Compte rendu de la séance du 25 janvier 2020

Etaient présents : Manon Amandio, Claire Dupin de Beyssat, Laurel Iber, Lise Manin, Mathilde Leïchlé, Vincent Berthelier, Lorenza Starace, Eva Le Saux, Anne Orset, Marie-Agathe Tilliette.
 

Cette séance consacrée au nu, à la nudité et à l’obscène au XIXe siècle a donné lieu à quatre communications :

Mathilde Leïchlé, « Introduction. Drawing the line : nu et nudité, érotisme et obscénité »
Cette introduction est l’occasion de rappeler les définitions données par le XIXe siècle aux différents concepts qui occuperont la séance. Par l’exemple du traitement d’une iconographie religieuse au cours de la seconde moitié du siècle, nous avons envisagé les enjeux à l’oeuvre du côté des prescriptions – recueils iconographiques – et de la réception critique. Enfin, nous nous sommes demandé comment ces réflexions se prolongent, d’une planche de Milo Manara inspirée du XIXe siècle à l’exposition Drawing the line organisée par le collectif canadien Kiss and Tell au début des années 1990, qui proposait aux visiteurs de « tracer la limite ».

Claire Dupin de Beyssat, « Le nu sans histoire ? Autonomie d’un motif »
Cette intervention étudie l’évolution que connaît la peinture de nu dès 1848 au Salon. À partir de plusieurs oeuvres et de l’étude de leur réception, à la fois institutionnelle et critique, il s’agira notamment de montrer comment le nu s’émancipe peu à peu de la peinture d’histoire et des principes, notamment académiques, qui la commandent, au point de devenir un motif autonome, se dispensant de contexte et de prétexte. 

Lise Manin, « Les corps dénudés en procès dans le Paris du second XIXe siècle : enjeux moraux, sociaux et politiques »
Le Code de 1810 a défini les deux dispositions pénales qui ont régi la visibilité publique de la nudité et de la sexualité tout au long du XIXe siècle : l’outrage public à la pudeur (article 230) et l’outrage aux bonnes moeurs (article 287). Compte tenu du caractère abstrait de la définition de ces deux délits et de l’indétermination de la notion d’obscénité, c’est aux juges que revint le soin de désigner les types d’exhibitions corporelles et de publications méritant d’être sanctionnées dès lors qu’elles étaient offertes à la vue du public. L’étude des archives judiciaires du département de la Seine, couplée à l’analyse de la couverture médiatique de différents procès pour outrage public à la pudeur et outrage aux bonnes moeurs, permet ainsi de retracer les déplacements du mur de la pudeur et l’évolution du faisceau de représentations attachées à la nudité, tant masculine que féminine, au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. Les différents détournements de ces deux chefs d’accusation révèlent quant à eux les enjeux sociaux et politiques du contrôle des moeurs qui se jouent à travers la censure de la nudité.

Laurel Iber, « Le nu photographique et l’hermaphrodite antique dans la médecine du XIXe siècle en France »
On connaît bien les neuf photographies que Nadar a faites d’un sujet anonyme, appelé « hermaphrodite » selon la terminologie de l’époque. Bien que ce soient les seules photographies médicales qu’on lui a définitivement attribuées, de nombreuses images similaires parsemaient les pages des revues médicales au XIXe siècle. Une explosion d’études de cas pendant la seconde moitié du siècle a attiré l’attention du public médical sur le particulier et l’exceptionnel, où la documentation des anatomies atypiques prenait la forme de rapports détaillés, souvent accompagnés d’illustrations graphiques. La photographie, le dessin, la gravure et les moules en cire ont été utilisés pour saisir les caractéristiques distinctes de cas inhabituels. Parmi ceux qui ont capté le plus d’intérêt se trouvaient des individus dont les anatomies résistaient aux catégories rigides du sexe binaire. Cette communication examine le rôle de la photographie dans la figuration du corps de l’hermaphrodite, dont les parties les plus intimes sont mises à nu. Cette analyse considère en particulier la fascination des médecins – comme, par exemple, Paul Richer et Henry Meige – pour faire des parallèles entre la mythologie, les sculptures de l’antiquité et leurs sujets cliniques. De plus, cette étude met en lumière le raisonnement de ces hommes scientifiques qui, ancrés dans un contexte régi par les principes du positivisme, ont trouvé des modèles empiristes et esthétiques dans une tradition dont les critères d’objectivité et les idéaux de beauté sont, à certains égards, en conflit avec ceux du XIXe siècle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.