Compte-rendu de la séance du 10 novembre 2018 : « Souffrance et dégoût au XIXe siècle : les émotions face aux corps »

Étaient présents : Manon Amandio, Hélène Dubail, Romain Enriquez, Paul Faggianelli Brocart, Édouard Garancher, Yeon Jeong, Hélène Köll, Loïc Maille, Anne Orset, Loïc Le Sayec, Grégoire Tavernier, Marie-Agathe Tilliette, Anna Hanotte-Zawiscak.

Cette séance à donné lieu à deux communications. Les résumés sont disponibles ici :

Manon Amandio : “Ce que le corps souffrant met en lumière : le cas de Bérénice d’Edgar Allan Poe”

À partir de la représentation du corps féminin dans la nouvelle “Bérénice” d’Edgar Allan Poe, cette communication propose d’étudier les modalités de lecture du corps dans la nouvelle fantastique à une période de développement du discours médical dans les oeuvres littéraires. La nouvelle Bérénice nous semble être un bon exemple pour cette étude, car elle met en scène une tentative de diagnostic du narrateur, qui s’improvise médecin pour tenter d’exercer du contrôle sur le corps souffrant de Bérénice. Mais cette tentative d’une analyse rationnelle du corps souffrant est à l’origine d’une autre forme de pathologie pour le narrateur : une obsession pour les dents de la jeune épouse, qui finira par mener le narrateur à sa perte. Nous verrons que les modalités de la représentation de ces mécanismes changent lorsque l’on inscrit la nouvelle dans un système plus vaste, celui de la réception de l’auteur américain en France et de la constitution d’un corpus national. 

Loïc le Sayec : “Dégoût et des couleurs (on ne dispute pas?)”. A propos de quelques corps dégoûtants chez Octave Mirbeau.

En étudiant différents passages des nouvelles et des romans d’Octave Mirbeau, cette communication se propose d’apporter des éléments de compréhension de la description du corps dégoûtant. Qu’est-ce qui rend un corps dégoûtant et pourquoi ? Il semble qu’un certain nombre de « lois » du dégoût président à la description des corps dégoûtants qui jalonnent les récits de Mirbeau. Loin d’être de simples passages sensationnalistes ou des évocations de spécimens tératologiques, les descriptions de corps dégoûtants semblent répondre à une poétique concertée, comme le montre l’existence d’en certain nombre d’archétypes. C’est souvent le même type de corps qui dégoûte, toujours décrit avec le même vocabulaire : Mirbeau semble avoir ses obsessions. À y regarder de plus près cependant, les choses se compliquent. Des corps semblables semblent ne pas dégoûter. Comment comprendre de telles différences ? Il semble que l’écriture du corps dégoûtant relève de lois plus complexes que celles de la simple perception des corps, révélant des enjeux politiques et moraux. Le narrateur qui prend en charge la description d’un corps porte aussi un jugement moral sur son propriétaire. Le corps dégoûtant s’inscrit dans une série de dispositifs littéraires dépendant de l’axiologie du récit ou visant à la construire. Ces rapports feront l’objet d’une interrogation visant à dégager quelques pistes pour comprendre les lois du dégoût à l’œuvre dans les textes.

Prochain rendez-vous le 7 décembre pour l’atelier d’Amandine Lebarbier, puis le 26 janvier pour une séance sur la représentation de la sexualité féminine.

Si vous souhaitez communiquer lors d’une prochaine séance du séminaire des Doctoriales de la SERD, n’hésitez pas à nous envoyer une proposition de communication d’environ 400 mots à l’adresse suivante : contact.doctoriales.serd@gmail.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.