Séance du 15 décembre 2012 – Idéalismes esthétiques au XIXe siècle

Membres présents : Fanny Bacot, Capucine Echiffre, Aude Jeannerod, Lola Kheyar-Stibler, Mathilde Labbé, Ruojing Liu, Gaëlle Loisel, Émilie Pezard, Rebecca Powers, Virginie Tellier, Sara Vitacca.

Idéalismes esthétiques au XIXe siècle

    • Virginie Tellier : Origines philosophiques de l’esthétique idéalisteL’exposé a présenté la théorie spéculative de l’Art, telle qu’elle naît au début du XIXe siècle, en montrant les éléments de continuité et de rupture avec, d’une part, l’esthétique kantienne, d’autre part, le (néo)platonisme.

Jacques-Louis David, La Mort de Marat, 1793, huile sur toile, 165 x 128 cm, Bruxelles, Musées royaux des beaux-arts de Belgique.

    • Aude Jeannerod : L’idéalisme esthétique dans la critique d’art de Charles Baudelaire
      Dans sa critique d’art, Baudelaire présente l’idéal et la nature comme deux pôles antithétiques qui aimantent la création artistique : d’une part, la nature est le matériau premier de toute œuvre d’art, et d’autre part, l’idéal est ce vers quoi tend l’artiste lorsqu’il crée. Et de prime abord, le critique semble renvoyer dos à dos idéalisme et naturalisme esthétiques : selon lui, les naturalistes copient aveuglément la nature et ne sont donc pas des artistes, car ils ne créent pas, tandis que les idéalistes peignent des choses improbables, en dehors de toute vraisemblance. Le véritable artiste sera donc celui qui parviendra à combiner nature et idéal, et Baudelaire, dans le Salon de 1846, prend notamment l’exemple du portrait pour défendre cette idée. La création artistique est donc prise dans un mouvement, une tension qui prend la nature pour socle et l’idéal pour horizon. Mais l’idéal baudelairien ne doit pas être entendu au sens d’un Beau universel ; l’idéal est au contraire propre à chacun, il est le génie particulier à chaque artiste. C’est en cela qu’on pourra parler d’un idéalisme esthétique chez Baudelaire : seul l’artiste de grand talent, le génie comme Delacroix, peut s’affranchir de la nature afin de créer une œuvre idéale.

  • Fanny Bacot : L’idéalisme esthétique de Joséphin Péladan
  • Sara Vitacca : L’inspiration de Michel-Ange dans l’esthétique décadente et symboliste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.