Prochaine séance des Doctoriales, samedi 12 décembre : Marginalité du / dans le spectacle vivant, en pratique et en représentation romanesque

La prochaine séance des Doctoriales se tiendra sur Zoom et sur inscription (en écrivant à contact.doctoriales.serd@gmail.com) le samedi 12 décembre de 10h30 à 12h30.

Elle sera composée de deux communications : « Le cirque entre marginalité et culture de masse » de Léa de Truchis (Université Paul Valéry Montpellier 3) et « ‘D’un côté l’univers et de l’autre cette baraque’ : La marginalité comme espace utopique dans les romans de comédiens » d’Hélène Thil (Sorbonne Université).

Léa de Truchis (Université Paul Valéry Montpellier 3), « Le cirque entre marginalité et culture de masse »

Parmi les formes marginales qui divertissent le public durant les XVIIIème et XIXème siècles, il y a celle du cirque, qui apparaît à cette période. A la naissance de cette forme de spectacle, que l’on date à 1768 avec la première représentation de Philip Astley à Londres, le cirque est un art d’extérieur, et Astley est le premier à faire payer ses représentations en instituant l’espace de la piste. Ainsi, même s’il né dans un espace de spectacles marginalisé – les foires –, le cirque tente dès ses débuts d’entrer dans un modèle culturel. D’ailleurs, les spectacles d’Astley sont des représentations de voltige et de dressage équestre (une culture et un savoir-faire bourgeois) qu’il les édulcore grâce aux exploits forains (jonglage, danse sur corde etc.).

Cependant, en faisant du cirque un espace de représentation payant, Astley et ses concurrents doivent faire face aux impératifs dus aux privilèges des théâtres. La parole étant interdite sur la piste, Astley se retrouve plusieurs fois en prison pour non-respect de cette consigne. Ces passages devant la justice permettront d’obtenir gain de cause, et de se voir accorder le droit à la parole, à travers la reconnaissance du cirque comme un « théâtre équestre ». La mise en place d’un lieu et la popularisation du cirque malgré sa position marginale ont donc de fortes répercussions sur l’économie de cet art : on passe à une reconnaissance de la forme et à une économie du divertissement de masse.

Le cirque oscille entre une contre-culture, qui inspire les avant-gardes du théâtre, et un art de masse qui se construit des lieux dignes des temples de théâtre. Des montreurs de foire et des alchimistes dans leurs baraques, on est passé aux acrobates et aux magiciens dans les cabarets et les cirques-théâtres en dur. Si les side shows, les attractions, sont toujours très présents pour montrer les bizarreries et les raretés, la monstration de la marginalité s’est déplacée avec le convoi de caravanes américaines, et non dans les cirques en dur qui naissent partout en Europe. Aux Etats-Unis, les convois de cirque développent une nouvelle économie, celle du nomadisme sous chapiteau. Or même si le système médiatique du cirque crée une starification des artistes qui se joue sur la bienséance de leur vie et sur leurs qualités athlétiques, le nomadisme reste l’apanage du marginal. C’est une image qui contribuera à rendre les caravanes de cirque des lieux peu fréquentables à mesure que le cirque perdra de sa superbe.

La marginalité des monstruosités montrées dans les side shows finit par contaminer toute la caravane, comme on peut le voir dans le film Freaks de Tod Browning (1932). Le cirque reste donc pendant toute cette période le spectacle de la marginalité attirante, quelle que soit sa reconnaissance dans l’industrie du spectacle. Cette communication aura pour but de déployer l’oscillement du cirque entre marginalité et culture de masse tout au long de la période, dans ses formes européenne et américaine. Cependant, la richesse du sujet peut aussi se prêter à devenir une thématique de séances pour approfondir les perspectives sociales, institutionnelles ou artistiques de la marginalité du cirque au XIXème siècle.

Léa de Truchis, doctorante en arts du spectacle à l’université Paul Valéry Montpellier 3, pratique le cirque amateur depuis toujours. Après des études universitaires de théâtre, elle commence en 2017 une thèse questionnant les arts du cirque actuels sous le prisme de la notion de dramaturgie, sous la direction de Philippe Goudard. Elle fait ses recherches en parcourant la France de festival en festival, en tant que bénévole ou stagiaire (avec des pôles nationaux cirque ou des compagnies), pour aller à la rencontre des artistes de cirque. En parallèle, elle donne des cours d’histoire du cirque et d’analyse de spectacles à l’université Toulouse Jean Jaurès.

Hélène Thil (Sorbonne Université), « ‘D’un côté l’univers et de l’autre cette baraque1 ’ : La marginalité comme espace utopique dans les romans de comédiens »

La seconde moitié du XIXe siècle est marquée par la fascination des romanciers pour le motif de la troupe ambulante. Dans la lignée du Roman comique de Scarron et des Années d’apprentissage de Wilhelm Meister de Goethe, des œuvres comme Le Capitaine Fracasse de Théophile Gautier (1863), L’Homme qui rit (1869) de Victor Hugo, Pierre qui roule (1869) et Le Beau Laurence (1870) de George Sand, ou encore César Cascabel (1890) de Jules Verne, mettent en scène les tribulations d’une compagnie théâtrale. Dans Portrait de l’artiste en saltimbanque, Jean Starobinski analyse l’intérêt des écrivains et des peintres du XIXe siècle pour l’univers forain et la figure du saltimbanque : « le monde du cirque et de la fête foraine représentait dans l’atmosphère charbonneuse d’une société en voie d’industrialisation, un îlot chatoyant de merveilleux, un morceau demeuré intact du pays d’enfance2 ». La troupe ambulante, qui appartient à cet univers, est porteuse d’une dimension fantasmatique parce qu’elle renvoie aux motifs du voyage, de l’errance et de l’aventure. La marginalité apparaît donc, dans ces romans de comédiens, comme une possibilité d’échapper à une société incapable de répondre aux aspirations des personnages.

Dans Pierre qui roule de George Sand, la troupe, appelée le « bercail ambulant3 », est présentée comme un « sanctuaire, ouvert à tous les vents4 », une microsociété idéale qui, par son fonctionnement égalitaire et républicain, oppose à la société du Second Empire un modèle proche de l’idéal socialiste rêvé par Sand. Ainsi, les comédiennes et comédiens de la troupe se « partag[ent] intégralement par portions égales les bénéfices5 ». Leur existence « extra-social[e]6 », « en dehors de toutes les conventions7 », leur permet de mettre en pratique un mode de vie collective qui prend le contre-pied du modèle social dominant. De la même façon, la « Green-Box » de L’Homme qui rit apparaît comme un sanctuaire qui échappe à la violence et à l’inégalité de la société anglaise du début du XVIIIe siècle : « Sitôt le spectacle fini, […] la Green-Box redressait son panneau comme une forteresse son pont-levis, et la communication avec le genre humain était coupée. D’un côté l’univers, et de l’autre cette baraque ; et dans cette baraque il y avait la liberté, la bonne conscience, le courage, le dévouement, l’innocence, le bonheur, l’amour, toutes les constellations8. » C’est donc cet isolement, cette séparation avec le monde extérieur, caractéristique de l’espace utopique, qui préserve l’harmonie du groupe. Celle-ci sera rompue à l’instant même où Gwynplaine sera arraché à son existence marginale.

Nous nous proposons d’interroger la représentation de la marginalité dans ces romans de comédiens pour mettre au jour le lien entre cet écart, à la fois social et géographique, avec la société dans son ensemble et la possibilité d’inventer d’autres modes de vie collective, d’autres formes de sociabilité.

Au terme de sa scolarité à l’École normale supérieure, Hélène Thil a obtenu l’agrégation de Lettres modernes en 2017, puis un poste de doctorante contractuelle à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université. Sa thèse, qu’elle prépare sous la direction de Florence Naugrette, porte sur « L’aventure collective : la troupe théâtrale comme utopie sociale dans la fiction française, du Capitaine Fracasse de Gautier au Molière de Mnouchkine ». Les œuvres qu’elle se propose d’étudier dans cette communication appartiennent à son corpus.

Trois articles sont à paraître dans les actes des colloques auxquels elle a participé :  « Le motif du chariot dans la représentation littéraire de la troupe de Molière » (colloque « Si Molière m’était conté9 », Sorbonne Université), « Du « sanctuaire » au « bercail ambulant » : la troupe comme utopie sociale dans les romans de comédiens de George Sand » (22e colloque international George Sand10, Universités de Berne et Lausanne) et « La troupe ambulante dans les romans de comédiens : une aventure collective ? » (colloque « L’aventure au-delà de l’aventure11 , Université de Bucarest). Elle a également publié un article dans les actes du colloque George Sand comique12  : « De Paul Scarron à Maurice Sand : les sources du comique dans Pierre qui roule et Le Beau Laurence de George Sand ».

  1. Victor Hugo, L’Homme qui rit (1869), in Œuvres complètesRomans, tome 3, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2002, p. 565. []
  2. Jean Starobinski, Portrait de l’artiste en saltimbanque, Paris, Éditions Gallimard, 2004, p. 7. []
  3. George Sand, Pierre qui roule (1869) suivi du Beau Laurence, Paris, Paradigme, coll. Hologrammes, 2007, p. 129. []
  4. Ibid. p. 66. []
  5. Ibid. p. 142. []
  6. Ibid. p. 251. []
  7. Ibid. []
  8. Victor Hugo, op. cit., p. 565. []
  9. « Si Molière m’était conté… », colloque international organisé par Georges Forestier, Florence Naugrette, Élodie Bénard et Marc Douguet, 8-10 novembre 2017, Sorbonne Université. []
  10. « Mondes et sociabilité du spectacle autour de George Sand », 22e colloque international George Sand, organisé par Corinne Fournier Kiss et Valentina Ponzetto, 24-27 juin 2019, Universités de Berne et de Lausanne. []
  11. « L’aventure au-delà de l’aventure », colloque international organisé par Le Centre de Recherche HETEROTOPOS et le CEREFREA de l’Université de Bucarest, 7-8 novembre 2019, Université de Bucarest. » []
  12. Olivier Bara, François Kerlouégan (dir.), George Sand comique, Grenoble, UGA Éditions, 2020 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.