Séances des Doctoriales, samedi 29 mai 2021 : « Marginalités des “genres” : artistes femmes et genres mineurs »

La séance des Doctoriales du 29 mai 2021 a eu lieu en ligne et portait sur les marginalités des genres : artistes femmes et genres mineurs.

Elle a été composée de deux communications et d’un point méthodologique proposé par Claire Dupin de Beyssat :

– Aliénor Asselot (Paris 3 – Sorbonne-Nouvelle), “Une marginalité au carré : le cas d’albums de chromos confectionnés par des femmes (Espagne, années 1870-1880).”

Dans le cadre de la thématique “Marges et marginalités au XIXe siècle”, je propose une séance qui adapte ces concepts aux objets originaux que j’étudie à l’occasion de ma thèse : les “albums de chromos”, confectionnés par des jeunes femmes dont on sait relativement peu de choses, si ce n’est qu’elles appartiennent à la bourgeoisie espagnole de la seconde moitié du XIXe siècle. Situés à la croisée de l’expression personnelle et de codes sociaux stricts, ces albums obéissent à un cahier des charges singulier, puisque leur principe est le découpage et le collage créatifs de chromos et d’éphémères, ces images “pauvres” et plurielles répandues dans l’espace public sous la forme de cartes commerciales, d’étiquettes de boîtes d’allumettes ou encore d’almanachs de poche. Ces albums sont le résultat ce que l’on désignerait aujourd’hui comme une forme de “scrapbooking” ou de “collimage”.

Parler de “marginalité” me semble particulièrement pertinent pour l’analyse de tels albums, d’abord par le matériau dont ils sont composés, les éphémères illustrés, que Bertrand Tillier qualifie d’objets “à la lisière de l’histoire de l’art”. En effet, en dépit de l’explosion de leur production au XIXe siècle et de leur diffusion massive au sein de l’espace public, l’histoire de l’art est longtemps estée indifférente à ces images, produites en séries, anonymement, et commercialisées dans des lieux externes aux “mondes de l’art”, tels la rue, le boulevard, les épiceries-merceries et grands magasins. Ces images, associées à un public populaire, au divertissement et à la publicité, ont ainsi été reléguées à une marge historiographique, alors même qu’elles sont l’une des productions visuelles les plus répandues de leur temps. Leur aspect jugé naïf et peu sérieux les a longtemps rendues “indignes” d’une valeur artistique justifiant leur étude.

Cette marginalité première se conjugue, dans le cas des albums de chromos, à celle de leurs créatrices, des jeunes femmes issues de la bourgeoisie espagnole, dont bon nombre de traités, de manuels et de lois définissent la place souhaitée dans l’ordre social. Assignées à l’espace privé du foyer, à l’intime, et entièrement dévouées à leur rôle de mère et d’épouse, les femmes en Espagne dans la seconde moitié du XIXe siècle sont exclues de l’espace public, du monde politique mais aussi artistique, tolérées dans les Académies des Beaux-arts dans la mesure où elles se consacrent à des genres dits “mineurs”, tels la nature morte ou le paysage. Leur créativité est ainsi marginalisée, acceptée dans le cadre d’activités jugées enfantines, parmi lesquelles ces albums de chromos, fruits de pratiques en apparence inoffensives qui consistent à manipuler un ensemble d’images flirtant avec le kitsch.

Je souhaite relativiser cette “marginalité au carré” en étudiant l’agentivité qu’offrent ces albums aux femmes de l’époque. J’étudierai ainsi en quoi ces objets peuvent constituer une stratégie créative permettant l’expression de singularités écartées des sphères artistiques officielles, comme une sorte d’interstice, de refuge, de lieu de résistance pour leurs créatrices, d’autant plus libre qu’on le juge insignifiant. Outre cet aspect expressif, je souhaite nuancer également la marginalité de ces pratiques dans le paysage artistique de l’époque, en montrant ce que ces albums ont de commun avec des expérimentations avant-gardistes qui seront portées aux nues quelques années plus tard, afin d’y voir le lieu d’explorations bien plus centrales qu’on a tendance à le penser.

– Eva Belgherbi (Ecole du Louvre / Université de Poitiers), “Sculptrices “en marges” ? Réflexions sur la construction d’un canon excluant.”

– Claire Dupin de Beyssat (Université de Tours), “Manipuler un corpus large et pluriel à l’aide d’une base de données.”


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.