Séance des Doctoriales, samedi 19 juin 2021 : « Le marginal et le pathologique : représentations littéraires de la déviance au XIXe siècle »

La dernière séance des Doctoriales de la SERD de l’année 2020-2021 à eu lieu le samedi 19 juin 2021 en présentiel à la bibliothèque Jacques Seebacher (Université de Paris) et en ligne via Zoom.
 
La séance, intitulée “Le marginal et le pathologique : représentations littéraires de la déviance au XIXe siècle”, a été composée de deux communications :
 
 
Clara Joubert (ENS Paris-Saclay), “La figure de la vampiresse au XIXe siècle chez Baudelaire, Le Fanu et Whyte-Melville.”
 

Nous proposons d’interroger trois représentations littéraires de la vampiresse, et les diverses façons dont ces personnages sont en marge du monde, en nous penchant sur les modalités d’expression de leur(s) déviance(s). Dans Bones and I, l’interlocuteur du narrateur lui raconte sa rencontre avec Mme de St. Croix, une femme fatale qu’il soupçonne d’être un vampire, qui détruit ses amants successifs. Dans la nouvelle Carmilla, Laura, la narratrice adolescente et Carmilla deviennent très proches, mais la santé de Laura décline et les cauchemars se font nombreux, jusqu’à la révélation de la vraie identité de Carmilla, vampiresse. Enfin, le poème de Baudelaire “Les Métamorphoses du Vampire” offre la description macabre d’un rapport sexuel avec une femme séductrice et monstrueuse.

La vampiresse est historiquement la figure la plus ancienne de vampire et probablement la plus répandue géographiquement. Son origine est liée à la mort des nourrissons et l’idée que les mères en étaient responsables. Trois mille ans avant Jésus Christ apparaît la déesse Lilith, réputée pour épuiser les hommes de leur force vitale (Brodman, 2013, introduction). Les trois vampiresses que nous étudions aussi évoquent ces ces figures terrifiantes, et sont semblables en de nombreux points : ce sont des femmes sensuelles et voluptueuses, typiques de la “femme fatale” ; elles sèment violence et destruction ; elles sont caractérisées par un dualisme attraction/répulsion. Leur aspect marginal s’illustre de diverses manières.

Les vampiresses sont en marge de l’humanité, d’abord. Leur aspect monstrueux transparaît dans le thème de l’hybridation, notamment à travers de nombreuses comparaison avec les animaux, et dans certaines de leurs caractéristiques physiques menaçantes (les cheveux serpentins de Carmilla, la description de la vampiresse baudelairienne). Si elles ont une apparence humaine à première vue, afin de mieux séduire leurs victimes, elles sont en réalité à la périphérie de l’humanité.

Elles sont à la marge entre la réalité et le rêve ; comparées à des fantômes, des esprits, elles évoquent “l’inquiétante étrangeté” freudienne, notamment Carmilla, que Laura croit avoir déjà rencontrée dans ses rêves de petite fille. Elles peuvent également être analysées à la lumière de la séduction de Baudrillard, pour qui la séduction féminine repose sur le leurre (Baudrillard, 1990). Leur nature secrète et leurs talents pour les déguisements ne sont pas accidentels ; elles menacent l’ordre rationnel associé au masculin et leur séduction constitue “une magie noire de détournement de toutes les vérités, une conjuration de signes, une exaltation des signes dans leur usage maléfique” (Baudrillard, 10).

En marge de la nation (Carmilla est hongroise, suscite des interrogations quant à ses pratiques religieuses, et sa mère est française ; Mme de St. Croix est d’origine française), elles inquiètent par la sauvagerie associée à la France, par leur extranéité menaçante et évoquent l’anxiété d’un retour du Catholicisme.

Enfin, et c’est peut-être cette déviance qui est la source de toutes les autres, ces femmes sont en marge du genre, des rôles sexo-spécifiques. Loin d’être de passifs objets désirables, elles deviennent des sujets désirants, et adoptent des comportements sexuels perçus comme déviants : séduction destructrice chez Whyte-Melville et Baudelaire, lesbianisme chez Le Fanu. Leur violence, bien éloignée de la figure de la mère tendre et aimante, tient également du renversement des rôles : Carmilla se procure l’épée de Spielsdorf, symbole phallique suggérant qu’elle s’empare du pouvoir masculin, et, à la manière d’un fauve, la vampiresse baudelairienne adopte une rhétorique guerrière (“seins triomphants”, “j’étouffe”, “bras redoutés”, etc.).

Notre projet est ainsi de montrer que les vampiresses détruisent les distinctions binaires en embrassant un rôle profondément marginal. Poser la question de leur marginalité permet d’initier une réflexion sur la nationalité, l’humanité et la monstruosité, la féminité et le genre, et surtout la déviance vis-à-vis de ces concepts : monstrueuses, étrangères, ni femmes ni hommes, comment les vampiresses remettent-elles en question ces classifications ?

Clara Joubert
M2 FESup – ENS Paris-Saclay

Bibliographie

Sources primaires

Baudelaire, Charles. “Les Métamorphoses du Vampire,” in Les Epaves (pièces censurées des Fleurs du Mal). Hambourg : Tredition Classics, 2012.

Le Fanu, Joseph Sheridan. Carmilla. Wroclaw : CreateSpace Independent Publishing Platform, 2016.

Whyte-Meville, George John. Bones and I; or, The Skeleton at Home. Miami : HardPress Publishing, 2013.


Sources secondaires

Auerbach, Nina. Woman & the Demon. The Life of a Victorian Myth. Cambridge, Massachusetts : Harvard University Press, 1982.

Baudrillard, Jean. De la Séduction. Saint-Amand : Folio Essais, 1990.

Berthin, Christine. “Le monde Gothique de Le Fanu : cryptonymes et mots étrangers.” Cahiers victoriens et édouardiens, 78 Automne, 01 septembre 2013. http://journals.openedition.org/cve/795

Brodman, Barbara and James E. Doan. The Universal Vampire. Origins and Evolution of a Legend. Lanham, Maryland : Fairleigh Dickinson University Press, 2013.

Currie, Stuart. “George Whyte-Melville, Vampirism, and the Crimean War.” Victorian Web. http://www.victorianweb.org/authors/whyte-melville/currie1.html

Dijkstra, Bram. Fantasies of Feminine Evil in fin-de-siècle culture. New York : Oxford University Press, 1986.

Edwards, Meghan. “The Devouring Woman and Her Serpentine Hair in Late-Pre-Raphaelitism.” Victorian Web. 2004. http://www.victorianweb.org/painting/prb/edwards12.html

Freud, Sigmund. The Uncanny. Great Britain : Penguin Modern Classics, 2003.

Mitchell, Donna. ” “If you were less pretty I think I should be very much afraid of you”: A Female Personification of Death in Irish Gothic Literature.” 2015. https://www.lib.latrobe.edu.au/ojs/index.php/wfb/article/viewFile/450/505

 
– Ye Xu (ENS Paris), “À la marge de l’esprit équilibré : la névrose dans la littérature française de la fin du XIXe siècle.”
 

     La société française de la seconde moitié du XIXème siècle a connu un mythe de l’épidémie de « névrose » — dans son sens préfreudien et dix-neuviémiste : maladie du système nerveux. A l’époque les médecins et puis la presse voyaient ou croyaient voir une croissance importante du nombre de détraquements mentaux, ou même parmi les gens qui ne montraient pas de symptômes pathologiques de l’aliénation, un nervosisme ambiant épidémique présent dans l’état d’esprit du public. L’idée que la névrose est la maladie du siècle était largement acceptée. En particulier dans les trois dernières décennies du siècle, la névrose est devenue un trait caractéristique de ce temps. La presse ne cesse de confirmer cette constatation : « On ne contestera pas que nous sommes à une époque de nervosisme. » (Les névrosés, Figaro : journal non politique, 20 avril 1894)

     Dans ce contexte du souci pour l’hygiène mentale, la littérature commença aussi à s’intéresser ou même à se focaliser sur les gens qui étaient censés vivre à la marge de la normalité ou l’équilibre psychique. De nombreux écrits fictionnels donnent aux lecteurs des scènes ou des discussions sur la névrose, ou les sous-catégories de la névrose : « névrosisme », « nervosisme », « hystérie », « hyperesthésie », « neurasthénie », « névralgie » etc. Sans parler du répertoire de névropathes dans les œuvres de Huysmans et de Zola, il y a des romans spécifiquement consacrées à ce sujet : Les hystériques de Paris, Le Mal du Cœur. Roman Parisien, L’hystérique, Névrosé, Les Amours d’un interne, La dernière Héloïse etc. Ce genre de romans décrivent des crises de folie : « C’était des hystériques. Les unes enfoncées dans un mutisme volontaire, absurde et entêté ; les autres livrées à une étrange surexcitation. » (Les Amours d’un interne, Jules Claretie ) De plus, ces romans simplifient les symptôme complexes de la névrose, et caricaturent particulièrement trois traits principaux : hypersensibilité, irrationalité, dépression. Sous les plumes de littérateurs, ce qui constituent la névrose est à priori ces trois caractères,  qui sont à la marge du concept de la normalité de l’époque.

     La marginalisation de ces trois caractères névrotiques rejoigne un courant de pensée médico-sociologique — celui de la dégénérescence, qui se manifeste également dans ces romans. N’étant pas prouvé par la science médicale, la notion de dégénérescence ressemble plus à un terme moral qu’à un terme scientifique, capable de ramasser tous les éléments humains jugés être « déviés » du « type primitif » — dont le sens est visiblement sensé se charger d’une forte connotation idéologique. « Il permet de se débarrasser (moralement d’abord) des fous, des délinquants, des vagabonds, des faibles d’esprit, des fainéants, des « détraqués », des hystériques, des « races serviles », de ceux que Vacher de Lapouges nomme « les déchets » de la société. » (1889. Un État du discours social, Marc Angenot)

     L’attention portée par les littérateurs sur la névrose ne se limite aux romans, mais se diffuse jusqu’à la critique littéraire et la vie personnel des écrivains. D’un côté, des critiques dont Max Nordao, cherchèrent à diagnostiquer des organisations pathologiques d’un auteur, à partir de ses écritures soupçonnées d’être des expressions symptomatiques de maladies. De l’autre côté, la névrose symbolisa certaines valeurs estimées par ces poètes, de sorte qu’ils se réjouissaient de porter l’étiquette de la névrose pour se démarquer. En revanche, tout ce qui « était une existence d’équilibre et de santé parfaite » « aurait constitué, aux yeux d’un poète décadent et névrosé, la pire des infernales existences» (Des Fous , Émile Goudeau). 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.