Séance d’ouverture des Doctoriales, 10 octobre 2020 : « Artistes et femmes au XIXe siècle : visite des collections du musée d’Orsay »

Étaient présent.e.s : Loïc Le Sayec, Fanny Arama, Anne Orset, Romain Enriquez, Corentin Zurlo-Truche, Eva Le Saux, Vincent Berthelier, Grégoire Tavernier, Édouard Garancher, Ariane Faraldi, Sina Phan.

La séance d’ouverture du cycle Marges et marginalités au XIXe siècle, organisée par Mathilde Leïchlé, a eu lieu au musée d’Orsay.

Intitulée « Artistes et femmes au XIXe siècle : visite des collections du musée d’Orsay », cette visite a été l’occasion d’aborder la question de la place des artistes femmes au XIXe siècle et dans les collections publiques françaises. Nous nous sommes intéressé.e.s à la relativité de l’anonymat des femmes représentées par des hommes ainsi qu’à la marginalité supposée des créatrices. Quels étaient les enjeux sociaux et économiques propres aux artistes femmes ? Dans quelle mesure étaient-elles reconnues, célèbres et célébrées ? Quels pouvaient être leurs rapports à la postérité ? Nous avons interrogé également les enjeux des monographies, du collectif, de la distinction entre beaux-arts et artisanat ainsi que de l’avant-garde. Enfin, nous nous sommes demandé qui écrit l’histoire de l’art.

Appel à contribution pour les prochaines séances des Doctoriales | 2020-2022 « Marges et marginalités au XIXe siècle »

Marges et marginalités au XIXe siècle

Doctoriales de la SERD – années 2020-2022

            De l’ancien français jusqu’à la langue actuelle, le terme « marges » a une longue histoire polysémique. Issu du latin margo, « bord, bordure », il s’emploie surtout, à partir du XIIIe siècle, dans le vocabulaire technique de l’imprimerie, « espace blanc autour d’un texte écrit ». À côté de cette signification principale, le terme fait l’objet d’emplois métaphoriques (sens abstrait, vocabulaire commercial et économique) jusqu’à acquérir, dans la seconde moitié du XXe siècle, le sens socio-topologique qui nous est aujourd’hui familier. De telles notions permettent donc de développer une réflexion large, qui peut s’appliquer à de nombreux domaines, tout en conservant une cohérence propre : penser les marges, c’est s’efforcer de caractériser et d’analyser les espaces frontières, les zones d’entre-deux ou de périphérie, c’est encore poser la question de la productivité spécifique de ces espaces, de leurs particularités culturelles et épistémologiques.

Dans le contexte du XIXe siècle, plusieurs domaines s’avèrent particulièrement productifs et demandent à être analysés dans les représentations littéraires et artistiques qui leur sont liées. Si le XIXe siècle n’emploie pas le terme « marginaux » au sens social aujourd’hui dominant, il multiplie les appellations pour les désigner, depuis la plèbe jusqu’aux « damnés de la terre », en passant par le terme ambigu de « barbares », qui peut désigner aussi bien le prolétariat industriel que les populations colonisées. Notre vocabulaire actuel recoupe donc bien une réalité proprement dix-neuviémiste, qui invite à faire jouer toute la plurivocité sémantique des « marges » et « marginalités » :

(1) Au sens littéral : les marges recouvrent au moins deux réalités concrètes, lorsque l’on s’inscrit dans l’histoire du livre et de l’édition. Elles désignent avant tout les illustrations (calligraphies, gravures, dessins) qui parent les ouvrages populaires et les éditions de luxe qui se répandent avec l’invention de la lithographie dès la fin du XVIIIe siècle. Pensons par exemple aux célèbres frontispices qui accompagnent la parution de Notre-Dame de Paris de Victor Hugo ou Les Fleurs du Mal de Baudelaire. Mais les marges font également référence à ce que l’on appelle les « marginalia », c’est-à-dire les notes et commentaires rédigés par des lecteurs, en « marge » des textes. Au XIXe siècle, on en trouve entre autres dans les keepsakes, ces petites anthologies illustrées, souvent offertes en cadeau aux femmes, et qui font chez Flaubert les délices d’Emma Bovary. La pratique se généralise par ailleurs chez les grands écrivains de l’époque. Stendhal, par exemple, se plaît à composer des fragments décousus dans les marges de ses lectures et de ses manuscrits. Ces notes seront réunies dans des Mélanges intimes et Marginalia. Edgar Allan Poe, de son côté, publie sous le titre de Marginalia des notes de lecture et des réflexions littéraires dans plusieurs revues américaines.

(2) Au sens géographique : au XIXe siècle, le mot « marge » est avant tout synonyme de « bord » et de « bordure ». Si elles ne sont pas encore désignées en ces termes, apparaît néanmoins à cette époque un intérêt pour de nouvelles zones reculées, le plus souvent hors des centres urbains, qui amène à s’interroger sur l’opposition, exacerbée au XIXe siècle, entre nature et culture, civilisation et sauvagerie. Certains romanciers conçoivent la littérature comme le conservatoire d’un folklore et d’une tradition locale (songeons par exemple au Cotentin fantasmé des romans de Barbey d’Aurevilly, au Berry de George Sand ou encore à la Bretagne merveilleuse de Paul Féval), qui ont de plus en plus nettement tendance à se retirer du paysage mental de l’époque. D’autres laissent entrevoir dans leurs écrits les contours de nouveaux espaces urbains, en marge des centres historiques, modernes et effrayants. C’est par exemple le cas de Baudelaire, qui, dans Le Spleen de Paris, donne une visibilité nouvelle aux « plis sinueux des vieilles capitales ». Par ailleurs, les savants et les penseurs de l’époque se penchent sur les cas d’enfants sauvages (tel le docteur Itard auprès de Victor de l’Aveyron) qui mettent à l’épreuve leurs catégories mentales. En outre, se pose tout au long du XIXe siècle la question coloniale, qui oppose les centres de pouvoir métropolitains et les espaces périphériques dominés, autre forme de marge, non pas tant géographique ou démographique que politique. Les récits de voyage (Chateaubriand, Gautier, Maxime Du Camp…), la littérature exotique (Pierre Loti ou Jules Verne), ou encore la peinture orientaliste (Delacroix) proposent des représentations des colonisé.e.s qui contribuent à leur marginalisation tant idéologique qu’artistique et culturelle.

(3) Au sens social : il s’agit avant tout d’étudier la représentation littéraire et artistique des marginaux, figures situées à la lisière de toute appartenance sociale et nationale : mendiants, vagabonds, Bohémiens, prostituées occupent dans les champs littéraire et artistique une place ambiguë, entre rejet et fascination. Plus généralement, la question des marginalités invite à considérer également les groupes minoritaires et les comportements déviants qui peuvent avoir pour conséquence une forme de discrimination voire d’exclusion (définie, avec Robert Castel, comme un processus qui renvoie à un jugement prononcé par une instance officielle). Il convient alors de rappeler que la marginalité n’est pas seulement un état, mais aussi le résultat d’un parcours, d’un processus. Enfin, en examinant ces représentations et situations à la lumière des sciences humaines actuelles, il est intéressant de penser l’agentivité des marginalisé.e.s. Comment les personnes marginalisées par le genre, la race, la classe peuvent-elles accepter ou remettre en question ces classifications et notamment les distinctions binaires ? Dans le cas des femmes, marginales non par leur nombre mais par les places qui leur sont assignées, comment la tension se joue-t-elle entre la marge et le centre chez les romancières, poétesses, peintres et sculptrices, penseuses et figures de l’ésotérisme qui reprennent certains mythes et imaginaires, en inventent de nouveaux – des académiciennes du début du XIXe siècle aux femmes recevant la Légion d’honneur, de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne à l’organisation de mouvements féministes ?

(4) Au sens poétique et esthétique, la marginalité invite à interroger la création à différents niveaux. À l’échelle la plus large, la question de la reprise de certaines formes désuètes telles que le sonnet ou des formes poétiques plus anciennes peut être lue comme un phénomène de retour ou de revendication des marges. De manière plus générale, on peut se demander si toute tentative de « singularisation » esthétique ne revendique pas une forme de marginalité s’opposant à des esthétiques conformistes ou sclérosées. Sur le plan poétique on peut se demander dans quelle mesure le concept de marginalité s’applique à la dynamique des récits et aux personnages, notamment en ce qui concerne les personnages secondaires du roman réaliste, ces figures qui restent à la limite de l’intrigue. Le lien entre trajectoires narrative et sociale des personnages mérite également d’être interrogé. Les parcours des personnages romanesques impliquent constamment le passage de la marginalité à la consécration ou l’inverse, mettant souvent en question ces deux notions, qu’on pense par exemple à Julien Sorel ou à Jean Valjean. Poser la question de la marginalité ou du conformisme des personnages par rapport à un certain nombre de normes invite à interroger l’axiologie et la construction de la valeur dans les textes, par exemple à l’aune du concept de héros problématique défini par Georg Lukács. L’adéquation et la dissonance entre les représentations littéraires et la réalité sociale méritent enfin d’être questionnées. Certains personnages omniprésents et valorisés dans les textes sont en effet des marginaux dans la société du XIXe siècle et vice-versa.

(5) Au sens institutionnel : la production littéraire et artistique est marquée par une hiérarchie formalisée par des institutions (académies, salons, prix, etc.), qui prennent une importance particulière au XIXe siècle. On peut alors s’interroger sur la spécificité (sujets, genres, etc.) des œuvres produites à la marge de ces cadres normatifs et parfois regroupées en contre-institutions à l’instar du Salon des refusés de 1863. Au-delà de la stricte question institutionnelle doit également être examinée la revendication explicite d’une esthétique anti-conformiste, à l’instar de la Bohème parisienne ou de la Scapigliatura milanaise, qui illustrent bien comment des postures artistiques excentriques peuvent s’inscrire à leur tour dans un programme attendu. Enfin, l’histoire littéraire du XIXe siècle est marquée par un recours fréquent à l’idée de littérature mineure, comme le souligne l’expression de « petits romantiques », catégorie d’auteurs voués à rester à la marge du canon littéraire et dont les frontières fluctuantes demandent à être questionnées.

Une telle liste n’a aucune prétention à l’exhaustivité, mais vise simplement à montrer la richesse des domaines sémantiques des marges et des marginalités, présents dans les champs littéraires et artistiques et qui pourront donner lieu à des séances de séminaire portant sur l’ensemble du spectre épistémologique du XIXe siècle.

* * * * * * * * * * * *

Nous invitons tout.e jeune chercheur.se dix-neuviémiste (en littérature française et comparée, histoire, histoire de l’art, etc.) à proposer des thèmes de séances ou des communications en rapport avec cet argumentaire, pour l’année universitaire 2020-2021 (la première séance de ce cycle de séminaires aura lieu à l’automne). Vous pouvez nous soumettre vos propositions, d’une longueur maximale de 600 mots, à l’adresse suivante : contact.doctoriales.serd@gmail.com.

Le comité organisateur des Doctoriales, composé de Fanny Arama (Université Paris Diderot), Mathilde Leïchlé (Université PSL / École Pratique des Hautes Études), Loïc Le Sayec (Université de Picardie Jules Verne), Anne Orset (Sorbonne Université) et Marie-Agathe Tilliette (Université Paris Nanterre), se tient à votre disposition pour répondre à toutes vos questions.

Vous trouverez de plus amples informations sur le site des Doctoriales : https://doct19serd.hypotheses.org/. Vous pouvez également nous rejoindre sur Facebook : https://fr-fr.facebook.com/people/Doctoriales-de-la-Serd/100005950157187.

 

Bibliographie indicative

BECKER, Howard, Outsiders. Studies in the Sociology of Deviance, London, The Free Press, 1966.

BENNHOLDT-THOMSEN, Anke, GUZZONI, Alfredo, Der « Asoziale » in der Literatur um 1800, Königstein im Ts., Athenäum, 1979.

BOULOUMIÉ, Arlette (éd.), Figures du marginal dans la littérature française et francophone, Recherches sur l’imaginaire, n°29, Angers, Presses de l’Université d’Angers, 2003.

CASTEL, Robert, « Les marginaux dans l’histoire », dans PAUGAM, Serge (dir.), L’Exclusion. L’état des savoirs, Paris, La Découverte, 1996, p. 32-41.

DAUNAIS, Isabelle, « Le personnage secondaire comme modèle : réflexions sur un déplacement”, Fabula / Les colloques, Le personnage, modèle à vivre. En ligne : https://www.fabula.org/colloques/document5080.php.

DIAZ, José-Luis, « Grotesques, illuminés, excentriques : le spleen des fantaisistes », dans Jean-Louis Cabanès et Jean-Pierre Saïdah (éd.), La Fantaisie post-romantique, actes du colloque « La fantaisie post-romantique de 1845 à 1860 » tenu à Bordeaux en novembre 1999, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, coll. « Cribles », 2003, p. 171-190.

L’Écrivain imaginaire. Scénographies auctoriales à l’époque romantique, Paris, Honoré Champion, coll. « Romantisme et modernités », 2007.

FEUILLEBOIS-PIERUNEK, Ève et BEN LAGHA, Zaïneb (éd.), Étrangeté de l’autre, singularité du moi : les figures du marginal dans les littératures, Paris, Classiques Garnier, 2015.

FOUCHER-ZARMANIAN, Charlotte, Créatrices en 1900 : femmes artistes en France dans les milieux symbolistes, Paris, Mare & Martin, 2015.

FRAISSE, Luc (éd.), Pour une esthétique de la littérature mineure, actes du colloque « Littérature majeure, littérature mineure », Strasbourg, 16-18 janvier 1997, Paris, Honoré Champion, 2000.

GARB, Tamar, Sisters of the Brush: Women’s Artistic Culture in Late Nineteenth-Century Paris, New Haven, Londres, Yale University press, 1994.

GONNARD, Catherine et LEBOVICI, Élisabeth, Femmes artistes, artistes femmes : Paris, de 1880 à nos jours, Paris, Hazan, 2007.

HAMON, Philippe, Imageries. Littérature et image au XIXe siècle, Paris, José Corti, 2001.

HOHNSBEIN, Axel, « Pittoresques magasins : représenter la science dans les frontispices de la presse de vulgarisation scientifique du second XIXe siècle », 2020. En ligne : https://serd.hypotheses.org/6095.

KALIFA, Dominique, Les Bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, 2013.

LAFONT, Anne, Une Africaine au Louvre en 1800. La place du modèle, Paris, Éd. de l’INHA, 2019.

LE BAIL, Marine « George Sand, au cœur des marges : Mauprat et Consuelo », Cycle « Romancières » de l’Université Populaire de Bordeaux, mars 2017, Bordeaux, France.

LEROY-TERQUEM, Mélanie, « L’envers du canon littéraire : le cas des petits romantiques français », dans José-Luis Diaz (dir.), Le XIXe siècle face aux canons littéraires Persistance, remises en cause, transformations, Revue d’histoire littéraire de la France, 114/1, janv-mars 2014, p. 123-130.

MAYER, Hans, Außenseiter, Frankfurt/Main, Suhrkamp, 1975.

MÉNARD, Sophie, « Le “personnage liminaire” : une notion ethnocritique », Litter@ Incognita, Toulouse, Université Toulouse Jean Jaurès, n°8 « Entre-deux : Rupture, passage, altérité », automne 2017, disponible en ligne, http://blogs.univ-tlse2.fr/littera-incognita-2/2017/09/24/le-personnage-liminaire-une-notion-ethnocritique/.

MICHEL, Pierre, Un mythe romantique : les barbares, 1789-1848, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1981.

MILNER, Max, « Romantics on the fringe (Les Romantiques marginaux) » dans D. G. Charlton (éd.), The French Romantics, Cambridge, Cambridge University Press, 1984, t. ii, p. 382-422.

MOUSSA, Sarga (dir.), Littérature et esclavage (XVIIIe-XIXe siècle), actes de colloque, Institut des sciences de l’Homme de Lyon, 18-20 juin 2009, Paris, Desjonquères, 2010.

NOCHLIN, Linda, Femmes, art et pouvoir et autres essais, Paris, Éditions Jacqueline Chambion, 1993.

Misère: The Visual Representation of Misery in the 19th Century, London, Thames and Hudson, 2018.

PARKER, Rozsika et POLLOCK, Griselda, Old Mistresses : Women, Art, and Ideology, Londres, Pandora Press, 1995.

PLANTÉ, Christine, La Petite sœur de Balzac : essai sur la femme auteur, Presses Univ. de Lyon, 1985.

SAMOYAULT, Tiphaine, « La banlieue du roman : l’espace du personnage secondaire », texte initialement paru dans l’Agenda de la pensée contemporaine, 10, printemps 2008. Disponible en ligne : http://www.fabula.org/atelier.php?Espace_du_personnage_secondaire.

SANGSUE, Daniel, Le Récit excentrique : Gautier, de Maistre, Nerval, Nodier, Paris, J. Corti, 1997.

SCARPA, Marie, « Le personnage liminaire », Romantisme, 2009/3, n°145, p. 25-35.

— « Figures du sauvage », dans B. Laville et F. Pellegrini (dir.), La Fortune des Rougon. Lectures croisées, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2015, p. 203-216.

SEILLAN, Jean-Marie, Aux sources du roman colonial. L’Afrique à la fin du XIXe siècle, Paris, Karthala, 2006.

SOFIO, Séverine, Artistes femmes. La parenthèse enchantée XVIIIe-XIXe siècles, Paris, CNRS Editions, 2016.

STEINMETZ, Jean-Luc, « Jeune-France, bousingos, marginaux », dans l’édition illustrée de l’Histoire littéraire de la France, t. viii, éd. sociales, 1977.

STOICHITA, Victor I., L’Image de l’Autre. Noirs, juifs, musulmans et « gitans » dans l’art occidental des temps modernes, Paris, Hazan / Louvre Éditions, 2014.

WOLOCH, Alex, The One vs. the Many: Minor Characters and the Space of the Protagonist in the Novel, Princeton, Princeton University Press, 2003.

 

Prochaine séance des Doctoriales, samedi 21 mars 2020 : Sport et littérature du XIXe siècle

—–IMPORTANT —–

Compte tenu de la fermeture de tous les établissements et notamment de l’université Paris-VII-Diderot, nous sommes contraints de REPORTER (non pas d’annuler) la séance des Doctoriales du samedi 21 mars prochain à une date indéterminée. 


La prochaine séance des Doctoriales de la SERD, organisée par Lucie Nizard, se tiendra à la bibliothèque Jacques-Seebacher de l’université Paris-VII-Diderot, le samedi 21 mars. 

Elle proposera deux communications dont voici les résumés :

Grégoire Tavernier (Université d’Orléans) : « Des corps à cheval : autour de quelques promenades équestres chez Stendhal » 

Dans Stendhal homme de cheval, court essai qu’il publie en 1928, le comte de Comminges souligne l’importance de l’imaginaire équestre chez le romancier, dont la riche expérience personnelle en ce domaine se transpose sur un plan littéraire. Nombre d’épisodes stendhaliens représentent en effet le corps en mouvement du héros, porté par une monture, en déambulation dans un espace ouvert, représentations que l’on associerait volontiers aujourd’hui à une activité sportive individuelle où l’effort physique est inséparable d’une mise en scène de soi. Un emploi littéraire traditionnel du corps à cheval hante Stendhal : la scène militaire (tournoi, duel, bataille), manifestation violente et spectaculaire d’une mobilité épique, qui construit un corps d’assaut, auquel recourt encore le roman de cape et d’épée de l’âge romantique. Que devient ce corps épique à cheval dans les romans stendhaliens de la paix civile, du repos forcé ? C’est aux métamorphoses de ce corps pacifié que nous serons attentifs dans notre communication, à travers le double exemple de Julien Sorel et de Lucien Leuwen. Ces deux hussards en puissance, contraints à une sorte de chômage technique, se livrent moins à des promenades centrifuges, à des échappées hors du monde, qu’à des exhibitions physiques qui les placent au coeur d’un public à conquérir. La promenade à cheval chez Stendhal, loin de constituer un temps mort romanesque, reste au contraire un point dramatique, le lieu d’une mise à l’épreuve ou d’une compétition, un carrefour axiologique, où la valeur du héros dépend d’une esthétique du corps équestre, objet de spectacle tour à tour grotesque, séducteur et triomphant. On s’attachera ainsi à voir comment nos héros démilitarisés (malgré l’uniforme qu’ils portent ponctuellement) conservent une attitude offensive qui choisit le terrain équestre comme terrain d’expression, de mise en jeu et de légitimation de soi. 

Lucie Nizard (Université Sorbonne nouvelle) – « Érotisme des femmes à bicyclette dans le roman du tournant du siècle : les exemples de Voici des ailes (1898) de Maurice Leblanc, Paris (1897) et Fécondité (1899) de Zola » 

Dans les années 1890, la bicyclette moderne, équipée de freins, de pneumatiques, et d’un dérailleur, entre dans le quotidien des Français. L’engin est perçu comme une prouesse technique, et la littérature s’empare immédiatement de cette machine qui fait pousser des ailes, et permet une liberté de mouvement et un rapport au paysage inédits. Toutefois, la « petite reine » ne laisse pas d’inquiéter : peut-on laisser les jeunes filles et les femmes respectables enfourcher une monture de métal qui ne peut guère se monter en amazone, oblige au port de jupes-culottes, et, surtout, libère les corps, augmente la force, et permet de folles échappées en compagnie de jeunes garçons vigoureux ? Maurice Leblanc et Zola lient étroitement, à deux ans d’intervalle, la question du désir féminin et de la bicyclette, dans des romans qui sont de véritables plaidoyers pour le vélo, mais aussi, en creux, pour une relative libération sexuelle féminine et un nouveau rapport au corps, moins genré et moins corseté.

Compte rendu de la séance du 25 janvier 2020

Etaient présents : Manon Amandio, Claire Dupin de Beyssat, Laurel Iber, Lise Manin, Mathilde Leïchlé, Vincent Berthelier, Lorenza Starace, Eva Le Saux, Anne Orset, Marie-Agathe Tilliette.
 

Cette séance consacrée au nu, à la nudité et à l’obscène au XIXe siècle a donné lieu à quatre communications :

Mathilde Leïchlé, « Introduction. Drawing the line : nu et nudité, érotisme et obscénité »
Cette introduction est l’occasion de rappeler les définitions données par le XIXe siècle aux différents concepts qui occuperont la séance. Par l’exemple du traitement d’une iconographie religieuse au cours de la seconde moitié du siècle, nous avons envisagé les enjeux à l’oeuvre du côté des prescriptions – recueils iconographiques – et de la réception critique. Enfin, nous nous sommes demandé comment ces réflexions se prolongent, d’une planche de Milo Manara inspirée du XIXe siècle à l’exposition Drawing the line organisée par le collectif canadien Kiss and Tell au début des années 1990, qui proposait aux visiteurs de « tracer la limite ».

Claire Dupin de Beyssat, « Le nu sans histoire ? Autonomie d’un motif »
Cette intervention étudie l’évolution que connaît la peinture de nu dès 1848 au Salon. À partir de plusieurs oeuvres et de l’étude de leur réception, à la fois institutionnelle et critique, il s’agira notamment de montrer comment le nu s’émancipe peu à peu de la peinture d’histoire et des principes, notamment académiques, qui la commandent, au point de devenir un motif autonome, se dispensant de contexte et de prétexte. 

Lise Manin, « Les corps dénudés en procès dans le Paris du second XIXe siècle : enjeux moraux, sociaux et politiques »
Le Code de 1810 a défini les deux dispositions pénales qui ont régi la visibilité publique de la nudité et de la sexualité tout au long du XIXe siècle : l’outrage public à la pudeur (article 230) et l’outrage aux bonnes moeurs (article 287). Compte tenu du caractère abstrait de la définition de ces deux délits et de l’indétermination de la notion d’obscénité, c’est aux juges que revint le soin de désigner les types d’exhibitions corporelles et de publications méritant d’être sanctionnées dès lors qu’elles étaient offertes à la vue du public. L’étude des archives judiciaires du département de la Seine, couplée à l’analyse de la couverture médiatique de différents procès pour outrage public à la pudeur et outrage aux bonnes moeurs, permet ainsi de retracer les déplacements du mur de la pudeur et l’évolution du faisceau de représentations attachées à la nudité, tant masculine que féminine, au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. Les différents détournements de ces deux chefs d’accusation révèlent quant à eux les enjeux sociaux et politiques du contrôle des moeurs qui se jouent à travers la censure de la nudité.

Laurel Iber, « Le nu photographique et l’hermaphrodite antique dans la médecine du XIXe siècle en France »
On connaît bien les neuf photographies que Nadar a faites d’un sujet anonyme, appelé « hermaphrodite » selon la terminologie de l’époque. Bien que ce soient les seules photographies médicales qu’on lui a définitivement attribuées, de nombreuses images similaires parsemaient les pages des revues médicales au XIXe siècle. Une explosion d’études de cas pendant la seconde moitié du siècle a attiré l’attention du public médical sur le particulier et l’exceptionnel, où la documentation des anatomies atypiques prenait la forme de rapports détaillés, souvent accompagnés d’illustrations graphiques. La photographie, le dessin, la gravure et les moules en cire ont été utilisés pour saisir les caractéristiques distinctes de cas inhabituels. Parmi ceux qui ont capté le plus d’intérêt se trouvaient des individus dont les anatomies résistaient aux catégories rigides du sexe binaire. Cette communication examine le rôle de la photographie dans la figuration du corps de l’hermaphrodite, dont les parties les plus intimes sont mises à nu. Cette analyse considère en particulier la fascination des médecins – comme, par exemple, Paul Richer et Henry Meige – pour faire des parallèles entre la mythologie, les sculptures de l’antiquité et leurs sujets cliniques. De plus, cette étude met en lumière le raisonnement de ces hommes scientifiques qui, ancrés dans un contexte régi par les principes du positivisme, ont trouvé des modèles empiristes et esthétiques dans une tradition dont les critères d’objectivité et les idéaux de beauté sont, à certains égards, en conflit avec ceux du XIXe siècle.

Compte rendu de la séance du 23 novembre 2019 : « Splendeurs et misères du corps masculin au XIXe siècle »

Etaient présents : Blanche Acloque, Fanny Arama, Carole Bourlé, Hélène Dubail, Romain Enriquez, Bénédicte Jarrasse, Loïc Le Sayec, Mathilde Leïchlé, Anne Orset, Marie-Agathe Tilliette, Erika Wicky.

Organisée et introduite par Loïc Le Sayec, cette séance a donné lieu à deux communications et à un point méthodologique :

Carole Bourlé (Université de Rouen) : « Virilités romantiques : la défaite du muscle »

Le texte intégral de la communication est disponible ici.

Bénédicte Jarrasse (Labex Obvil – Paris Sorbonne) : « »Quelque chose de monstrueux et d’indécent que nous ne pouvons concevoir » : le corps du danseur en procès dans les écrits sur les spectacles du XIXe siècle »
Résumé : L’historiographie de la danse théâtrale ne cesse de répéter que le XIXe siècle, épris de la seule ballerine, aurait mis à mort le danseur, longtemps roi de la scène. Si le lieu commun manque de nuances et tend de surcroît, dans un univers théâtral hiérarchisé et encore largement dominé par les notions de genre et d’emploi, à essentialiser celui-ci, il renvoie toutefois à un soupçon avéré, qui trouve un aliment solide dans les écrits sur les spectacles publiés dans la presse parisienne. À partir des années 1830 et durant les décennies suivantes, les feuilletonistes parisiens n’ont en effet pas de mots assez durs pour stigmatiser le danseur – ombre portée à la grâce de la danseuse – et moquer ce corps masculin trop maniéré, mais surtout trop lourd, trop épais, trop musculeux, en un mot trop… réel. Au-delà des préjugés esthétiques, le procès fait au corps scénique du danseur tient aussi à des considérations morales et sociales. Après avoir exposé certaines des critiques qui lui sont adressées, lesquelles surgissent dans un contexte d’idéalisation et de fétichisation de la ballerine, il s’agira de dépasser le lieu commun, largement attesté, et de montrer comment, sous certaines conditions, le corps du danseur peut se rendre acceptable (corps exotique ou comique) et même susciter les plus vifs éloges (figures singulières).

Erika Wicky (Université Lumière Lyon 2) : « Les études post-doctorales : conditions, bourses, activité de recherche ».

Calendrier des Doctoriales de la SERD (2019-2020)

 
Samedi 21 septembre 2019 : séance « hors les murs » au musée Fragonard de
Maisons-Alfort

• Samedi 19 octobre 2019 : « Le corps et ses autres : antagonismes, construction et transformations du corps dans le roman d’aventures », séance proposée par Paul Brocart

• Samedi 23 novembre 2019 : « Le corps masculin au XIXe siècle », séance proposée par Loïc Le Sayec

• Samedi 25 janvier 2020 : « Révolutions de la chair : les enjeux du nu et de la nudité », séance proposée par Mathilde Leïchlé

Samedi 21 mars 2020 : « Le sport – l’érotisme des bicyclettes chez Zola », séance proposée par Lucie Nizard

• Jeudi 23 avril 2020 : Journée d’études des Doctoriales, organisée par Fanny Arama, Paul Brocart, Hélène Dubail, Romain Enriquez et Loïc Le Sayec.
Appel à contribution disponible sur Fabula : https://www.fabula.org/actualites/la-partie-et-le-tout-partitions-et-recompositions-des-corps-au-xixe-s-journee-d-etudes-des_93543.php   

Samedi 13 juin 2020 : séance de clôture du séminaire « Les révolutions du corps ».

Rentrée des Doctoriales

En ce début d’année académique, nous sommes heureux de vous annoncer que les Doctoriales font leur rentrée le samedi 21 septembre, à 14h.

Cette séance d’ouverture se fera « hors les murs », au Musée Fragonard, à Maisons-Alfort (7, avenue du Général de Gaulle, 94700 Maisons-Alfort).

Nous vous attendons à 14h devant le musée pour une visite des collections, en lien avec notre thématique des « révolutions du corps au XIXe siècle ».

Tous les renseignements pratiques à cette adresse : https://www.vet-alfort.fr/domaine-d-alfort/musee-fragonard/visiter-le-musee/se-rendre-au-musee .

Venez nombreuses et nombreux !

 

Appel à communications pour la séance des Doctoriales (23 novembre) : « Splendeurs et misères du corps masculin au XIXe siècle »

Les propositions de communication sont à envoyer d’ici au 15 octobre, accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique, à contact.doctoriales.serd@gmail.com et à  lesayec_loic@yahoo.fr.

Argumentaire

Les études historiques et littéraires ont montré que le XIXe siècle était obsédé par le corps féminin, sur lequel les hommes portent un regard à la fois admirateur et apeuré, empreint d’une longue misogynie, culturellement encouragée par la religion et bientôt renforcée par les discours médicaux. Or, comme l’écrit Alain Corbin, « le masculin et le féminin bien qu’historiquement variables, dépendent toujours l’un de l’autre pour avoir un sens » (préface à Révenin (dir.), p. 9). On cherchera donc à s’intéresser aux spécificités de la représentation du corps masculin au XIXe siècle, caractérisé selon Alain Corbin par « l’emprise maximale de la vertu de virilité » (Corbin, 2011, p. 7). La virilité impose à l’homme ses injonctions, elle codifie tout un système de « représentations, de valeurs et de normes » (ibid.) qui s’imposent avec force à l’individu masculin et que cette séance aimerait interroger en se centrant particulièrement sur le corps son corps.
Le corps est d’autant plus important pour comprendre la construction de l’identité masculine que, comme le rappelle Anne-Marie Sohn, « la masculinité est une notion étrangère aux hommes du XIXe siècle. Ces derniers ne connaissent qu’une  « virilité » réduite à ses fondements biologiques. Pour Pierre Larousse, les « apparences masculines », les « signes de la virilité », la « capacité d’engendrer » surtout, « signe irrécusable de la virilité », sont à eux seuls constitutifs du sexe masculin » (Sohn, p. 11). L’homme viril devrait tenir son rang en prouvant sa conformité à des critères physiques qui se traduisent aussi dans la personnalité. L’injonction à la virilité lui impose une attention particulière à son corps et à ses performances, elle est source de constantes inquiétudes. L’homme doit toujours s’affirmer face à ses pairs, mais aussi face à la gent féminine, qu’il faudrait tout à la fois séduire et dominer (Maugue, p. 19).
La séance se propose donc d’examiner les différentes représentations du corps masculin, ses imaginaires et ses figurations dans le long XIXe siècle, qui commence avec la Révolution française – présentée par certains comme le triomphe d’une virilité populaire régénérant la Nation et chassant du pouvoir des aristocrates fatigués, au corps abâtardi et efféminé – et qui s’achève dans une crise de la masculinité fin-de-siècle puis dans la Grande guerre et ses « gueules cassées », figures emblématiques d’une virilité sacrifiée.

À titre indicatif, les communications pourront envisager les thématiques suivantes :

  • Comment est décrit le corps masculin dans les différents textes, notamment littéraires, et quelle(s) vision(s) de la virilité révèlent ils ? Comment les représentations du corps masculin peuvent-elles influencer l’organisation des textes fictionnels, notamment dans les récits réalistes, centrés sur des figures d’ambitieux et/ou de séducteurs, ou dans les récits naturalistes, qui, sous l’influence des discours scientifiques et/ou philosophiques, accordent une place importante au corps et à ses besoins (sexualité, nourriture) ?
  • Comment le corps masculin est-il défini par rapport au corps féminin ? Fonctionne-t-il différemment dans certains discours, et si oui, comment expliquer de telles différences ? Comment les discours médicaux sur le corps masculins constituent-ils un vecteur de diffusion de la « domination masculine » (Bourdieu, 1998) ?
  • Selon Alain Corbin, la masculinité est « un lieu où les différences de classe, de religion et de race se dessinent » (Révenin, 2007, p. 19). Dans cette perspective, on voudrait montrer comment le corps masculin est le réceptacle de discours idéologiques et sociaux variés, dessinant différents régimes de masculinité. Le corps de l’ouvrier est-il celui du bourgeois, et celui de l’occidental est-il celui du « sauvage » ou du « colonisé », et comment penser la virilité de chacun d’eux ? Quel corps masculin nourrit les discours décadentistes parcourant le siècle et déplorant la perte d’une virilité ?
  • On pourra aussi étudier des figures emblématiques et fantasmatiques de la masculinité et la manière dont elles construisent des mythes et archétypes du corps masculin. Du « garçon » au vieux célibataire (Borie, 1976), du dandy au canotier, en passant par le prêtre, qui, fascine les romanciers naturalistes, on pourra interroger différentes figures emblématiques de la masculinité, dont les corps particuliers, aux besoins différenciés, occupent les textes et les imaginaires du temps.

Bibliographie indicative

Borie Jean, Le Célibataire français, Paris, Le Sagittaire, 1976.
Corbin Alain (dir.), Histoire de la virilité, t. 2, Le triomphe de la virilité. Le XIXe siècle, Paris, Seuil, 2011.
Maugue Annelise, L’identité masculine en crise au tournant du siècle : 1870-1914, Paris, Rivages, 1987.
Révenin Régis (dir.), Hommes et masculinités de 1789 à nos jours : contributions à l’histoire du genre et de la sexualité en France, Paris, Autrement, 2007.
Sohn Anne-Marie, Sois un homme ! : la construction de la masculinité au XIXème siècle, Paris, Seuil, 2009.

 

 

 

Prochaine séance des Doctoriales, samedi 15 juin 2019 : Choix du sujet pour la journée d’études des Doctoriales du printemps 2020

Il s’agit de notre dernière séance de l’année 2018/2019, avant reprise à l’automne !

Nous vous proposons donc de nous retrouver pour une séance spéciale au cours de laquelle, après discussion, nous choisirons le prochain thème de la journée d’études des Doctoriales, qui clôt traditionnellement les deux années de séminaire. D’ici samedi, vous pouvez préparer des idées de sujets, avec un petit argumentaire pour les défendre, et nous les envoyer à l’adresse habituelle. Ils doivent être liés à la problématique générale (« Les révolutions du corps au XIXe siècle ») et aborder un thème qui n’a pas fait l’objet d’une séance jusque-là.

Rendez-vous samedi, à 10h, dans la bibliothèque Jacques-Seebacher de l’université Paris-VII-Diderot.

Compte rendu de la séance du 25 mai 2019 : « Les révolutions épistémologiques du corps au XIXe siècle »

Étaient présents : Manon Amandio, Paul Brocart, Fanny Drouot, Hélène Dubail, Romain Enriquez, Edouard Garancher, Yeon Jeong, Hélène Köll, Mathilde Leichlé, Lucie Nizard, Anne Orset.

La séance s’est ouverte sur une introduction d’Anne Orset et Romain Enriquez : elle portait sur la manière dont la littérature du XIXe siècle contribue à une révolution épistémologique sur le corps, de façon à la fois concurrentielle et alternative aux discours scientifiques.

A l’appui de cette idée, se sont ensuite succédé trois communications dont voici les résumés :

Fanny Drouot (Université Bourgogne Franche-Comté), « Zola et l’anthropologie : le corps du “sauvage” »

Au cours du XIXe siècle, le processus de naturalisation de l’homme amorcé par Buffon trouve une forme de conclusion avec les publications de Darwin, L’Origine des espèces en 1859 puis La Filiation de l’homme en 1871. Dès lors est actée l’origine simienne de l’homme qui remet radicalement en cause le dogme biblique et la vision d’un homme créé par Dieu. Ce bouleversement, perçu par Darwin lui-même comme un « meurtre », engendre des résistances fortes et son onde de choc se répercute aussi bien dans la vulgarisation scientifique que dans la littérature. C’est à cette révolution épistémologique que nous nous intéressons, à l’occasion d’un parcours pluridisciplinaire reliant l’anthropologie préhistorique et l’œuvre d’Émile Zola. Il s’agira de montrer comment la naturalisation de l’homme et l’affirmation de son animalité orientent les préoccupations de l’anthropologie préhistorique et trouvent une expression littéraire dans la description des corps des « sauvages » zoliens.

Romain Enriquez (Université d’Artois), « Une révolution épistémologique du corps : l’hystérie traitée par la littérature »

Pendant une grande partie du XIXe siècle, l’hystérie est presque unanimement regardée comme un mal féminin et organique, d’origine utérine, suivant son étymologie. Nous cherchons cependant comment le roman du second XIXe siècle (Flaubert, Zola, Mirbeau, Daudet et Villiers de l’Isle-Adam) dialogue avec les sciences (médecine, anatomie, physiologie, psychologie) sur la représentation, voire sur le « traitement » de l’hystérie et des hystériques. Non content d’attaquer les discours sociaux, médicaux, moraux en vogue, le récit de fiction parvient en effet à formuler des contre-théories ou des contre-pratiques de l’hystérie, des traitements concurrents et alternatifs qui contribuent à infléchir la façon dont on considère l’hystérique. Il s’agit ainsi de mettre à l’épreuve la capacité de la littérature à formuler une nouvelle épistémologie. 

Anne Orset (Paris Sorbonne Université), « Le Lavater des savants romanesques, ou l’art de connaître les scientifiques de la seconde moitié du xixe siècle d’après les traits de leur physionomie »

« Science du rapport qui lie l’intérieur et l’extérieur, la surface visible à ce qu’elle couvre d’invisible », la physiognomonie, théorisée dès la fin du XVIIIe siècle par Johann Kaspar Lavater, produit « un ensemble de figures-types, reconnaissables et facilement identifiables[ », dont l’étude des particularités physiques garantit le parfait déchiffrement des qualités morales. Nous souhaitons montrer que ce pseudo-savoir, introduit dans la fiction par Balzac dès l’Avant-propos de La Comédie humaine, est à la fois mobilisé et remodelé dans les portraits romanesques de savants de la seconde moitié du XIXe siècle, et qu’il contribue, malgré son apparente obsolescence épistémologique, à l’élaboration d’un personnage moderne, reflétant à sa manière la « crise des élites] » qui éclate au lendemain de la Révolution. En étudiant successivement le modèle physiognomonique archétypal du savant, sa dégradation en type « physiologiste », ainsi que sa transmutation en figure symboliste, à travers des exemples empruntés principalement à Bourget, Flammarion et Villiers de l’Isle-Adam, nous nous proposons de mettre au jour les ambivalences de l’autorité scientifique dans les fictions de l’époque.

Journée d’Étude « Le personnage romanesque au miroir du lecteur. Procédés et formes de l’identification »

Voici un appel à communication qui pourrait intéresser les jeunes chercheurs et chercheuses dix-neuviémistes : il s’agit d’une journée d’étude, organisée par Émilie Pézard et Antonia Zagamé, intitulée « Le personnage romanesque au miroir du lecteur. Procédés et formes de l’identification ». Elle aura lieu à l’Université de Poitiers le 13 décembre 2019 et la date limite pour les propositions est fixée au 15 juin prochain.

Argumentaire

Depuis les années 1990, l’essor des théories de la fiction a permis la réhabilitation d’une conception mimétique du personnage, selon laquelle l’« existence » du personnage aux yeux du lecteur doit moins être pensée comme la «superstition littéraire» que dénonçait Paul Valéry, que comme une illusion structurante de la lecture. « L’être romanesque, pour peu qu’on oublie sa réalité textuelle, se donne à lire comme un autre vivant susceptible de maints investissements(1) », écrit Vincent Jouve dans L’Effet-personnage. Cette projection du lecteur dans le personnage, qui assure son immersion dans l’univers fictionnel, peut être perçue, non comme une modalité de lecture naïve à opposer à la lecture savante, mais comme la manifestation de cette «suspension volontaire de l’incrédulité » où se combinent illusion et lucidité, ainsi que l’analysait déjà R. L. Stevenson : « Les personnages ne sont que des pantins. Le poing osseux du marionnettiste les anime très visiblement, leurs ressorts n’ont rien de secret, leurs figures sont de bois, leurs ventres bourrés de son, et malgré cela nous partageons le cœur battant leurs aventures(2). »

Pour penser les formes que prend ce « partage » entre lecteur et personnage, la théorie littéraire s’appuie sur deux concepts: l’empathie, c’est-à-dire le fait d’éprouver les sentiments du personnage, et l’identification. On peut supposer que si, comme l’écrit Françoise Lavocat, « le concept d’empathie a largement supplanté celui d’identification(3) », c’est notamment parce que celui-ci, dans le spectre large d’attitudes qu’il embrasse, peut davantage prêter le flanc à l’accusation de naïveté : la notion d’identification peut en effet impliquer que le lecteur partage, non seulement les émotions, mais aussi les valeurs, le caractère et le comportement du personnage ; elle suggère que ce partage déborde le temps de la lecture pour infuser l’existence du lecteur. En ce sens, l’identification semble glisser vers l’horizon psychopathologique du bovarysme, défini par Jules de Gaultier comme « la faculté de se concevoir autrement qu’on n’est ». Longtemps accusée d’être le signe d’une abolition de toute distance entre le lecteur et le texte, l’identification peut pourtant également se situer du côté du jeu et de l’émancipation. La circulation entre la littérature et la vie suggérée par l’identification croise la notion d’exemplarité pour mettre en valeur la puissance pragmatique de la littérature.

1 Vincent Jouve, L’Effet-personnage dans le roman, Paris, PUF, coll. Écriture, 1992, p. 108.
2 Robert Louis Stevenson, « À bâtons rompus sur le roman » [1882], Essais sur l’art de la fiction, Paris, Payot, 2007, p. 222.
3 Françoise Lavocat, Fait et fiction. Pour une frontière, Paris, Seuil, coll. Poétique, 2016, p. 348.

En s’appuyant sur les acquis des théories de la fiction et de la lecture, cette journée d’études, organisée par l’équipe B2 du FoReLLIS (Université de Poitiers) vise à apporter un éclairage historique à la question de l’identification, nourri par l’analyse des lectures réelles qui ont été faites des fictions romanesques. Il s’agira d’aborder dans une perspective littéraire cette notion déjà examinée par les sociologues, les experts des sciences de l’éducation, les psychologues et psychanalystes, les spécialistes d’arts du spectacle (projet IdEm).

Les propositions de communication (environ 2000 signes), accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, sont à envoyer avant le 15 juin 2019 aux adresses suivantes : emilie.pezard[at]univ-poitiers.fr et antonia.zagame[at]gmail.com. La réponse sera envoyée à la fin du mois de juin.

Plus d’informations sur le carnet de recherche du FoReLLIS B2 : https://anranticip.hypotheses.org

Quant à la prochaine séance des Doctoriales de la SERD, elle aura lieu le samedi 15 juin à partir de 10h à l’université Paris Diderot. Elle sera l’occasion de voter pour le prochain thème de la Journée d’Études des Doctoriales, qui aura lieu au printemps 2020. Tout jeune chercheur qui assiste au séminaire peut proposer un sujet et faire partie du Comité Organisateur de cet événement.

Prochaine séance des Doctoriales, samedi 25 mai 2019 : « Les révolutions épistémologiques du corps au XIXe siècle »

La prochaine séance des Doctoriales est organisée par Romain Enriquez et Anne Orset à l’université Paris-VII-Diderot samedi 25 mai, exceptionnellement dans la salle 579F du bâtiment Halle aux Farines, de 10h à 13h.
Elle abordera les révolutions épistémologiques du corps à travers une présentation générale du thème, suivie de trois communications dont voici les résumés :

Fanny Drouot (Université Bourgogne Franche-Comté), « Zola et l’anthropologie : le corps du “sauvage” »

Au cours du XIXe siècle, le processus de naturalisation de l’homme amorcé par Buffon trouve une forme de conclusion avec les publications de Darwin, L’Origine des espèces en 1859 puis La Filiation de l’homme en 1871. Dès lors est actée l’origine simienne de l’homme qui remet radicalement en cause le dogme biblique et la vision d’un homme créé par Dieu. Ce bouleversement, perçu par Darwin lui-même comme un « meurtre », engendre des résistances fortes et son onde de choc se répercute aussi bien dans la vulgarisation scientifique que dans la littérature. C’est à cette révolution épistémologique que nous nous intéressons, à l’occasion d’un parcours pluridisciplinaire reliant l’anthropologie préhistorique et l’œuvre d’Émile Zola. Il s’agira de montrer comment la naturalisation de l’homme et l’affirmation de son animalité orientent les préoccupations de l’anthropologie préhistorique et trouvent une expression littéraire dans la description des corps des « sauvages » zoliens.

Romain Enriquez (Université d’Artois), « Une révolution épistémologique du corps : l’hystérie traitée par la littérature »

Pendant une grande partie du XIXe siècle, l’hystérie est presque unanimement regardée comme un mal féminin et organique, d’origine utérine, suivant son étymologie. Nous cherchons cependant comment la littérature du second XIXe siècle dialogue avec les sciences sur la représentation, voire sur le « traitement » de l’hystérie et des hystériques. Non content d’attaquer les discours sociaux, médicaux, moraux en vogue, le récit de fiction parvient en effet à formuler des contre-théories ou des contre-pratiques de l’hystérie, des traitements concurrents et alternatifs qui contribuent à infléchir la façon dont on considère l’hystérique. Il s’agit ainsi, plus globalement, de mettre à l’épreuve la capacité de la littérature à formuler une nouvelle épistémologie. 

Anne Orset (Paris Sorbonne Université), « Le Lavater des savants romanesques, ou l’art de connaître les scientifiques de la seconde moitié du xixe siècle d’après les traits de leur physionomie »

« Science du rapport qui lie l’intérieur et l’extérieur, la surface visible à ce qu’elle couvre d’invisible », la physiognomonie, théorisée dès la fin du XVIIIe siècle par Johann Kaspar Lavater, produit « un ensemble de figures-types, reconnaissables et facilement identifiables[ », dont l’étude des particularités physiques garantit le parfait déchiffrement des qualités morales. Nous souhaitons montrer que ce pseudo-savoir, introduit dans la fiction par Balzac dès l’Avant-propos de La Comédie humaine, est à la fois mobilisé et remodelé dans les portraits romanesques de savants de la seconde moitié du XIXe siècle, et qu’il contribue, malgré son apparente obsolescence épistémologique, à l’élaboration d’un personnage moderne, reflétant à sa manière la « crise des élites] » qui éclate au lendemain de la Révolution. En étudiant successivement le modèle physiognomonique archétypal du savant, sa dégradation en type « physiologiste », ainsi que sa transmutation en figure symboliste, à travers des exemples empruntés principalement à Bourget, Flammarion et Villiers de l’Isle-Adam, nous nous proposons de mettre au jour les ambivalences de l’autorité scientifique dans les fictions de l’époque.




Compte rendu de la séance du 13 avril 2019 : « Le corps dansant » au XIXe siècle

Etaient présents : Fanny Arama, Romain Enriquez, Bénédicte Jarrasse, Yeon Jeong, Loïc Le Sayec, Vannina Olivesi, Grégoire Tavernier.

Nous avons eu le plaisir d’entendre, dans le cadre du séminaire sur Les Révolutions du corps, deux très belles communications dont voici les résumés :

Bénédicte Jarrasse : « Donner à voir le corps de la danse au XIXe siècle : du corps idéal de l’élue à la fétichisation du corps de ballet »

Le succès du ballet romantique sur les scènes européennes est indissociable d’un phénomène de médiatisation des spectacles et des artistes chorégraphiques, lui-même propice à la représentation des corps. Cette médiatisation s’exprime à travers des supports écrits, mais aussi, et surtout peutêtre, à travers des supports visuels, tels que la lithographie, la gravure, ou, peu plus tard, la photographie. Nous nous proposons de réfléchir aux représentations du corps dansant à partir des productions photographiques du premier portraitiste officiel des artistes du ballet de l’Opéra de Paris sous le Second Empire, Eugène Disdéri, inventeur bien connu du procédé de la photo-carte. Nous reviendrons d’abord sur la tradition lithographique du portrait d’artiste en ce qu’il nous paraît fonder un imaginaire proprement romantique du corps dansant, dont on trouve un écho dans les discours contemporains sur le spectacle chorégraphique. Le médium photographique offre, à sa suite, une image inédite du corps dansant : il ne donne pas seulement à voir le corps idéal de « l’étoile », entre terre et ciel, attaché au ballet romantique, mais bien la réalité d’un corps de ballet, ressaisi dans son ensemble – sa ressemblance comme sa dissemblance. Les usages, mémoriel ou commercial, de la photo-carte contribuent ainsi à mettre à jour, voire à exacerber, les tensions inhérentes à l’art chorégraphique – entre quête de légitimité et fétichisation du corps des interprètes.

Vannina Olivesi : « Une révolution radicale dans la danse classique : féminisation et construction de l’être artiste dans les galeries de célébrités contemporaines (1812-1862) »

À l’égal du théâtre chanté et récité, la danse théâtrale parisienne est l’objet, au fil du premier dixneuvième siècle, d’une intense médiatisation qui participe à construire les imaginaires sociaux définissant le corps professionnel des « artistes de la danse » de l’Opéra. Les galeries de célébrités et leur sous-genre, les galeries théâtrales que nous proposons ici d’étudier, sont des
« panthéons de papier » qui donnent à voir et à lire des séries de portraits gravés ou lithographiés, chacun faisant face à une notice biographique. L’artiste dramatique est ainsi représenté en pied, dans une pose remarquable, interprétant un rôle marquant de sa carrière tandis que la notice reconstitue sa trajectoire professionnelle en une sorte d’hagiographie. Il s’agira d’analyser images et textes, corps et carrières individuelles en ce que leur dialogue révèle certaines des mutations qui affectent le groupe des danseurs au sein de l’entreprise de spectacle. La féminisation des emplois hautement qualifiés, l’émergence d’un vedettariat spécifiquement féminin – et leur corollaire, l’affirmation de femmes chorégraphes – sont autant de facteurs qui « révolutionnent » le ballet dans un contexte où son statut d’art de la scène demeure sujet à débats. Notre communication, qui s’appuie sur un corpus de quinze galeries publiées entre 1812 et 1862, propose enfin d’articuler cette médiatisation de la célébrité féminine avec la fabrication, par les hommes de lettres, de représentations légitimantes de « l’être artiste » en danse – moralisation des moeurs, exaltation de la singularité et inscription dans le modèle vocationnel.

Parution : actes de la Journée d’Étude « Les folles croyances du XIXe siècle »

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution des actes de la Journée d’Étude « Les folles croyances du XIXe siècle » qui a eu lieu le 25 mai 2018 à l’université Paris Diderot. L’événement était organisé par Manon Amandio, Amandine Lebarbier, Magalie Myoupo, Anne Orset et Marie-Agathe Tilliette.

Les actes sont disponibles ici.

Bertrand Marquer (Université de Strasbourg) – Territoires de la croyance

Les folles croyances face à l’anticléricalisme

Inès Anrich (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) – La vocation religieuse féminine comme « folle croyance » : l’anticléricalisme et le contrôle social des femmes

Hélène Dubail (Université Paris Nanterre) – « Mes pieuses lectures rendraient impie un saint» : religion et bêtise chez Flaubert, France et De Roberto

Quand la science se penche sur les croyances

Nicole Edelman (Université Paris Nanterre) – Jean-Martin Charcot (1825-1893) et la science :  une folle croyance ?

Nicolas Aude (Université Paris Nanterre) – « Je crois au démon, pas une allégorie » : folles croyances et images fantastiques dans l’œuvre de Fédor Dostoïevski

Un « éloge de la folie » ? Défense et relativisation de la critique

Loïk Maille (Université Paris Nanterre) – Démiurges, créateurs et découvertes dans La Prairie de James Fenimore Cooper

Félicité de Rivasson (Université Grenoble Alpes) – La superstition ou la possibilité de ré-enchantement dans les œuvres narratives de Paul Féval

Nous tenons encore une fois à remercier chaleureusement tous les contributeurs !