Appel à communication

La séance des Doctoriales du samedi 9 mars 2019 aura lieu à la bibliothèque Jacques Seebacher de l’université Paris VII. Organisée par Hélène Dubail, cette séance est encore ouverte à des propositions de communication. Dans le cadre de notre séminaire sur “Les Révolutions du corps au XIXe siècle”, elle portera sur la notion de silhouette et est intitulée “Formes convexes, formes concaves : la littérature face à l’invention de la silhouette”.

Argumentaire 

Parmi les révolutions du corps qui s’opèrent au XIXe siècle, l’invention de la silhouette marque une étape importante. Georges Vigarello y voit « un moment précis de la culture occidentale : celui où l’individualisation spécifique du paraître est soumise à investigation, celui où le corps, plus que jamais, se donne comme le corps d’un sujet » (2012, p. 22). Le mot, né quelques décennies plus tôt pour désigner une technique particulière de dessin, semble en effet rapidement témoigner d’un regard nouveau porté sur les corps lorsqu’il quitte le domaine du seul graphisme pour passer dans le langage courant. On prend conscience, au XIXe siècle, que les contours sont parlants. La forme générale des corps peut être révélatrice de caractères ou de sentiments ; elle dévoile l’identité et fonctionne comme un assemblage d’indices à déchiffrer pour qui sait les observer.

Loin des corps idéalisés de la peinture académique, loin également des études qui se centrent sur les cas de difformité, l’intérêt pour la silhouette correspond d’abord à une attention portée au corps banal. On prend conscience de la diversité des morphologies – un autre néologisme du siècle – et on tâche ainsi, en s’attardant sur les détails des contours de chacun, à faire ressortir la singularité des individus. Parallèlement, comme le note l’historien, la silhouette opère une nouvelle classification. Tout en soulignant les particularités de chaque corps, la notion permet de rétablir une hiérarchie sociale mise à mal dans les premières décennies du siècle. Les corps ne sont plus, en effet, aussi lisibles qu’ils l’étaient avant la Révolution française car les habits se sont uniformisés ; les distinctions de morphologies vont donc remplacer les distinctions de vêtements pour juger, au premier coup d’œil, de l’appartenance d’un individu à telle classe sociale.

Or, dans ce nouvel uniforme qu’est la silhouette, ce sont d’abord les formes convexes et concaves qui servent de critères. À l’opposition que l’on faisait déjà entre grand et petit –question de taille – ou gros et maigre – question d’épaisseur – s’ajoute une distinction, plus nuancée, concernant la répartition des formes entre le haut et le bas du corps. La notion de silhouette invite à raisonner, avant tout, en termes d’équilibre. Courbure du dos, proéminence du ventre ou de la poitrine, arc des jambes et creux de la taille sont autant de formes convexes et concaves qui attirent désormais l’œil car elles se prêtent à une lecture sociologique. L’inflexion du corps par rapport à un hypothétique axe vertical devient signifiante, que l’on pense à la posture voûtée du mendiant, à la forme en poire du bourgeois profiteur dont la silhouette semble couler ou au redressement fier du torse du dandy, sans oublier la cambrure féminine qui se teinte d’érotisme.

Avec la notion de silhouette est donc apparu un nouvel état d’esprit, qui mènera à la naissance de la culture physique – pour « garder la ligne » – et aux grandes évolutions de lamode au début du XXe siècle. Mais si Georges Vigarello démontre bien comment les images –vignettes, caricatures et autres affiches publicitaires – ont influencé les mentalités, il n’aborde que très peu les effets qu’a pu avoir ce nouvel état d’esprit sur la littérature. Ne trouve-t-on pas, dans les écrits de l’époque, des procédés similaires à ceux des caricaturistes ? Les écrivains n’ont-ils pas cherché, eux aussi, à faire une lecture sociologique des morphologies ?

Il serait dès lors intéressant d’étudier la manière dont le concept a pu être transposé des arts graphiques à la littérature :

Retrouve-t-on sous la plume des écrivains un équivalent du tracé cursif des dessinateurs ? Les représentations littéraires des corps se simplifient-elles comme c’est le cas pour les représentations visuelles ? Comment relève-t-on, en littérature, le défi de l’économie de moyens ? Les genres littéraires marqués par la brièveté, d’ailleurs, font-ils un usage privilégié de la silhouette ? Tel est le type de questions que l’on peut se poser.

On s’interrogera également, bien entendu, sur la signification donnée aux formes des corps dans la littérature, quel que soit le genre littéraire abordé. Les formes convexes et concaves des personnages sont-elles données à lire comme des faisceaux d’indices ? Les postures élancées, affaissées ou cambrées traduisent-elles des caractères, des sentiments ? Les écrivains mettent-ils en évidence des silhouettes nouvelles qui n’auraient pas existé avant le XIXe siècle ? Créent-ils des types morphologiques à la manière des physiologistes et des caricaturistes ? Est-il d’ailleurs possible de décrire à grands traits des personnages sans tomber dans la caricature ? Enfin, quelles idéologies se cachent derrière la réduction d’êtres humains à des formes géométriques permettant de les classer ?

Bibliographie indicative

CORBIN Alain, COURTINE Jean-Jacques et VIGARELLO Georges (dir.), Histoire du corps, t. II, De la Révolution à la Grande Guerre, Paris, Seuil, coll. Points, 2005.

LE MEN Ségolène (dir.), Pour rire ! Daumier, Gavarni, Rops, L’invention de la silhouette, Paris, Somogy, 2010.

VIGARELLO Georges, La Silhouette. Naissance d’un défi du XVIIIe siècle à nos jours,Paris, Seuil, coll. Point, 2012.

Afin de proposer une communication d’environ 400 mots, accompagnée d’une bio-bibliographie, vous pouvez nous écrire à l’adresse contact.doctoriales.serd@gmail.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.