctions de vêtements pour juger, au premier coup d’œil, de l’appartenance d’un individu à telle classe sociale.

Or, dans ce nouvel uniforme qu’est la silhouette, ce sont d’abord les formes convexes et concaves qui servent de critères. À l’opposition que l’on faisait déjà entre grand et petit –question de taille – ou gros et maigre – question d’épaisseur – s’ajoute une distinction, plus nuancée, concernant la répartition des formes entre le haut et le bas du corps. La notion de silhouette invite à raisonner, avant tout, en termes d’équilibre. Courbure du dos, proéminence du ventre ou de la poitrine, arc des jambes et creux de la taille sont autant de formes convexes et concaves qui attirent désormais l’œil car elles se prêtent à une lecture sociologique. L’inflexion du corps par rapport à un hypothétique axe vertical devient signifiante, que l’on pense à la posture voûtée du mendiant, à la forme en poire du bourgeois profiteur dont la silhouette semble couler ou au redressement fier du torse du dandy, sans oublier la cambrure féminine qui se teinte d’érotisme.

Avec la notion de silhouette est donc apparu un nouvel état d’esprit, qui mènera à la naissance de la culture physique – pour « garder la ligne » – et aux grandes évolutions de lamode au début du XXe siècle. Mais si Georges Vigarello démontre bien comment les images –vignettes, caricatures et autres affiches publicitaires – ont influencé les mentalités, il n’aborde que très peu les effets qu’a pu avoir ce nouvel état d’esprit sur la littérature. Ne trouve-t-on pas, dans les écrits de l’époque, des procédés similaires à ceux des caricaturistes ? Les écrivains n’ont-ils pas cherché, eux aussi, à faire une lecture sociologique des morphologies ?

Il serait dès lors intéressant d’étudier la manière dont le concept a pu être transposé des arts graphiques à la littérature :

Retrouve-t-on sous la plume des écrivains un équivalent du tracé cursif des dessinateurs ? Les représentations littéraires des corps se simplifient-elles comme c’est le cas pour les représentations visuelles ? Comment relève-t-on, en littérature, le défi de l’économie de moyens ? Les genres littéraires marqués par la brièveté, d’ailleurs, font-ils un usage privilégié de la silhouette ? Tel est le type de questions que l’on peut se poser.

On s’interrogera également, bien entendu, sur la signification donnée aux formes des corps dans la littérature, quel que soit le genre littéraire abordé. Les formes convexes et concaves des personnages sont-elles données à lire comme des faisceaux d’indices ? Les postures élancées, affaissées ou cambrées traduisent-elles des caractères, des sentiments ? Les écrivains mettent-ils en évidence des silhouettes nouvelles qui n’auraient pas existé avant le XIXe siècle ? Créent-ils des types morphologiques à la manière des physiologistes et des caricaturistes ? Est-il d’ailleurs possible de décrire à grands traits des personnages sans tomber dans la caricature ? Enfin, quelles idéologies se cachent derrière la réduction d’êtres humains à des formes géométriques permettant de les classer ?

Bibliographie indicative

CORBIN Alain, COURTINE Jean-Jacques et VIGARELLO Georges (dir.), Histoire du corps, t. II, De la Révolution à la Grande Guerre, Paris, Seuil, coll. Points, 2005.

LE MEN Ségolène (dir.), Pour rire ! Daumier, Gavarni, Rops, L’invention de la silhouette, Paris, Somogy, 2010.

VIGARELLO Georges, La Silhouette. Naissance d’un défi du XVIIIe siècle à nos jours,Paris, Seuil, coll. Point, 2012.

Afin de proposer une communication d’environ 400 mots, accompagnée d’une bio-bibliographie, vous pouvez nous écrire à l’adresse contact.doctoriales.serd@gmail.com