Appel à communications pour la séance des Doctoriales (23 novembre) : “Splendeurs et misères du corps masculin au XIXe siècle”

Les propositions de communication sont à envoyer d’ici au 15 octobre, accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique, à contact.doctoriales.serd@gmail.com et à  lesayec_loic@yahoo.fr.

Argumentaire

Les études historiques et littéraires ont montré que le XIXe siècle était obsédé par le corps féminin, sur lequel les hommes portent un regard à la fois admirateur et apeuré, empreint d’une longue misogynie, culturellement encouragée par la religion et bientôt renforcée par les discours médicaux. Or, comme l’écrit Alain Corbin, « le masculin et le féminin bien qu’historiquement variables, dépendent toujours l’un de l’autre pour avoir un sens » (préface à Révenin (dir.), p. 9). On cherchera donc à s’intéresser aux spécificités de la représentation du corps masculin au XIXe siècle, caractérisé selon Alain Corbin par « l’emprise maximale de la vertu de virilité » (Corbin, 2011, p. 7). La virilité impose à l’homme ses injonctions, elle codifie tout un système de « représentations, de valeurs et de normes » (ibid.) qui s’imposent avec force à l’individu masculin et que cette séance aimerait interroger en se centrant particulièrement sur le corps son corps.
Le corps est d’autant plus important pour comprendre la construction de l’identité masculine que, comme le rappelle Anne-Marie Sohn, « la masculinité est une notion étrangère aux hommes du XIXe siècle. Ces derniers ne connaissent qu’une  “virilité” réduite à ses fondements biologiques. Pour Pierre Larousse, les “apparences masculines”, les “signes de la virilité”, la “capacité d’engendrer” surtout, “signe irrécusable de la virilité”, sont à eux seuls constitutifs du sexe masculin » (Sohn, p. 11). L’homme viril devrait tenir son rang en prouvant sa conformité à des critères physiques qui se traduisent aussi dans la personnalité. L’injonction à la virilité lui impose une attention particulière à son corps et à ses performances, elle est source de constantes inquiétudes. L’homme doit toujours s’affirmer face à ses pairs, mais aussi face à la gent féminine, qu’il faudrait tout à la fois séduire et dominer (Maugue, p. 19).
La séance se propose donc d’examiner les différentes représentations du corps masculin, ses imaginaires et ses figurations dans le long XIXe siècle, qui commence avec la Révolution française – présentée par certains comme le triomphe d’une virilité populaire régénérant la Nation et chassant du pouvoir des aristocrates fatigués, au corps abâtardi et efféminé – et qui s’achève dans une crise de la masculinité fin-de-siècle puis dans la Grande guerre et ses « gueules cassées », figures emblématiques d’une virilité sacrifiée.

À titre indicatif, les communications pourront envisager les thématiques suivantes :

  • Comment est décrit le corps masculin dans les différents textes, notamment littéraires, et quelle(s) vision(s) de la virilité révèlent ils ? Comment les représentations du corps masculin peuvent-elles influencer l’organisation des textes fictionnels, notamment dans les récits réalistes, centrés sur des figures d’ambitieux et/ou de séducteurs, ou dans les récits naturalistes, qui, sous l’influence des discours scientifiques et/ou philosophiques, accordent une place importante au corps et à ses besoins (sexualité, nourriture) ?
  • Comment le corps masculin est-il défini par rapport au corps féminin ? Fonctionne-t-il différemment dans certains discours, et si oui, comment expliquer de telles différences ? Comment les discours médicaux sur le corps masculins constituent-ils un vecteur de diffusion de la « domination masculine » (Bourdieu, 1998) ?
  • Selon Alain Corbin, la masculinité est « un lieu où les différences de classe, de religion et de race se dessinent » (Révenin, 2007, p. 19). Dans cette perspective, on voudrait montrer comment le corps masculin est le réceptacle de discours idéologiques et sociaux variés, dessinant différents régimes de masculinité. Le corps de l’ouvrier est-il celui du bourgeois, et celui de l’occidental est-il celui du « sauvage » ou du « colonisé », et comment penser la virilité de chacun d’eux ? Quel corps masculin nourrit les discours décadentistes parcourant le siècle et déplorant la perte d’une virilité ?
  • On pourra aussi étudier des figures emblématiques et fantasmatiques de la masculinité et la manière dont elles construisent des mythes et archétypes du corps masculin. Du « garçon » au vieux célibataire (Borie, 1976), du dandy au canotier, en passant par le prêtre, qui, fascine les romanciers naturalistes, on pourra interroger différentes figures emblématiques de la masculinité, dont les corps particuliers, aux besoins différenciés, occupent les textes et les imaginaires du temps.

Bibliographie indicative

Borie Jean, Le Célibataire français, Paris, Le Sagittaire, 1976.
Corbin Alain (dir.), Histoire de la virilité, t. 2, Le triomphe de la virilité. Le XIXe siècle, Paris, Seuil, 2011.
Maugue Annelise, L’identité masculine en crise au tournant du siècle : 1870-1914, Paris, Rivages, 1987.
Révenin Régis (dir.), Hommes et masculinités de 1789 à nos jours : contributions à l’histoire du genre et de la sexualité en France, Paris, Autrement, 2007.
Sohn Anne-Marie, Sois un homme ! : la construction de la masculinité au XIXème siècle, Paris, Seuil, 2009.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.